Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

[TERMINE] Impression, soleil levant [Olivia]

Aller en bas 
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Juin - 11:19
Dimanche 15 novembre 1998


La salle était déserte, et même un peu poussièreuse. A cette heure-ci, la Tour Nord entière était déserte, à l’exception sans doute du professeur Trelawney, enfermée dans ses appartements, et pour qui il n’était probablement jamais trop tôt pour l’encens et le xérès. Meg, elle, avait trouvé refuge plus bas, dans la salle de Xylomancie, qui n’était guère usitée, et en tout cas, certainement pas à huit heures du matin un dimanche. En cette mi-novembre, le soleil se levait tout juste, et la lumière naturelle, diffractée par la brume écossaise qui semblait festonner les fenêtres, commençait seulement à concurrencer les quelques chandelles allumées.

Elle était venue ici particulièrement parce qu’elle aimait crapahuter dans les tours, à la recherche d’un peu de solitude pour s’entendre penser, et parce qu’elle voulait un endroit où elle pourrait s’entraîner sans être trop dérangée, ni elle-même ne gêner personne. Lors d’un précédent cours de DCFM, ils avaient appris (ou revu) le sortilège du Patronus, et elle n’y avait pas excellé. Pourtant, elle se savait capable de produire un patronus corporel, puisqu’elle l’avait fait une unique fois, en Afrique du Sud. Après les évènements du bal de Samain, elle se serait sentie rassurée si elle était capable de recommencer. Oh, bien sûr, un Patronus n’aurait pas pu faire grand-chose contre un Inferno, mais ça aurait été réconfortant de savoir qu’elle pouvait simplement le faire. Et puis, l’exercice consistait à penser à des choses agréables : il y avait plus désagréable comme entraînement.

Debout au milieu de la petite salle dont elle avait poussé quelques tables et chaises, elle ferma les yeux et chercha à se détendre. Il fallait faire un petit effort d’imagination : remplacer la grisaille floue par une cascade de soleil doré, tombant de très haut dans un ciel sans nuages, et l’odeur d’encre et de bois ciré par celle qui monte de la terre lentement réchauffée par l’astre solaire. Sentir cette même chaleur sur son visage, tentatrice et prête à brûler sa peau trop pâle si l’on s’y prélasse trop. La salle de classe était presque parfaitement silencieuse désormais, si ce n’était pour le bruit de sa propre respiration, et un léger souffle de vent qui à cette altitude, pressait contre les vitres. Meg tâcha d’imaginer plutôt le chant d’un Focifère, cette mélodie si belle qu’elle rendait fou si on l’écoutait plus de quelques minutes. En mémoire cependant, il n’y avait aucun risque que cela lui fasse du mal, et elle se laissa ravir par ses souvenirs, avant d’ouvrir lentement les yeux.

« Spero patronum ! »

Une brume argentée coula de sa baguette, se condensant en une grosse masse brillante qui refusait cependant de se définir parfaitement. Parce qu’elle savait ce qu’elle cherchait, Margaret pouvait deviner les formes d’un cheval trapu, mais c’était comme une sculpture à moitié finie qui refusait d’émerger du bloc : la masse était là, mais pas les contours. Elle la contempla quelques instants, puis laissa retomber son bras, et le patronus disparu. Il fallait qu’elle trouve un souvenir plus heureux encore. Enfin… Si elle pouvait rester ici. Curieuse, elle fit un pas vers la porte qui venait de s’entrebâiller à la périphérie de son champ de vision.




Dernière édition par Margaret C. Bride le Ven 7 Sep - 22:32, édité 1 fois
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 167
Ft : Lili Reinhart
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Juin - 14:53
Toujours et encore la solitude, que Oli recherchait, oui une bonne petite tour c'était bien, et encore mieux la tour Nord qui, part habitude était déserte ou presque ! C'était idéal pour aller bosser ses cours et faire quelques sortilèges, et oui c'était le secret de la poufsouffle et de ses bonnes notes., elle escalada les escaliers quatre à quatre et c'est quelque peu essoufflée qu'elle arriva en haut.

C'est alors qu'elle vit de la lumière, elle était assez vive mais pas trop non plus. Fin la personne tentait de faire un patronus d'après ce qu'elle avait entendu. Et visiblement ce n'était pas encore tout à fait cela. D'un pas sûre d'elle, rassemblant tout ses souvenirs les plus beaux, les plus joyeux, elle rejoignit la ou l'occupant de la pièce et lança d'une voix forte :


- Spero Patronum !

Tout les souvenirs de l'école, de ses amis et même du faite qu'elle fera tout pour réussir la remontait à bloque ! De sa baguette sorti une grande lumière fluide, presque aveuglante et un magnifique cheval, un pur sang arabe, sorti fier comme un pan. Il était magnifique, il hennit et se cambra histoire de faire le beau avant de disparaître.

De ce faite et avec la lumière, elle reconnu l'élève qui se trouvait là. Cétait Margaret Bride... Elle avait été obligé de se servir d'un de sortilèges impardonnable sur elle. Et elle ne s'était pas reparlée depuis. Alors Oli fit le premier pas, après tout ce n'était pas de leurs fautes :


- Salut, tu as besoin d'un coup de main pour ton patronus ?


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Juin - 16:25
La porte de la salle de classe acheva de s’ouvrir grand, non pas sur une personne, mais sur un patronus. Meg recula d’un pas devant le magnifique cheval à l’allure si fière. Il était beaucoup plus haut et racé que le sien : un cheval de course, pur-sang et noble, argenté et gracieux. Il était superbe et elle ne pouvait que l’admirer. Elle fut presque déçue lorsque l’imposante bête s’évanouit comme un mirage, dévoilant…

« Olivia ? »

Jamais elle n’aurait cru que la Poufsouffle aurait un Patronus aussi… élégant ? Imposant ? Fier ? En tous les cas, pas ça. Bon, c’était vrai, elle connaissait mal sa camarade, mais les coups d’œil qu’elle lui avait jeté de loin depuis un certain cours des Carrow lui avaient donné l’impression d’une jeune fille effacée et discrète, à mille lieux du cheval cabotin qu’elle venait d’admirer. Cela la rendait curieuse de mieux la connaître, d’un coup, mais elle voyait mal comment surmonter leur passif.

« Bonjour. » Elle baissa un peu les yeux, puis se décida à relever la tête et osa un sourire. Olivia n’avait pas l’air de lui en vouloir pour ce qu’elle avait fait, à lui proposer gentiment de l’aide comme ça. Meg, elle, s’en voulait encore. Pourquoi était-ce plus facile de lancer le sortilège de l’Imperium que celui du Patronus ? Ca n’avait pas de sens.

« Je veux bien, merci. J’arrive toujours à sortir un patronus incorporel, mais je ne l’ai vu prendre sa forme définitive qu’une seule fois. » En Afrique, loin de la grisaille écossaise, et avant de connaître les Carrow. Comment est-ce que Olivia faisait ? Elle lui aurait bien demandé à quoi elle pensait avant de prononcer la formule, mais ça semblait être une question terriblement intime, encore plus à poser à quelqu’un à qui on ne savait même pas comment demander pardon.

« Ton patronus est superbe, en tout cas. Quel fier destrier ! » Quelle étrange coïncidence que leurs deux patronus soient des chevaux. Elle voulait y voir un signe qu’une réconciliation entre elles était possible.


avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 167
Ft : Lili Reinhart
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juin - 13:59
Margaret avait l'air surprise de voir Olivia. Certes leurs passifs commun n'était pas vraiment réjouissant mais la poufssouffle ne lui en voulait pas et elle le lui montrait à sa manière. Oui elle avait utilisé le sortilège de l'imperium sur elle mais parce qu'elle n'avait pas eu le choix. Et Inversement pour elle lorsqu'elle avait été obligé d'utilisé celui du doloris...

Elle sourit à la Serdaigle pour toute réponse lorsqu'elle accepta son aide. Puis elle lui dit d'un ton amical :

- Ah je vois, tu as vraiment rassemblé tout tes meilleurs souvenirs ? Tout ce qui te motive ou qui te rends mieux ? Moi c'est comme ça que je fais, je rassemble tout, et je lance mon sortilège. Après ce n'est pas le plus facile de faire le tri dans ses souvenirs. Et puis c'est aussi une question de concentration je pense.

Puis Maggy la complimenta sur son patronus , ce qui fit doublé le sourire d'Olivia. Ça lui faisait plaisir d'être complimenter, elle s'était entraîner dur pour maîtriser ce sortilège.

- Merci Margaret c'est gentil. J'ai mis du temps pour y arriver mais je dois avouer que j'en suis fière. Toi aussi je suis persuadée que toi aussi tu va y arriver et que ton patronus sera aussi beau que le mien ! Faut juste te concentrer un peu et rassembler le meilleur de toi ! Va-y réessaie n'hésite pas !
 Dit-elle d'un regard encourageant.

Oui elle aida la serdaigle mais aurait aider n'importe qui d'autre. Cela dit, elle tentait de rompre la glace ou casser le mur qui s'était mis entre elles depuis ce qu'il s'était passé...


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Juil - 11:06
Finalement, Meg n’eut nul besoin de demander à Olivia ce à quoi elle pensait pour réussir à lancer son sortilège : celle-ci lui offrit la réponse spontanément. La Serdaigle était un peu confuse : fallait-il rassembler beaucoup de souvenirs heureux, ou au contraire faire le tri dans ceux-ci ? Un peu perplexe, elle s’adossa à l’une des tables qu’elle avait repoussée sur le côté un peu plus tôt, sans toutefois s’y asseoir franchement (un comportement qui aurait été, à ses yeux, fort peu élégant).

« Tu rassembles plusieurs souvenirs ? Je crois que j’avais plus une ambiance en tête que le souvenir d’un moment précis, mais ce n’est peut-être pas assez fort. »

Il y avait beaucoup de choses qui la motivaient et qui l’aidaient à se sentir mieux, mais elle doutait que quiconque ait jamais fait apparaître un Patronus en se concentrant sur son tricot. Au moins, la conversation avec Olivia semblait plus facile que ce à quoi elle aurait cru. Si la Poufsouffle était gênée, elle cachait bien son jeu, et lui parlait avec naturel. Son grand sourire en était presque déstabilisant.

« Mon Patronus est un cheval également, mais très différent du tien. Il t’a fallu combien de temps pour y arriver ? »

Elle n’avait vu le sien que fugitivement, mais chaque détail était resté gravé dans sa mémoire. Rencontrer pour la première fois son Patronus était un moment intime de découverte de soi. Voir ses propres espoirs prendre forme devant soi était spécial. Meg avait immédiatement aimé le cheval trapu et puissant en face d’elle, son allure solide et dure à la tâche, son expression docile, la simple masse argentée qu’il représentait, si réconfortante. Il n’avait rien de la noblesse du Patronus d’Olivia et maintenant, elle n’était pas certaine de vouloir vraiment le montrer à sa camarade, mais elle avait conscience que ce soudain manque de confiance en elle était un peu puéril. Il fallait réessayer.

Quel souvenir sélectionner ? La chute de Voldemort ! Meg avait été évacuée de l’école juste avant la bataille de Poudlard, et se tenait serrée avec d’autres élèves quand la nouvelle avait enfin été annoncée. Après ce qui leur avait semblé des heures d’attente et d’angoisse, à ignorer ce qui se passait au château, l’annonce s’était propagée d’un adolescent à l’autre comme une traînée de poudre : Harry Potter avait vaincu ! La liesse avait été générale dans le groupe où elle s’était trouvée avec sa sœur. Plus tard, viendrait le temps de pleurer les morts et de décompter les pertes, mais sur le moment, il n’y avait eu qu’une euphorie collective. Meg se concentra sur la sensation de son cœur se décrochant de soulagement dans sa poitrine, la manière dont elle avait serré trop fort les mains de Cat dans les siennes.

« Spero patronum ! »

Une nouvelle fois, la brume argentée jaillit de sa baguette pour se condenser devant elle en une forme vaguement animale, plus précise que précédemment, mais toujours incomplète. Il s’agissait clairement d’un mammifère de taille conséquente, mais à ce stade, il aurait tout aussi bien pu s’agir d’un ours. Meg le contempla, un peu déçue, avant de le laisser s’évanouir.

« Ce n’est toujours pas ça. Je crois que j’ai choisi un bon souvenir, mais qui était seulement positif par contraste avec le contexte global. Il faudrait que je trouve quelque chose de plus puissant. »


Elle aurait voulu entamer une conversation plus personnelle avec Olivia, mais ne trouvait pas encore de porte d’entrée. Elle ne pouvait pas vraiment la lancer sur la météo ou un autre sujet quelconque de soirée mondaine.


avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 167
Ft : Lili Reinhart
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 15:24
Oli écouta Maggie tranquillement. Visiblement leurs patronus étaient similaire excepter  la race. Elle sourit à la Serdaigle puis lui répondit avec douceur :

- Ouh la ça m'a prit des mois avant de bien y arriver, je faisais comme toi, je me suis entraîner durement. Alors n'abandonne pas, tu es sur la bonne voie !

Elle l'encourageait et elle était certaine qu'elle allait y arriver tout comme elle. Puis elle la conseilla de nouveau :

- Ce n'est pas forcément la puissance, mais c'est plus le bonheur que tu as eu qui est puissant. Le moment le plus heureux ! Moi ce sont mes amis, le fait que je veuilles réussir dans la vie et bien d'autres choses qui me rendent si heureuse. Tient regarde !

Oli se concentra une nouvelle fois, elle pensa aux bonnes rencontres, ses amis et le métier qu'elle voulait faire plus tard toutes ces petites choses de la vie qui étaient si belles...

- Spero patronum !


De sa baguette surgit une lumière étincelante et son cheval pur sang arabe reprit une superbe forme, le bonheur de Oli resplendissait dans son patronus. Cette fois elle le fit rester plus longtemps pour que Margaret puisse l'observer davantage avant qu'il ne reparte dans un hennissement des plus fiers.


- Tu vois, ne te concentre pas forcément ce que tu penses être le souvenir, dis toi que c'est ton bonheur donc une globalité, moi quand je l'ai compris j'ai réussi. Va-y réessaye !

Dit-elle en l'encourageant d'un mouvement de tête.


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Aoû - 21:53
Meg écoutait les instructions d’Olivia avec concentration, hochant la tête à intervalle régulier. Ce n’était pas si facile de démêler ses explications. Le moment le plus heureux, mais pas le plus puissant ? Bizarre ? Il lui fallut un petit moment pour comprendre ce que la Poufsouffle volait dire, et elle assista à sa seconde démonstration avec un mélange de dépit et d’admiration. Olivia n’était pas du genre à frimer, mais elle pouvait aisément se mettre à sa place : ce devait être très agréable de pouvoir convoquer son patronus quand on le voulait.

Au détour de la conversation, Meg était aussi bien contente d’entendre que sa camarade avait des aspirations joyeuses et de bons amis pour l’entourer.

« Je crois que je commence à voir ce que tu veux dire. »

Se concentrer sur le bonheur ressenti, et l’éprouver à nouveau, plus que sur son origine exacte. Il y avait une certaine logique à ça. Meg ferma les yeux, et tâcha de se concentrer. Fronça les paupières, comme pour forcer ses pensées à rester ordonnées. Mais ça ne marchait pas. Elle sentait le tranchant du bureau contre lequel elle était appuyée sous ses fesses, une raie de lumière lui tomber sur la joue, le bruit du vent contre les carreaux, et surtout, suprême distraction, la présence d’Olivia. Elle rouvrit les yeux. Elle ne pouvait pas continuer à jouer à l’autruche plus longtemps. Comment se concentrer sur son bonheur, quand le passif entre elles était aussi lourd et prenait toute la place ? Même si c’était difficile, elle allait devoir crever l’abcès. Elle se redressa un peu, les doigts crispés autour de sa baguette, et fixa soigneusement ses pieds.

« Olivia… Je sais que ce n’est pas vraiment le moment, mais… Je voulais m’excuser pour l’année dernière. Pour ce que je t’ai obligé à faire en te mettant sous Imperium. J’aurais dû trouver un prétexte pour ne pas le faire, et en vérité, si je n’ai pas réussi, c’est parce que j’avais trop peur des Carrow et de leurs retenues. Je suis vraiment désolée. »

Elle releva à demi la tête, et regarda Olivia de sous ses cils. Il n’y avait pas vraiment d’excuse pour son comportement sous les Carrow, si ce n’était sa peur intense des punitions sanglantes et des représailles sur sa famille. Son courage avait eut ses limites, et elle ne se serait pas sentie capable de résister ouvertement et de gagner ainsi le droit d’être torturée, à quatorze ans, comme Neville « Héro » Londubas. Elle s’était arranée avec sa conscience en se disant qu’elle avait été plus utile à l’A.D. en demeurant incognito, et c’était sans aucun doute vrai, mais face à Olivia, c’était soudain beaucoup plus difficile d’y croire.


avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 167
Ft : Lili Reinhart
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Aoû - 14:00
Apparemment Maggie avait comprit ce que Oli voulait lui faire comprendre pour son patronus. C'était bien car si tel était le cas, elle y arriverait par la suite, c'est comme ça que la poufsouffle avait réussit à sortir son magnifique étalon sauvage mais c'était tellement elle... Fier mais en même temps loyal et toujours à rendre service... Oui bon rendre service pour apparaître bien sûr mais Oli aimait aider ses camarades lorsqu'elle le pouvait et encore plus ses amis. La jeune femme était comme ca le cœur tendre sur la main. Il fallait avouer que parfois elle pouvait être trop gentille, trop indulgente, mais quand on voyait le monde moldu, elle se disait que le monde magique valait des fois plus le coup...

Enfin bref, elle voyait que quelque chose n'allait pas avec la serdaigle, elle n'avait pas l'air à l'aise et regardait ses baskets. Oli allait le lui demander lorsque cette dernière mit carte sur table, en gros se confia et lui fit même des excuses. Son regard azur fixa Maggie et d'un sourire qui se voulait rassurant elle lui dit :


- Non Maggie, tu n'as pas a t'excuser pour ça tu sais, je ne t'en ai jamais voulue, ce n'était pas de ta faute. Moi aussi j'ai ramassé crois moi. Et je peux très bien comprendre ta position, moi j'ai été contrôlée et été obligé à lancer des doloris à mes camarades parce que je n'allais pas dans leurs sens à eux... Alors t'en fais pas pour ça.

Elle se rapprocha de la serdaigle et lui passa une main sur l'épaule pour la soutenir ou autre si elle voulait parler davantage. Puis elle rajouta :


- C'est du passé maintenant, on devrait avancer tu ne crois pas et te recentrer sur ton patronus, mais je suis persuadée que le professeur Smith te laissera une chance de réussir, je l'adore ce prof il est super gentil, je le trouve vraiment à l'écoute t'en penses quoi ?

Oui elle changeait de sujet, le passé resterait au passé et puis elle ne lui en voulait pas. Mais surtout Oli n'avait pas forcément envie de parler de ses sentiments sur ce qu'il s'était passé sur l'air Carrow. Et puis elle avait vraiment envie d'aider Maggie à réussir son sortilège...


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Aoû - 18:41
Meg fit la grimace à la mention du sortilège Doloris. Au fond, avoir obligé Olivia à les lancer pour elle était encore pire que si elle s’y était mise directement. C’était d’une lâcheté révoltante et n’avait servi qu’à la rendre coupable auprès de personnes plus nombreuses. La Poufsouffle jouait le jeu et était absolument franche sur ce qui s’était passé entre elles deux l’année précédente, mais l’entendre dit à haute voix n’en devenait pas facile pour autant, même si c’était pour lui donner l’absolution.

« Je t’en prie, appelle-moi Meg. » Pour aussi ridicule qu’il soit, elle associait au diminutif Maggie une charge émotionnelle qui était de trop en cet instant. « Merci, Olivia. Tu es vraiment généreuse. » D’autres à sa place n’auraient pas pardonné aussi facilement, même en l’exonérant de ses responsabilités dans cette histoire. Les adolescents n’étaient pas censés être rationnels.

Oli se rapprocha d’elle, et elle lui rendit sa demi-étreinte maladroitement. Meg ne savait pas être tactile, en dehors peut-être d’avec sa sœur. Bien des fois, elle aurait voulu prendre un ami en peine dans ses bras pour le réconforté, et n’avait pas su s’y prendre, se contentant d’offrir une présence amicale et un silence confortable. Accepter les marques d’affection ou de réconfort n’était pas beaucoup plus facile. Elle avait des parents aimants, mais au sens aigu des bonnes manières et de la distance imposée entre les êtres par la politesse, et n’était guère habituée à ce genre de contact physique.

Après ce moment aussi touchant qu’un peu étrange, elle se dégagea doucement et fit quelques pas en tournant le dos à Olivia, le temps de reprendre une contenance. Face à la cheminée vide en face d’elle, elle décida soudain qu’un bon feu réchaufferait peut-être également figurativement l’atmosphère, et pointa sa baguette vers le foyer. « Flambios. » Voir les flammes oranges soudain jaillir, et prendre la hauteur dictée par sa volonté, avant de se mouvoir paresseusement, lui rendit un peu de sa sérénité, et après les avoir contemplées d’un air absorbé quelques secondes, elle se retourna pour faire de nouveau face à sa camarade. « C’est mieux comme ça, non ? Merci de m’avoir écoutée. Tu as sans doute raison, c’est du passé mais… Je n’arrivais pas à m’en débarrasser. Je regrette vraiment ce que je t’ai fait. »

Oui, elle se sentait définitivement plus légère, même si ça avait été désagréable sur le coup. Savoir qu’Olivia ne lui en voulait pas était un grand soulagement. Elle sourit enfin et saisit la perche qui lui était tendue : « J’aime bien le professeur Smith, mais j’avoue mal le connaître. Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de le croiser en dehors des cours. Toutes ces affreuses rumeurs sur lui… Je suis certaine que c’est faux. »

Ce genre de conversation banale, contenant quelques ragots, lui paraissait désormais merveilleusement légère, et elle décida qu’elle avait bien mérité cette petite pause avant de se remettre à lancer le sortilège du Patronus. Certains disaient que le professeur Smith serait alcoolique. Meg n’avait rien pour corroborer de telles accusations, si ce n’était que sa présentation n’avait pas toujours été très nette en cours. Mais entre être un peu débraillé et abuser de la boisson, tout de même, il y avait un monde, non ? Après le bal de Samain, Billie avait eu quelques mots secs à son égard, mais si elle respectait son amie, elle trouvait que celle-ci jugeait parfois un peu durement les autres, comme Aslinn par exemple. D’ailleurs, Billie ne s’était plus étendue sur le sujet devant elle, ce qui signifiait sans doute qu’elle s’était radoucie, ou bien que ça n’avait pas grande importance. « Je n’ai jamais été très bonne pour la pratique de la DCFM, mais au moins, avec le professeur Smith, je n’ai pas peur de m’entraîner comme avec certains enseignants précédents. » Le professeur Smith ne faisait pas peur, et c’était déjà une grande qualité pour le rôle qu’il occupait, d’après elle.



avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 167
Ft : Lili Reinhart
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Aoû - 15:26
La Serdaigle demanda alors à Olivia de l'appeler par son surnom et la remercia. La Poufsouffle sourit et lui dit :

- Non ne me remercie pas je ne peux pas t'en vouloir, tu l'aurais fait de toi même la oui, mais tu n'avais pas le choix Meg et c'est ce qui fait toute la différence. Alors t'en fais pas pour ça. Et au faite appel moi Oli.

Puis elle se détourna d'Oli suite à sa marque d'affection. Elle comprenait parfaitement, elle n'était pas très tactile non plus c'était sûr et c'était peut-être gênant, alors elle ne dit rien. Et du coup Meg alluma la cheminée. C'était pas plus mal, il ne faisait pas très chaud et puis il n'y avait pas beaucoup de lumière alors ça donnerait de l'ambiance à ce moment étrange vu le contexte mais le sac avait été vidé et c'était mieux ainsi.

- Oui c'est mieux comme ça, il fera meilleur dans la pièce. Je comprends que tu ai eu le besoin de m'en parler moi c'est pareil tu sais, je m'en veux d'avoir lancé des doloris et depuis tout cela bah je rase les murs, et évite les gens en général. Je ne suis plus aussi sociable qu'avant....

Oli serrait les poings et tourna délibérément le dos à Meg, elle ne supportait pas d'aborder ce sujet là et elle sentait les larmes lui monter. Elle ne voulait pas que la Serdaigle la voit dans cet état. Jamais elle n'avait vraiment abordé ce sujet la sauf quand elle avait pété les plombs avec Jon mais là encore c'était autre chose... Puis à son grand soulagement, Meg changea de sujet, en parlant du professeur Smith. C'est avec un grand sourire qu'elle lui répondit, oui Oli reprit son masque habituel qui avait été fissuré l'espace de quelques minutes.

- Mais évidemment que c'est faux, je n'ai jamais douté de lui ! Ce que j'aime bien chez lui c'est qu'il est à l’écoute et surtout très abordable, même pour les cours il est toujours près à aider. Elle hocha la tête aux dernières paroles de la jeune femme.

- Oui ! Tout à fait d'accord avec toi, il t'encourage même c'est très important au moins tu peux progresser avec lui contrairement à ceux ou celles qui disent qu'il est incompétent moi je ne suis pas d'accord !

Oui Oli avait une bonne opinion du directeur des Gryffondors, leur directeur à eux, avait l'air beaucoup plus sévère... Bref passons Oli se mit à sourire et dit :

- Bon alors ce patronus on s'y remets ?


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Aoû - 13:15
Meg pinça les lèvres. Lancer d’elle-même un sortilège Doloris sur quelqu’un, ou Imperium ? Ca n’avait absolument aucun sens, et aucune chance d’arriver un jour. Peut-être pouvait-on trouver des qualités rédemptrices à l’Imperium, dans certaines situations d’extrême urgence, si on s’en servait pour faire le bien. Et encore. Meg venait d’un milieu suffisamment rigide et codifié pour concevoir que la volonté individuelle doive se plier à de multiples obligations sociétales parfois d’origine obscure, mais même pour elle, priver quelqu’un de son libre arbitre était impensable.

« D’accord… Oli. »

Le diminutif lui rendit son sourire. C’était étrangement joyeux, comme syllabes.

« Mais pourquoi ? Si tu sais que moi j’y étais forcée et que tu ne m’en veux pas, les autres savent que tu étais dans la même situation. »

Elle se tourna vers sa condisciple avec une expression d’incompréhension anxieuse sur le visage. Olivia allait suffisamment bien pour pouvoir produire un Patronus facilement, elle était généreuse dans son pardon et pourtant, elle s’en voulait au point de se couper du monde ? « Nous avons tous ou presque dû faire des choses que nous avons regretté l’année dernière. Si ce n’était pas de ma faute, ça n’était pas plus de la tienne, et tu n’as pas à t’en vouloir. »

Certains mauvais jours, Meg les tenaient tous pour coupables, eux, le corps des élèves qui n’avaient pas réagi. C’était d’ailleurs exactement ce qu’elle avait dit à Tiberius quand l’alcool lui avait délié la langue, le soir de la Yellow Party. La culpabilité était un sentiment bien distribué chez les survivants de l’année précédente. Toutefois, il fallait aussi remettre les choses dans leur contexte : ils avaient fait de leur mieux pour survivre d’abord, eux, des adolescents précipités dans un environnement terrifiant et totalitaire et on pouvait difficilement leur en vouloir si tous n’avaient pas risqué leur vie pour devenir des héros ouvertement. Elle-même avait rejoint l’Armée de Dumbledore uniquement parce que plusieurs facteurs lui avaient permis de le faire : son amitié avec Hermione Granger, la relative protection apportée par la pureté de son sang, son positionnement apparent neutre. Tout le monde n’avait pas eu la chance d’une telle opportunité pour laver sa conscience. Certains auraient sans doute dû faire plus d’effort pour aller la chercher mais… Ce n’était pas sa place de juger les autres.

Il y eu un instant de flottement, pendant lequel Meg fixa le feu cependant qu’Oli lui tournait le dos, puis la conversation reprit miraculeusement sur un sujet tout autre.

« Le professeur Smith laisse le temps de s’entraîner et de donner des conseils avant de noter, alors, ça me stresse moins et je m’en sors un peu mieux je crois. Il faut dire que nous n’avons pas eu de très bons profs de DCFM, avant lui. Le professeur Maugrey et le professeur Rogue étaient compétents, mais ils étaient beaucoup trop impressionnants pour moi. » Elle omit volontairement Alecto Carrow. « C’est terrible à dire, mais les meilleures notes que j’ai jamais eu en la matière étaient avec le professeur Ombrage. » Une légère pause : « Les professeurs McGonagall et Dumbledore ne l’auraient jamais recruté s’il avait été incompétent. » Son admiration pour les deux derniers directeurs de Poudlard en tant que sorciers occultait légèrement son évaluation de leur talent en Ressources Humaines.

Elle se redressa et acquiesça. Oli avait raison, il était temps de reprendre cet entraînement.  Il fallait qu’elle se concentre, maintenant qu’il lui semblait avoir compris les explications de son amie. Ressentir le bonheur, plus encore que le souvenir exact du moment qui l’avait produit. Penser à Cat, quand elle était venue la voir à l’infirmerie, et à tous ces matins de bonheur qu’elles avaient partagé ensemble, par exemple. Ressentir cette paresse heureuse, où, gorgée de sommeil, on n’est encore en mesure de s’inquiéter pour rien et où la douceur des draps émerveille.

« Spero patronum ! » [Lancé de dé : échec]

Déception. Absolument rien ne se produisit. Meg fixa l’air devant elle, comme si son regard allait finir par faire apparaitre le cheval argenté par pur force de la volonté, avant de détendre sa pose.

« Je crois que tu as raison. Si je n’arrive pas à faire mieux d’ici la fin de la matinée, j’irai demander de l’aide au professeur Smith. Si entre lui, toi et Neville Londubas, je n’y parviens pas, personne ne pourra plus rien pour moi. »


avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 167
Ft : Lili Reinhart
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Sep - 14:37
Meg lui demanda pourquoi elle se tenait à l'écart des autres et que ce n'était pas de sa faute, qu'elle n'avait pas à se sentir responsable. Oui dans un sens elle avait raison mais c'était plus fort qu'elle. Il fallait qu'elle s'en veuilles.... Pourquoi elle ne savait pas. Sans doute qu'elle s'était vue faire sans avoir le moindre contrôle sur elle-même et regarder ses pauvres camarades souffrir sans encore une fois pouvoir intervenir alors qu'elle aurait bien sorti un avada kedavra à cet enfoiré de Carreau... Elle répondit avec un triste sourire :

- Je suis désolée Meg mais je n'ai pas trop envie d'en parler ça a été un moment plus que difficile et encore aujourd'hui ça a du mal à sortir. Peut-être qu'un jour j'arriverais à parler de tout ça et me confier complètement... Après j'ai peut-être eu tord de m'isoler c'est un faite, mais j'avais trop honte de moi...

Et c'est tout ce que Meg aura eu comme confidence ce soir là. Oli n'était pas très bavarde à ce sujet là et malheureusement n'était pas prête à ce confier sur ce qui est noté précédemment et sur ses états d'âmes en général. Puis elle hocha la tête pour le professeur Smith, elle avait raison, les autres avaient tord de penser que ce dernier était incompétent et Oli n'en avait jamais douté bien au contraire. Elle sourit à l'évocation du professeur Rogue et dit :

- Ce qu'il a pu me fiches la trouille Rogue ! Je n'aimais pas son cours ! Mais c'est vrai qu'il était compétent comme Fol'Oeil son œil me faisait flipper on ne pouvait rien faire ou dire sans se faire attraper ! Dit-elle en riant.

Puis elles passèrent à l'étape suivante, Meg rata une nouvelle fois son patronus. Oli lui sourit gentiment et lui dit :

- Oui tu as raison,, si tu n'y arrive pas demande au professeur Smith, j'ai entendu dire qu'il donnait des cours particuliers si vraiment tu es motivée par-contre et que tu as besoin d'un coup de main. On a quand même de la chance d'avoir un prof aussi ouvert et surtout disponible pour ses élèves au moins on évoluera grâce à lui !

Oli s'étira et bailla, il était presque l'heure du déjeuner et il était vrai qu'elle était morte de faim ! Elle sourit à Meg et lui dit :


- Dis moi tu n'as pas faim toi ? Dit-elle en se dirigeant vers la porte de sortie.

[Je te laisse clôturer Meg ? A moins que tu es autre chose à dire, voilàSmile ]


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Sep - 22:31
Inconsciemment, Meg rentra le ventre et se pencha légèrement en avant, les paroles d’Olivia lui faisant l’effet d’un coup de poing à l’estomac. La Poufsouffle lui adressait une fin de non-recevoir sur le sujet et lui signifiait qu’elle était très mal placée pour en parler, la remettant brutalement à sa place. Elle était peut-être pardonnée, mais petit surnom ou pas, le mal qu’elle avait fait n’était pas près de s’effacer. Elle avait été stupide de croire qu’elle pourrait désormais avoir une relation normale avec « Oli » et laver sa conscience en une seule fois. Elle aurait voulu expliquer qu’elle n’attendait aucune confidence, qu’elle ne faisait aucun reproche, mais le moindre mot supplémentaire aurait été vécu comme de l’huile sur le feu, et elle préféra se taire. Plus encore que l’échange douloureux qu’elles venaient d’avoir, les dernières paroles de sa camarade lui faisaient mal, et elle du fixer l’éclat trop vif du feu quelques secondes pour empêcher les larmes de lui monter aux yeux. Le pire de cette histoire était qu’Olivia était parfaitement justifiée. Elles n’avaient pas gardé les cochons ensemble, elle avait été forcée à la torturer. Peut-être bien que ce genre de fossé ne se comblait jamais.

Après un tel dialogue, parler des professeurs de Défense Contre les Forces du Mal était un terrain neutre dans lequel toutes les deux pouvaient se réfugier, mais Meg était douloureusement consciente du sous-texte de leur conversation. Dans un tel contexte, il lui semblait difficile de se remettre à son entraînement au Patronus. Elle n’arriverait jamais à se sentir heureuse avec le regard mi-amical, mi-accusateur (mais peut-être était-ce dans sa tête) d’Olivia rivé sur elle. Il lui semblait qu’elle avait bien fait de crever l’abcès entre elles deux, mais cela les laissait pour le moment à vif et il leur faudrait du temps pour cicatriser complètement.

« Faim ? » Meg sursauta presque, et coula un regard vers la fenêtre. La grisaille automnale n’aidait pas vraiment à deviner l’heure, mais il était vrai que le jour s’était complètement levé depuis longtemps, désormais. « Je n’avais pas réalisé qu’il était aussi tard ! Tu as raison, descendons déjeuner. Merci de m’avoir aidée, en tout cas. » Entre ses efforts de concentration et ses grandes émotions, elle n’avait pas vu l’heure passer. Elle offrit le meilleur sourire qu’elle pouvait à Olivia, et chercha un autre sujet de conversation anodin pour animer leur longue descente des escaliers jusqu’à la Grande Salle. Heureusement qu’une fois sur place, elles pourraient se servir de l’excuse de leurs tables de maisonnée respective pour se séparer la tête haute, à nouveaux bonnes camarades.


Contenu sponsorisé
 
[TERMINE] Impression, soleil levant [Olivia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soleil levant [PV]
» Au pays du Soleil Levant
» " Tableau de Claude Monet : "SOLEIL LEVANT"
» Soleil Levant
» Shopping au pays du soleil levant [Ange]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Septième Étage :: La Tour Nord-
Sauter vers: