Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Quatre patacitrouilles et un balai § Hau

Aller en bas 
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 136
Ft : Kiernan Shipka

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Juin - 12:47

Quatre patacitrouilles et un balai
Catriona & Hau

« Isn’t it nice to think that tomorrow is a new day with no mistakes in it yet ?»
Catriona avait réussi à rentrer en donnant le change, son manteau scintillant sur le dos, les nœuds sages dans ses cheveux bouclés. Le chemin de Pré-au-Lard jusqu’à l’école était long mais il avait le mérite de se faire dans une ambiance un peu crépusculaire maintenant, le soleil se couchant bien plus tôt à l’approche de l’hiver. Gabriela avait bavardé sereinement, la voix enjouée et l’œil attentif. Si elle avait compris que quelque chose n’allait pas, elle attendait que son amie se confie sans presser la chose. Catriona le ferait mais demain, quand la pilule serait un peu passé et que l’attitude d’Hippolyte et Nereus arrêteraient de tourner en roue libre dans sa tête. « Il est à peine 16h, on pourrait s’amuser à un jeu de cartes explosives en rentrant, non ? » Elle avait acquiescé dans un sourire et laissé les mots couler, un œil sur Pandora qui fronçait les sourcils au bras d’une autre amie.

Elle n’avait pas pleuré. Ni au Trois Balais, ni durant le chemin, ni même en voyant le groupe de quatrième année partir. Pas une seule larme malgré le picotement fatal sur les cils. C’était coincé entre incrédulité et colère, entre orgueil et préjugés. Elle avait beau revoir la scène en multiplettes derrière l’opacité de ses paupières, rien n’allait. Elle aurait dû faire ci et puis faire ça et dire ci et dire ça. Au lieu de ça, elle n’avait rien fait, s’était contentée de prendre Pandora sous son aile et de s’éloigner. En vérité, Catriona leur aurait plus facilement pardonner leurs vulgarités si elle ne jugeait pas si terriblement sa propre attitude durant l’évènement désagréable.

Le goût d’une patacitrouille coula paresseusement sur sa langue tandis que ses amies se dirigeaient vers le grand Hall pour une fin d’après-midi joyeuse en attendant le repas du soir, l’excitation toute présente sur les nez rougis par le froid et les derniers gossips à la mode. « Tu savais que le capitaine de quidditch des Poufsouffle courtise la préfète des serpentards ? » « Oh il a fait quoi ?? » « Il est venu lui déclamer un poème ! » « Mais il n’y a pas un joueur gryffondor aussi ? » « Oh la chance ! » La moue s’intensifia. Elle aurait dû participer à cette conversation. Du quidditch, Billie et des histoires abracadabrantesques ? Voilà le sel de ce qui rendait Poudlard attrayant.

Au lieu de ça, elle avait le cœur lourd, du sucre orangé plein le museau et la douce impression que le château était fort lugubre ce soir. « Je vais y aller finalement puis je n’ai pas très faim, j’ai le ventre remplie de sucreries... A demain » Des chuchotis suivirent son départ et elle réprima à grande peine de lever les yeux au ciel, sachant pertinemment ce qui circulerait demain maintenant, mais elle était épuisée et elle avait fait bonne figure depuis plusieurs heures maintenant.

Ce fut sans doute pour ça qu’elle ne bifurqua pas immédiatement vers la salle commune verte et argent, les pas errants sur les dalles du château, la reconduisant dehors. Les bancs en bois étaient fouettés par un vent serein et elle serra son manteau autour d’elle, son paquet de friandises sur ses genoux maintenant qu’elle s’était installée. C’était bête, non ? Peut-être qu’ils avaient eu raison et qu’elle avait été trop envahissante ? Elle cilla, le picotement brûlant les yeux. Ou peut-être qu’elle aurait dû sortir sa baguette et faire des nœuds avec tous leurs lacets ?  Elle se frotta l’œil, le sucre se déposant un peu sur la fine membrane des yeux et l’eau débordant tout juste.

En quelques minutes -et autant de questions existentielles- Catriona se retrouva à pleurer. Juste comme ça. Les larmes jaillirent l’une après l’autre sous le tressautement des épaules et elle brailla enfin, à l’abri d’une solitude assurée.

(c) DΛNDELION


hoped there'd be stars
Les étoiles sont éclairées pour que chacun puisse un jour retrouver la sienne.
(c)crackintime
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 20
Ft : James Rolleston

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Juil - 1:45
Qu'il était loin le temps où il faisait bon se promener en bermudas et savates au soleil, l'automne avait pris place et avec lui son lot de nez rougis et d'yeux boursouflés par le froid. Ces derniers temps Hau avait l'impression d'avoir plus de couche de vêtements que de chair et d'os. Déjà qu'il avait fait la moue lors de l’essayage de robes de sorcier avant la rentrée, sans parler des vêtements d'hiver en général dont les couleurs étaient trop ternes à son goût. Il ne parvenait qu'à retrouver un léger réconfort en égayant ses tristes tenues d'écharpes bariolées.
Quand on lui avait dit que la nuit tombait assez vite en hiver, Hau ne s'attendait pas à ce qu'elle tombe si vite. Pourtant ce n'était pas un froid de rien du tout ni un ciel obscurci qui allait le dissuader de sortir. Après une journée à rester cloué sur un tabouret en bois à gratter de la plume il avait bien besoin de se dégourdir les jambes dehors, il en avait besoin. Ce n'était pas un ciel assombri qui allait lui en dissuader, enfin il essayait de s'en persuader intérieurement. En 4-5 mois il avait pensé s'être donné assez de temps pour pouvoir se faire à ce nouveau paysage, cette nouvelle vie. Mais c'était tellement..différent de ce qu'il aurait pu anticiper. Les amis ne se faisaient pas aussi facilement que de là où il venait, les interactions se faisaient plus froides et plus cliniques. Le jeune gryffondor essayait de ne pas trop y réfléchir, il savait que ça allait le rendre triste.

Il avait dans un premier temps voulu longer le lac noir, la présence de l'eau avait le don de le rassurer un peu. Certes le lac faisait honneur à son nom et était bien loin de la consistance azurée des lagons qui faisait rêver les touristes mais il fallait savoir s'en contenter quand on était un petit polynésien exilé au fin fond de l’Écosse. On lui avait dit que les premier années traversaient la lagune en barc le premier jour, il aurait bien voulut le faire. Selon lui c'était quand même plus fifou qu'une diligence qui avance toute seule.
Aujourd'hui Hau craignait que la nuit ne tombe trop tôt, il préféra donc prendre un itinéraire plus court faisant traversant le parc pour se diriger vers le terrain de quidditch. Le gryffondor ne pensait pas y rester trop longtemps, il avait beau être dans la maison des braves, il était moyennement emballé à l'idée de rester dans un endroit présentement vide durant la tombée de la nuit, en supposant qu'il n'y ai pas d'entraînement en cette fin d'après-midi.

Le polynésien avait pensé atteindre le terrain de quidditch avant de retourner directement, mais la curiosité le poussa à grimper du haut d'un gradin. Il rentra naturellement sa tête dans son écharpe lorsqu'il sentit un vent frais lui chatouiller le bout des oreilles. Il repéra vite qu'il n'était pas tout seul. En effet il y avait cette personne installée sur un banc. Son visage n'était pas inconnu de l'îlien, il était certains de l'avoir déjà vu en cours, il fallait dire qu'elle n'était pas passée inaperçue durant le cours de créature magique en début d'année avec tout le grabuge qui avait été causé. Au moins l’événement sensationnel lui avait permis de retenir son cour, mais comment s'appelait elle déjà? Catherine? Cathleen? Tout ces prénoms continentaux étaient si difficile à retenir.
Dans tout les cas elle n'avait pas l'air bien. Le gryffondor balaya les environs à la recherche d'âme qui vive, il n'y avait personne à part eux. Il s'approcha doucement pour prendre place sur le banc, tout en restant à une distance respectable, histoire de respecter un minimum d'espace personnel.

- Tu as de la, de la.. il mima avec sa main la zone de la bouche en cherchant à désigner la pâte orangée, partout, tu veux p'têt un mouchoir?

L'approche était maladroite, il n'avait pas envie de dire des bêtises en l'appelant par un mauvais prénom. On lui avait dit de ne pas se mêler des affaires des autres, mais il sentait qu'il allait avoir mauvaise conscience pendant tout le reste de la soirée si il la laissait comme ça.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 136
Ft : Kiernan Shipka

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Juil - 12:15

Quatre patacitrouilles et un balai
Catriona & Hau

« Isn’t it nice to think that tomorrow is a new day with no mistakes in it yet ?»
Elle l’entendit avant de le voir et zyeuta d’un œil humide là où il s’installait. L’hésitation perla quelques secondes tout au plus avant qu’elle n’accepte sa présence, une moue sur le visage encore larmoyant. « Tu as de la, de la… partout, tu veux p'têt un mouchoir ? » Catriona fronça les sourcils sans comprendre avant de suivre le regard d’Hau. Oh. OH. Ohhhhhh. Voilà qui était encore pire que d’être trouvé en train de pleurer sur un banc comme une Cosette en pleine forêt. « Je… eh bien figure toi, je répète une pièce. » Elle froussa son nez en retenant un sanglot coincé dans la gorge qui ne voulait pas s’en aller. Le sucre sorcier scintilla un bref instant sur ses doigts et elle les épousseta n petite pluie sur le sol avant de passer un mouchoir trouvé dans sa poche.

C’était ridicule vraiment et elle lui en voulut un peu d’en être témoin. Pourtant Hau avait de ces auras automatiquement sympathiques, les grandes expressions ensoleillées au fond des yeux et le sourire qui ne demandait jamais qu’à s’éclore au bord des lèvres. « C’est une... une horrible et vilaine pièce avec d’immondes traîtres, un grand méchant et plein de patacitrouilles à qui on a fait grand tort. » Elle exagérait fortement et avait conscience d’être quelque peu dramatique aussi une moue se dessina sur son visage qu’elle tâcha de sécher au plus vite.
Ça faisait deux fois en plus qu’il la trouvait à son plus bas. Le cours du professeur Vidal avait eu une fin heureuse mais les longues minutes à agoniser au sol lui avait valu quelques regards d’incompréhension après tout et Hau avait été le seul qui plus est à réussir du premier coup son sortilège. Et voilà qu’à présent, il lui proposait son mouchoir avec une amitié que d’autres lui refusaient dorénavant.

A cette pensée, d’autres larmes jaillirent à nouveau et elle hoqueta d’un rire étouffé. « Huh… il faut … croire que tu es… toujours là quand je pleure… Je pense que… que… c’est une malédiction dont tu es… victime. » Elle tripota son mouchoir sagement posé sur ses genoux, attendant de calmer sa voix un peu. Le mouchoir n’avait plus vraiment fière allure malgré les initiales C.B. brodé dessus. « Finalement, je veux bien le tien aussi, le mien est fichu maintenant. » Même à travers le nez et les joues un peu framboise de tristesse, Catriona eut un air défiant vers le polynésien. « Tu ne l’as pas utilisé hein ? Si tu me proposes un mouchoir sale, eh bien… nous répéterons la scène où César se fait assassiner. » Elle dodelina de la tête, embarrassée : il essayait d’être gentil et ce n’était peut-être pas la plus douce des manières de l’en remercier aussi lui offrit-elle un petit sourire contrit en attendant le tissu offert. « Mmm, tu faisais quoi en fait ? Tu rôdais dans la nuit ? »

(c) DΛNDELION


hoped there'd be stars
Les étoiles sont éclairées pour que chacun puisse un jour retrouver la sienne.
(c)crackintime
Contenu sponsorisé
 
Quatre patacitrouilles et un balai § Hau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Balai pour poils d'animaux.
» Quatre Chemins, Trois Chatons [PV Petite Perle et Petit Courage]
» Quatre lune ?
» Les quatre saisons d'une vie [Pv Myrielle]
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Les Éxtérieurs :: Le Parc :: Terrain de Quidditch-
Sauter vers: