Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Sexe plus histoire de cul égalent meurtre (Pops)

Aller en bas 
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 279
Ft : Bill Skarsgård

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 22:20
Il n’y avait pas encore de neige dehors. Mais les températures continuaient à chuter et promettaient un noël blanc cette année. Ce n’était pas plus mal. Que ce froid serve au moins à quelque chose. Ian s’était réfugié dans des gradins dépourvus de leurs parures (il n’y avait pas de match en vu pour l’instant) du terrain de Quidditch, y trouvant un abris relatif contre le vent glacial. Il n’était pas le seul à avoir eut cette idée. Quelques élèves, souvent par petits groupes dispersés, s’y étaient installés. Aucune équipe n’occupait ledit terrain pour l’instant. Personne ne semblait motivé à se percher sur un balais pour y faire quelques figures acrobatiques dans l'immédiat.

Ian avait abandonné ses exercices (barbants) de français pour un devoir (tout aussi barbant) sur l’histoire de la magie. Il avait envie de s’en débarrasser plus que de s’appliquer. C’était peut être ce qui l’avait poussé à se réfugier là. Légèrement en hauteur il pouvait facilement voir les différents groupes et son attention se portait plus sur eux que sur sa feuille parsemée de corrections. Il y avait des éclats de voix du côté des midinettes de quatrième année. Ashley s’était peut être fait larguer par Peter alors Criquette et Brenda la consolaient en lui expliquait que de toute façon ce n’était qu’un con et qu’elle perdait son temps avec lui. Ou alors elles biatchaient sur le bouc émissaire de leur année ? Il y en avait toujours une, celle qui est un peu trop grosse, avec un peu trop d’acné, qui pue un peu trop de la gueule, …

Son spectacle préféré restait celui qu’offrait un petit duo bruyant. Enfin… une était bruyante. L’autre était plus muet qu’un pierre tombal, presque catatonique. Il répondait pas onomatopés entrecoupées. La discussion était à sens unique. Combien de temps est-ce que ça prendrait à Poppy pour épuiser ses batteries ? Plusieurs jours. Est-ce que les nerfs de Dax allaient lâcher avant ? Pas sûr. Il avait un mental d’acier, celui-là. Rien ne semblait l’ébranler. Peut-être que Poppy avait entendu les vilainetés que Dax balançait sur Carmichael et venait rendre des comptes. Du sang.

Complètement désintéressé de son devoir, Ian mâchonnait le bout de son stylo, le dos courbé pour mieux admirer la scène. Dax fut le premier à flancher et à chercher une ouverture pour fuir. D’ici Ian sentait le malaise puant émaner de lui. Au fond il ne savait pas vraiment qui lui faisait le plus pitié. Doucement il se redressa, étirant ses bras ridiculement longs pour accentuer sa nonchalance. Il aurait pu avoir l’élégance d’un chat qui sort de sa sieste. Mais il ressemblait plutôt à une grue mal lunée. Le Serpentard se dépêcha de jeter ses affaires dans son sac avant de se lever. Il réajusta l’écharpe autour de son cou, y enfouissant son nez pour mieux le protéger du froid, puis entreprit la descente de la volée de marches qui le séparait de la terre ferme. Les quatrième années s’étaient rassemblées les unes contre les autres. Avec les capes noires elles ressemblaient à un groupe de pingouins aux brushing souffreteux. Elles semblaient se montrer quelques choses, peut-être des mots envoyés pendant un cours.

Rejoindre le duo comique que formait Poppy et Dax ne lui prit pas longtemps. Il ne daigna pas annoncer sa présence dans les règles de la bienséance à la hobbit du lot qui lui tournait le dos, préférant lui passer un bras autour des l’épaules. Habituellement il était plus simple pour lui de bêtement reposer ledit bras sur la tête de la demoiselle. Châtiment sévère réservé aux personnes de petites tailles. “Pops, laisse le monsieur tranquille. Tu vois bien que tu lui fais peur.” Il avait dégagé son visage de son écharpe pour être un minimum audible et crédible. “Et il n’aura rien d’intéressant à t’apprendre. Tu vas crever d’ennuis avant de lui arracher un mot.” Ian arrêta de s’appuyer sur la jeune fille pour se redresser et récupérer une cigarette qu’il alluma rapidement. “Viens, on bouge.




war is peace - freedom is slavery - ignorance is strenght
Les masses  ne se révoltent jamais de leur propre mouvement, et elles ne se révoltent jamais par le seul fait qu'elles soient opprimés. Aussi longtemps qu'elles n'ont pas d'élément de comparaison, elles ne se rendent jamais compte qu'elles sont opprimées.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 33
Ft : Hayley Kiyoko

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Aoû - 13:14
Depuis le début de la journée, je n'avais pu me résoudre à laisser passer une telle opportunité. Il avait été seul, l'espace de cinq minutes, et mon regard s'était attardé sur lui bien trop longtemps pour que je puisse m'abstenir d'intervenir auprès de lui. Il était jeune, il était beau, et pourtant, il aspirait à devenir le guignol de service, dans une boite incertaine, sans doute castré par sa future épouse, ou futur époux, et jouant avec des playmobils afin de pouvoir montrer sa suprématie à un public invisible et prouver cette dernière à lui même. Alors d'entrée, alors qui essayait d'enfourner un croissant, je me suis jeté sur lui, oubliant tout les autres. "Sa-luuuuuuuuuuuuuut !" Ce fut le début de la fin. Perchée sur son dos, littéralement, je l'ai suivi toute la journée. Durant les cours en commun, je ne cessais de lui demander le pourquoi du comment un tel tempérament de courgette, sans aucune réponse. A la grande salle, je l'interpellais même au plus loin, histoire de voir si en public, j'avais plus de chance de pouvoir avoir un entretien avec lui. "TU DEVRAIS SAVOIR QU'IL N'Y A AUCUNE HONTE A NE PAS VOULOIR DE PENIS !" Sous entendant le fait qu'il n'étais qu'une fillette, moi-même avait plus de couilles que lui, selon moi. Bref, j'ai continué à le suivre jusqu'à la fin des cours, où épuisé, il avait voulu se poser dans le parc comme un hippie. Il a sorti un livre, tentant vainement de s'instruire, tandis que je me suis jetée sur lui, encore une fois, littéralement, mon dos s'allongeant sur ses genoux ses bras, et son livre.  "C'est encore moiiiii !" Sourire aux lèvres, je m'extasiais du fait que ce n'était pas réciproque, je sentais, que bientôt, il craquerait. C'était évident au fond, personne ne résistait à Poppy Vân Lee. "Si tu ne veux pas me parler, alors, c'est moi qui parlerait, tu finiras par en avoir marre, et à ce moment là, tu parleras. Comme une séance de torture, t'as djà participer à une pyjama partie ? C'est EX-A-CTE-MENT la même chose " Je sortis mon calepin, commençant par la première page, soit, la première enquête que j'avais effectué, à savoir Trevor, mon meilleur ami de tout les temps. J'y avais noté les différentes étapes de notre lien affectif, à savoir, à partir de la première morsure. Il n'avait pas apprécié, il avait d'ailleurs pleuré, possédant la marque de mes dents sur la main pendant au moins une semaine. Ensuite, je lui parlais de l'harcèlement, le fait que je grimpais par la gouttière de sa maison afin de pouvoir m'introduire dans sa chambre par la fenêtre qu'il laissait toujours ouverte, pour discuter jusqu'à pas d'heure et le faire dormir parterre tandis que je squattais son lit. J'entamais ensuite le fait que les morsures se transformaient en baisers, ce qui l'avait d'abord dégoûté, qu'il m'avait jeté dans un lac où des canards s'amusaient à récolter des miettes de pains jetées par des mamies en manque d'affection humaine. Et puis, que finalement, il avait fini par apprécier les baisers, jusqu'à ce qu'il ne découvre que je faisais ça avec tout le monde.

C'est à ce moment précis que je me relevais, afin de montrer la scène. Et c'est aussi à ce moment là qu'on posa un bras sur le haut de mon crâne. Je me retournais, découvrant Ian, mon si grand Ian, auquel je fis mon plus grand sourire. Sourire qui s'amplifia tandis qu'il m'annonçait que je faisais peur au garçon que j'avais pris en grippe. J'observais ce dernier, avant de me concentrer de nouveau sur Ian en haussant les épaules. En somme, rien à carrer. Et puis il était vrai, ce type était loin d'être intéressant, finalement. Ian l'étant beaucoup plus. "Pourquoi ici y'a que des gens chiants ?" La mine boudeuse, je me jetais dans les bras du Serpentard avant de lui offrir l'un de mes plus jolis baisers tandis qu'il récupérait une cigarette. Il annonça alors que nous devions bouger, je le contournais, sautant sur son dos, m'accrochant à son cou, entourant sa taille de mes jambes. "ALLEZ TAYOT !"


Pop'It's such a cruel world but I found something good.. ‘Cause in all this bitterness you stay so sweet..
 
Sexe plus histoire de cul égalent meurtre (Pops)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mieux vaut payer ses dettes...(pv Anthéa)Rp Histoire [terminé]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Les Éxtérieurs :: Le Parc :: Terrain de Quidditch-
Sauter vers: