Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Black or white arts ? [Ft. Tiberius]

Aller en bas 
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 356
Ft : Michael Provost
Localisation : Dans les forêts bulgares en terre familiale pour les vacances

Feuille de personnage
Don: Demi vélane
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Sep - 15:01
« Herbivicus... »

Ta baguette à la main, fermement tenu entre tes doigts distraits, tu tentais inlassablement d'exécuter le stupide sortilège que ta mère détestait tant. À vrai dire, tu ne savais même pas pourquoi tu y mettais cette volonté... Dionaea était fermement en désaccord avec l'usage de la magie sur la croissance de la flore. Pourtant, il s'agissait là pour toi d'une grande curiosité. Tu en avais définitivement marre de te contenter des sorts sadiques dont Durmstrang t'avait imprégné... Un simple enchantement de croissance des plantes superbement exécuté aurait suffi à te faire reprendre confiance en toi ! Il ne s'agissait pas d'un énorme défi. Un peu de volonté, un léger mouvement de baguette et une prononciation impeccable, voilà ce qu'était vraisemblablement le secret d'un sortilège parfaitement exécuté ! Un secret qui pourtant semblait ne jamais souhaiter se dévoiler à toi... La phonétique était pourtant quelque chose d'aisé à tes yeux. Les chants vélanes t'avaient habitué aux mots compliqués. De même, la grâce des danses de ta famille était largement suffisante afin de te permettre un mouvement de baguette parfait ! Quelle ne fut pas ta surprise lorsque tu constatas les effets de ton herbivicus sur la flore environnante... En quelques instants, les plantes alentour se mirent à sécher, à noircir avant de s'écraser mollement sur la terre sale...

« Va te faire foutre. » crachas-tu, regardant droit dans les yeux l'objet de ce désastre... Ta baguette était maudite, et tu n'en pouvais plus d'elle. D'un geste nonchalant, tu la laissas tomber vulgairement sur les plantes mortes, grimaçant sans même lui adresser un regard...
« Allez vous faire foutre aussi ! » Continuas-tu cette fois-ci face aux paumes de tes mains... Tu savais pertinemment que la baguette n'était pas entièrement responsable de la présence de mauvaise magie dans tes sorts, et tu ne savais pas réellement à qui t'en prendre, sinon à toi-même.

Tu avais fini par quitter le lieu, laissant ainsi en évidence l'espace de verdure noirci par ta sale magie. Tu tendais instinctivement là le bâton pour te faire battre, ayant ainsi laissé ta baguette près de la scène. Il n'y avait aucun doute : si un élève tombait là-dessus -et cela allait arriver- les remontrances ne te seraient pas proscrites... Après tout, c'est probablement ce que tu cherchais. Peut-être quelques retenues te permettraient d'aiguiser ta magie . Oh, tu ne savais plus vraiment quoi faire pour explorer l'univers qui t'intéressait tant... Attendant certainement ta sentence, tu restas allongé un peu plus loin au milieu de la verdure. Tu observais ridiculement le ciel comme un amoureux transi. Il n'en était évidemment rien, et seule cette colère persistait en cet instant en toi...


"i can get anything i want"
Now the sirens have a still more fatal weapon than their song, namely their silence... Someone might have escaped from their singing; but from their silence, certainly never  ♛ by endlesslove.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 482
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Sep - 0:15
Tiberius passa derrière Terenei. Tiberius avait quelques affaires à gérer. Rien d'important. Rien qui ne réclamait ce pas aussi pressant. En vérité, Tiberius aurait évité Terenei pour le moment car il ne se sentait pas la patience de jouer les hypocrites. « Aaaah, bonjouuuur beau goooosse », « Alooors, comment ça vaaaa... ? » Oh, il ne parlait jamais vraiment comme ça mais Tiberius avait l'impression d'être un bouffon quand il faisait ça.

Mais voilà. L'art de la magie noire... Il n'y touchait que d'un doigt fébrile, avec le peu d'informations que Madame Pince laissait échapper. La plupart du temps, Tiberius devait aller les récolter dans la réserve et la surveillance s'était permise quelques améliorations, ces dernières années. D'abord à cause d'un petit groupe de voleurs récidivistes. Puis, dernièrement, à cause des événements qui avaient chamboulé un peu la vie des étudiants (pourtant très habitués). Pénétrer secrètement dans la réserve était devenu une plaie. Et Tiberius avait l'impression d'avoir déjà fait le grand tour de ces ouvrages qui livraient à peine de quoi s'informer, agrémentés d'une bonne tartine de « Attention, c'est si MAL et si PERFIDE que l'Enfer vous dévorera de l'intérieur et que la moisissure fleurira sous vos pieds ».

En bref, rien de bien sérieux.

Terenei était une porte. Une porte que Tiberius devait gentiment crocheter s'il voulait avoir accès aux secrets que le monde magique occidental s'appliquait à dissimuler. Mais pour le Serpentard, tous ces jeux n'étaient ni drôles ni amusants. Seule son ambition comptait. Le jeune Avery songeait que très peu aux conséquences que cela aurait pour le pauvre Terenei. Oh, un mensonge ne fait jamais de mal, pourvu qu'il reste bien caché. Tiberius n'aurait à nourrir ce petit jeu que pour quelques temps. Le temps de tâter le terrain. Puis il mettrait un peu de distance. Jouerait peut-être sur le fait qu'il soit vélaane et que ohmondieu il doive prendre des distaaaances parce qu'il est en train de tomber amoureuuux... Juste de quoi créer un peu de malaise et de se débarrasser de son amitié.

Pour le moment, Tiberius n'avait pas encore trouvé l'ouverture. La faille pour que son « ami » de Serdaigle n'en vienne à lui proposer ce genre de service. Leurs conversations n'étaient jamais bien portées sur les sujets qui émulsifiaient les intérêts du Serpentard. C'était long. Chiant. Fatiguant. Et là, tout de suite, il n'était psychologiquement pas préparé à se parer de ses meilleures qualités. Alors, il ne contenta de le contourner. Terenei avait l'air d'avoir déjà fort à faire avec ses propres introspections. Allongé comme ça, on aurait dit une publicité de télé. Ce garçon était impressionnant de charisme et Tiberius se laissa tout de même quelques secondes pour l'admirer de loin. Lui et ses foutues origines vélanes. Quand Tiberius pouvait se le permettre, il s'y laissait volontiers porter.

Dans la serre, Tiberius s'immobilisa. Et observa le paysage. S'attendant à voir la vision bucolique à laquelle Quercus les avait habitué, cette désolation le laissa interdit. Toutes les plantes. Fanées. Mortes. Desséchées. Les fleurs perdaient leurs pétales dans des envolées laides, tristes et brunâtres. Tiberius entra. Il y avait une odeur de pourriture. Quelque chose de subtil mais de pestilentiel. Ça sentait des parfums d'automne et de composte.

L'adolescent fit brièvement le tour. Il y avait dans ce paysage d'horreur quelque chose d'angoissant et de fascinant. Cette serre était devenue une véritable scène de crime. Et en butant contre le rebord d'un pot, le tintement délicat d'une baguette tomba pour rouler sur le sol. Tiberius s'accroupit. La regarda. Il n'était pas expert en baguette et n'avait plus en tête le sortilège lui permettant de révéler son propriétaire (à moins que ce sortilège ne permettait que de savoir le dernier sort lancé par la baguette, il n'en était plus trop sûr). Tant pis. Tiberius songea une seconde que le coupable pouvait potentiellement avoir un lien avec ce qu'il s'était bousculé durant le Samain. Alors, il glissa la baguette dans la cape intérieure de sa poche, ni vu ni connu. Puis se redressa. Dernier regard sur les flétrissures répugnantes qui ornaient la salle du professeur Quercus.

Tiberius sortit de la serre. On l'avait certainement vu entrer. Il fallait qu'il en sorte par l'entrée. On le tiendrait pour coupable, sans doute mais tant pis. Le professeur Quercus assassinerait certainement le coupable et Tiberius songea une seconde à ranger tout ce bordel. Il se tourna vers la serre. Regarda l'intérieur. La flemme ; Il aurait eut pour des heures, tout seul. Les sortilèges floraux, ce n'était pas tant son domaine pour se savoir capable de bâcler ça rapidement.

Il traversa le petit coin de prairie pour repasser devant Terenei, le contournant soigneusement. Puis. Il s'immobilisa. Non... Ce n'était tout de même pas... Tiberius pivota vers le demi-vélane pour mieux le regarder. Tout ça, c'était de la magie noire. Ca détruisait, ça répugnait, ça flairait bon les ondes négatives. Mais Terenei n'aurait tout de même pas laissé sa baguette... Il était naïf. Pas stupide. Et pourtant, l'idée resta tenace. Tiberius sous-estimait ses compétences de sorcier. Pas ses capacités magiques. Faire périr toute une serre, c'était du grand art. Le Serpentard sortit la baguette abandonnée de sa poche. L'observa longuement. Puis Terenei.

Il ne perdrait rien. Juste un peu de son temps. Il rangea la baguette une ultime fois. Inspira. Puis descendit la petite pente vers son aîné. Il glissa un peu dans l'humidité de l'herbe puis se laissa porter par son élan, tranquillement. En arrivant vers le Serdaigle, Tiberius se laissa tomber brusquement sur l'herbe à côté du garçon. Il s'était éclaté le coccyx en s'installant. Il geint en grimaçant, la tête en arrière.

« Putain... » Grognant dans sa gorge, il se mit sur le côté et prit une attitude caricaturalement séductrice. « Hey, salut toi... » Accoudé sur le côté, la grimace ridicule. « Vous venez souvent, par ici...? »

Par tout ce qui est magique, il avait putain de mal.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 356
Ft : Michael Provost
Localisation : Dans les forêts bulgares en terre familiale pour les vacances

Feuille de personnage
Don: Demi vélane
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Sep - 13:47
Avec la colère que tu emmagasinais actuellement en toi, il était probable que ta baguette aurait été un danger. À vrai dire, la jeter nonchalament contre les plantes mortes relevait plus d'un excès de rage que d'un réel geste réfléchi, seulement à mieux y penser, il n'était pas bon de combiner ton agacement à la force de ta baguette... La dernière fois qu'il en fut le cas, l'un de tes camarades de Dumrstrang avait fini salement écorché... Oh, tu retrouverais certainement ton allié en bois, tu ne t'en faisais pas pour ça. Un professeur aurait vite fait de la retrouver et de te la rendre en main propre une fois en retenue. Tu l'attendais particulièrement celle-là ! Monsieur Quercus allait être fou de rage. Il n'était cependant pas question de lui en parler tout de suite. Ta colère était encore trop présente et il était probable qu'elle prenne le pas sur tes paroles. L'envie d'éclater le crâne de ton professeur à coup de poing ne te traversait pas encore l'esprit, mais qu'en serait-il une fois le sermon de monsieur Quercus passé ? Non, tu devais te calmer. Relâcher la pression, et avec un peu de chance la mauvaise magie qui coulait dans tes veines...

Ainsi allongé dans l'herbe -l'herbe verte, bien verte- tu pus légèrement te reposer. Les bras contre ta poitrine, les yeux vers le ciel, tu donnais là une image bien naïve et stupide de toi... Peu importait cependant, il s'agissait certainement d'un très bon moyen afin de faire disparaître la haine que tu contractais pour cette magie. Cette magie sorcière... Il en aurait été tout autre si tu n'avais jamais quitté la forêt familiale pour t'installer dans ce château de malheur qu'était Durmstrang. La magie noire n'existe pas chez les vélanes, il s'agit seulement de la manière dont vous en faisiez usage... Après ton séjour dans l'école slave cependant, tu pus rapidement comprendre à quel point ces affirmations étaient fausses ! Tes tentatives de belle magie en étaient la preuve. Tu étais rongé par la saleté de Durmstrang.

Ce fut après quelques minutes de contemplation ridicule que tu eus le droit à la visite d'un nouvel arrivant. Ce dernier n'avait pas choisi une entrée douce... Non, c'est brutalement que le garçon s'écrasa sur l'herbe à tes côtés, s'éclatant probablement quelques os par la même occasion. D'un air presque charmeur, ton nouvel interlocuteur posa devant toi, appuyant son coude contre la terre sèche... Tes yeux se posèrent rapidement sur le trouble-fête, contemplant cette vieille parodie de ce que toi, tu pouvais être... Oui, tu pus facilement reconnaître le clown de service. Le magicien cinglant et sournois de l'école. La terreur des professeurs, tu nommas : Tiberius Avery ! Tu te levas d'un bond, évitant de rester trop longtemps dans cette position avec ce Serpentard près de toi... Ton sourire te vint naturellement. C'était ainsi que tu considérais chacun de tes interlocuteurs. Un sourire chaleureux et emplit de bonnes intentions...

« On me l'avait jamais faite celle-là » lâchas-tu naturellement, observant la posture nonchalante et voulue séductrice de ton clown d'interlocuteur.
« J'viens souvent par ici oui. C'est pas vraiment ton cas. Pas assez de gens à importuner j'me trompe ? » Un fin clin d'oeil témoigna de la légèreté de tes propos. Il n'était pas réellement là question de sermonner Tiberius. Bien au contraire. Malgré l'agacement que le jeune homme te procurait parfois en cours, lors de ses interruptions intempestives, tu appréciais tout de même l'idiotie avec laquelle le Serpentard traitait ses interlocuteurs...

Rapidement, tu te tournas afin de vérifier d'où le garçon venait. Face à toi, les serres se dressaient toujours... Tu échangeas un regard avec Tiberius, désormais légèrement gêné.

« Tu... Tu viens des serres ? » La question était en réalité rhétorique... Tu savais désormais parfaitement par où le clown était passé, et ce qu'il avait certainement dû voir...
« Le dit pas au prof steuplé ! J'comptais le faire moi-même, ça passerait déjà mieux... »


"i can get anything i want"
Now the sirens have a still more fatal weapon than their song, namely their silence... Someone might have escaped from their singing; but from their silence, certainly never  ♛ by endlesslove.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 482
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Sep - 3:56
Tiberius agita sa main comme pour faire fuir de vilains mots. Roulant des yeux au ciel, à moitié rieur.

« Tu te trompe. » Annonça-t-il fièrement en redressant la tête et bombant le torse. « T-t-t. Quelle mauvaise langue tu fais, ehe. » Infiniment narquois et théâtral. « Pour une fois, je viens en d'honnêtes intentions... » Il se redressa pour se mettre à la hauteur de son camarade. Une moue beaucoup trop innocente pour être sincère tirait son visage en une grimace forcée. Puis il rit. Doucement mais de bon cœur. Avec une pudeur qui imitait celle, courtoise, du Serdaigle.

L'amabilité affable de Terenei était gênante à beaucoup de niveaux. Il semblait loin de portée, impossible à mettre hors de lui. Une lumière chérubine qui éclairait son visage d'une expression tendrement bienveillante. Qu'on se le dise : La beauté de Terenei toute relative à ses origines vélanes n'était pas son seul atout. Il y avait une humilité en lui qui fracassait l'orgueil de Tiberius. Le Serpentard était heureux d'avoir un masque à porter pour diriger son comportement opportuniste. Terenei avait l'aura d'un véritable gentleman. Le genre de tocard qu'il serait tout légitime de prendre en exemple. A côté, Tiberius avait l'impression d'être un démon de vulgarité.

A croire que c'était ce chevalier blanc-là, tout plein de bonnes intentions, qui pouvait lui enseigner la magie noire. Tiberius en éclaterait de rire, s'il le pouvait. Cette ironie.

Le visage coupable de Terenei mit très vite fin à ses interrogations. Tiberius se tourna vers les serres puis le regarda. L'observa se décomposer comme une bougie qui fond sous sa flamme. Quand il lui posa la question fatale, le Serpentard sourit, entre une mesquinerie mauvaise et un tendre amusement, et pencha la tête sur le côté. Confirmant tacitement que oui. Oui, mon con. Je viens des serres. Tiberius s'humidifia les lèvres. Il pourrait détester Terenei pour toutes ses bonnes manières. Et le voir se confondre dans une expression presque soumise le faisait frissonner. C'était voluptueux.

Le jeune Avery éclata de rire. Une main amicale se posa sur le dos de Terenei. Son visage se para de douceur. Un sourire bienveillant accroché aux lèvres.

« Paix, ehe. Je sais que j'ai une sale réputation mais... De là à me penser capable de balancer mes amis... » Il lui offrit un regard paternaliste, haussa outrageusement des sourcils et retroussa ses lèvres d'une petite moue. Cette situation était parfaite. Juste : Parfaite. Il prit un air profondément soucieux, se redressa un peu plus, les sourcils froncés d'inquiétude. « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi tu as fait ça ? » Sa main abandonna le dos du demi-vélane pour qu'il puisse s'accouder sur ses genoux et joindre ses mains. Son coccyx lui lançait quelques rappels de sa mortalité.

Tiberius libérait ses propres informations au compte-goutte. Terenei n'était pas le genre de garçon à s'abaisser à la vengeance ou aux actes de vandalisme. Une vile bassesse pour une créature aussi noble. Non, Terenei n'avait vraisemblablement pas fait exprès. Il songea à une mauvaise nouvelle qu'on lui aurait annoncé. Peut-être l'avait-on mis en colère et avait-il décidé de s'isoler dans les serres ? Tiberius pensait comprendre que le garçon appréciait la compagnie des plantes vertes (c'était qu'il s'entendrait à merveille avec sa jolie petite Elizabeth, ce con-là).

Un accident, sous le coup de la colère... C'était si vite arrivé. Si vite...


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 356
Ft : Michael Provost
Localisation : Dans les forêts bulgares en terre familiale pour les vacances

Feuille de personnage
Don: Demi vélane
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Sep - 1:21
Quelle étrange fraîcheur ce Tiberius t'apportait là... Tu devais avouer qu'une certaine spontanéité tout à fait plaisante émanait de lui. Probablement devait-il ne pas savoir tenir sa langue, ce pour quoi il crachait ses nombreux déchets au visage de nombre d'élèves... Peut-être aurais-tu pu être similaire à lui, si ton éducation en avait été autrement ? Quoi qu'il en soit, tu trouvais un semblant d'honnêteté dans le personnage qu'était Tiberius Avery. C'était assez ironique, car le garçon avait une réputation assez sale derrière lui... Tu n'avais jamais réellement compris pourquoi les relents de ce tempérament jugé "merdique" ne t'étaient jamais retombé dessus. T'appréciait-il vraiment au point de faire passer ton ego au-dessus de son tempérament habituel ? Tu ne savais pas réellement si tu devais te sentir honoré ou en danger... Seulement ton habituelle préférence te dicta de te sentir flatté par tant d'attention. Il fallait dire que cela ravivait quelque peu ton estime de toi -alors déjà assez élevée...-. Quoi qu'il en soit, tu fus assuré par ton fidèle compagnon Serpentard qu'aucune mauvaise intention ne l'avait mené en ces lieux... Évidemment tu l'avais cru ! Après tout, il était bien trop difficile de douter de chaque parole de tes interlocuteurs... Il y avait de cela longtemps que tu avais arrêté d'analyser tous les mots de tes camarades. Peut-être en étais-tu devenu plus naïf, mais cela t'était égal. Tu vivais mieux ainsi.

L'ambiance bon enfant que ce charmant Tiberius avait instaurée s'était cependant rapidement évanouis en toi lorsque tu découvris d'où il venait... Ton interlocuteur avait clairement vu ton carnage. il était témoin, et c'était largement suffisant pour nuire à ta réputation ! Malgré ses maigres réconfortations afin de t'assurer qu'il n'en toucherait mot au professeur, tu ne te sentais plus vraiment à l'aise... Tu n'avais même pas relevé le terme "ami" que Tiberius employa pour te désigner. À vrai dire, tu avais toi-même tendance à utiliser ce mot à tort et à travers... Une simple connaissance était généralement pour toi considéré comme un ami. Il était de ce fait peu probable que tu es remarqué cet emploi curieux de la part de ton interlocuteur. Non, tu préféras nettement te concentrer sur la question de Tiberius... Oh, tu l'attendais. Elle était inévitable, et tu l'avais su dès que tu repéras le parcours du Serpentard... "Pourquoi avais-tu fait cela ?" En réalité, la question était plutôt comment ! Le pourquoi n'avait véritablement rien à voir avec cette affaire... Peut-être pensait-il à une forte colère qui t'aurait poussé à raser toute la serre ? Oh, il pouvait être sûr que s'il avait été question d'une rage comme tu l'entendais, la serre y serait passé avec... Non, aucune mauvaise intention n'avait découlé de ce geste malencontreux envers ces pauvres plantes... Tu étais simplement nul, et ta magie puait les sortilèges noirs à plein nez !

« J'ai simplement lancé un Herbivicus... Un pauvre Herbivicus... » Tu soupiras, grimaçant légèrement en repensant à l'image apocalyptique de ton sort raté.
« J'suis vraiment pas bon pour ce genre de truc... Je m'entraîne, mais j'ai vraiment l'impression que j'suis pas prêt à utiliser des sortilèges pour faire le bien. »

La terrible vérité avait été lancé ! Du moins, une partie... Tu n'avais jamais vraiment considéré la magie noire comme un sujet tabou, contrairement à bon nombre de sorciers. Il ne t'arrivait jamais de clamer haut et fort que l'unique magie dont tu étais capable d'utiliser était ce genre, seulement cela ne te semblait pas inopportun... Un enseignant de Durmstrang t'aurait certainement félicité, particulièrement monsieur Karkaroff -à l'époque...- mais tu étais complètement contraire à ces idées.

Tu te retournas finalement une fois de plus vers ton interlocuteur, lui offrant un léger sourire, quelque peu gêné...

« Tu t'y connais toi dans ce genre de truc ? J'veux dire, la mauvaise magie... Celle qui peut faire des trucs comme le massacre de la serre... »

Tu avais repéré il y avait de cela quelques semaines un certain attrait pour ce genre d'art chez Tiberius. Le garçon semblait assez intéressé, et ne pouvait donc qu'en être intéressant ! À vrai dire, les sorciers coincés du cul qui arpentaient les murs de ce château étaient souvent peu ouvert à la discussion de la magie noire...


"i can get anything i want"
Now the sirens have a still more fatal weapon than their song, namely their silence... Someone might have escaped from their singing; but from their silence, certainly never  ♛ by endlesslove.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 482
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Sep - 20:23
Tiberius en avait assez vu sur Terenei pour savoir qu'il était un très mauvais sorcier. A certains égards, il lui rappelait Max et Ian. Deux autres dangers publics qui terrifiaient toujours les assemblées à agiter leur baguette naïvement. Tiberius songea d'ailleurs à la noblesse de Terenei qui avait abandonné la sienne. Sans doute, ses deux amis Serpentard devraient prendre exemple sur lui. Si Tiberius lui aurait bien trouvé un exemplaire de Ma Vie de Moldu, il n'était pas certain que cela aille dans le sens de ses affaires. Non, non, Terenei. On va continuer la magie, tu veux bien.

D'un regard tendre, Tiberius observait l'air ruminant de Terenei concernant sa propre magie. Il s'appuya sur son bras, en arrière et ne put s'empêcher d'ouvrir la bouche pour l'arrêter dans ses idioties. Mais il se ravisa. « Des sortilèges pour faire le bien ». En quoi lancer un herbivicus, c'était « faire le bien » ? Pas que Tiberius sous-estimait l'importance des plantes vertes (si, il les sous-estimait carrément) mais de là à parler de « faire le bien »... C'était un peu exagéré. Quelle dramaqueen, ce Terenei ! Il l'imagina une seconde sur la scène d'un petit opéra de pacotille, à chanter d'une voix grave de tenor tout son désespoir dans une mise en scène de serre complètement surfaite. C'était drôle : Il l'imaginait si bien qu'il eut envie de chanter avec lui.

Mais blague à part, il préféra se taire, secouant la tête en roulant des yeux. Le visage légèrement tiré d'une expression de mépris. C'était Terenei qui parlait de ça... Lui qui n'y connaissait sans doute strictement rien. Quelle ironie.

« Si tu le dis... » Siffla-t-il en laissant son regard se perdre sur un nuage orageux qui passait dans le ciel. Un demi-sourire un peu mou au bout des lèvres.

Quand Terenei s'adressa au Serpentard directement, il lui accorda son attention et se tourna dédaigneusement vers lui. Une espèce de tendresse émue toujours au creux de ses expressions fatiguées.

Définitivement, Tiberius n'aimait pas du tout les mots qu'employait Terenei. Il le toisa une seconde. Puis se redressa pour s'accouder de nouveau sur ses genoux, faisant face au grand stade de Quidditch qui s'élevait bien plus loin devant eux.

Ce n'étaient que des expressions, mais bon Dieu, qu'avait-on appris à ce garçon ? La magie noire, une magie mauvaise... Tiberius voulut lui demander de fermer sa grande gueule d'ignare. C'était ça qui pourrait lui apprendre la magie noire ? C'était ce genre de naïf porté sur des concepts manichéens sans aucun sens vis à vis des hauteurs complexes de la Magie ? Tiberius resta, le visage fermé, quelques secondes immobile. Il soupira. S'il voulait que Terenei accepte de lui enseigner ce qu'il désirait savoir, il fallait d'abord se faire professeur avant lui. Tant pis. Tiberius prenait compte des lacunes de Terenei. Avec autant d'idées prémâchées et de préjugés méprisables, ce n'était pas étonnant que le garçon ne réussisse pas à donner les bonnes intentions à sa baguette. Qui devait se sentir insultée.

« On va... » Il grimaça. Il fallait trouver les bons mots. Sans l'insulter. Sans. L'insulter. « On va se mettre d'accord sur une chose, Terry. » Il tourna la tête vers lui. Sourire radieux.

« Tu es demi-vélane, non ? » Il lui fit signe de ne pas répondre. « Tu sais donc que la mort est naturelle et indispensable à la vie, n'est-ce pas ? » Il inspira et chercha ses mots dans le ciel, un air songeur. « Qui t'a dit que la destruction était mal ? » Il le regarda et tendit la main, comme pour se laisser le temps de s'expliquer. « Je veux dire... Ca engendre la tristesse, la colère, le deuil, la douleur... Je sais. Mais tout ça, ça fait partie de l'Univers ! C'est pas avec tous ces sentiments qu'on grandit ? Qu'on devient fort ? Sage ? » Tiberius n'en était pas à souhaiter la destruction. Mais il n'y avait qu'à voir combien les mentalités avaient évoluées en si peu de temps, après la guerre. Il y avait encore du progrès à faire mais il était indéniable que la destruction engendrait beaucoup de bien. Il le pointa du doigt. « C'est pour ça. C'est pour ça que la magie noire est si puissante... Et si effrayante. Au même titre que ceux qui se laissent ronger par la douleur et la peine, la magie noire peut rendre fou ceux qui la pensent supérieures et unique. » Il se réinstalla avec nonchalance. « Mais pratiquée avec discernement, elle rend plus fort. Et plus sage. » Il regarda ce même nuage menaçant qui s'éloignait. « Je pense que tu essaies beaucoup trop de fuir ta colère et ta peine. » Il le regarda. Il ne parlait pas de sentiments profonds. Juste de magie. Mais l'analogie était facile et évidente. « La magie noire n'est pas mauvaise. Elle est juste tabou. »

Il se leva. Fouilla dans sa cape. En sortit un morceau de bois. La baguette de Terenei.

« C'est juste une question d'équilibre. » Dit-il en jonglant avec et observant les formes de ses ornements. Il la tendit à son maître respectif. « La destruction engendre toujours la création. Faut-il seulement le vouloir, ehe... »

Le vouloir.

« Tu ne voudrais pas réparer tes erreurs ? » Il lui sourit. Clin d’œil.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 356
Ft : Michael Provost
Localisation : Dans les forêts bulgares en terre familiale pour les vacances

Feuille de personnage
Don: Demi vélane
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Sep - 9:30
Qui aurait cru que tu aurais trouvé en Tiberius un professeur au charisme étonnamment impressionnant ? Tu avais toujours imaginé ce jeune Serpentard comme un imbécile. Un clown capable d'utiliser son intelligence dans l'unique but de détruire ses interlocuteurs de tout son sarcasme. D'un certain côté, c'était un personnage que tu appréciais... Seulement, ce simple individu ne suffisait pas à faire de sa personne un élément intéressant et porteur d'intérêt... Tiberius cloua cependant très rapidement ton bec de harpie. Oui, tu avais définitivement jugé ce clown bien trop hâtivement -il fallait dire que ses remarques acerbes ne dépeignaient que très peu la culture que le garçon cachait en réalité-. Ce fut ainsi tout d'abord un Tiberius las que tu dus affronter... Quelque chose en tes mots ne l'avait pas particulièrement plus, et tu l'avais assez bien ressenti. Ses premières paroles ne t'avaient pas réellement rassuré : ton interlocuteur souhaitait mettre une chose au clair avec toi... Tu évitas de t'attarder sur le surnom qu'il t'avait octroyé. Là n'était sûrement pas la question -bien que "Terry" t'aurait certainement paru bien ridicule en d'autres circonstances-.

Tu tâchas de ne pas interrompre les explications de ton interlocuteur. Tiberius avait beaucoup à dire. Beaucoup à t'apprendre, et cela s'était immédiatement ressenti... Ce fut tout d'abord un regard légèrement méfiant que tu portas vers le Serpentard. Les bribes de tes expériences de magie ratées te revenaient encore inlassablement dans l'esprit, et ton humeur habituellement joviale en était considérablement affectée... Tu ne pouvais considérer les mots du garçon avec une parfaite objection. C'était évident : votre approche de cette magie marginale était foncièrement différente ! Ta mère devait tenir un rôle très important dans l'image que tu avais des sortilèges noirs... Après tout, Dionaea avait toujours méprisé la magie sorcière. Tout fragment d'enchantement s'échappant d'une baguette était pour elle souillé... La magie ne devait pas être contrôlée. Elle devait être respectée...

Tiberius t'avait ainsi dressé en quelques mots un portrait étonnamment intéressant de sa vision des choses... Il était vrai que tu avais toujours vu la magie noire comme une mauvaise chose. Négative et synonyme de malheur... Du moins, ce fut rapidement ta position sur la question lorsque tes colères t'entrainèrent à gravement heurter la santé de ton entourage... Petit, cette même magie qui aujourd'hui t'effrayait avait eu le don de te charmer. Tu te rappelais encore apprendre les maléfices de Durmstrang avec une rigueur extraordinaire... Un gamin prêt à apprendre n'importe quel genre de magie extravagante et exotique ! Tiberius venait-il réellement de te redonner un semblant d'étincelle dans le regard ? Cela t'étonnait toi-même... Une certaine protection que tu t'étais toi-même forgé contre les dégâts de ces maléfices t'empêchait cependant encore de croire totalement en les mots de ton interlocuteur... Tu ne pouvais pas complètement adhérer à l'utilisation d'une magie capable de détruire des vies...

Seulement, tu n'avais rien rétorqué au jeune Serpentard... Aucun mot n'était sorti de ta bouche afin de régler cette affaire... Un Terenei réellement embêté par les paroles de son interlocuteur aurait très certainement faussé compagnie au fauteur de troubles. Un léger sourire, quelques mots afin d'exprimer ton désaccord sur le sujet et puis au revoir... Il n'en était pourtant ici rien... Tu étais resté assis, face à Tiberius, buvant insatiablement ses paroles comme un enfant devant sa mère... Ce discours était très certainement celui que le jeune Terenei aurait rêvé d'entendre afin de ne pas mettre une croix sur son usage de la magie noire... Ce discours aurait pu réparer, il y avait de cela cinq ans un grand trouble dans le maniement de tes sortilèges. Ce discours aurait pu simplement te redonner une considérable confiance en toi, qui aujourd'hui aurait pu te permettre d'exécuter avec brio les sortilèges que tu souhaitais tant apprendre...

Venait-il de te redonner confiance en la magie que tu avais autrefois apprise à Durmstrang ? Non... Non évidemment. ta carapace était encore trop dure... Seulement, l'unique évocation de cette question témoignait du chamboulement que Tiberius venait d'engendrer dans ton jugement ! Avoir réussi à attirer toute ton attention dans un moment de colère aussi profond était déjà un signe de la prestance très honorable du personnage qu'était Tiberius... Tu l'avais écouté te sermonner, et c'était un début extraordinaire. Peu d'élèves pouvaient réellement se vanter de t'avoir fait la morale, et ce peu importaient le sujet... Tiberius lui, venait juste de te fermer la gueule en quelques mots.

Tu l'observas finalement jouer nonchalament avec ta baguette... Il était évident qu'il l'avait trouvé. C'était certainement le meilleur cas de figure. Un autre élève bien plus malententionné aurait parfaitement pu l'utiliser comme moyen de pression... Tiberius lui, se contenta de te la rendre, témoignant du pacifisme avec lequel il appréhendait la situation. Le garçon n'était pas là pour te piéger mais pour échanger avec toi... Pouvais-tu lui laisser une chance de s'expliquer plus amplement sur le sujet ? À vrai dire, ton bouclier te suppliait inlassablement de rebrousser chemin. De quitter cette conversation avant de s'y engouffrer trop profondément, sans chance de retour... Seulement, ta curiosité était elle bien plus puissante. Elle régissait depuis longtemps tes actions, et rares furent les discussions qui t'avaient tant attiré depuis ces dernières années.

Tu avais réfléchi longtemps sur les paroles de Tiberius, te redressant solennellement comme pour mieux réfléchir... En réalité, il n'en était rien... Tu ne réfléchissais en rien... Il s'agissait encore là d'un combat entre ton insatiable curiosité enfantine et ta raison protectrice... Le sourire charmeur que tu affichas face à ton interlocuteur témoigna cependant rapidement de l'issus de ce combat.

« Waw... J'ai jamais entendu d'aussi belle parole en trois années d'apprentissage de la magie noire... »
Il était jusqu'alors difficile de comprendre si de l'ironie pouvait être décelée dans tes paroles... En réalité, il n'en était rien. Tu avais été effectivement bluffé par le discours de ton interlocuteur

Ta curiosité avait désormais complètement pris le contrôle de tes agissements. Cette maigre protection qui, il y avait encore quelques minutes se battait farouchement contre l'entrée de ces pensées dans ton esprit était désormais bien loin... Tu n'osais encore admettre avoir été passionné par le discours de Tiberius. Ton arrogance ne pouvait faire de toi un parfait passionné, particulièrement lorsqu'il s'agissait des mots d'un élève plus jeune que toi...

« C'que tu as dit... C'était... Une vision très... Très intéressante... » Tu avais dû arracher ces mots de ta bouche. Oh, ils avaient été très durs à prononcer. Encore un coup de ton bouclier protecteur très certainement. Il n'était pas possible que tu daignes donner de l'intérêt à la magie noire...
« Jusqu'à présent cependant, l'usage de cette magie ne m'a pas apporté de très bonne chose... » Merde alors... Ce bouclier était décidément bien plus coriace que tu ne le pensais ! Il ne suffisait que d'une maigre faille, et ton appréhension de la chose s'immisçait une fois de plus dans tes propos.
« Et tu penses donc qu'il est possible de réparer mes erreurs grâce à elle ? » Un grand sourire interrogateur était venu corriger la méfiance avec laquelle tu observais ton interlocuteur.

"S'il te plaît... Dis oui !" Tu priais intérieurement pour que Tiberius te redonne cette légère lueur d'espoir qu'il avait réussi à allumer grâce à son discours... Tu aurais aimé éprouver une fois de plus l'excitement que tu avais une fois éprouvé face à l'utilisation de la magie.


"i can get anything i want"
Now the sirens have a still more fatal weapon than their song, namely their silence... Someone might have escaped from their singing; but from their silence, certainly never  ♛ by endlesslove.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 482
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Sep - 16:30
Entendre les compliments que l'on pouvait chanter à son propos le mettait toujours dans une drôle posture. Tiberius se sentait comme l'imposteur et le menteur. Il ne méritait aucun compliment. Aucun. Ses qualités étaient égoïstes et cruelles. Ses vertus étaient méprisables et violentes. Si Tiberius ne doutait pas de ses capacités, il doutait de la possibilité de pouvoir lui faire le moindre compliment sans mentir un petit peu. Beaucoup d'autres les méritaient bien mieux que lui.

Avec un peu de recul, Tiberius se souvenait qu'il associait beaucoup trop souvent les jolis mots à son égard aux grandes louanges que balançaient ses parents à son propos aux soirées mondaines. Il est si intelligent... Et si fort... Un digne successeur des Nott... Un grand sorcier... Louanges que son oncle prenait soin de démonter un par un lorsque le petit Tiberius allait le visiter. Un petit merdeux... Bouffon... Misérable insecte pleurnichard... Ca lui arrachait toujours un petit peu les tripes et Tiberius ne s'en sentait absolument pas légitime d'être élevé par ses pairs. Pire : Il avait toujours la sensation qu'on se foutait un peu de sa gueule. Parce qu'au fond, Tiberius le savait : La véritable admiration était secrète et silencieuse. Le reste n'était que faribole et hypocrisie.

Néanmoins, Tiberius avait parfaitement enfilé la robe de l'hypocrisie en intervenant auprès de Terenei. Inutile de faire dans la modestie, l'objectif était clairement atteint. Alors il prit une attitude méprisable et hautaine. Un sourire vantard que Tiberius savait détestable à souhait.

« Je m'en doute. » C'était un bon compromis pour s'éviter le moindre embarras : Accepter les compliments comme une véritable évidence.

Se laissant alors glisser indifféremment sur la fascination de Terenei qui semblait tout comblé d'une joie hésitante, Tiberius observait les serres, derrière lui. Il écoutait le Serdaigle d'une oreille distraite et se tourna vers lui d'un charmant sourire quand son camarade bulgare se plaignit encore de la magie noire.

« Il faut un début à tout. » Souffla-t-il sans insistance.

Il n'était pas sûr de faire retrouver à Terenei sa confiance en lui. Se montrer aussi pitoyable, il ne l'en avait jamais pensé capable. Tiberius avait l'impression qu'il venait de passer un cap dans leur relation de confiance. Un cap qui ne dépendait que de lui. Il n'avait pas intérêt à se foirer et choisir ses mots avec précaution. Il ne pouvait pas lui assurer de la réussite de ses sortilèges et s'il lui promettait immédiatement que ça irait mieux, il y avait de grandes chances pour que le demi-vélane perde vite patience et confiance en Tiberius.

Être mesuré. Optimiste mais pas naïf. Enthousiaste mais pas cabotin. Un peu de crédibilité : Il était Tiberius Avery, celui qui ne faisait de cadeau à personne. Il toisa Terenei d'un air perplexe.

« Mh... Je ne sais pas. Tu es tellement nul, mon pauvre... » Sa grimace d'incertitude s'envola pour lui offrir un sourire complice et moqueur. Son regard se farda de tendresse. Il lui rit doucement et lui fit signe de le suivre.

« Aller, ne reste pas à te rouler dans l'herbe. On va voir ce qu'on peut faire. »

Tiberius abandonna alors la baguette à son propriétaire pour se tourner vers les serres. En espérant que Terenei gagne un petit peu plus de confiance en lui...


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
Contenu sponsorisé
 
Black or white arts ? [Ft. Tiberius]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black and White [Mickey ][Fin]
» [Sondage] Quelle est votre plus grosse phobie ?
» La Danse y'a qu'ça de vrai ! | Recrutement ouvert à tous ! ♥
» You're parasite in black and white # 19/03 - 16h51
» → récapitulatif des personnages : élèves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Les Éxtérieurs :: Les Serres :: Les Serres-
Sauter vers: