Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

(ce passé qui ne passe pas) + winsford

Aller en bas 
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 32
Ft : saddie sink
Localisation : d'après toi ?

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Oct - 22:44
CONNOR &
MOIRA

CE PASSÉ QUI NE PASSE PAS
Donc elle était assise, le regard dans le vide, supposément sur les lignes confuses d’un livre qu’elle pensait devoir traiter de botanique. Il n’y avait rien de moins sûr, dans la mesure où elle avait pioché le volume au pif dans une étagère.
Parfois, il lui arrivait de venir et d’emprunter un livre au hasard, juste pour le plaisir de passer quelques heures dans un autre monde que le sien, entretenue par la surprise du thème choisis aléatoirement.

En été et au printemps c’était le hangar à bateau qui abritait la rouquine. Bercée par les barques qui tanguaient légèrement au gré de la brise, il lui arrivait de s’endormir n’importe comment. La bave au coin des lèvres, les cheveux trempant dans l’eau noire du lac. Ça la faisait disparaître durant des heures la Moira, elle ratait même des cours et devait les rattraper par des colles; un peu plus ou un peu moins durant la belle période c’était rien pour elle. Ça comptait bien plus que leurs salles de classes miteuses.

La seule raison qui pouvait pousser une môme en échec scolaire depuis aussi longtemps qu’elle avait tenté l’école, c’était la pression de ses pairs. La maison Gryffondor en avait marre des points perdus pour la seule et unique raison qu’elle n’avait pas envie de faire ses devoirs – perte de temps considérable selon elle.
Mais bien sûr, ses propres considérations étaient d’une importance mineures par rapport à l’envie puissante de ses camarades de gagner la Coupe.
Elle les comprenait. C’était, en un sens, un petit pied de nez à l’année terrible qui avait précédé celle-ci. Peut-être le seul réconfort qu’on pourrait leur apporter.

Parce qu’en un sens elle les aimait, Moira avait trouvé en elle ce qu’il fallait. Une once de motivation, si c’était possible d’appeler deux heures à somnoler sur un parchemin à moitié encré de la « motivation ».
Cachée derrière une montagne de livres négligemment rangés jusqu’au plafond et les allée serrées de l’immense bibliothèque du château, la rouquine sort la tête du fameux devoir, pour scruter les élèves (la majorité studieux, contrairement à elle) un par un de son regard bleuté.

Dans la foule de visage, elle en distingue qui lui réchauffent le coeur (elle les savait bons, elle les savait justes), d’autres qui lui inspirent une profonde indifférence (qui ne se démarquent ni en bien ni en mal, elle ne savait qu’en penser; étaient-ils de son coté?).
Certains, qu’elle n’aime pas. Peut-être s’était-elle déjà confrontée à eux et leur idiotie qui, plus que tout, lui hérissait le poil. Peut-être aussi les avait-elle vu faire ou dire des choses qui l’avaient, l’année dernière, rendue victime de sévices impardonnables.

Moira avait une vision du monde manichéenne, douloureusement tranchée qui la torturait depuis toujours : qui fallait-il aimer, qui fallait-il croire, comment fallait-il agir, y a-t-il un pardon ?
Et aujourd’hui, en serait-elle même capable, de pardonner ? De laisser aller cette soif de justice sauvage, qui soufflait – servile – dans ses veines, ses cellules. Son blizzard à elle, devait-il être calmé ? Ou devait-elle le déchaîner ?

L’océan de ses yeux finirent par achever leur course sur une cravate verte, des pupilles claires. Un visage fin, qu’elle déteste plus que tous les autres. Qu'elle, tristement, connaît.

Son coeur s’emballe, elle voit rouge, la cancre, elle pète un câble dans sa tête. Elle le maudit, elle qui le revoit vraiment (seul, quand elle ne s’y attend pas) pour la première fois depuis des mois. Au premier coup, elle aurait accepté d’oublier. Au deuxième, ou au doloris, ou n’importe laquelle des autres douleur, elle l’aurait supplié. Elle se serait agenouillée.

Mais Winsford était le pire des crétins, le roi des connards et il ne lui avait laissé aucun répit. « Comme les autres, » souffle une voix au creux de son oreille «, il a fait ce qu’on lui disait, c’est tout t’sais. » mais elle la fait taire bien vite. Elle a besoin de blâmer quelqu’un d’autre qu’elle-même.

Tout ce qu’elle ose espérer, c’est que son regard de tueuse le gèle sur place, vivant, et qu’il se nécrose sous ses yeux avides.

Qu’il se brise et redevienne poussière.

Pando


le blizzard.
“In a world too often governed by corruption and arrogance, it can be difficult to stay true to one’s philosophical and literary principles.”
 
(ce passé qui ne passe pas) + winsford
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Que s'est-il passé le 12 janvier 2010? Un ultimatum au peuple irréductible?
» "Ou est passé la nourriture que nous avions envoyée.?"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Quatrième Étage :: Bibliothèque-
Sauter vers: