Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Les gosses, faut leur serrer la vis (Meg)

Aller en bas 
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 12:43
12 décembre 1998

Catriona était toujours au courant de tout. Elle connaissait le moindre secret de la plus discrète des personnes. C’est pour cette raison que Michael n’aurait pas dû être aussi surpris qu’il l’était lorsque la jeune fille secoua sous son nez le parchemin où était rédigées ses notes et appréciations du premier trimestre de cours. Encre rouge sanguinolente et agressive. Des notes très basse. L’expression de déception et de contrariété de Catriona. Comment est-ce qu’elle avait mit ses petites mains de fouine sur son bulletin ?

Michael posa un pied et au sol et donna un coup sur le bord de son skate pour le récupérer dans les mains avant de descendre en trottinant les escaliers, sautant une marche sur deux. Vouloir les descendre en skate était du suicide. Au delà de treize marches c’était trop compliqué et la chute assurée. Ça n’empêchait pas Michael de tenter l’aventure de temps à autres mais seulement quand il voulait sécher un cours en se retrouvant à l’infirmerie. Ou pour tuer le temps. Mais ce soir il devait se dépêcher.

Arrivé en bas de la volée de marches le Gryffondor sauta de nouveau sur son skateboard. Pardon, pardon, excusez-moi, attention… Il filait dans le couloir, slalomant entre les élèves qui sur le passage. Super, il était déjà en retard. Catriona allait l’apprendre et faire sa minette en roulant des yeux et des hanches et en soupirant bruyamment en faisant claquer sa langue. (Je veux bien t’aider môa mais si tu n’y m’est pas un peu du tiens ! ♥️). Pfff… bien sûr qu’il était super content d’avoir un petit coup de pouce pour ses devoirs... Mais il y avait tellement de chose à faire et si peu de temps. Et il n’y comprenait rien en cours.

Michael s’arrêta brusquement devant une porte. Un peu trop brusquement, il termina le nez contre le bois de la porte et son skate qui repartait en sens inverse après avoir trébuché. “Merde ! ” Il se releva d’un coup et trottina à la suite de son précieux pour le récupérer puis revint sur ses pas le plus naturellement du monde. Mike ne prit pas la peine de frapper, il ouvrit la porte directement pour passer la tête à l’intérieur.

Pardooon ! J’suis en retard. Désolé. J’ai du repasser par ma salle commune pour récupérer mes affaires de sortilège. J’avais tout oublié dans mon dortoir, ce matin. Je m’suis fait engueuler par le prof. Mais j’ai tout noté à côté.” Il était entré dans la salle, la découvrant par la même occasion, et avait rejoint la table de son aîné. Mike laissa son skate et son sac au sol. “Désolé, je voulais pas te faire attendre. Tu as pas attendu trop longtemps ? OH ! Il marche ?!” Il abandonna le bureau pour foncer sur un micro-onde exposé sur le côté, parmi d’autres objets moldus. Mike se mit à tripoter les boutons et tourner le plus gros, à ouvrir et refermer la porte. “J’en ai un presque pareil à la maison ! Enfin il est plus crade. Je fais tout le temps exploser les oeufs dedans, j’arrive jamais à trouver le bon temps.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 15:51
« Demandez et l’on vous donnera » aurait dû être la devise personnelle de Catriona. Quand elle demandait quelque chose en papillonnant des cils, personne ne pouvait rien lui refuser, et surtout pas Meg. L’aînée des Bride était si heureuse que ses relations avec sa sœur soient revenues au beau fixe que lui accorder une faveur somme toute raisonnable ne lui serait pas venu à l’esprit. Cat avait un ami en deuxième année qui avait besoin de tutorat en sortilèges, « et Maggichou, c’est l’une de tes matières préférées, et ça te fera réviser pour tes BUSE et ce serait si gentil de ta part et… » Un sourire mutin plus tard, et l’affaire était dans le sac. Meg ne voyait pas trop en quoi réviser des sortilèges aussi basiques allait vraiment l’aider pour ses BUSE, mais elle devait admettre qu’elle était flattée. Si jusque-là, elle s’était déjà entraidée avec quelques camarades de son année, elle n’avait jamais tutoré personne en dehors de sa propre sœur, informellement. Serdaigle regorgeait d’esprits plus brillant et responsables que le sien pour qu’acquitter de ce genre de tâches. Aslinn Goyle, par exemple.

Prenant son rôle très au sérieux, elle était donc arrivée un peu en avance dans la salle d’étude des moldus, leur lieu de rendez-vous convenu. C’était l’un de ses endroits préférés du château et entre ses murs, elle se sentait particulièrement compétente. Elle avait ramené son ancien manuel de deuxième année, quelques objets sur lesquels s’entraîner et avait poussé quelques tables afin qu’ils aient la place de s’exercer. Et puis… elle avait attendu. Elle ne s’était pas trop formalisée au début, parce qu’à Poudlard, on était jamais à l’abris d’être pris en otage par un escalier mouvant ou de croiser un Peeves d’une humeur massacrante. Mais elle commençait à se lasser un peu et fixait l’horloge murale d’un œil vide quand Michael entra enfin dans la salle tel une petite tornade.

Elle ouvrit la bouche puis la referma, tel un poisson, le Gryffondor ne la laissant pas en placer une. Intérieurement, Meg hésitait entre l’exaspération et un certain amusement. Cat avait bien fait de conseiller du tutorat à son ami, qui visiblement en avait fort besoin. « C’est bien d’avoir pris des notes à côté. Bonjour Michael. » Elle opta finalement pour le sourire. Mike avait le nez un peu rouge à cause de sa récente rencontre avec la porte, et sans qu’elle en devine la raison, ça lui rappelait la fois où c’était lui qui avait cassé le nez d’Alice Silver. Elle aurait vraiment voulu voir ça, à l’époque. L’épisode la rendait en tout cas vraiment curieuse de mieux connaître le petit Davies.

« Non, ça va, mais il faut s’y mettre maintenant, parce que j’ai cours d’astronomie ce soir. » Si elle attendait qu’il s’installe sagement, elle allait devoir attendre longtemps. « Non, il ne fonctionne pas, il n’y a pas d’électricité à Poudlard. Enfin, il faut le brancher sur le groupe électrogène indépendant qui est là-bas » - elle eut un vague geste de la main vers le fond de la classe – « mais c’est compliqué. On peut vraiment faire cuire un œuf là-dedans ? Ca doit quand même être plus simple à la casserole. »

Elle se secoua. Si elle se laissait emportée dans son amour des choses moldues, ils n’avanceraient jamais. Mike semblait avoir grand besoin d’être canalisé. « Mais mettons-nous au travail. Est-ce qu’il y a un sort en particulier que tu aimerais revoir ? »


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 16:24
Inconsciemment Michael chuchotait des bip bip bip en même temps qu’il triturait les boutons. Le micro-onde débranché ne réagissait pas. S’il y avait bien une chose qui lui manquait terriblement entre les murs du château c’était de pouvoir jouer avec des appareils électriques. Les petits coups de jus ne lui avait jamais fait plus qu’un petit picotis aux doigts vaguement désagréable. “Si, si ! Mon père il le fait tout le temps, mais lui il réussit. Moi à chaque fois ça explose ! Mais tu peux faire des oeufs brouillés je crois, des oeufs sur le plat et tout. C’est trop bien comme ça, ça fait moins de vaisselle et on attend moins aussi. A la poêle ça fait tout cramer, c’est nul. Mais quand ça explose là, bah faut tout nettoyer, après. Faut juste savoir le bon temps. Pas assez ça cuit pas bien.” Michael parlait très vite et sans donner l’impression de reprendre son souffle. Il s’était détourné du micro-onde pour rejoindre Margaret à sa table, tirant une chaise afin de s’asseoir en face d’elle. Incapable de garder ses fesses posées correctement sur la chaise, il s’était tordu dans une position plus improbable, à moitié assis sur un mollet, l’autre battant l’air dans le vide.

Le Gryffondor agaça sa lèvre inférieur, levant les yeux au ciel dans une mimique particulièrement exagéré de réflexion, ses mains tapotaient la table, trahissant sa difficulté à devoir rester de nouveau immobile après toute une journée de cours. “Je sais pas… Un peu tout, je crois. Peut-être le sortilège de désarmement parce que je l’ai vraiment raté à l’examen. J’ai fait exploser tous les papiers du prof sur son bureau au lieu de retirer la baguette des mains de Blackwood. Y’en avait partout. C’était plutôt drôle mais j’ai eu une sale note. Surtout que mon essai était pas terrible non plus. Mais il m’a donné des points en plus pour l’effort. C’était gentil de sa part.” Coudes plantés sur la table, sa tête était soutenue par ses poings qui s’enfonçait contre ses joues. Il souriait, bon enfant, à la grande soeur de son amie. “C’est gentil de bien vouloir m’aider en tout cas, merci. Tu voudras que je t’aide comment pour te remercier ? Je suis pas très fort en cours et t’es déjà en cinquième année donc ça peut pas être beaucoup par rapport aux notes. Mais si y’a quelqu’un qui t’embête je peux t’aider pour ça. Je me débrouille. C’est pas trop difficile les BUSES ? Ça te fait pas trop peur ? Cat dit que t’es une super élève. Tu travailles beaucoup ? Y’en a pleins qui sont super doués sans bosser, ils ont de la chance mais bon. J’essaie de pas être trop jaloux.” Il décolla ses mains de ses joues pour se penché, toujours dans sa position précaire, et récupérer sa baguette et son manuel de sortilèges.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 16:55
Mike était un phénomène. Meg le fixait, lui et ses bruitages et ses anecdotes culinaires fascinantes. Les oeufs, ces grands basiques, semblaient soudain bien plus intéressants ainsi associés aux miracles de la technologie moldue. Les réflexions du garçon la faisaient sourire : impatient et un peu feignant, donc. Ca ne devait pas aider pour le travail scolaire, c’était sûr. Le canaliser serait sans doute le plus gros du travail. « Tu sais, faire des œufs normalement n’est pas si difficile. Il faut graisser un peu sa poêle et toujours avoir une montre avec soi. Le secret, c’est le temps de cuisson, plus que la température. »

Meg le regarda s’asseoir enfin en face d’elle, jouant machinalement avec sa plume. « Si c’est « un peu tout », est-ce que tu sais pourquoi ? Est-ce que c’est parce que tu as du mal avec les mouvements de poignet ? La prononciation du latin ? Ta concentration ? »

Son sourire amusé s’étira en lèvres pincées quand il lui fit part du problème le plus pressant. Ah. Expelliarmus était un sort de défense, et non pas un sort de sorts et enchantements, vous voyez la différence ? Elle savait qu’il n’y aurait pas dû en avoir en théorie, mais elle avait toujours eu moins confiance en elle en DCFM. Toutefois, le sortilège de Désarmement devait être gérable. Elle l’avait révisé à l’A.D. l’année précédente.

« Fenn Blackwood, le frère de Miranda ? » Sans l’avoir jamais rencontré, elle en avait entendu beaucoup sur lui, lors des séances de chant partagées avec sa sœur. « C’est vrai que le professeur Smith est gentil. » Elle lui rendit son sourire. « De rien, ça me fait plaisir. Tiens, viens là et montre-moi comment tu lances Expelliarmus, que je vois ce qu’il ne va pas. » Elle se leva et, baguette en main (pourvu qu’il ne la brûle pas !), se dirigea vers le coin de salle qu’elle avait dégagé un peu plus tôt tout en tentant de répondre à son flot interrompu de questions. « Pas besoin de me remercier pour le moment, ne t’en fais pas pour ça. Et oui, je travaille beaucoup, c’est le seul moyen d’y arriver, surtout pour les BUSE. D’ailleurs il y a plein de « génies » qui travaillent énormément mais qui se cachent pour le faire, parce qu’ils pensent que ça les rend plus cools. Bref. Concentre-toi et lance le sort. »


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 17:24
Graisser une poêle ça voulait dire sortir une poêle, sortir du beurre, allumer les plaques puis en plus rester à côté pour surveiller. Il y’en avait qui avait du temps à perdre. Et après fallait nettoyer tout ça à la main. Non, définitivement, juste un petit récipient et prendre le risque de reproduire la bataille de Verdun dans son four à micro-onde c’était une option bien plus attirante.

Michael n’eut pas besoin de réfléchir bien longtemps à la question de sa jeune tutrice. Il haussa les épaules, grimace coupable sur le visage. “Bah… Un peu tout aussi je pense ? Beaucoup la concentration, aussi. Faut penser à pleins de trucs, mais pas n’importe quoi…” Il soupira pour illustrer à quel point c’était épuisant tout ça. “Peut-être que j’ai une sorte de dyslexie magique ! J’en ai une vraie, alors ça ce peut…? Il y a déjà des cas comme ça ? Sinon c’est que je travaille pas assez, hein. Je cherche pas des excuses, c’est pas mon genre. Je me demande juste. Est-ce que les cracmols ce sont des gens avec une dyslexie magique ? Non parce que ça pourrait se soigner… En travaillant beaucoup on peut soigner la dyslexie. Ou l’améliorer.” A bien y réfléchir il y avait beaucoup de raisons qui pouvaient expliquer son échec. Il avait déjà oublié de les énumérer, perdu dans ses réflexions quant à de possible maladies de sorcier.

Je connais pas de Miranda, donc peut-être. Tu sais qu’il a quatorze ans et qu’il est seulement en deuxième année ? Il a même pas redoublé. Il est entré comme ça, directement en deuxième année. Il avait jamais été à l’école avant. C’est pareil pour mon ami Scott mais lui il a douze ans. Il a commencé l’école à la maison. J’aurai du faire ça l’année passé. Mais bon, j’ai personne qui peut m’apprendre des trucs. Mon père il connait pas tout ça, c’est un moldu.” Tout en continuant de bavasser plus pour lui que pour elle, Michael abandonna sa chaise pour se mettre en face d’elle, à quelques pas de là. “Je sais pas si ça les rend plus cool. Surtout plus énervant, tu penses pas ? Après c’est tant mieux pour eux s’ils sont doués.” Abréger, se taire. Ses professeurs le lui rappelaient assez souvent comme ça. Après avoir essuyé sa main sur son pantalon, Mike fit basculer sa baguette de main. Il essaya de se concentrer, langue pointant entre ses lèvres, mais c’était plus pour l’histoire de qu’une réelle concentration. Un mouvement de poignet un peu raide plus tard, un “Expelliarmus” crié le plus naturellement du monde et un faible jet de lumière rouge jaillissait de sa baguette. Il termina en étincelles toutes aussi sanguines, superbe bouquet pour un feu d’artifice de lilliputiens. “Mais c’est comme quand on te dit “Surtout ne penses pas à un éléphant rose.” Forcément que je pense à un éléphant rose. C’est un peu pareil. Ou alors c’est à cause de l’accent. Comme la prononciation c’est importante, les accents doivent forcément jouer, non ? Ils font comment les français pour lancer des sorts corrects ? Et les américains ?” Le Gryffondor basculait d'avant en arrière, changeant régulièrement sa baguette de main. Il avait la bougeotte mais faisait un effort considérable pour rester à sa place.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Oct - 8:45
Dyslexie magique ? Meg n’était pas spécialement au courant de l’existence d’un tel problème mais la question semblait sérieuse. « Je n’en sais rien. Peut-être que tu devrais poser la question à l’une des infirmières ? Les Cracmols sont juste nés sans magie, comme des moldus. C’est pas une maladie c’est juste… un gène en moins ou quelque chose du genre, je pense. » Elle sourit. « Mais travailler plus ne peut pas faire de mal, c’est certain. Ce qu’il faut, c’est travailler efficacement et avec méthode. Ne t’inquiète pas, ça, je peux te montrer. » Meg était la reine de l’organisation et de la minutie scolaire, méthode qui lui permettait de conquérir ses propres difficultés scolaires. Travailler beaucoup était bien, mais si c’était pour s’agiter dans tous les sens sans résultats, c’était frustrant. Il fallait s’y prendre à l’avance, faire des fiches, des plannings, utiliser des codes de couleur, décomposer les étapes des sortilèges et voir en pratique à quoi ressemblaient les ingrédients des potions et les plantes, tenir à jour ses lexiques de runes… Tout un travail en parallèle des cours qui prenait du temps.

« Ca doit être lui. Miranda m’a dit que son frère avait eu une histoire compliquée. Ca doit être bizarre pour lui. » Il fallait reconnaître que c’était assez fascinant. Elle espérait juste que les jeunes adolescents n’étaient pas trop méchants avec le cadet Blackwood. Elle failli relever l’anecdote sur Scott Carmichael (lui aussi facilement identifiable), mais s’abstint à la dernière minute, se forçant à garder les lèvres closes. Si elle se laissait distraire, ils n’y arriveraient jamais. « Beaucoup plus énervants, je suis d’accord. Travailler dur devrait être valorisé. » Elle était d’autant plus décidée à l’aider de ce qu’elle devinait entre les lignes de son récit : pas de parent sorcier à la maison, cela signifiait que le pauvre avait dû en voir de toutes les couleurs l’année précédente. Il faudrait qu’elle se renseigne discrètement auprès de Cat.

Maintenant qu’ils étaient en position, elle l’observa avec un amusement qu’elle essaya de ne pas faire transparaître. Elle ne voulait pas qu’il croit qu’elle se moquait de lui, mais sa grimace de concentration était adorable. Elle tenait sa baguette sans trop la serrer, histoire de lui faciliter la tâche, mais celle-ci ne frémit même pas dans sa main. « Ce n’est pas grave. Moi aussi j’ai eu beaucoup de mal avec Expelliarmus, au début. »

Elle balaya d’un geste de la main son blabla sur les accents : « Le latin correct a seulement un accent latin, peu importe ta langue maternelle. La mienne n’est pas l’anglais non plus et ça ne m’empêche pas de m’en sortir. » Parce que sa gouvernante avait beaucoup insisté sur les cours de latin. A l’époque, Margaret avait trouvé un peu stupide tout de même de passer autant de temps sur une langue que plus aucune personne vivante parlait, surtout avec une grammaire aussi compliquée. Un meilleur niveau lui permettant de déchiffrer seule des documents historiques l’avait motivée un peu plus, et lors de son entrée à Poudlard, l’avantage en matière de concentration et construction des sorts qu’elle avait par rapport à certains petits camarades avait achevé de la convaincre que ce n’était pas du temps perdu.

« Mais on va commencer par corriger ton mouvement du poignet. Tu es trop raide. Pose ta baguette. » Pour éviter les catastrophes. « D’abord, on les échauffe, comme ça. » Elle joignit les doigts et fit tourner ses poignets lentement, dans les deux sens. « Et quand ça arrête de craquer… » Elle fit une démonstration du bon geste pour le Sortilège de Désarmement. « Sec, mais pas raide. C’est comme lorsque tu apprends à écrire, il faut répéter souvent le geste jusqu’à ce que ta main s’en souvienne. »


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Oct - 19:02
Bon. C’était évident qu’il n’était pas encore paré pour devenir champion de duel à l’école. De toute façon ce n’était pas ce qu’il souhaitait faire plus tard, tout allait bien. Un boulot tranquille qui ne demandait pas trop de travail mais assez chouette quand même. Michael ne connaissait pas beaucoup le monde des sorciers au delà des murs de l’école et du Chemin de Traverse. Ils n’avaient pas encore eut de journée orientation ni de conseillers sous la main. Sûrement que ça ne saurait tarder au fur et à mesure qu’ils avançaient dans leur parcours scolaire.

Aaaaaah... D’accord…” Toute cette histoire d’accent semblait parfaitement limpide présenté comme ça. Et logique. “Comment on sait le bon accent, alors ? Comme c’est une langue morte ? C’est quelqu’un qui l’a décidé ? OH!” Frappé par un éclaire de génie son visage s’illumina alors que sa bouche formait un “o” parfait. “C’est pas tout à fait mort puisque les sorciers l’utilisent encore. En fait c’est seulement mort pour les moldus. C’est logique… Peut-être que les sorciers ont parlés latin pendant longtemps.” Donc il fallait en plus travailler le latin. Cette pensé n’effleura pas l’esprit du petit Gryffondor, trop occupé sur ses spéculations, sans quoi il y avait fort à parier qu’il aurait tiré une tête de dix pieds de long.

Michael glissa sa baguette dans la poche de son jean et colla ses deux mains ensemble, doigts liés. Il commença ses moulinets de poignet sans perdre de temps, dans des mouvements rapides. “Comme ça c’est bon?” Il rejoignit sa tutrice particulière du jour pour lui montrer ses admirables mouvements circulaires de plus près. “Dans les BDs la magie ça a l’air quand même plus simple. Il suffit juste de dire la formule en ayant l’air concentré, les mains en avant et paf. Ou ma sorcière bien aimée elle a juste à remuer le bout du nez.” Mettant ses paroles en action, Michael entreprit de faire remuer son nez. Echec cuisant, c’était surtout la commissure de ses lèvres qui se renvoyaient la balle.

Abandonnant ses mimiques, le Gryffondor récupéra sa baguette dans sa poche. “Tu peux me remontrer le geste ?” Il tenta tout de même de le refaire, encore un peu trop approximatif. “Le plus difficile c’est d’avoir l’esprit clair.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Oct - 21:29
Meg s’apprêtait à expliquer que la prononciation du latin se passait de génération en génération et qu’ainsi, il y avait toujours quelqu’un pour savoir laquelle était correcte, au moins dans un contexte purement académique. Et que d’autre part, ça devait se rapprocher de l’italien, qui était une langue belle et bien vivante. Toutefois, elle n’eut pas le temps de répondre. Mike venait de trouver tout seul. Cette fois-ci, elle ne put se retenir et pouffa un peu : on pouvait voir les petits rouages tourner à toute allure dans sa tête, et c’était absolument adorable. Elle acquiesça. « Exactement. Je parie que les gens qui écrivent nos manuels de sorts, comme Miranda Fauconette, parlent le latin comme si c’était une langue tout à fait normale. »

« Plus doucement, tu vas te faire mal. C’est de l’échauffement. » Michael était trop enthousiaste pour tout. C’était une bonne chose, mais ça allait lui faire sauter des étapes indispensables s’il ne prenait pas garde. « Mais tu sais, en fait, il y a plein de manières de faire de la magie. Scott ne t’a pas montré comment il faisait sans baguette ? » Elle le considéra un instant faire des grimaces confuses, et retint un nouvel éclat de rire. « Mais chez nous, la baguette sert à canaliser l’énergie magique et franchement, je crois que dans ton cas, c’est une bonne chose. Et » - ajouta-t-elle pour ne pas le vexer – « ça rend nos sortilèges plus précis, aussi. Qui est-ce, ta sorcière adorée ? »

Si Mike voulait bien se concentrer au lieu de seulement s’en donner l’air, ils arriveraient peut-être quelque part. Meg reprit sa baguette et recommença sa démonstration : « Tu vises la baguette de la personne que tu veux désarmer, tu recules lentement le poignet en le basculant vers l’arrière, comme si tu allais attirer la baguette de l’autre avec un aimant, puis, sur le « mus » tu fais un demi-tour sec du poignet : vers le bas, dans le sens des aiguilles d’une montre, et ça se fini avec tes doigts vers toi. La synchronisation entre le mouvement et la formule compte aussi. » Elle se recula de quelques pas. « Ressaie comme ça, pour voir. »


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Oct - 22:14
Mike opinait doucement à ce que Margaret lui racontait, observant ses poignets qu’il faisait tourner plus lentement sous ses bons conseils. Il faisait attention à faire des mouvements amples et aussi grands qu’il le pouvait. “Tout le monde sait faire de la magie sans baguette, en fait. C’est comme ça que font les enfants. Je suis sur que ça serait possible pour tout le monde d’apprendre. Parce que c’est inné à la base, non ? C’est comme euh… faire du bruit. On apprend à parler après.” Il détacha ses mains un instant pour se gratter la joue avant de les lier de nouveau. “Comme c’est inné p’têtre que je pourrais être meilleur.” Il avait déjà demandé à Scott de lui apprendre les tours (simple mais efficace quand il s'agissait d'impressionner les copains) qu'il connaissait et celui-ci avait tout naturellement accepté. Il ne devait pas être très bon professeur et Michael était un piètre élève. La leçon la plus longue avait duré moins de six minutes avant que l’un et l’autre ne se lassent et que leur attention partent ailleurs.

Ma sorc-...” Michael se tût quelques secondes avant de rire bruyamment. “Ma sorcière bien-aimée ! C’est une série télé. C’est une sorcière qui tombe amoureuse d’un moldu et qui décide d’habiter avec lui. Mais il veut pas qu’elle fasse de magie. Et il y’a la mère de Samantha qui aime pas son mari. Ils sont toujours en train de se disputer parce que ça l’énerve de voir Samantha à faire des corvées ménagères. C’est marrant. Mais je préfère Sabrina l’apprenti-sorcière. Elle a un chat qui s’appelle Salem qui parle. Il est trop drôle.

Michael jouait machinalement avec le manche de sa baguette, observant d’un oeil attentif les mouvements de poignets de son professeur. Il opina rapidement avant de l’imiter une nouvelle fois. Durant le premier essai il décomposa le mouvement, répétant ce qu’elle venait de lui dire de façon plus ou moins approximative. Rebelote pour le second, à l’exception qu’il se lassa vite de ce rythme trop lent et décida d'accélérer le mouvement. “C’est bon, là je crois.

Il recula de quelques pas et, avec une attitude beaucoup trop concentrée pour l’être vraiment, visa la baguette de la Serdaigle avec la sienne. Il allait le lancer avant de d’interrompre son mouvement, bouche et yeux grands ouverts. Ça venait de faire tilt dans son cerveau. Deux ou trois secondes s’écoulèrent durant lesquelles il évalua brièvement l’attitude de Margaret. Le garçon se reprit et lança son sortilège. Mince filet de lumière rougeoyante, la baguette de son aînée tressaillit entre ses doigts. Le Gryffondor ne l’avait même pas remarquer, il s’amusait à tourner sa baguette entre ses doigts, dans une posture plus décontractée. “Est-ce que toi tu sais lancer des sorts informulés ? C’est quoi les sortilèges les plus compliqués tu penses ? Ceux avec lequel t’as beaucoup de mal ?” Il était reparti vers la table que les deux étudiants occupaient un peu plus tôt. Un genoux posé sur sa chaise, il feuilletait son manuel. “A ton avis ça influe beaucoup le sortilège de le lancer avec sa main la plus influente ? Comme je suis ambidextre moi c’est pareil. Bon malheureusement c’est aussi nul si je le fais avec la main droite ou gauche. Pour toi c’est comment ?


Dernière édition par Michael Davies le Dim 28 Oct - 22:36, édité 1 fois
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Oct - 9:43
Pour une pareille petite boule d’énergie, Michael avait plein de choses intéressantes à dire. Il connaissait beaucoup de choses, et faisait preuve de déduction logique. Plus les minutes passaient et plus Meg se convainquait que ses difficultés scolaires venaient de son éparpillement. Elle pouffa plus franchement : nul doute que Mike était doué pour faire du bruit. « C’est instinctif, oui. Les enfants le font sans faire exprès, mais ils ne le contrôlent pas. Nous, avec nos baguettes, nous travaillons les sorts pour que ce soit fiable. C’est fastidieux, mais ça offre beaucoup plus de possibilités sur le long terme. Chaque fois que tu lances un sors, tu obtiens le même résultat que tu veux, ce n’est plus du hasard. Je crois que la magie sans baguette de Scott n’est pas comme celle des enfants, il y met de l’intention derrière, comme nous avec notre baguette. Ca, c’est certainement possible de l’apprendre, oui. » La magie des enfants n’était pas apprise, c’est pour ça qu’elle fonctionnait. C’était vraiment une piste de réflexion fascinante. Sa curiosité de Serdaigle était piquée au vif. Peut-être pourrait-elle garder ça comme prochain sujet de recherche pour le cours de Sors et Enchantements, justement ? Ils avaient un parchemin à rendre sur la nature de la magie et la manière dont cela influençait les sorts, charmes, maléfices et autres.

Mais Mike était déjà parti dans d’autres sphères et son rire explosif la ramena sur la terre ferme. « C’est fascinant ! Et cette Samantha ne peut plus utiliser de sorts ménagers ? » La pauvre ! C’était drôle d’imaginer ce que les moldus pensaient savoir sur le monde sorcier. Ils attribuaient des caractéristiques magiques aux choses les moins logiques : un chat qui parle, vraiment ! Mais la question du contact avec les moldus était sérieuse et réelle. « Si ça se trouve, il y a de vrais sorciers dans l’entourage des gens qui produisent ces séries télé. Je me demande si ça casse le Code International du Secret Magique. » En tous les cas, elle avait été invitée par Billie pendant les vacances pour faire du shopping et elle avait grand hâte de regarder une vraie télévision en direct quand elle rentrerait chez les Persson pour le goûter.

« Tu y étais presque ! Ma baguette a bougé. Tu vois, c’est déjà mieux. Attends, maintenant on va améliorer ta prononciation avant de ré-essayer. Expelliarmus, accentué sur la deuxième syllabe, et avec le S de fin un peu long. »

Elle réfléchit un peu à sa question en rejoignant la table à son tour.

« Je sais lancer quelques sortilèges ménagers tout simples en informulé, et Lumos, mais c’est vraiment tout. Ca commence plutôt à s’apprendre en sixième année et il faut vraiment vraiment bien maîtriser le sortilège pour y arriver sans formule. Je crois que pour moi, les sorts les plus difficiles sont ceux qui demandent un état d’esprit particulier, une intention. Pour un Patronus, par exemple, il faut vraiment réussir à être heureux. » Et pour un Doloris, il fallait vraiment vouloir que la personne en face souffre, mais elle s’abstint de le faire remarquer. « Moi je suis droitière et je ne me suis jamais posé la question, je tiens ma baguette de la main droite. C’est génial que tu sois ambidextre, ça doit être très pratique. » Ca lui donnait une idée et elle afficha un grand sourire. « Vas-y, essaie de me désarmer encore une fois. Si tu y arrives, je devrais essayer de te prendre ta baguette à toi en tenant la mienne de la main gauche, pour voir. » Ca aussi, ça aurait fait un bon sujet de recherche. Décidément, Mike était inspirant.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Oct - 22:27
“Bah normalement elle peut pas, comme les sorcières doivent se cacher et tout et tout. Mais bon, parfois ça la saoule donc elle le fait quand même. Souvent y’a une catastrophe et ça énerve son mari. Mais c’est drôle.” Samantha était vraiment la maman parfaite. Il n’eut pas le temps d’élaborer sur la chose, Margaret pointait déjà quelque chose d’intéressant. Il fit travailler sa bouche en une petite moue de réflexion puis haussa les épaules. “Peut-être. Ou alors des moldus qu’on a voulu oublietter mais qui s’en souvenait un peu quand même. Tu sais, un peu comme un rêve qui laisse des traces ? Je me suis jamais fais oublietter, enfin je pense pas, donc je sais pas trop comment ça se passe…” En réalité il n’avait jamais été témoin d’un sortilège d’amnésie non plus et se contentait d’émettre des théories à tout bout de champs comme il savait si bien le faire. “...Mais ça pourrait être possible. Et peut-être que le Ministère en sait rien vu qu’ils doivent pas vraiment regarder la télé. Alors que ça serait trop bien d’avoir des soirée télé ici. On pourrait voir des films. Tu as déjà vu des films en cours d’études des moldus ? ”

Michael faisait tourner les pages de son manuel avec nonchalance, lisant à peine les titres. Il leva le nez vers sa tutrice quand elle le rejoignit à sa table. Ses yeux s’emplirent d’étoiles quand elle mentionna qu’elle savait faire de la magie informulée. C’était vraiment une fille épatante. Il se redressa sur ses coudes, se penchant un peu plus sur la table. “Et tu sais faire un patronus ? On m’a dit que c’était méga compliqué à faire. Même si réussir à être heureux ça vaaaaa... C’est pas trop dur non plus. Non?”

Le Gryffondor attrapa la plume qui était dans son sac et un morceau de parchemin sur lequel des notes avaient été jetées en vrac d’une écriture difficilement lisible. Il fit un premier trait avec sa plume, l’éloigna du parchemin pour la secouer vivement, gribouiller une suite de cercle sur le talon de sa chaussure puis revint à son parchemin. En s’appliquant il écrivit Marged de sa main gauche et Bride de la droite. Son écriture était grossière, maladroite et irrégulière peu importe la main. Il tourna le parchemin pour le lui montrer avant de regarder la baguette qu’il devait subtiliser.

Catriona avait décidément de la chance d’avoir une grande soeur, même si parfois elle se plaignait que ce n’était pas toujours facile. Margaret était la grande soeur chouette en tous points. Elle était forte en classe et pouvait donner des coups de main, elle était gentille, intelligente et en plus jolie. Elle connaissait milles choses. Etre fils unique (oui) était pesant, parfois. Ça voulait dire être souvent seul que ce soit pour jouer ou pour les devoirs. Idéaliser des grands frères ou des petites soeurs était un passe temps dont il ne se lassait pas vraiment. Non, Cat avait vraiment beaucoup de chance. “Tu ressembles un peu à une princesse. A Cendrillon.” Il lui offrit son plus beau sourire.

Puis lui bondit dessus pour lui arracher sa baguette des mains et s’éloigner de quelques foulées, triomphant, l’objet volé à bout de bras. Une fois à une distance jugée raisonnable, il se tourna vers Meg. Son visage reflétait son exultation d’avoir été aussi malin. “Réussi! Je t’ai désarmé !” Il lança la baguette en l’air (pas bien haut) pour la récupérer avec une aisance marquée. “Ça aussi c’est important. De surprendre son adversaire et tout.” Et ce n’était pas du tout la raison pour laquelle elle prenait la peine de lui donner un cours particulier. Mais tout ce concept était déjà bien loin derrière lui. Mike fit tourner la baguette de la Serdaigle dans ses doigts avant de l’immobiliser. “Aller, à toi de la récupérer ! De la main gauche, hein.”
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Oct - 23:40
Meg pouffa un peu à l’évocation de la sorcière « bien-aimée » et des catastrophes qu’elle provoquait. « La magie a toujours un prix. » Ou du moins, c’était e que les moldus croyaient. Quant à savoir si eux sorcier sacrifiaient réellement quelque chose pour en faire usage… elle aurait été bien en peine de le savoir. S’il leur manquait quelque chose, c’était depuis tellement de générations qu’ils en avaient oublié l’existence. Enfin. Elle n’avait pas tellement envie de se perdre dans ce genre de considération philosophique aujourd’hui. Elle acquiesça gentiment aux hypothèses de Mike sur les Oubliettes. « Ça se tient. Sorcière Hebdo disait que c’était exactement ce qui était arrivé à un chanteur moldu. Michael Jackson, tu connais ? Il a fait une vidéo avec plein de loups-garous dedans, et le Ministère n’était pas content du tout. » Elle réfléchit un instant : « Oui. Mary Poppins, j’ai beaucoup aimé, même si elle ne ressemble pas du tout à la nurse que moi j’ai eu petite, ni vraiment à une réelle sorcière d’ailleurs. Quoique… »

Un sortilège d’extension sans fin sur son sac en tapisserie, quelques informulés pour faire danser les jouets… Il y avait quand même du vrai dans ce film. Ce que Meg avait préféré, c’était le mélange d’images réelles et animées : ça, c’était absolument magique pour elle.

« J’ai réussi à en faire un deux fois, mais c’est vraiment difficile. C’est comme s’il fallait se concentrer pour être heureux, pas juste se souvenir, mais vraiment revivre des choses intensément. Mon Patronus a la forme d’un cheval, et je le trouve magnifique. A ton avis, le tien aurait quelle forme ? »

Ses yeux brillaient tout autant que ceux du jeune garçon à l’évocation de son patronus. « Magnifique » n’était peut-être pas le terme que d’autres auraient employé pour qualifier son cheval de trait massif, mais comment elle-même aurait-elle pu le trouver laid quand il était l’incarnation de tout son bonheur ? Réussir à le retrouver, quelques jours plus tôt en cours de DCFM avait été une grande surprise et une grande joie, comme être réunie avec un ami longtemps perdu de vue. L’épisode lui avait définitivement fournit un sursaut de confiance en elle.

Elle se pencha et admira sa performance calligraphique, souriant devant la forme prise par son nom. Il n’avait pas une très belle écriture mais c’était vrai qu’en y regardant bien, on n’aurait pas pu deviner qu’il avait changé de main entre les deux. Elle-même aurait été bien incapable de l’imiter. « C’est vraiment impressionnant. Mais… pourquoi tu écris sur ta chaussure ?» Il allait mettre de l’encre partout en marchant !

« Oh, merci, c’est adorable ! » Elle n’était pas certaine de qui était Cendrillon, exactement, mais c’était toujours agréable de se faire comparer à une princesse par un jeune garçon aussi adorable, et le rose lui montait encore lentement aux joues sous le compliment quand il lui sauta dessus. « HEY ! » Le sale petit leprechaun ! Son visage transpirait la malice et la satisfaction, et elle se trouvait bien penaude de s’être fait avoir aussi facilement. Récupérer sa baguette de loin était très difficile, mais s’il continuait à jouer avec, elle avait peut-être une chance. Que l’élégance aille se faire voir, il allait falloir être pragmatique sur ce coup-là.

« Accio baguette ! » Tout ce qu’elle détestait, les sortilèges qui demandaient une intention intense pour réussir. Toutefois, elle n’avait rien envie de tant que de récupérer son précieux instrument, en cet instant. Sans elle, elle se sentait toute nue et vulnérable et c’était très désagréable. Attendre qu’il la fasse tournoyer à nouveau et… « Accio baguette ! » tenta-elle une deuxième fois. Ce n’était pas parfait, mais assez pour que la baguette fasse un bond en demi-teinte vers elle. Meg se jeta dessus au risque de tomber vers l’avant, failli se prendre les pieds dans la lanière de son sac au sol et battit des bras comme un oiseau pour rétablir son équilibre.

« Main gauche, hum ? » demanda-t-elle, essouflée, avant de faire passer sa baguette dans la main incriminée. S’il fallait de la motivation pour réussir, elle en avait. « Rictusempra ! » Et là, comment s'en sortirait-il, sans maîtriser le sort ?Elle était tout de même plus amusée que fâchée.



The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 96
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 21:07
Aucune idée. De toute façon je sais que ça sera un truc cool.” Mais il n’aurait pas su dire quoi. Il ne pouvait même pas dire quel était son animal ou son plat préféré de toute façon. Alors ce qu’il voulait comme animal pour le représenter… oh. Son visage s’illumina et il offrit un grand sourire à Margaret. “Mais ça serait génial que ce soit un lion !” Un lion comme sa maison, pour la bravour et le courage. Oui, ça serait plus que chouette. Peut-être qu’il avait besoin de s’assagir un peu, pour ça. Idée à creuser. Il fallait également qu’il creuse l’idée que modeler son caractère afin d’avoir le patronus de ses rêves était stupide. Plus tard.

C’est pour que le stylo marche mieux. Ça refait tourner la bille. Bon, là c’est une plume mais en général ça marche.” Une superstition estudiantine qu’il avait ramené de son primaire ou gribouiller les semelles de ses chaussures était monnaie courante.

L’air ravi puis consécutivement dépité de Margaret le fit rire davantage. Mike, plié en deux, se tenait le ventre. D’épaisses mèches de cheveux tombaient devant ses yeux. Il n’y avait pas de méchanceté dans ce petit jeu, simplement un amusement fou au détriment de sa tutrice. Elle était si parfaite, si tirée à quatre épingles. La voir aussi outrée était extraordinairement amusant. Il finit par se calmer et se redresser pour continuer à faire tourner la baguette magique de Meg entre ses doigts.

La première tentative de la Serdaigle pour récupérer son précieux ne rencontra pas un succès monstre. En revanche la baguette s’écarta brusquement de sa trajectoire initiale lorsqu’elle lança une seconde fois Accio. Mike suivit l’objet des yeux sans interférer dans les affaires de la sorcière, impressionné par ce sortilège lancé à mains nues.

Est-ce que tu pourrais le refaire c’était-” Il ne termina pas sa phrase et se mit à gigoter d’un pied sur l’autre en ricanant. Aussi faible le sort pouvait-il être, Michael restait très chatouilleux. Il s’écroula au sol pour se rouler par terre, hurlant de rire, essayant avec difficulté de parler. Le pire c’est qu’agiter les bras et les jambes ne servait à rien pour se battre contre un ennemi invisible. En suppliant Meg d’arrêter de façon beaucoup trop saccadée pour être compréhensible, il essaya d’attraper sa baguette magique. Il n’en tira cependant pas grand chose, incapable de prononcer une quelconque formule correctement.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 757
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Déc - 9:47
Mike tenait plus du lionceau mal léché que du roi de la savane, encore, mais Meg lui offrit un grand sourire. Il avait de l’enthousiasme, du potentiel et un sens de la loyauté à sa maison qui l’honorait. Pourquoi n’aurait-il pas pu avoir un Patronus lion, un jour ? Quoique… Un patronus puce, en train de sauter partout, petit mais puissant, lui aurait bien convenu aussi. « Je veux voir ça le jour où tu en sortiras un. »

Elle fronça un peu les sourcils face à son explication bancale concernant le stylo. Ça n’était justement pas une bille… « Du moment que tu ne te fais pas attraper par Rusard à mettre de l’encre partout sur le sol. »

Mais la personne attrapée, actuellement, c’était elle, et Meg dut se débattre un peu pour parvenir à récupérer sa baguette, sous le rire contagieux de Mike. Rirait bien qui rirait le dernier. La Serdaigle avait des mèches blondes devant les yeux, le souffle court et l’impression distincte qu’elle venait de courir un marathon. Gagner un tournois de duel dans le cours du professeur Nott (ce qui d’ailleurs ne lui était jamais arrivé) n’aurait pas été plus satisfaisant, même si son adversaire était encore presque un enfant. Il lui avait redonné de l’entrain, en tout cas.

« Qu’est-ce que tu dis ? Le refaire ? » Elle fit semblant de ne pas comprendre, malicieuse à son tour. « Supercalifragiliticexpialidocious ! Non ? » Elle le laissa se tortiller au sol encore quelques secondes, ravie et riant elle-même, avant de lancer « Finite ! Ca va ? » et de lui tendre une main secourable pour l’aider à se relever. Pour un sortilège lancé de la main gauche, elle ne s’en sortait pas trop mal.

« Autre chose au programme, maintenant que tu sais me désarmer ? Finite, par exemple, non ? » Clairement, il en aurait besoin pour se sortir d’un mauvais pas. « Attends, c’est plus facile de ne pas s’exercer sur soi, pour commencer. Vas-y, fais-moi disparaître ça. Pullis cantus ! »

Un chœur de poussins apparu devant eux. Ils étaient trois et chantaient une comptine, mais le plus petit du lot cancanait faux, ce qui donnait un raffut peu agréable. Meg se recula d’un pas, repassant sa baguette dans sa main droite, histoire de ne pas se faire prendre au dépourvu une seconde fois, le visage étiré d’une légère grimace face à la cacophonie de piaillements pseudo-mélodiques. Après ça, ils auraient bien mérité une petite pause.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
Contenu sponsorisé
 
Les gosses, faut leur serrer la vis (Meg)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La politesse, tu connais ? [PV Juliet]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Premier Étage :: Études des Moldus-
Sauter vers: