Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

rien n'est impossible pour un weasley

Aller en bas 
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Nov - 21:45

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


16 décembre 1998. L'événement que Ron craignait le plus depuis la fin de la guerre, c'était la période de Noël. Ce premier Noël où la famille ne serait pas au complet, et où les visages seraient rempli de larmes à verser quand ils verraient une chaise vide à leurs côtés. Ron avait pleuré une fois. Le jour de sa mort. Ensuite, il se l'était interdit. Par pudeur pour sa mère et son père, par pudeur pour George qui était en train de perdre la tête sans son autre moitié. Il ne fonctionnait plus, quelque chose était brisé, et rien ne pouvait réparer cela. Pas même la plus puissante potion du monde. Ron en avait discuté avec Harry, qui comprenait ce qu'était de perdre un être cher, avec Hermione, parce qu'il l'aimait inconditionnellement et qu'elle l'épaulait, quoiqu'il arrive. Mais au fond de lui, c'était avec les siens qu'il voulait partager sa peine, et il ne s'en donnait pas le droit. Ron ne réalisait pas vraiment que ce n'était pas un concours de douleur, mais George devait avoir le droit d'exprimer sa peine sans qu'elle doive interférer avec celle des autres.

Alors, Ron errait dans les couloirs, il essayait d'éviter Rusard ou Peeves qui pourrait le dénoncer, il tentait d'être discret, parce que ce soir, à l'approche des vacances, la nostalgie avait une emprise sur lui qu'il ne soupçonnait même pas. Hermione devait sûrement dormir, et Harry, Harry était on-ne-sait-où. Ce dernier était souvent absent, pour une raison que Ron ne s'expliquait pas, et sans se mêler de sa relation, il se demandait comment le ressentait sa petite sœur. Il ondulait entre les pierres et les couloirs quand il entendit une voix, un sanglot surtout. Il s'arrêta presque instinctivement quand il crût reconnaitre le son aigue. Il s'approcha de la salle de classe vide et il vit, assise dans un coin, une Ginny, le visage inondé de larmes et les cheveux devant ses yeux qui tentaient de les cacher. Ron ne savait pas comment réagir, n'ayant jamais eu ce rôle envers sa petite sœur, mais il ne supportait pas de la voir dans cet état. Surtout après ce qu'ils venaient de vivre, tous, les Weasley. Alors, le grand frère s'approcha doucement, et tapa à la porte trois fort, pas trop fort. « Je peux entrer ? » Il pencha sa tête sur le côté, les lèvres pincées. Allait-elle accepter de lui parler ? Et Ron, allait-il enfin se livrer à quelqu'un de sa famille, plutôt qu'à ses meilleurs amis ?

AVENGEDINCHAINS
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 177
Ft : Bonnie Wright

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Nov - 9:52
16 décembre 1998 Noël approchait à grands pas. Habituellement, c’était une période que Ginny Weasley adorait, mais cette année, ça allait être différent. Cette année, il n’y aura pas Fred pour conplèter George. Il n’y aura que la moitié d’un duo qui a tant fonctionner au cours des années. Un duo qui s’est brisé à cause d’une guerre qui a causer la perte de tant de d’autres personnes.

Ce jour là, Ginny Weasley repensait à la discussion qu’elle avait eu avec Jonathan. Il faut dire que la veille, la jeune femme s’était totalement livrée au pauvre garçon qui n’avait rien demander. Pourquoi ? Parce qu’elle avait confiance en lui sans doute, parce qu’il était la seule personne à l’avoir écouter depuis des semaines. Elle avait eu l’impression d’être plus proche de Jonathan ce jour là, qu’avec Harry au cours des dernières semaines. C’était sans doute une impression puisque la jeune femme se sentait seule et que la première personne qui était passée par là avait été assez gentille pour l’écouter. Elle aurait pu se faire envoyer promener aussi...

Le soir venait de tomber et Ginny ne voulait pas retourner dans la salle commune. Les gens posaient trop de questions et lorsqu’elle était tranquille dans le dortoir des filles, c’étiat la même chose. Elle avait hâte de retrouver sa chambre au Terrier, là où elle pourrait s’enfermer sans que personne ne lui dise rien, mais pour cela il fallait attendre quelques jours encore. Alors la jeune Weasley errait dans les couloirs de Poudlard sans se douter qu’elle n’était pas la seule à le faire. Elle entra finalement dans une salle de classe et alla s’asseoir dans un coin, remontant ses jambes contre sa poitrine, ses bras autour de ses jambes, son front contre ses genoux. Depuis hier, elle voulait parler avec Harry, mais ce dernier était introuvable. Puisqu’il connaissait le château mieux que quiconque, elle se doutait bien qu’elle n’allait pas le retrouver comme ça... Elle ne voulait pas lui envoyer un hibou pour prendre rendez vous avec lui. C’était ridicule. Alors en attendant de pouvoir tomber sur son petit ami, Ginny pleurait. Elle pleurait parce qu’elle se sentait perdu dans ses sentiments. Qu’elle ne savait plus quoi faire pour attirer l’attention d’Harry. Qu’elle ne savait pas quoi faire pour lui faire comprendre qu’elle était là pour lui, pour l’aider à avancer, à faire face à ses démons s’il y avait... Ses sanglots devaient s’entendre du couloir puisqu’à un moment des coups contre la porte se firent entendre. Sursautant, vive comme l’éclair, Ginny attrapa sa baguette magique qui ne la quittait jamais, mais se radoucit lorsqu’elle entendit la voix de Ron qui le demandait s’il pouvait entrer. La jeune femme essaya de lui cacher ses larmes, mais il les avaient sans doute déjà vu.

«Bien sûr que tu peux entrer Ron... Qu’est-ce que tu fais dans les couloirs ?»

Bien sûr, cela ne la regardait pas, mais elle ne pouvait s’empêcher de lui poser la question. Essuyant ses larmes avec ses mains, elle invita d’une main son frère à venir s’asseoir à coté d’elle. Est-ce que les deux frere et soeur Weasley allaient se confier l’un à l’autre, chose qu’ils n’avaient presque jamais fait ?




"I'll always be here for you"

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Nov - 11:19

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


Malgré toutes ces années à être aux côtés de Ginny, Ronald n’avait jamais pris le temps d’avoir une vraie discussion avec elle. Tout n’avait toujours tourné qu’autour d’Harry depuis des années, et jamais ils n’avaient pu créer un lien entre eux, quelque chose de fort et de fraternel. Finalement, elle accepta qu’il entre dans la pièce et il alla s’asseoir à ses côtés, sans un mot. Il pliait légèrement ses jambes pour y poser ses bras, et il mit sa tête en arrière pour la coller contre le mur. Il regardait le plafond dans lequel était apparu des petites étoiles filantes et des nuages noirs, gorgés d’eau, prêt à se lâcher sur eux deux. Comme s’ils n’attendaient que ces deux Weasley pour évacuer la pression hydraulique qui stagnaient depuis bien trop longtemps.

Jamais il ne s’était confié à sa sœur. Pas qu’il ne la pensait pas capable d’écouter, mais surtout parce qu’il avait eu trop de pudeur pour l’importuner. Il ne s’était jamais mêlé de sa relation avec Harry, relation qu’il acceptait sans trop la regarder car c’était gênant pour lui de voir sa sœur se faire embrasser par son meilleur ami. Mais aujourd’hui, il le voyait bien qu’Harry avait mis des distances. Même avec lui et Hermione, il avait décidé de souffler loin de tout et de tout le monde en les croisant le moins possible. Avec ce qu’il avait vécu ces dernières années, Harry n’avait jamais eu l’occasion de se concentrer sur lui-même et Hermione et Ron tentaient de lui donner l’espace dont il avait besoin après toutes ces pertes. A la différence des Weasley, Harry n’avait plus de famille, si ce n’est les Dursley mais qui étaient la sous-race du mot famille. Il tourna légèrement sa tête vers Ginny, sans la regarder… et il prit la main de sa sœur dans la sienne. Il la serra doucement, comme pour lui dire je suis là sans mettre de mot dans cette peine.

Puis, Ron essaya de prendre la parole. « Je… Est-ce que ça va, Ginny ? » Quand est-ce qu’il lui avait déjà posé cette question ? A son souvenir, jamais. Il n’avait jamais pris la peine de lui demander comment elle se sentait. Il ne lâchait pas sa main, il ne le voulait pas. La porte était fermée, l’orage dans la pièce allait éclater et d’une minute à l’autre, Rusard pouvait venir les attraper pour les amener devant la directrice et les punir.
AVENGEDINCHAINS
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 177
Ft : Bonnie Wright

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Nov - 21:38
Ginny avait légèrement sursauté lorsque son frère s’était manifesté, mais maintenant, elle était contente que ce soit lui qui soit là et pas quelqu’un d’autre. Elle n’aurait pas aimé tomber nez à nez avec Rusard. Elle n’avait pas très envie qu’il la voit pleurer. Il aurait encore trouver une raison pour la mettre en retenue... Ginny n’avait qu’une envie, être seule, mais lorsqu’elle avait vu Ron entré dans la salle, elle avait changé d’avis.

Les deux plus jeunes Weasley n’avaient jamais eu l’occasion de se parler franchement. C’était comme s’il y avait une espèce de barrière entre eux. Pourtant, ils n’avaient qu’un an d’écart. Peut-être est-ce le fait qu’ils soient un garçon et une fille ? Peut-être. Pourtant, ils auraient du être plus proche l’un de l’autre. La jeune femme ne regardait pas son frère lorsqu’il vient s’asseoir à ses cotés, mais elle était ravie de l’avoir à ses cotés. Ce dernier lui prit doucement la main, chose qu’elle n’avait pas souvenir qu’ils aient fait l’un et l’autre. Il y avait quelque chose de rassurant dans la présence de Ron, comme s’il prenait véritablement son rôle de grand frère au sérieux. Non pas qu’il ne l’ai pas fait avant, mais il avait bien d’autres choses à penser. Ginny serra la main de son frère et pendant quelques minutes, il n’y avait que le silence dans la salle avait que Ron ne le brise, demandant à sa soeur si elle allait bien.

La rouquine soupira. Il y avait tellement de choses à dire qu’elle ne savait pas par quoi commencer. Harry ? Non, elle pourrait toujours en parler plus tard. La famille ? Sans doute elle devrait en parler puis que Noël allait bientôt arriver et qu’ils allaient retournés chez eux. L’école en elle-même ? Les choses avaient changés entre les différents élèves qui avaient vécu la guerre... La jeune femme ne savait pas trop par quoi commencer. Elle n’avait pas envie d’embêter son frère avec ses histoires, mais après tout, excepté Jonathan, à qui pouvait-elle en parler ? La jeune femme soupira de nouveau et lui dit :

«Je ne sais pas si tu as vraiment envie d’entendre ta soeur se plaindre de sa vie actuellement...»

Elle essayait d’éviter la conversation, mais elle savait que tôt ou tard, elle allait devoir parler...

«Et toi Ron, ça va ?»




"I'll always be here for you"

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Nov - 22:02

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


C'était comme ça qu'il avait envie d'être maintenant, un grand frère présent. Mais le naturel de Ron revenait souvent au galop et il n'était pas sûr d'être à la hauteur. Bill était quelqu'un de bien plus serein, lui, il serait d'une bonne écoute si Ginny venait à lui parler mais Ron ? Il était juste le rouquin, le dernier garçon, celui qui fait des bourdes tous les jours et qui mangeait continuellement. Pas l'oreille attentive. Même pour ses meilleurs amis, il n'avait jamais réussi à être un bon ami. Mais sa sœur essaya, au final, de détourner la conversation. Et ça fonctionnait bien. Il ne lâchait pas la main de sa sœur, comme si elle était une ancre dans cet océan qui le noyait petit-à-petit. « Bien joué, Ginny. » Elle était forte, il se déconcentrait facilement, Ron. « Non, ça ne va pas. » Il baissait la tête. Il fallait bien commencer par quelque chose non ? Alors si Ron, le grand-frère, ne pouvait pas donner l'exemple de la communication à Ginny, qui le ferait ? Il n'y avait plus qu'eux à Poudlard pour porter le nom des Weasley.

« J'ai peur de ne pas être à la hauteur de cette soudaine notoriété qu'on me donne parce que j'ai sauvé le monde avec Harry et Hermione. » Parler de Fred, c'était plus tard. Il n'était pas sûr d'être capable de mettre des mots sur ses émotions alors autant commencer par le plus simple. Serait-il possible un jour de se parler à cœur ouvert entre Weasley ? Rares étaient ces moments-là, même avec sa mère, Molly. « Harry il… » Il avait besoin de justifier la distance de son meilleur ami, pour le redorer auprès de sa sœur. « Avec tout ce qu'il a vécu depuis toutes ces années, Harry n'a jamais eu le temps de souffler, de pleurer, de faire le deuil de chacune de ses pertes. » Il haussait les épaules. « Son absence fait que c'est moi que les gens viennent voir. Et si j'me foire, les gens pensent que je ne mérite pas mon statut. » C'était autant prétentieux que réel.
AVENGEDINCHAINS

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 177
Ft : Bonnie Wright

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Nov - 22:02
Ginny avait envie de passer du temps avec son frère. La guerre allait sans doute les rapprocher en plus de la perte d’un frère. La jeune femme avait besoin de savoir que Ron pouvait compter sur elle. Elle voulait qu’il puisse compter sur elle. Après, peut-être, elle allait se permettre de lui confier quelques trucs s’il lui promettait de ne rien dire... Alors, son frère se lança. Il lui dit qu’il avait peur de ne pas être à la hauteur de la soudaine notoriété que l’on lui donnait parce qu’il avait sauvé le monde avec ses meilleurs amis. Puis, il lui parla d’Harry et la jeune femme se raidit. Est-ce que Ron avait discuté avec son meilleur ami ? Est-ce qu’il s’était rendu compte que le Survivant délaissait un peu plus chaque jour sa petite amie ? Ron lui dit seulement qu’Harry avait vécu des choses, qu’il n’avait pas eu le temps de souffler, pleurer, de faire le deuil de toutes ses pertes. Et l’absence du Survivant donnait des responsabilités en plus au rouquin. S’il se plantait, les gens pensait qu’il ne méritait pas son status. Ginny regarda son frère pendant quelques secondes. Comment les gens pouvaient-ils penser ça ? La jeune femme secoua la tête pour elle même et lui répondit :

«Tu es déjà à la hauteur Ron. Tu ne peux pas être plus parfait pour les gens. S’ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à remonter le temps et aller faire tout ce que tu as fait eux même ! Tu as su te montrer être un véritable Gryffondor.»

La jeune femme était sincère. Il ne pouvait pas être mieux que ce qu’il était déjà. Ron était Ron et personne ne pourrait le changer. La rouquine ne voulait pas que son frère change.

«Pour ce qui est d’Harry...»

Sans le vouloir, Ron venait de lancer le sujet que Ginny voulait éviter, mais maintenant, elle n’avait pas le choix. Elle ne pouvait pas parler de Harry sans parler de ce qu’elle ressentait.

«Je sais qu’il a besoin de temps. Tu dois aussi t’y faire. Si les gens posent trop de questions, envoies les balader. Tu ne peux pas être Harry. Tu ne peux pas prendre toutes les responsabilités sur tes épaules.»

Ginny continuait de serrer la main de son frère. Elle fallait qu’elle lui parle de ce qu’elle ressentait actuellement. Il venait quand même de lui parler de ce qu’il ressentait par rapport à l’absence d’Harry...

«J’ai aussi quelques... soucis avec Harry... Comme je te l’ai dis, je sais qu’il a besoin de temps... mais est-ce qu’il ne s’est pas demandé si moi, je n’avais pas besoin de lui par hasard ? Je me bats nuit et jour contre mes sentiments, j’essaye d’être la mieux, mais il y a des jours où, comme hier avec Jonathan et aujourd’hui, je ne peux tout simplement pas tenir le coup... Ron, j’ai vraiment l’impression d’être en couple avec un fantôme... et actuellement, je suis en train de douter des sentiments que je lui porte !»

La bombe était lâchée. Elle n’en avait parlé à personne jusqu’à présent excepté Ron et Jonathan... Maintenant, elle s’attendait à avoir une pluie de reproches de son frère...




"I'll always be here for you"

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Nov - 20:31

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


Était-il un si mauvais frère ? A mesure que Ginny parlait, il reprenait un peu confiance en lui, car elle avait les mots, peut-être les plus simples, mais les plus justes et qui l'atteignaient droit au cœur. Mais Ron, n'en déplaise Ginny, ressentait au plus profond de lui une certaine part de devoir envers les autres en terme d'image à renvoyer pour les plus jeunes surtout. Il n'avait pas lui-même lancé le sortilège qui avait défait le Seigneur des Ténèbres, mais il n'avait eu que quelques mois se remettre de toutes ces émotions de l'année passée. Il se rappelait toujours les émotions que le collier lui avaient fait subir, et elles étaient là, sous sa peau, à grapiller un peu de la lumière de Ron pour l'éteindre. Mais il tentait tant bien que mal de rester les pieds sur terre le plus longtemps possible. Alors il serrait les dents quand il n'avait pas de solution. Ginny évoquait ensuite un sujet un peu plus épineux. Elle parlait de sa relation avec Harry. Une grimace s'arracha du visage de Ron quand il les imaginait s'embrasser. Et il murmura, un peu avec humour un : « Dégueu… » Et il sourit très légèrement.

Elle finit par avouer beaucoup de chose qu'elle a sur le cœur, et, plus fort que lui, il retire sa main. Avec Jonathan ? Notre ami ? Celui en qui Harry a une confiance aveugle et moi aussi ? Il ne supportait pas l'idée que même émotionnellement, Ginny puisse trahir son meilleur ami. « Et tu fais ça dans son dos ? D'aller voir Jonathan pour te confier ? Au point de douter de tes sentiments pour Harry ? » Il se faisait chevalier blanc pour l'Elu. Ron n'avait pas le moindre doute quant à l'amour que le binoclard éprouvait pour sa petite-sœur, mais même si son absence était soudaine et effrayante, il ne méritait pas ça ! « Ginny, c'est Harry ! Tu ne peux pas laisser tomber alors que c'est l'une des périodes les plus sombres de sa vie ! » Ron se décalait légèrement pour faire face à sa sœur. « Harry a perdu ses parents, Sirius, Dumbledore, Alastor, Remus. Toutes les personnes qu'il pouvait considérer comme un père ! Il n'a jamais pu prendre le temps de faire son deuil ! » Il commençait à s'emporter un peu trop. Harry au lieu de sa famille. C'était triste à dire, mais ça faisait huit ans qu'il fonctionnait comme ça. « Il vit presque à la maison depuis que la guerre est finie et ma petite-sœur le trompe sous son propre toit ! » Il se levait maintenant, secouant la tête, les yeux grands ouverts, comme prenant un air étonné. « Comment tu peux lui faire ça après tout ce qu'il a traversé ? » Il croisait les bras, attendant une explication. Mais il y avait cette voix en lui qui lui disait de se la fermer, parce que si Gonny se confiait à lui, c'était qu'elle en avait besoin et qu'elle avait confiance en lui. Mais c'était du Ron tout craché, pas de demi-mesure, que de la maladresse. Il avait envie de l'écouter, pas la faire fuir. Et il savait que c'était ce qui allait se passer.
AVENGEDINCHAINS
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 177
Ft : Bonnie Wright

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Nov - 18:23
Si le moment entre frère et soeur avait bien commencer, là, c’était clairement plus le cas et Ginny se rendit compte qu’elle n’aurait pas du parler à Ron du fait qu’elle avait discuté avec Jon. Le voilà parti sur ses grands cheveux et la jeune femme sentit la moutarde lui monter au nez. Elle allait dire quelque chose, mais son frère ne lui laissa pas la chance de placer un miot. Il lui dit que c’était Harry, qu’elle ne pouvait pas le laisser dans l’une de ses périodes les plus sombres. Se lançant dans un grand monologue, il lui dit que le Survivant avait tout perdu, toutes les personnes qui pouvait considérer comme un père. Il n’avait jamais eu le temps de faire son deuil. Ron rajouta qu’il vivait presque à la maison depuis la fin de la guerre et le rouquin sous entendait qu’elle le trompait sous son propre toit. Ginny se leva d’un bond en, même temps que son frère, rouge de colère. Ron en rajouta une couche en lui demandant comment elle pouvait lui faire ça après tout ce qu’il avait traversé ?

«Ronald Weasley ! Tu vas t’arrêter maintenant et tout de suite !»

Ginny sentait la colère monté en elle comme un bouchon de liège. Elle serra les poings et se mit presqu’à hurler sur son frère (si Rusard ne se pointait pas maintenant ?) :

«Je n’ai pas fais exprès d’aller voir Jonathan. On s’est retrouvé dans la salle sur demande en même temps et une chose en entrainant une autre, on a parlé. Juste PARLER Ron !»

Elle se mit à faire les cents pas dans la pièce. Elle n’arrivait pas à se calmer.

«Je doute de mes sentiments pour Harry depuis un moment. Comment veux-tu que je sois la parfaite petite amie pour le Survivant si je ne sais même pas où il est la plupart du temps ! Il ne réponds jamais à mes messages ! Je commence à en avoir marre. Marre d’espérer quelque chose. Moi aussi j’ai besoin de lui. J’ai besoin de son épaule pour pleurer quand ça ne va pas !»

Elle se planta devant son frère et lui balança :

«J’ai seulement discuté avec Jonathan, je ne l’ai pas embrassé, je n’ai pas fais l’amour avec lui alors ne vas pas inventer des histoires Ron sinon je serais que les rumeurs viennent de toi ! Malgré tout ça, je continue d’aimer Harry, mais sans doute différemment.»

La jeune femme essaya de se calmer, mais ce n’était pas un franc succès.

«Evites de me donner des leçons Ron, parce que tu es bien mal placer pour le faire.»

Elle avait envie de lui hurler dessus, de le taper juste pour lui faire comprendre qu’il se mêlait encore une fois de sa vie et qu’elle n’appréciait pas




"I'll always be here for you"

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Nov - 11:50

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


Ron s’était emporté, il est vrai. Mais comment ressentir ce genre de chose ? De quel côté se ranger quand son meilleur ami a été plus un frère que n’importe quel personne de sa famille ? La situation n’était pas évidente à déchiffrer, et c’était une gêne aussi face à Ginny qui avait eu le courage de se confier. Ronald, en face, il n’en faisait qu’à sa tête et l’incendier. Quel genre de frère était-il s’il n’était pas capable de se poser et de comprendre les émotions de sa sœur ? Il faisait les cent pas, elle le mitraillait de reproche, essayant de lui faire comprendre son point de vue et sa manière de penser. Pourquoi diable le rouquin n’arrivait-il pas à concevoir qu’elle puisse douter des sentiments d’Harry quand elle était amoureuse de lui depuis ses dix ans ? Il soupirait puis il entendait sa sœur parlait de faire l’amour. « Aaaaah ! » Il secouait la langue en fronçant le nez. « Me dis pas ce genre de chose ça me dégoûte ! » Il fit semblant de trembler et il reprit ses esprits pour suivre la conversation qui continuait de se dérouler.

Puis, il s’arrêta. Lui, quelque chose à se reprocher ? « Qu’est-ce que j’ai fait moi ? Je suis mal placé pour quoi ? » Il levait les bras en soupirant. Il avait tout fait pour être droit, et laisser la tempête s’apaiser, autant pour Hermione que pour Harry que pour les autres, mais pourquoi devait-il prendre le blâme pour la relation amoureuse de sa petite sœur ? Finalement, il baissa les bras le long de son corps et il s’assit sur une table, espérant que Rusard ne les entende pas. C’était une des raisons pour lesquelles il baissait d’un ton. « Ginny écoute… » Il essayait d’apprendre à être un bon grand-frère et il se rendait compte à quel point c’était mal parti. « Je suis déso… » Il faisait semblant de s’étouffer. Le mot était trop dur à sortir, mais il le pensait. « Enfin… tu as compris ! » Il fit un petit geste de la main pour balayer le mot d’excuse et il reprit. « Harry… il est compliqué, tu le connais… j’ai vu des choses à ses côtés qui sont dur à oublier pour un seul homme… Laisse-lui du temps, d’accord ? Il va revenir, et plus en forme. Il a juste besoin de souffler, de faire le point sur lui-même si on peut appeler ça comme ça. J’crois même qu’il est allé plusieurs fois sur la tombe de ses parents ces derniers mois, il pense que je ne le sais pas… ben c’est moi quoi. J’le sais, c’est tout. » Il haussait les épaules en regardant sa petite sœur. « Mais s’il te plait, Jon, c’est un de mes meilleurs amis, et ça détruirait Harry s’il se passait quelque chose ok ? » Il changeait de point d’attaque, en espérant calmer la tempête qu’il avait provoqué sans se rendre compte de l’état de détresse dans lequel se trouvait Ginny. « Viens là. » Il retournait vers le mur pour s’y asseoir à nouveau. « C’est quand la dernière fois que tu as eu des nouvelles d’Harry ? » Il serrait les dents, espérant que sa sœur s’apaise aussi.
AVENGEDINCHAINS
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 177
Ft : Bonnie Wright

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Nov - 15:20
Ginny ne supportait pas que son frère puisse penser tel ou tel chose sur elle. Elle n’avait pas coucher avec Jonathan ! Elle avait seulement discuté avec lui parce qu’il était là et puis c’était tout ! Il fallait que Ron le comprenne. Elle était en colère parce qu’elle savait que son frère pouvait avoir le don de tout déformé. S’il allait discuté avec Harry, elle savait parfaitement que certaines choses seraient dite et qu’elle allait devait gérer et son frère et son petit ami. Ron lui dit alors qu’il ne voulait pas qu’elle parle du fait qu’elle ai fait l’amour. Il n’aimait pas ce mot. Avec un sourire mauvais, la jeune femme lui dit :

«Ah parce que monsieur n’a jamais fait l’amour avec sa petite amie alors ? C’est bon à savoir ça.»

Elle regretta ses paroles tout de suite, mais elle ne le fit pas apparaitre sur son visage. Il l’avait attaqué en premier. Il essaya de s’excuser, mais Ginny ne l’entendait pas de cette oreille. Il fallait vraiment qu’il se calme. Ron lui dit alors qu’Harry était compliqué, que lui, Ron, avait vu des choses durs à oublier pour un seul homme, qu’il fallait qu’elle lui laisse du temps. Il rajouta qu’il allait revenir plus en forme que jamais, qu’il avait besoin de souffler, de faire le point sur lui-même. La jeune femme comprenait parfaitement, mais le fait d’éviter sa petite amie, ça faisait partie du processus ? Il lui dit aussi qu’Harry avait été plusieurs fois sur la tombe de ses parents. Comment Ron le savait-il ? Elle ne savait pas, mais il le savait. Après tout, il était son meilleur ami non ? Son frère rajouta que s’il avait quelque chose entre Jon et Ginny, ça briserait Harry... Ginny sentit monté la colère en elle. Il ne l’avait pas écouter.

«Combien de fois vais-je devoir te le dire ? Il ne se passe rien avec Jon ! On a juste discuter ! Ce n’est pas parce que je doute de mes sentiments pour Harry que je vais sauter sur le premier venu. Et puis, je ne suis même pas sûre que Jon soit vraiment intéresser par une fille quoi. Bon ce n’est pas le sujet.»

Ron lui demanda de venir vers lui, mais la jeune femme ne bougea pas. Elle était trop énervée pour l’approcher. Sa baguette magique était dans son sac, elle ne pouvait pas lui lancer un sort pour lui faire comprendre qu’il était dans le tord. Il lui demanda alors quand avait-elle eu des nouvelles d’Harry. La jeune femme soupira. Elle ne savait même plus.

«Je ne sais plus... Mes lettres restent sans réponse, je n’arrive pas à le croiser dans le couloir à cause des cours. Il n’est jamais dans la salle commune, je ne le vois pas dans la Grande Salle... Ron, je suis en train d’abandonner mes efforts. Je sais qu’il a besoin de temps, mais est-ce qu’il ne se demande pas si moi, je n’ai pas besoin de temps aussi ? Normalement dans un couple, on se soutient quoi qu’il arrive... Et là, j’ai l’impression de ne plus être en couple.»




"I'll always be here for you"

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Déc - 11:10

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


Finalement, Ginny s’apaise. C’était enfin quelque chose de reposant. Il savait qu’il n’était pas tout blanc dans cette histoire, qu’il aurait dû se calmer et prendre un peu le temps d’écouter les propos de Ginny vis-à-vis de la situation, mais il avait toujours l’habitude de sauter sur les personnes qui mettait à mal l’intégrité d’Harry, son meilleur ami de toujours. Aujourd’hui, c’était Ginny qui avait besoin qu’on protège son intégrité et son rayonnement. Parce que Ginny, c’était la plus solaire de la famille, elle brillait de mille feux, et il n’avait pas été capable de le voir jusqu’à maintenant. Elle parlait de ses doutes, de ses émotions, de ses ressentis vis-à-vis de ce qu’elle vivait avec son petit-ami aka meilleur ami de son frère. Finalement, elle avait l’âge de ce genre de relation, et il avait toujours dit qu’il acceptait qu’ils soient ensemble, même si Ginny, accord ou pas de son frère, aurait fait ce qu’elle souhaitait. « N’abandonne pas tes efforts… Je sais que c’est dur pour toi aussi, je l’entends maintenant… Désolé d’avoir mis le temps pour ça. » Il souriait en coin, en passant une main sur sa nuque, un peu gêné.

Puis, après avoir pris le temps de réfléchir une seconde à la situation. « Harry, je peux le gérer. Mais ne lui parle pas de tes doutes maintenant. Tu sais, on est à quelques jours de Noël, et nous… ben… nous n’avons perdu qu’une personne. » Et c’est dramatique de dire ça, mais il espère que Ginny comprendra la nuance. Harry, lui, il a perdu beaucoup trop de monde par rapport à eux. Ron et Ginny pleureront Fred jusqu’à la fin de leurs vies, quand Harry, dès ses 1 an, il pleurait déjà la mort de ses parents. Il avait trouvé une nouvelle famille aux côtés des Weasley, et il ne voyait quasiment plus les Dursley, ces tortionnaires d’un autre monde, alors au moins, il avait les rouquins, mais ça n’enlevait pas le trou noir dans lequel il s’enfonçait un peu plus chaque jour. Harry vivait une dépression, et seul un psychologue, ce métier moldu, pouvait potentiellement l’aider. « Tu sais, Hermione aussi est peu présente en ce moment. Elle n’a jamais retiré le sortilège d’Amnésie de ses parents, et je vois qu’elle en souffre, mais j’ai pas les armes ou les mots pour l’aider… » Evoquer la mort de Fred, c’était trop tôt. Pour tous les deux.

AVENGEDINCHAINS
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 177
Ft : Bonnie Wright

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 9:19
Ginny savait qu’elle était un peu dur envers Ron lorsqu’elle parlait des relations. Ce qui l’énervait, c’est que son frère ne conçoit pas que sa soeur puisse avoir des relations avec des garçons. Pourtant, ils n’avaient qu’un an et demi d’écart et la jeune femme savait bien que son frère avait sans doute déjà coucher avec Hermione... ou pas ? Elle n’en était plus sûr maintenant. Elle essaya de se calmer. Elle était fatiguée, ça aidait un peu à se calmer, elle n’avait plus assez de force pour continuer à maintenant cette colère contre son frère, contre Harry. Ron lui demanda de ne pas abandonner ses efforts, qu’il savait que c’était dur pour elle, qu’il l’entendait bien maintenant... Il lui dit qu’il était désolé d’avoir mit le temps. Ginny vient vers son frère et posa sa main contre son bras.

«Je veux bien faire des efforts Ron... mais à un moment donner, ça va être compliqué. J’ai besoin de sa présence, de ses câlins... Et je ne parle pas du coté sexuel de la chose Ron !»

Elle le provoqua exprès pour le voir réagir. La rouquine lui tira la langue avant de l’écouter lui dire qu’il pouvait gérer Harry, mais qu’elle ne devait pas lui parler de ses doutes maintenant. Il était à quelques jours de Noël et qu’eux n’avait perdu qu’une personne... Oui, ce serait le premier Noël sans Fred, le premier Noël où toute la famille allait avoir du mal à sourire. Ginny reçu cette nouvelle comme un couteau en plein coeur. Ils allaient avoir du mal à s’en remettre. Mais Harry avait perdu tant de personnes qui comptaient dans sa vie... Ginny le savait et elle le réalisait encore plus maintenant.

«Justement, c’est pour ça qu’il doit être avec nous et non tout seul dans son coin... Ron, j’ai vraiment peur qu’il fasse une bêtise...»

C’était de la détresse dans la voix de Ginny qui s’entendait. Elle avait peur qu’il fasse quelque chose irréversible. La jeune femme voulait lui parler et elle allait avoir cette discussion ! Puis Ron lui parla de l’absence d’Hermione, du fait qu’elle n’avait toujours pas retiré le sortilège d’Amnésie qu’elle avait lancé à ses parents et qu’elle en souffrait. Il ajouta qu’il n’avait pas les armes et les mots pour l’aider. Ginny regarda son frère pendant un moment avant de lui dire :

«Ta présence est déjà bien. Je pense qu’elle sait que tu es là pour elle même si tu n’as pas les mots. Je te rassure, je sais ce que je dis. Une présence, ça fait du bien. Et puis, je lui parlerais à Hermione si tu veux... Il ne faut pas qu’elle reste dans cet état elle non plus. Ses parents ne sont plus en danger, il faut qu’elle les fasse revenir...»

Mais est-ce que c’était aussi simple que ça ? Levé un sort après quelques mois, est-ce que ses parents allaient la reconnaître ? C’était une question que Ginny s’était toujours posés




"I'll always be here for you"

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 50
Ft : Rupert Grint

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 9:52

rien n'est impossible pour un weasley
ginny & ron


Ginny et lui pouvaient enfin discuter. Enfin… si Ginny arrêtait de faire des allusions à sa vie sexuelle ! Ce serait déjà un bon début, car malgré tout, elle restait sa petite sœur, et ils avaient toujours été très pudiques. Même avec Harry, il n’en avait jamais parlé. D’autant plus que lui et Hermione n’avaient toujours pas sauté le pas. Peut-être par crainte, par pudeur ou par gêne. Ils en avaient parlé, évidemment, mais ils avaient décidé d’attendre le vrai bon moment, celui qui vous empêche de respirer et qui vous coupe le souffle, l’instant intense et brûlant. Et entre le Terrier et Poudlard, l’intimité, il y en avait très peu. Mais c’était un sujet qu’il n’allait jamais aborder avec sa sœur, il en était hors de question. Alors il grimaça de nouveau quand elle mentionna le côté sexuel de sa relation avec Harry. Ron se mit les mains sur ses oreilles comme un enfant. « J’ENTENDS PAS, J’ENTENDS PAS, LA LA LA ! » Jusqu’à ce qu’elle ait fini de parler de ces sujets bien trop sensible pour les oreilles d’un grand frère.

Puis elle s’inquiéta pour la santé mentale d’Harry. C’était cohérent, surtout avec le comportement dépressif qu’il portait en lui en ce moment. Il n’arrivait pas à le cerner, et c’était compliqué quand il ne voulait pas parler. La nuit, Ron l’entendait se débattre avec des détraqueurs imaginaires ou des entités démoniaques. C’était souvent le rouquin qui devait le réveiller pour qu’il se calme, mais il ne voyait pas son ami mettre fin à ses jours. Il avait passé bien trop d’épreuve, fait évoluer le monde trop vite, pour arriver à un acte aussi radical. « Je… » Il cherchait les bons mots. Ceux qui rassurent une petite sœur qui s’affolent. Mais il n’avait jamais fait ça de sa vie, lui. « Laisse ce premier Noël passer. Et attends de voir s’il va un peu mieux, d’accord ? » Puis il prit à nouveau sa main pour caresser le dos de celle-ci de son pouce. Comme un geste apaisant sans savoir si c’était le cas. Puis elle essaya de le rassurer sur Hermione qui ne voulait pas enlever le sort d’Amnésie sur ses parents. Il n’arrivait toujours pas à saisir les raisons de ce qu’il se passait. Ils avaient de la chance, les Weasley. Ils avaient malgré tout une famille presque au complet, et ce n’était pas le cas de ses deux meilleurs amis. Ronald se sentait peut-être un peu trop privilégié comparé à eux. « Elle élude la question. J’ai passé huit années à l’aimer comme un dingue sans que ça soit révélé, j’ai peur qu’aujourd’hui, elle s’enferme dans une terreur constante. Parce qu’elle a peur que tout recommence, elle me l’a dit ça. » Et malgré tout, à quelques détails près, lui et Ginny vivaient la même situation. Et puis… est-ce qu’il allait se confier plus intensément à sa sœur ? C’était sûrement le moment. Il le fallait, parce que ça le rongeait de l’intérieur. « J’ai l’impression d’être responsable de la mort de Fred. » Voilà. C’était dit, balancé, la vérité. Voilà ce qui avait au fond de lui. Il baissait ensuite la tête. « J’arrive pas à… passer à autre chose. » Il serrait les dents, en serrant la main de Ginny, peut-être un peu trop fort.
AVENGEDINCHAINS
Contenu sponsorisé
 
rien n'est impossible pour un weasley
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien ne disparaît pour toujours ~ IlHan
» Rien n'est impossible...
» Perdues seules en forêt ▬ Illy & Hélénie
» Asuna ~ Rien n'est impossible, il suffit d'y croire [U.C]
» Rien pour écrire à sa mère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Cinquième Étage :: Classe vide-
Sauter vers: