Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Pause méritée [Libre]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Fév - 23:10
Aslinn avait passé une partie de la matinée à aider les premières années de sa maison à se repérer dans l'école. Certains avaient encore quelques difficultés. Mi-septembre c'était tout à fait normal. Elle leur avait donc indiqué une fois de plus les lieux les plus importants à connaître. Elle leur avait fait une liste des salles de classe et des étages où les trouver. Avec une plume à recopier elle leur avait fait une rapide copie d'un plan du château pour qu'ils puissent se repérer même une fois les escaliers changés. Elle leur avait indiqué les chemins les plus courts pour passer de X endroit à Y. Elle leur avait également rappelé son rôle de préfète et qu'ils avaient totalement le droit de venir la voir pour lui poser des questions si besoin était. Elle leur avait aussi parlé de certains groupes d'études qui existaient au sein des Serdaigle, leur soufflant par la même l'idée de s'entre-aider les uns les autres aux cours.
Après une rapide visite du château pour qu'ils puissent voir le tout en direct, ils étaient arrivés au parc où chacun faisait à présent ce qu'il voulait. Il faisait beau. Certains étaient partit en direction du terrain de Quidditch où s'entrainaient justement les Serdaigle. D'autres profitaient tout simplement d'un bain de soleil au parc. Aslinn fit de même, ou presque. Elle préféra se poser à l'ombre d'un arbre. Elle attrapa un parchemin et une plume dans son sac et commença à écrire en suédois. La forme était celle d'une lettre.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Fév - 13:59
Si quelqu’un, en revanche, n’avait a priori pas mérité de pause, il s’agissait bien de Meg. Elle se morigéna intérieurement, tout en traversant à grandes enjambées souples l’allée qui menait au parc. Nous étions mi-septembre, et elle était toujours incapable de se concentrer sur son travail. Pourtant, en deux semaines, elle aurait dû facilement retrouver le rythme des études. La plupart des élèves de sa maison l’avaient fait, eux. Alors pourquoi pas elle ? Elle ne ressentait aucune envie pour ouvrir ses livres, faire ses exercices de métamorphose ou même rédiger une dissertation d’histoire de la magie. Non, elle avait plutôt envie de… De quoi, exactement ? Elle ne savait même pas. Ce qui indiquait bien qu’elle aurait dû travailler plutôt que de perdre son temps ! Mais ses yeux se fermaient tous seuls tandis qu’elle se forçait à fixer son volume de botanique, et elle avait fini par abandonner la partie. Elle allait essayer d’aller lire dans le parc, profiter du beau temps, se prendre le soleil dans les yeux pour se forcer à rester éveillée. Et puis, le contact de la nature serait approprié pour étudier son herbier.

Enfin, pas trop au soleil non plus, ou sinon la lumière se reflétant sur les pages de son livre l’éblouirait. Meg poursuivit son chemin jusqu’à repérer un chêne qui semblait parfait. Tout semblait désert, enfin propice à la concentration. Des première année se couraient après bruyamment un peu plus haut mais des haies étouffaient déjà leurs cris. Elle n’aperçu Aslinn qu’en arrivant tout à fait devant l’arbre, cachée qu’elle avait été jusque là par un bosquet de buis. Trop tard pour reculer. Meg s’en voulait de la déranger alors qu’elle était visiblement en train d’écrire (quoi d’ailleurs ? De là où elle était, ça ne ressemblait pas à un devoir, mais elle ne voulait pas trop regarder et avoir l’air impolie), mais l’ignorer et repartir aurait été encore pire, et la dernière chose dont sa camarade avait besoin était qu’on la tienne encore isolée. Meg avait bien vu le petit jeu de certains à son égard depuis la rentrée, et elle trouvait ça dégoûtant. Aslinn n’avait jamais rien eu d’une Mangemort, et l’avait même beaucoup aidée l’année précédente.

« Bonjour Aslinn. Est-ce que je te dérange ? »

Elle s’avança d’un pas, sans toutefois retirer encore son sac de son épaule.

« Je me suis dit que j’allais essayer de venir étudier dans le parc, plutôt que de rester enfermée dans la bibliothèque. On a eu la même idée, on dirait. »

Oui, le lancement de la conversation était un peu maladroit, mais après tout, elles étaient des Serdaigle. Le travail scolaire faisait toujours une bonne accroche, non ?


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Fév - 21:57
Lorsqu'une voix familière se fit entendre Aslinn leva les yeux. Meg était d'un an sa cadette. Elles s'étaient assez vite entendues toutes les deux, d'abord juste pour de l'entre-aide puis Aslinn avait finit par s'attacher à cette élève en particulier. Meg était une jeune fille curieuse et qui semblait vouloir apprendre, une soif de connaissance qu'Aslinn ne pouvait pas ignorer. Elle était du genre à offrir son aide à ceux qui le voulaient et Meg lui avait montré à plusieurs reprises qu'elle le voulait.
Elle lui avait montré comment se comporter en classe de potion avec le Professeur Rogue pour pouvoir s'en sortir, et à long terme avoir la paix, ce qui revenait plus ou moins au même avec Rogue.

- Non pas du tout, ça me fait plaisir de te voir.

Elle lui adressa un petit sourire sincère.

- L'air frais c'est très bon pour la réflexion. Tu étudies quoi ?

Elle lui fit signe de prendre place à côté d'elle, à l'ombre de l'arbre. Aslinn avait déposé sa plume son parchemin. Cette plume c'était son père qui le lui avait offert pour son dernier anniversaire. Une plume en soit assez simple mais pas trop. Elle écrivait sans avoir besoin d'être trempée dans de l'encre, ce qui évitait déjà une perte de temps considérable mais aussi les risques de tâches ou d'encre mal répartie. Une plume pas trop longue, bleu foncée avec des reflets verts brillant et de petites tâches noires à peine perceptible. Un objet qu'elle allait surement chérir pour un moment à présent.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Fév - 23:31
Meg rendit son sourire à Aslinn, ses traits s’animant aussi tôt. Elle était soulagée de ne pas interrompre son aînée et de la déranger. Elle avait toujours un peu peur de déranger… Mais elle n’était pas non plus assez idiote pour refuser une invitation quand on lui en tendait une, et le geste d’Aslinn était exactement ça. Elle fit glisser son sac de son épaule et vint s’asseoir à côté de son amie, sortant sans grand enthousiasme son exemplaire de Milles Herbes et Champignons magiques avant de l’ouvrir là où elle avait laissé son marque-page. Elle tourna l’illustration animée vers sa camarade et précisa :

« De la Botanique. Comment manipuler les Géraniums dentus sans perdre de doigts, exactement. Il paraît que ça tombe couramment, aux travaux pratiques de BUSE. Mais j’avoue que je n’étais pas très concentrée. »

C’était l’euphémisme de l’année ! Reprenant son livre sur les genoux sans le regarder, elle laissa ses yeux dériver au loin. L’après-midi était délicieuse, et elle aurait effectivement eu tord de ne pas en profiter. Qui savait combien de temps encore ce beau temps allait durer ? Ils étaient en Ecosse, et il ne fallait pas trop se bercer de faux espoirs. D’ici quelques jours à peine, la grisaille et le froid s’installeraient pour ne plus repartir avant mars ou avril. Elle laissa un silence de connivence s’installer, avant de glisser :

« Ca fait bizarre, tu ne trouves pas ? Revenir à Poudlard et reprendre nos études le plus normalement du monde, comme si rien ne s’était passé. »

Elle aurait presque regretté que le château ait été reconstruit si vite. Il ne subsistait presque aucune trace tangible de la bataille qui avait eut lieu l’été précédent. Elle-même n’y avait pas assisté, mais cela ne signifiait pas qu’elle n’avait pas été imprégnée comme les autres de l’année de noirceur qui avait précédé. Et là, pouf, comme un cauchemar évanouit dans le grand soleil du matin, toute trace de violence avait disparu et le train-train des études avait repris son cours, imperturbable. Depuis la rentrée, elle avait parfois des impressions d’irréalité, comme si c’était ce quotidien banal qui n’était qu’une chimère, une vaste plaisanterie, et que les Carrow allaient soudain surgir au détour d’un couloir, prêts à l’envoyer en retenu à coups de Doloris.

Mais peut-être était-ce indélicat d’évoquer le sujet avec Aslinn, dont la famille était du côté des perdants, maintenant que la guerre était terminée. Meg lui coula un regard en biais, avant d’opter pour une diversion qu’elle jugea de circonstances.

« Et toi, tu travaillais sur quoi ? »
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Fév - 19:45
- Oh c'est intéressant. Je ne l'ai pas eut comme question durant les BUSE mais il parait que oui, ça tombe souvent. Le truc c'est tout simplement de lancer un stupefix. C'est le plus efficace.

Comme si rien ne s'était passé.... C'était la bonne expression, ou presque. Pour les autres et surtout pour le corps enseignant c'était "comme si rien ne s'était passé", mais pas pour les élèves qui en subissaient à présent les conséquences et encore moins pour les enfants des personnes enfermées. Elle ne comprenait d'ailleurs toujours pas pourquoi son cousin avait été enfermé et pas Drago Malefoy. Oh elle ne lui en voulait pas, il était libre et c'était le plus important, mais ça flérait l'injustice à plein nez.
Aslinn jeta un coup d'oeil au château. Il était comme neuf, il n'y avait aucun signe de la bataille de Poudlard en dehors de quelques nouveaux portraits placés ci et la. Aslinn avait d'ailleurs demandé qu'on fasse une plaque avec le nom des élèves et anciens élèves de Serdaigle tombés durant la bataille ou du moins en conséquence de ce conflit. Elle attendait encore la réponse.

Meg préféra changer de sujet, à juste titre. La préfète jeta un coup d'oeil à son parchemin.

- Sur rien, j'écrivais une lettre pour des amis à Durmstrang.

Elle esquissa un sourire. Meg ne devait surement pas ignorer qu'elle avait pas mal d'amis à Durmstrang. Quand l'école était venue pour le tournoi des trois sorciers elle avait dicuté avec certains élèves alors en dernière année. Certains étaient des frères de ses amis, d'âge plus rapproché d'elle.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Fév - 23:13
Meg sourit avec reconnaissance. Elle avait eu de la chance de tomber sur Aslinn, finalement. Celle-ci était toujours de bon conseil, particulièrement quand il s’agissait d’études, et elle n’aurait pas pu rêver mieux pour la remettre sur le droit chemin du travail scolaire appliqué.  Elle se fit donc une note mentale : Stupéfixier les géraniums dentus. C’était bon à savoir, surtout qu’il valait mieux ne pas tenter ce sort au hasard sur n’importe quelle plante. Certaines y étaient immunisées et pouvaient y réagir en redoublant de violence.

« Merci du conseil. Il faut que je m’entraîne encore à lancer des sortilèges de Stupéfixion, de toute manière. »

Normalement, c’était au programme de sixième année, raison pour laquelle les candidats aux BUSE galéraient tant avec leurs géraniums. Mais elle-même en avait appris les rudiments avec l’AD l’année précédente. Elle ne s’était jamais assez entraînée, cependant, pour le maîtriser. Ce n’était pas comme si elle avait pu s’exercer au grand jour sous le nez du Directeur Rogue, alors… Mais en s’y mettant maintenant, elle avait toutes les chances d’y parvenir d’ici les examens de fin d’année.

Un ange passa, et elle regretta presque d’avoir évoqué la guerre et la bataille de Poudlard. Pour beaucoup d’élèves, le sujet était devenu tabou, comme si le silence pouvait remplir toutes ces chaises laissées vides dans les classes les hautes. Meg se demandait cependant s’ils n’auraient pas mieux fait d’en parler tous une bonne fois pour toute. Organiser une cérémonie en la mémoire de leurs camarades décédés ? Elle concevait la complexité d’organiser un tel évènement. Faudrait-il honorer aussi les étudiants tombés la marque des ténèbres au bras ? N’avaient-ils pas tous été des adolescents emportés par un tourbillon qui les dépassait ? Non, on ne pouvait pas non plus céder à cette facilité. Certains avaient tenu bon dans la tempête, s’étaient sacrifiés, avaient fait passé leur sens moral avant la facilité et l’instinct de survie, et ceux-là, sans doute, méritaient plus. Sauf que là, ils ne faisaient rien, et elle trouvait cela ridicule. Pas étonnant ensuite, que ceux qui s’étaient habitués à vivre comme des parias, dans la clandestinité et la rébellion constante se livrent à des scènes d’insolence en classe, et que d’autres cherchent à se faire justice eux-mêmes en se vengeant injustement sur n’importe qui ayant l’apparence un peu trop Sang Pur. Tout le monde pouvait bien faire semblant, mais les choses n’étaient pas revenues complètement à la normale. Elle pensa à Tiberius, et ses belles idées trop grandes pour ce carcan de banalité forcée qu’ils subissaient tous, et laissa échapper un léger soupir.

« Comment vont-ils là-bas ? Tu crois qu’ils finiront par organiser un nouveau Tournois des Trois Sorciers ? »

Elle ne voyait pas encore quoi faire, à sa petite échelle, pour améliroer les choses, et ne pouvait pas se permettre de rester là à ressasser le passé. Il y avait des tas de raisons d’aller de l’avant : ses BUSE, et par extension son avenir tout entier. Un choix de carrière et un bal des débutantes l’attendaient cette année, et de la manière dont ces deux évènements allaient se dérouler, allait probablement dériver tout le reste de sa vie adulte. Elle ne pouvait pas se permettre de se laisser aller et se saisit donc lâchement de la perche qu’Aslinn lui renvoyait pour changer de sujet. Le Tournois des Trois Sorcier avait traditionnellement lieu tous les cinq ans. Se pourrait-il qu’un nouveau soit organisé l’année prochaine ? Ca semblait improbable et en même temps, ça aurait fait une énorme et superbe diversion pour la population tout entière.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Fév - 23:39
Oh le fameux tournois des trois sorciers, c'est vrai. Aslinn l'avait presque oublié. L'an prochain devait normalement en comprendre un. Pour As ce n'était pas trop tôt pour en préparer un, bien au contraire. Faire un pied de nez à tout ça était une bonne idée, relancer les jeux et montrer que la bataille de Poudlard ne les empêcherait pas de profiter de la vie était un beau message. Peut-être serait-il utile d'ailleurs de dédier les jeux de l'an prochain aux élèves morts durant le combat. Aslinn espérait qu'il y aurait une minute de silence pour les pertes.

- Eux ça va, ils n'ont pas trop été touchés par tout ça mais certains ont aussi perdu de la famille. Pour le tournois... Je ne sais pas trop. J'espère qu'il sera organisé malgré tout. S'empêcher des moments de joie et de partage ce n'est sans doute pas ce que l'enseignement veut nous apprendre, surtout en ce moment.

C'était au contraire le meilleur moment pour mettre l'entre-aide entre les écoles en avant, le fairplay et tout ce qui tournait autour.

- Un peu de divertissement, je penses que c'est exactement ce qu'il nous faut en ce moment non ?

Aslinn avait décidé d'être beaucoup plus souple que l'an passé quand à son rôle de préfète. L'an passé il y avait les Carrow et il fallait préserver les élèves. Cette année ils avaient besoin de s'amuser, de profiter de leur jeunesse et rien d'autre. Elle refilerait surement que des avertissements, ou plus si c'était vraiment nécessaire et que l'élève était de mauvaise foi.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Fév - 0:59
« Certains ont perdu de la famille. ». Là encore, l’ambiguité était de mise. On pouvait avoir perdu de sa famille à cause de décès… ou d’emprisonnements. Quoique. Elle n’était pas assez au fait du système judiciaire sorcier du nord de l’Europe pour savoir s’ils avaient été aussi sévères là-bas qu’ici, et rempli l’équivalent local d’Azkaban. Meg hocha donc simplement la tête dans un signe vague de compassion. Pourquoi n’en aurait-elle pas eu ? Là où il y avait un Mangemort, il y avait souvent une culture familiale disons… pervasive, mais ça ne signifiait en aucun cas que tous étaient coupables, et surtout pas les enfants les plus jeunes. Ca devait être horrible de grandir en sachant qu’un parent, un frère, une tante, avait commis des actes de barbarie et croupissait désormais à Azkaban.

« Quelque chose de positif et de fédérateur, oui, ce serait bien. Face aux autres écoles, il serait peut-être plus facile d’unifier Poudlard. »

Que voulait-on leur apprendre en ce moment, au juste ? Il était encore trop tôt dans l’année, et la carrière directoriale du professeur McGonagall pour discerner s’ils prenaient une direction précise. Pour l’instant, elle avait surtout l’impression qu’ils flottaient sur les rails de nouveaux flambant neuf de la routine… SI routine il y avait jamais eu. Quand on pensait qu’elle avait commencé sa scolarité à Poudlard par le tournoi des trois sorciers, il fallait prendre une loupe pour trouver la normalité.

« Tu te porterais candidate ? »

Elle regarda sa camarade plus attentivement. Aslinn serait majeure, l’année prochaine, et donc apte à participer si elle le souhaitait. Cedric Diggory lui revint alors en mémoire, avec les mots de Dumbledore. Elle l’avait tant admiré, à l’époque. Pour la petite fille ignorante qu’elle était alors, et qui découvrait pour la première fois les fastes du monde sorcier au-delà de son manoir, il avait semblé un noble héros… et il avait été le premier de cette guerre à mourir. Mais c’était fini, maintenant, n’est-ce pas ? Si le tournoi avait lieu l’année prochaine, personne ne mourrait. A cette condition, elle considérait qu’Aslinn ferait une bonne championne, avec son calme, son souci des autres et son intelligence. Moins flamboyante que Cedric, peut-être, et qu’Harry Potter, ça c’était sûr, mais une adversaire redoutable tout de même.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Fév - 23:56
Aslinn esquissa un petit sourire, amusée par la question de son amie. Se porter volontaire pour le tournoi, elle ? Est-ce qu'elle l'avait bien vu ? Aslinn était doué pour les sports cérébraux, pas pour affronter un dragon ou nager au milieu des sirènes. D'ailleurs elle n'aimait pas tant que ça l'eau. Une baignade de temps en temps pour se rafraichir pourquoi pas, mais elle était plutôt le genre de personne à rester sous le parasol, à lire un bouquin. Pas à bronzer, surement pas ! Avec sa peau elle aurait le temps d'attraper des centaines de coup de soleil avant de prendre des couleurs.

- C'est pas trop mon truc... Mais je serais la pour supporter, du moment qu'on ne se contente pas d'observer de simples ondulations sur un lac.

Aslinn sous-estimait toujours sa force physique. Pourtant elle avait hérité de son père pour ça et porter des livres sans toujours user de la magie ça aidait à garder une certaine forme, en plus de petits sports basiques pour rester en bonne santé. Mais le sport intensif, l'action et le danger ce n'était pas fait pour elle. Sur qu'on se moquerait d'elle si elle était sélectionner alors qu'elle n'avait même pas participé à la bataille de Poudlard. D'ailleurs certains semblaient encore lui en vouloir pour ça.

- De toute façon il y a plein d'autres élèves bien plus dignes pour ça. Et plus sportifs.

La plupart du temps c'était des joueurs de Quidditch qui étaient sélectionnés, des sportifs donc. Un rat de bibliothèque n'avait pas grand chose à faire dans un tournois de cette ampleur. Un tournois de physique pourquoi pas, un tournois physique... c'était une autre affaire.

- Mais s'ils organisent un tournois de traduction en langue centaure.... pourquoi pas.

Elle esquissa un petit sourire, pour plaisanter.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Fév - 10:13
Margaret caressa du bout du doigt le marque-page glissé dans son manuel de Botanique, et après un dernier regard pour le schéma du Géranium Dentu, qui s’agitait d’un air agressif sur la page, elle referma le livre, qu’elle laissa posé sur ses genoux. Ça ne servait à rien de faire semblant de travailler quand elles étaient visiblement parties pour discuter. Puis, avec le conseil d’Aslinn sur le Stupéfix, elle n’avait pas besoin de retenir cinquante autres façons de gérer la fleur mordeuse. Elle hocha doucement la tête. Elle non plus ne se probablement pas portée candidate, si elle en avait eu l’occasion. Ce qui n’arriverait pas, soit dit en passant, parce que si le tournoi avait lieu l’année prochaine, elle ne serait toujours pas majeure. En supposant qu’elle soit assez bonne pour être choisie par la Coupe de Feu, ce qui était déjà en soi assez douteux, elle n’aurait pas aimé se retrouver soudain au centre de l’attention. Et puis, quelle pression ça devait être ! Les candidats ne devaient pas se ridiculiser, ni eux, ni leur famille (ça, c’était déjà le quotidien), mais en plus ils représentaient leur école toute entière.

Elle eut un léger rire lorsque Aslinn évoqua l’épreuve du lac. C’était vrai que les organisateurs auraient pu prévoir quelque chose pour que les spectateurs puissent savoir ce qui se passait. Attendre là lui avait semblé beaucoup plus long que ça ne l’avait été en réalité, et elle s’estimait pourtant patiente. Les Moldus filmaient bien leurs épreuves sportives, pour que les gens chez eux puissent voir la chose sur leur télévision (le concept de téléviseur fascinait absolument Meg). Alors, pourquoi eux n’auraient pas pu avoir au moins un commentateur les informant au fur et à mesure de ce qui s’était passé dans le lac ?

« Je ne sais pas si c’est une question d’être sportif. Il m’a semblé qu’il s’agissait surtout de maîtriser ses sortilèges, de savoir réfléchir et déduire, et d’être créatif face aux défis proposés. Tu t’en sortirais très bien. Si je me souviens bien, Fleur Delacour n’était pas très sportive, et pourtant, elle était la championne de Beauxbâtons. »

Bon, Fleur Delacour avait fini dernière du classement, mais celui-ci avait-il seulement la moindre valeur après la mort de Cédric ? Pas à ses yeux en tout cas. En revanche, il fallait être populaire auprès de ses paires pour gagner, lui semblait-il. Même Harry Potter, décrié à l’époque, avait toujours fasciné et attiré l’attention. De ce point de vue, Aslinn n’était effectivement pas la candidate idéale… Mais qui savait où ils en seraient dans un an ? Chaque nouvelle année à Poudlard était plus pleine de surprises que la précédente.

« Je n’avais même pas réalisé qu’ils avaient leur propre langue, en plus de l’anglais et du langage des étoiles. Tu parles combien de langues en tout ? »

La brève vision qu’elle avait eu de la lettre d’Aslinn n’était clairement pas de l’anglais. Bien sûr, avec un sort de traduction ou une potion polyglotte, n’importe qui pouvait se débrouiller dans n’importe quelle langue, mais apprendre de nouveaux langages était une démarche passionnante intellectuellement. Elle-même maîtrisait le français, et avait un excellent niveau en italien, allemand, et runnique. Des connaissances qui lui seraient bien utiles si elle voulait un jour jouer un rôle autre que potiche de maison dans le commerce familial… ou épouser un bon parti étranger. Tout était encore possible. Elle ne voulait pas penser à ça maintenant.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Fév - 15:26
Ouais bon.... Savoir nager autant de temps ou encore se retrouver face à un dragon et éviter ses coups, en plus de tout ce qu'il y avait dans le labyrinthe... C'était pas donné au moins sportif non plus.

- Je penses qu'il faut quand même un équilibre pour gagner. Force, esprit et magie.

Un seul sans les deux autres ce n'était pas super efficace dans ce genre de tournoi. As avait l'esprit et la magie, sauf en cas de grand danger où elle était vite paralysée. Quand à la force.... Elle la sous-estimait toujours et se refusait de toute façon à l'utiliser lorsque ce n'était pas nécessaire. Le faire pour un show... Très peu pour elle. D'ailleurs elle n'aimait pas se mettre en avant, elle préférait agir dans l'ombre. Les acclamations ce n'était pas son truc.

- La plupart parlent anglais quand ils nous rencontrent, d'où la confusion. Mais entre eux ils ont leur propre langue et quand ce sont les sorciers qui viennent vers eux ils aiment bien qu'on parle leur langue. C'est une forme de respect après tout.

Les centaures étaient très portés sur le respect, assez rancuniers et plutôt respect-nazi si l'on puis dire. Ils auraient surement fait un massacre au cours de Madame Moon s'ils l'avaient entendu parler comme elle l'avait fait. Aslinn avait déjà rencontré des centaures lorsqu'elle était plus jeune, en plus du professeur Firenze. Elle avait vite vu leur mode de fonctionnement vis-à-vis de ça. Ce n'était pas vraiment quelque chose qu'ils cachaient. Ils avaient d'ailleurs bannis Firenze parce qu'il été parti enseigner à Poudlard. Sur qu'ils auraient fait bien pire si on leur avait manqué de respect comme ce fut le cas au cours de potion. Aslinn avait elle même encore du mal avec ça.

- Je parles anglais et suédois. Un petit patois irlandais aussi, mais quelques mots seulement.

C'était surtout ce que sa grand-mère irlandaise répétait sans cesse qu'elle avait retenu, en soit rien de très impressionant dans une conversation.

- J'étudis le centaure mais aussi quelques autres langues magiques. J'aimerais devenir traductrice plus tard. Il me faut bien ça. Les potions de langage ont parfois des effets secondaires et dans le cas des centaures, ils seront plus à même de discuter si on a vraiment appris leur langue.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Fév - 0:10
Meg acquiesça, se répétant mentalement l’élégante formule employée par Aslinn. « Force, esprit et magie. » Elle aurait voulu avoir son talent pour toujours dire ce qu’elle avait à dire en si peu de mots, concise, précise mais esthétique. Elle-même n’avait pas le sens de la formule comme ça. Elle avait du mal à exprimer ce qu’elle pensait la majorité du temps, alors, le dire joliment… Elle savait donner les platitudes gracieuses mais vides attendues d’elle dans une soirée mondaine. Etre polie, prononcer la grâce sociale attendue sur un ton sincère. Et elle pouvait être drôle, quand elle était suffisamment à l’aise pour ne pas se mettre de filtre. Mais exprimer son désaccord ou ses idées importantes d’une manière qui leur ferait justice, c’était quelque chose qu’elle devait encore apprendre et malheureusement, il n’y avait pas vraiment de manuel pour ça.

L’histoire des Centaures était logique. Meg reconnaissait volontiers qu’elle s’y connaissait mal sur le sujet. N’ayant jamais pris Divination comme option, elle avait seulement aperçu le professeur Firenze de loin. Est-ce qu’on étudiait les Centaures en cours de soin aux créatures magiques ? Elle n’avait pas pris cette option-là non plus, mais ça aurait sans doute été irrespectueux. Les Centaures étaient des Etres doués d’intelligence, pas des animaux sans cervelle.

« Tu parles le Gaeilge ? » demanda-t-elle avec un enthousiasme nouveau. « C’est ma langue maternelle, mais je suppose que tu l’avais déjà deviné à mon accent. »

Ce dernier n’était pas trop prononcé, parce qu’elle avait toujours appris à le moduler avec soin, mais clairement, son anglais ne venait pas d’Oxbridge. La péninsule de Dingle, d’où elle était originaire, faisait partie du Gaeltacht, ces endroits d’Irlande où l’usage du gaélique primait encore sur celui de l’anglais. C’était, littéralement, la langue de sa mère. Quand elle avait commencé à prendre des cours avec une préceptrice, ceux-ci avaient eux lieu uniquement en anglais et aujourd’hui, elle avait trop peu l’occasion de parler, et encore moins d’écrire en irlandais. Ca n’était vraiment pas très usité en dehors de son pays d’origine. Ca lui manquait un peu, et elle avait des élans de nostalgie lorsque ses oreilles captaient du gaidhlig, le gaélique écossais, à Préaulard, suffisamment proche de l’irlandais pour qu’elle en comprenne la majeure partie.

« Tu arrives à les travailler toute seule ? Ca doit être dur de trouver des partenaires de conversation ! »

Elle eut un léger rire, mais elle était surtout impressionnée. Elle-même ne savait pas vraiment ce qu’elle voulait faire après Poudlard. Il y avait beaucoup trop de paramètres qu’elle ne contrôlait pas, ou du moins, pas encore, pour qu’elle puisse s’en faire une idée claire. Mais elle pouvait très bien imaginer Aslinn et son air sérieux en train de traduire des discours de délégations de créatures magiques et des traités divers.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Fév - 0:10
- Oh tu sais, c'est pas grand chose. Je ne connais vraiment que quelques mots par-ci par-la. Des expressions de ma grand-mère mais on parlait plutôt suédois chez elle, à cause de mon grand-père.

Meg avait effectivement un petit accent qui lui rappelait sa grand-mère et les quelques personnes qu'elle avait croisé de ce côté la de sa famille. Il était presque imperceptible mais par moment il ressortait.

- Je les ai énormément étudié à l'écrit au départ, avec un dictionnaire de prononciation. J'ai écris plusieurs lettres avant de trouver des partenaires qui accepteraient de me parler. Il y a pas mal de sorts qui permettent de discuter en direct, par le biais des cheminées par exemple. J'ai déjà rencontré quelques traducteurs professionnels.

Elle aurait dut d'ailleurs faire un stage l'été dernier avec l'un d'eux mais compte tenu des événements tout ça avait été retardé. Le traducteur lui avait promis qu'ils remettraient ça l'été suivant mais Aslinn avait quelques doutes à présent que le nom des Goyle avait été placardé un peu partout avec la liste des autres mangemorts. Parfois elle projettait d'utiliser le nom de jeune fille de sa mère en sortant de Poudlard mais l'idée de redorer un peu celui de son père lui plaisait aussi. Après tout elle n'avait rien fait, pourquoi devrait-elle se cacher ? A Poudlard c'était différent, les gens ne cherchaient pas à comprendre et la plupart des jeunes ne faisaient que répéter ce que leurs parents leur disait. Elle espérait que toute cette paranoïa se calme quand sera venu le moment de se lancer dans sa vie professionnelle. Mais rien n'était moins sur.

- Tu as déjà une idée de ce que tu aimerais faire plus tard ? En cinquième ils attendent de nous qu'on sache déjà quoi faire plus tard. Les BUSEs sont censé t'ouvrir les portes vers les matières spécifiques à ton futur métier. Autrement dit on te demande déjà de choisir.

C'était triste mais c'était comme ça. L'an prochain Meg aurait à choisir certaines matières pour en délaisser d'autres. Elle ne pouvait pas tout suivre en même temps.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Fév - 12:30
Le bref moment d’enthousiasme de Meg retomba comme un soufflet et elle fut un peu déçue d’elle-même de s’être laissée emportée ainsi. C’était idiot. Il y avait pourtant bien des élèves qui parlaient l’irlandais à Poudlard. Les Nés-Moldus l’avaient appris à l’école. Simplement, ça ne se faisait pas d’aborder les gens simplement pour leur dire qu’ils parlaient la même langue. Puis, elle l’utilisait si peu au quotidien… Il lui arrivait de penser en gaélique, notamment lorsqu’elle se couchait et que son esprit s’embrumait, mais elle aurait été incapable de dire dans quelle langue elle rêvait. Les songes avaient leur propre langage. Plus jeune, elle avait écrit à ses parents en irlandais, mais Ombrage avait imposé l’anglais pour pouvoir mieux imposer sa censure et sa correspondance était restée ainsi, par pure habitude. Même son journal intime était rédigé en anglais. Ecrire dans une langue qui n’était sa langue maternelle aidait à mettre de la distance avec ses émotions. Même dans la plus grande des colères, elle n’aurait pas été capable d’écrire en gaélique qu’elle haïssait ses parents ou sa sœur, par exemple. Dit en anglais, ça soulageait tout en paraissant moins grave.

Il faudrait peut-être qu’elle écrive à ses parents, histoire de faire passer sa nostalgie ? C’était peut-être juste que son chez-elle lui manquait. Mmh. Mais pour leur dire quoi, au juste ? Que contrairement à Aslinn, qui semblait avoir déjà prévu toute sa carrière et avait trouvé le temps de commencer à se former malgré la guerre, elle était complètement paumée quand on prononçait le mot « orientation » ? Elle secoua lentement la tête de gauche à droite, ses doigts pianotant nerveusement sur la couverture de cuir de Milles Herbes et Champignons Magiques.

« Pas vraiment. C’est bête, mais je me disais que je n’avais qu’à faire de mon mieux aux BUSEs pour en obtenir un maximum et ne pas me fermer de porte. Il a des choses que j’aime étudier, mais j’ai encore du mal à voir à quoi ça pourrait me servir. Et puis, ça ne dépend pas que de moi. Il y a le commerce familial, même si je suis une fille. »

Cette dernière phrase était prononcée sans amertume particulière. Elle avait toujours aimé quand son père lui parlait des belles pièces d’orfèvrerie que les Bride commercialisaient, quand il partageait ses astuces de négoce. Et sans doute aurait-elle été compétente pour reprendre sa suite. Elle débordait d’idées, par exemple pour développer les échanges avec les moldus. Mais même dans une société ayant eu sa première Ministre de la Magie au 18ème siècle, elle n’était pas certaine que tous leurs clients, et surtout les plus conservateurs, qui étaient aussi souvent les plus fortunés, apprécieraient de travailler avec une femme. Et son futur mari ? Est-ce qu’il voudrait qu’elle travaille ? Est-ce qu’il aurait ses propres affaires, est-ce qu’il voudrait reprendre celles de son beau-père, est-ce que son mariage l’obligerait à partir à l’étranger ? A quinze ans, elle avait déjà des barrières fantômes plein la tête. La guerre avait commencé à les secouer. Ses études avaient été son refuge, elle y était douée, et avait l’impression ferme que ses parents avaient gagné une nouvelle appréciation pour ses capacités cet été. Ce qui signifiait qu’elle pourrait sans doute négocier, si elle le souhaitait, pour étudier plus longtemps, se marier plus tard… Rien ne l’obligerait, comme son arrière-grand-mère, à quitter Poudlard après les BUSEs. La mode était désormais aux filles éduquées et compétentes… quand elles avaient un projet justifiant cet investissement. Et c’était justement ce qui lui manquait encore. Mais elle avait presque un an pour se décider, n’est-ce pas ?


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Fév - 20:20
Aslinn l'écoutait avec attention. Au moment de passer ses BUSEs elle n'avait pas non plus sut quoi prendre comme options, elle n'avait à cette époque aucune idée de ce qu'elle voulait faire plus tard. Elle y avait réfléchis et avait sélectionné les matières en fonction de ce qu'elle aimait. C'est seulement après, en ayant tout recoupé qu'elle s'était décidé pour la traduction. Elle avait déjà des bases, elle avait étudié "pour le plaisir" et continuait à présent pour son avenir.

- Si d'ici la fin de l'année tu n'as aucune idée, prends les matières qui te plaisent le plus. C'est le plus important au final, faire ce qu'on aime.

C'était la clé de la réussite selon Aslinn, étudier ce qu'on aime et faire le métier qu'on veut. Il suffisait de s'en donner les moyens.

- Si ton avenir est tout tracé raison de plus pour te faire plaisir durant tes études.

Les parents d'Aslinn ne lui avaient jamais imposé leurs choix quand à ses études. Elle avait sans doute l'avantage de venir d'une famille un peu plus modeste. Noble certes mais plus modeste que la plupart des familles de sang-pur. Elle n'avait encore aucun contrat de mariage sur sa tête et en était très contente. Mais ça ne l'empéchait pas d'avoir une pression familiale et sociale. Sa famille attendait beaucoup d'elle et ça risquait d'être bien pire maintenant que la moitié d'entre eux étaient condamnés à Azkaban. Il ne restait plus beaucoup de Goyle en liberté, peut-être plus aucun. Pas plus que les autres noms de sa famille.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Fév - 9:57
Meg se sentit soulagée en voyant Aslinn l’écouter. C’était la personne parfaite avec qui discuter de ce genre de choses. Pourquoi n’y avait-elle pas pensé avant ? Bien, il était encore trop tôt dans l’année pour qu’elle soit réellement tourmentée par le sujet de son orientation, mais c’était déjà une source d’angoisse diffuse à l’horizon. Pour cette raison, les paroles d’Aslinn, très positives, étaient rassurantes. Elles ne lui imposaient pas de date butoir pour décider du reste de sa vie, ne rajoutaient pas de pression sur ses épaules. Oui, elle allait pouvoir profiter de l’intégralité de ses trois dernières années à Poudlard pour décider de ce dont elle voulait faire. Apparemment, sa stratégie de d’obtenir le plus de BUSEs possibles n’était pas si mauvaise. Et puis, elle savait que pour de nombreux métiers, ce qui comptait était plus le nombre de BUSEs ou d’ASPICs obtenus que leur matière exacte. Oui, elle allait avoir de la marge de manœuvre.

« Tu as gardé combien de matières, cette année ? »

Fallait-il garder les matières que l’on n’aimait pas juste pour « faire du chiffre » ? L’idée de ne plus étudier que les matières qu’elle aimait était réjouissante. Apprendre pour le plaisir d’apprendre n’était-il pas l’idéal de tout Serdaigle se respectant ?

« Merci du conseil. Je ne suis pas très sûre de mes limites, tu sais. Les derniers événements ont changé tellement de choses… Je crois que je vais avoir plus d’options que prévu, mais je ne sais pas encore très bien lesquelles. »

C’était ce flou-là qui était aussi excitant qu’effrayant. Elle avait peur de se perdre à rêver trop grand. Et puis, changer ses plans d’études et de carrière face à un horizon jadis si statique impliquait de se remettre en question. Pourquoi n’enseignait-on pas aux adolescents que les carrières pouvaient être fluides, que leurs études supérieures risquaient de les mener dans différentes directions et qu’au final peu exerceraient le même métier toute leur vie ? Coincée sur le caractère irrémédiable du « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » devenu « maintenant », Margaret avait tendance à se créer ses propres problèmes sur la question. Dans tous les cas, elle ne voulait pas qu’Aslinn croit que ses parents l’avaient complètement réduite à l’état de marionnette. Comparés à certaines familles Sang-Pur, les Bride étaient scandaleusement modernes, avec leur absence d’elfes de maison, leur persistance à travailler et la relative liberté matrimoniale donnée à leurs filles.

« Tu es fiancée ? »

Elle n’aurait pas posé la question à n’importe qui. Avec beaucoup, elle aurait jugé cela d’une indiscrétion qu’elle ne se serait jamais permise. Mais elles étaient en train de parler de leur avenir et Aslinn était une Goyle. Il était de notoriété publique que la majorité des Sacrées Ving-Huit planifiaient leurs arrangements matrimoniaux au berceau. Elle connaissait plusieurs personnes de son âge ou plus jeunes pour qui c’était le cas. Là encore cependant, la guerre avait redistribué les cartes.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Fév - 20:13
En voyant le soleil qui tapait plutôt fort en ce début de septembre, Aslinn était plutôt contente d'avoir opté pour cette place bien à l'ombre et par chance pas trop prisée par les autres. Elles étaient tranquille, personne pour les entendre.

- J'ai gardé Soins aux créatures magiques, Arithmancie et Etudes des Runes. Le reste m'intéressait moins. J'ai faillit ne pas avoir Etudes des Runes parce que ça tombait en même temps que SCM mais par chance il y a plusieurs horaires différents.

Les classes étaient réparties différemment et elle pouvait donc suivre les deux cours. Si elle avait dut choisir elle aurait surement opté pour SCM qui lui permettait de mieux cerner les différents peuples.

Aslinn lui adressa un sourire de compassion lorsqu'elle parla de changements. Effectivement, les événements de la guerre, même s'ils avait été assez courts, avaient changés pas mal de chose à commencer par le mode de pensée d'une grande partie de la population. Du jour au lendemain ce n'était plus les même à être privilégiés et Aslinn, comme beaucoup d'autres, se faisait montrer du doigt alors qu'avant on se contentait de la laisser tranquille.

D'une seule question Meg évanouissait tout le reste. "Tu es fiancée ?" Aslinn se serait presque figée sur place si elle n'avait pas constamment l'air de l'être.

- Oh non, non... Je pense que mes parents avaient prévu de me fiancer prochainement mais si j'ai bien compris la personne qu'ils avaient prévu n'a pas résisté à la guerre. De toute façon il y a peu de famille par ici qui veulent des Goyle. On fait rarement des mariages d'affaire, ce n'est visiblement pas très rentable pour les autres. Ou alors on est vraiment le plan de secours.

Les autres familles préféraient faire alliance avec des familles plus riches ou dont le nom était plus glorieux. Dès qu'elle se posait la question Aslinn arrivait à la conclusion que les Goyle avaient survécu jusqu'ici par chance. Une sacrée chance ! Et bien souvent par l'intervention de familles de sang-pur venant d'ailleurs dans le monde, pas des 28 sacrés d'Angleterre et des environs, ou alors en cas d'impossibilité d'alliance avec d'autres. Un manque de filles ou de garçons pour les alliances ? Oh! Enfait, vous connaissez les Goyle ? Il parait qu'ils ont ce qu'il nous manque... Un marché ouvert, rien de plus. Une sorte d'article en solde. Et puis, la vraie lignée des Goyle c'était son oncle et son cousin Gregory, pas Aslinn. Il lui semblait même avoir un jour entendu une conversation entre son père et son oncle qui soulevaient la possibilité de les fiancer entre eux. Beurk ! Mais c'était chose courante dans les familles de sang-pur malheureusement.

- Et toi ? Ta tête est déjà mise à prix ?

Elle esquissa un petit sourire moqueur.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Fév - 23:17
« Ca doit faire bizarre de n’avoir plus d'examen à préparer que dans trois matières. »

Oh, elle ne doutait pas que le niveau demandé en ASPIC compensait le temps gagné et Aslinn  devait étudier des langues magiques sur son temps libre, mais tout de même, cela devait faire étrange d’avoir soudain un emploi du temps aussi léger. Quoi qu'il était improbable que la préfète vienne en touriste dans les matières du tronc commune.  Bon. Elle-même avait encore le temps de réfléchir. Au moins, cette conversation lui aurait permis de d’aborder le problème plus sereinement. C’était vraiment rassurant de voir Aslinn proposer des solutions aussi simples et pleines de bon sens.

Elle observa avec attention sa camarade dans le bref silence qui suivit sa question. Elle espérait vraiment ne pas avoir été déplacée. D’un autre côté, le sujet des fiançailles lui traversait de plus en plus l’esprit, et son amie semblait douée pour remettre les choses à plat. Meg pinça les lèvres en écoutant sa réponse. Elle n’avait pas l’air d’être déçue de son brusque manque de fiancé et cela se comprenait aisément. Même si la pression pour qu’elle-même se trouve un futur mari convenable allait aller en s’accroissant, il n’avait jamais été question que ses parents choisissent quelqu’un pour elle sans lui demander son avis. Ce devait vraiment être une situation horrible.

Quant à savoir si les Goyle était une famille courue après… La réponse était non, évidemment. Ils étaient des Sang-Purs, mais ils étaient nettement moins riches que d’autres familles aussi anciennes, et surtout, quand on voyait leurs hommes… Gregory Goyle, en tout cas. Meg, pour l’avoir entre-aperçu dans les couloirs de Poudlard et à diverses occasions sociales, plaignait la pauvre fille qui devrait l’épouser. Ni sa physionomie, ni ses manières, ni son esprit ne plaidaient en sa faveur. Aslinn, toutefois, était charmante et redoutablement intelligente. Lorsque la poussière soulevée par la guerre serait retombée, Meg n’avait aucun doute qu’elle deviendrait très courtisée. Riche ou pas, les Sangs-Purs n’étaient pas si nombreux qu’ils puissent ignorer une jeune femme comme elle. Et qui savait, peut-être aurait-elle alors l’opportunité de faire entendre son opinion ? C’était tout le mal qu’elle lui souhaitait.

Elle eut un rire léger à l’expression choisie par Aslinn. Oui, elle méritait vraiment de pouvoir choisir avec qui se marier.

« Non. Je vais pouvoir choisir qui épouser, si je me montre… raisonnable dans mon choix. Il n’y a donc encore aucun contrat avec mon nom dessus. Mais maintenant que j’ai quinze ans, il va falloir que je commence à m’en préoccuper. Mes parents tiennent à donner un bal pour mon prochain anniversaire. »

Et l’on aurait aussi bien pu appeler cela une vente aux enchères. Elle ne se faisait pas d’illusions excessives. Elle avait son libre arbitre pour autant que celui-ci aille dans la même direction que ses parents.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Fév - 20:52
C'était une conversation plutôt étrange pour des jeunes de leur âge. C'était la première fois qu'elle parlait de ça avec quelqu'un. En général les filles de familles pro-sang-pur qui se retrouvaient fiancées l'étaient depuis plusieurs années et faisait avec, ou bien elles n'avait pas le choix et n'en parlait que rarement comme pour effacer cette idée de leur esprit le temps des études. Encore à son époque Aslinn avait du bon nombre de filles pas trop impliquées dans leurs études parce qu'en sortant elles savaient qu'elles seraient femme au foyer, au "bon soin" de leur époux. C'était une vie qu'Aslinn ne pourrait pas assumer, quand bien même on lui offrirait la plus grande bibliothèque du monde pour passer le temps. Elle en avait marre de voir ces filles se réjouir de finir en pot de fleurs ou en plante verte pour un homme. C'en était ridicule, surtout dans une société qui avait autant évolué.
Par chance Meg n'était pas de ce genre la, du moins Aslinn en était convaincue. Meg avait une certaine volonté d'indépendance. Avec ou sans époux elle se débrouillerait tout aussi bien dans la vie. Elle n'était pas qu'un joli visage et il était certain que celui qui l'épouserait devrait vite le comprendre.

- C'est bien qu'ils te laissent le choix final... Enfin... si on peut appeler ça bien. C'est comme se réjouir d'avoir encore un bras quand on te coupe la main.

Comparaison assez directe. Disons que c'était moins pire, mais ça n'empêchait pas que cette méthode de mariage arrangé restait quelque chose de très primitif aux yeux de la préfète.

- Tu dois avoir une petite liste de critères que tu recherches non ? Ou tu préfère essayer au coup de coeur ? Tu sais, le coup de foudre comme dans ces films moldus... Pathétiques songea-t-elle.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Fév - 19:13
Les gens se mariaient, avaient des enfants. C’était ça, réussir sa vie, non ?  Margaret n’avait pas eu trop l’occasion d’avoir d’autres modèles sous les yeux. Bien sûr, il y avait les enseignants de Poudlard, si discrets qu’ils semblaient, pour certains, ne pas avoir de vie privée du tout. Imaginait-on le professeur McGonagall en mère de famille ? Bien sûr que non ! Elle avait probablement déjà assez à faire avec tous les élèves de Poudlard. Par chance, ce destin traditionnel ne rebutait pas Meg. Elle avait toujours rêvé au Prince charmant, ne serait-ce que comme dans un joli conte vaguement irréel. Elle avait toujours joué à la poupée en se disant qu’un jour, elle aurait un bébé bien à elle. Pas maintenant, évidemment, la pensée était même assez perturbante, mais un jour. Dans une dizaine d’années peut-être. Ca n’était pas ses seuls objectifs dans la vie, mais ça en faisait partie.

« Personne ne va me couper la main, je n’irais pas jusque-là.  Certains arrivent même à trouver mes parents trop libéraux. Personne chez nous n’a jamais épousé ses cousins. »


Elle rit un peu de la comparaison brutale d’Aslinn, et de sa propre remarque aussi, espérant qu’il n’y avait pas assez de consanguinité chez les Goyle pour qu’elle ait offensé sa camarade sans le vouloir.

« Tu crois sincèrement au coup de foudre, toi ? Tu crois que c’est vraiment possible pour deux personnes de tomber amoureuses l’une de l’autre exactement au même moment ? »


Elle avait beau être romantique, ça lui semblait tout de même hautement improbable. Tomber amoureux était déjà rare, alors que deux personnes soient exactement synchronisées… Non, il lui semblait que la première attirée devrait forcément courtiser un peu l’autre, attirer son attention. Mais enfin, que connaissait-elle à l’affaire ? Rien du tout. Sur tout ce qui touchait au couple et à l’amour, l’ignorance de Meg, soigneusement entretenue jusque là par ses parents, touchait au sublime.

« Et bien, ce doit être un sorcier, évidemment. Et même si moi je m’en fiche, pas un Né-Moldu. Un Sang Mêlé ne serait pas un problème pour mes parents. Il faudrait quelqu’un qui puisse faire la façade pour le commerce Bride, puisque je n’ai pas de frère… Mais idéalement, je voudrais qu’on m’y laisse une vraie place, tu vois ce que je veux dire ? Avoir quelqu’un d’égal en face de moi, je crois. Tout ça n’est pas entièrement incompatible avec la possibilité de tomber amoureuse, j’espère. »

Est-ce que sa liste des courses était complète ? Le respect était plus important que l’amour au début d’un mariage, lui avait maintes fois répété sa mère… mais au risque de paraître trop exigeante, elle voulait les deux. Elle fit une moue légère, et rangea son manuel de botanique dans son sac en toile.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Fév - 20:41
Epouser son cousin... Les Goyle et pas mal d'autres familles de sang-pur l'avait fait pour garder l'héritage dans la famille mais aussi pour concerver la pureté du sang. Si les Goyle ne l'avaient plus pratiqué depuis un petit moment - son père avait préféré aller pêcher une sang-pur plus au nord -, l'idée leur effleurait parfois l'esprit lorsque les possibilités s'amoindrissaient. Ils appelaient ça le "plan de dernier recours".

Le coup de foudre ? Aslinn arqua un sourcil. Grand Mage non ! Elle trouvait même cette expression et cette théorie assez bancale. Tomber amoureux au premier regard ? Comment était-ce seulement possible ?

- Tu sais, je suis plus du genre à tomber amoureuse pour la personnalité. Je suis donc mauvais juge la dessus mais le coup de foudre ça me semble plus être une connerie inventée par les nobles pour se rassurer. Comment on peut tomber amoureux de quelqu'un dont on ignore tout en dehors du visage ? Un béguin oui, le grand amour non.

Après ça pouvait très bien se passer, mais pour Aslinn on ne pouvait pas savoir si c'est le bon sans essayer de le connaître. Elle était sortie durant une courte période avec Sebastian de chez les Gryffondor. Ils s'étaient plut psychologiquement et elle avait au début naïvement pensé qu'il était peut-être "le bon", comme surement une bonne partie des filles dans leurs premières histoires d'amour. Mais elle s'était vite rendu compte que ce n'était pas le cas. Ce qu'ils avaient prit pour de l'amour était juste de l'affection et ils s'étaient quitter avant de trop s'enfoncer dans le mensonge, préférant rester "de bons amis".

Elle écouta sa réponse sur les critères. Elle pouvait effectivement au moins choisir ça, ce qui n'était pas donné à toutes les jeunes filles des 28 Sacrés.
Aslinn sourit tendrement aux paroles de son amie.

- Je l'espère sincèrement pour toi. De toute façon tu es une jolie fille dôté d'un esprit brillant, je suis sur que tu auras de nombreux candidats. Il ne reste plus qu'à espérer que l'un d'entre eux se montre à ta hauteur.

Une fille comme ça gâchée par un mariage arrangé avec un époux désagréable ce serait un cauchemar et un véritable pas en arrière.


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Fév - 22:49
La cinquième année buvait les paroles d’Aslinn en acquiesçant à intervalle régulier. Elle était trop convenable (d’aucuns auraient dit « guindée ») pour vraiment parler de garçons avec les filles de son dortoir ou même faire arriver naturellement le sujet de leurs petites amourettes avec ses amies les plus proches. Cette approche par le prisme concret des fiançailles lui fournissait donc une opportunité unique de réfléchir à la question. A quinze ans, elle était bizarrement tout à la fois « amoureuse de l’amour », sans personne encore de particulier sur qui fixer son attention, et forcée à considérer ses futures fiançailles avec pragmatisme. Entendre Aslinn, qui avait clairement de l’expérience en la matière, expliquer comment elle tombait amoureuse était donc des plus intéressant. Ce qu’elle disait était extrêmement sensé. Effectivement, la tête de quelqu’un ne disait pas s’il serait gentil, respectueux ou intelligent. Il fallait au moins au moins discuter un peu… Et si l’on s’appréciait, qu’est-ce qui faisait qu’on devenait plus qu’amis ? Elle supposait qu’elle le saurait le jour où cela lui arriverait. Il n’y aurait alors qu’à espérer que la personne en face finisse par ressentir la même chose. Jusqu’à présent, elle ne pouvait même pas dire qu’elle avait eu un « béguin », comme les qualifiait sa préfète. Elle ne s’était pas autorisée à vraiment arrêter son regard sur quiconque, trop occupée, trop timide, trop figée par des idées arriérées de « pureté » qu’on lui avait martelé.  Maintenant qu’elle avait survécu à la noirceur de l’année précédente, cependant, elle se sentait enfin autorisée à être un peu plus ouverte et curieuse en la matière. A « regarder son bonheur », comme avait dit Tiberius.

Elle étouffa aussitôt cette pensée. Elle n’avait pas envie de penser à Tiberius Avery maintenant. Mieux valait profiter des compliments d’Aslinn. Elle rosit. Elle, jolie ? Quand sa mère fixait sa taille d’un air désapprobateur à chaque retour de vacances, les lèvres pincées dans une expression typiquement Bride, en lui pinçant les joues et en insistant pour qu’elle resserre plus son corset lorsqu’elle descendrait dîner ? Mmh. Objectivement, elle savait qu’elle n’était pas en surpoids, mais c’était vrai qu’elle avait encore des joues et un petit reste de ventre de bébé. Elle baissa les yeux sur son chemisier, soigneusement boutonné jusqu’en haut. L’avantage était quand même qu’à quinze ans, elle avait la poitrine pour équilibrer le tout. Oui, peut-être qu’elle était jolie. Entendre Aslinn la décrire comme un « esprit brillant » avait fait plus de bien à son moral encore. Elle était cultivée, et savait raisonner, mais c’était difficile de se sentir spirituelle au milieu des autres Serdaigles. Dans tous les cas, elle n’avait pas l’air de trouver sa description du mari idéal ridicule.

« Merci beaucoup. Je ne peux que te souhaiter la même chose, maintenant que tu as le champ libre. »

Bien, peut-être pas entièrement libre, mais si Aslinn était libérée de toute obligation contractuelle pour le moment, elle pourrait peut-être faire elle-même une proposition satisfaisante à ses parents ?


Dernière édition par Margaret C. Bride le Dim 25 Fév - 20:56, édité 1 fois
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Fév - 12:48
Aslinn esquissa un sourire un peu triste. Le champ libre... Elle ne savait pas si c'était une bonne chose au final. Elle sait que de toute façon ses parents ne l'auraient pas mariés à quelqu'un qu'elle aurait détesté, ne serait-ce que pour la survie du jeune homme en question. Ils connaissaient bien leur fille, au delà de l'apparence qu'elle se donnait à Poudlard. Ils savaient qu'elle n'avait pas le yéti en patronus pour rien. Alors le champ libre... Elle avait toujours eut au moins une parcelle du champ libre.

- Merci. Mais je pense me concentrer d'abord sur mes études puis sur l'obtention d'un travail. Pour moi la vie en couple n'est pas indispensable.

Du moins elle n'en avait pas vraiment besoin pour être heureuse. Elle savait que certaines personnes avaient toujours besoin d'être en couple et que lorsqu'ils étaient dans le célibat c'était la fin du monde. Elle avait du en consoler des filles de Serdaigle. Aslinn n'avait rien contre le célibat, elle trouvait même ça assez sain contrairement à certaines relations amoureuses. Elle prenait juste soin d'elle même sans se soucier d'un autre.

Il lui semblait avoir fait le tour des questions traditionnelles. Elle appréciait les silences en temps normal mais elle adorait encore plus discuter avec Meg de tout et de rien.

- Sinon, vu qu'on est dans ce sujet la... Tu as quelqu'un en vue ?


Modérateur
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 637
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Cabane en pain d'épice à demi fondue

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Mar - 22:56
Le premier instinct de Meg, en entendant la réponse d’Aslinn, fut d’être un peu surprise. As’ voulait rester toute seule ? Est-ce que ce n’était pas un peu triste ? Ceci dit, elle ne pouvait pas, en toute bonne foi, associer dans sa tête sa préfète à l’image de la vieille fille traditionnelle. Déjà, pour que la position ait un sens socialement, il fallait avoir plus de 25 ou 30 ans, et venir d’une famille vraiment riche. Aslinn avait donc encore pas mal de temps devant elle, et quelques poignées de Gallions, avant de se transformer en cliché éderrièreé. Margaret comprenait très bien cette envie de profiter de leurs années d’études, et d’obtenir ensuite une position professionnelle intéressante. Elle-même le voulait aussi, c’était juste qu’elle avait d’autres impératifs à équilibrer avec.

« Non, pas vraiment. »

Un fin sourire étira ses lèvres tandis qu’elle répondait, mais elle était parfaitement sincère. Il y avait des tas de garçons convenables autour d’elle, et beaucoup dont elle pensait déjà qu’ils recevraient inévitablement une invitation pour son bal de printemps, mais aucun ne s’était déjà imposé à elle comme son potentiel futur mari. De toute manière, les conséquences politiques et économiques de la guerre commençaient seulement à s’éclaircir, donc elle n’avait pas toutes les données en main. Ce flou-là, au moins, l’arrangeait bien.  

Quant à l’idée que « quelqu’un en vue » puisse désigner un garçon qu’elle aimerait bien, sans considération de mariage… Nope, elle pensait sincèrement avoir encore le cœur libre. Toute l’ironie de l’histoire serait probablement que Margaret serait la dernière de son cercle social à se rendre compte qu’elle avait un crush. Plusieurs fois ces derniers jours, lors de séances de travail improductives à la bibliothèque, elle avait surpris son regard à dériver sur la silhouette de Peter Pennington, penché en train d’écrire elle ne savait trop quoi quelques tables plus loin. L’image de ses doigts tâchés d’encre s’imposa spontanément dans son esprit et son sourire s’agrandit un peu, sans qu’elle considère pour autant le moins du monde la pertinence de l’image après la question d’Aslinn. Peter et elle avaient à peine eut l’occasion de s‘adresser la parole pour se dire bonjour au détour d’un couloir depuis la rentrée, et même si elle avait été plus souriante qu’à l’accoutumée lors de ces brèves occasions, elles n’étaient pas assez pour constituer la base d’un « béguin » … n’est-ce pas ?

Meg se secoua visiblement, sortant de sa rêverie.

« De toute manière, je ferais bien de prendre exemple sur toi et me concentrer un peu plus sur mes études. J’ai un peu de mal à reprendre le rythme, depuis la rentrée. »

Elle se sentit soulagée d’avoir reconnu le « problème » à voix haute à son amie, même si elle avait volontairement choisi une formulation minimisant la situation.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 473
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Mar - 23:58
Aslinn avait remarqué que Meg était partie dans ses pensée. Elle songea que peut-être elle avait un petit coup de coeur pour quelqu'un, sans que ça n'aille plus loin que ça. Aslinn avait déjà eut quelques coup de coeur pour des garçons mais s'était souvent freiner elle même, se disant que ça allait lui passer. Parfois ça avait duré plus longtemps que prévu et elle se demandait parfois s'il y aurait put se passer un truc. Mais c'était trop tard.

Prendre exemple sur elle ? Aslinn ouvrit grand les yeux et lui fit signe que non.

- Oh non, tu m'as mal comprise. Je préfère ne pas "chercher", ça ne veut pas dire que je fais passer mes études avant mon bien être sentimental. Si quelqu'un me plait pourquoi pas, mais je vais pas chercher à tout prix à me mettre en couple et encore moins à me chercher un époux pour plaire à la société alors que j'ai d'autres préoccupations. Il faut d'abord que tu sois bien avec toi même.

Ca ne voulait pas dire qu'elle devait aller avec n'importe qui. De toute façon Aslinn voyait mal Meg sortir avec le premier crétin venu. Elle espérait qu'elle ne serait pas aussi désespérée que certaines filles qu'elle voyait, qui ne pensaient qu'à trouver un bras auquel s'accrocher sans faire gaffe à qui il appartenait. Non, Meg était trop intelligente pour ça. Dans le pire des cas Aslinn viendra lui dire si le mec qu'elle convoite est un abruti fini.

- Donc concentre toi sur tes études, ça va permettre au reste de faire son chemin seul jusqu'à toi. Ce qui doit arriver arrivera de toute façon.

Il ne fallait pas laisser les études de côté pour autant, et pas non plus si elle finissait en couple avec un autre élève. Avoir un copain n'avait jamais empêché personne d'étudier. Il fallait éviter de terminer en ventouse, voila tout.


Modérateur
Contenu sponsorisé
 
Pause méritée [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pause pour se remaquiller (LIBRE)
» arrivée à Diantra et pause dans ses explorations [libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Les Éxtérieurs :: Le Parc :: Le Parc-
Sauter vers: