Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

[CLÔTURÉ] Santiago's Dream • ft. Billie Persson

Aller en bas 
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 412
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Fév - 5:17
La grande salle était vide. Une grande pièce semblable à une cathédrale de silence. Il faisait noir. La nuit portait aux grandes baies vitrées la lumière diaphane d'une lune heureuse. Aucun bruit de pas, ni de chuchotements adolescents ne vinrent perturber le calme symphonique. Il y faisait noir. Les bougies et lanternes étaient muettes et seul un cercle de lumière éclairait le centre de la grande salle. Un halo superbe et aveuglant dans lequel entra Tiberius, le pas fier. Droit et dominant. La tête haute, il avança d'un pas, puis deux. Sa chemise noire ne faisait ni pli ni gondole. Ses cheveux étaient gominés en arrière, peignés d'un soin méticuleux. Seule la rose rouge et ouverte comme un cœur battant sur sa poitrine éclairait sa sombre silhouette qui baignait dans l'arène de clarté.

Le murmure amoureux d'un violon s'éleva dans le vent. Il vogua comme un navire sur les pas aériens de Tiberius. Puis il s'immobilisa brusquement au souffle percutant d'un bandonéon. Puis une note de piano. Tiberius se tourna d'un mouvement sec. Son regard tomba sur le lointain, dans les ténèbres. Au rythme pulsé d'une introduction musicale languissante, il tendit la main. L'autre se plaqua contre sa poitrine. Dans la brume obscure, une silhouette légère et élancée laissait entrevoir les courbes généreuses d'une créature que Tiberius ne saurait décrire avec des mots sans en pervertir l'image. Et alors que l'orchestre fantôme commençait à s'envoler dans de fracassantes impulsions contre lesquelles se calquait son cœur, une jambe se dévoila à la lumière, glissant contre le parquet de la Grande Salle, tel un voile de satin au tombé hypnotisant.


TIBERIUS H.
AVERY
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 683
Ft : Ella Purnell

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Fév - 2:50
Une silhouette dans le noir ne s’en détachant que grâce rayons pâles et amoureux de la lune effleurant ses courbes avec douceur. Elle avance une jambe complètement nue dans le halo de lumière franche émise par un projecteur indécelable, puis sa hanche se détache de l’ombre, enveloppée dans un voile aussi rouge que la rose qu’il porte sur son cœur battant au rythme de la musique. Une main délicate apparaît, répondant à l’invitation du danseur, et enfin tout son corps fait suite comme si au bout des doigts se trouvait le fil reliant marionnette et marionnettiste. Elle fait un pas. Puis un autre. Ses mouvements sont lascifs, tranchant avec la dureté de ceux de son partenaire. Elle rejoint le danseur d’un pas lent, en phase avec le sanglot du violon, l’oscillation gracieuse de ses hanches fait onduler la mousseline de soie de sa robe légère. Son bras couleur d’albâtre est toujours dressé, et sa main est ouverte comme pour promettre une caresse.

Puis leur peau se touche. Ses doigts se faufilent entre les siens. Poitrine contre poitrine, leur respiration se lie et leur corps entier devient vague. Expiration. Leurs souffles chaud s’emmêlent, se brouillent et tourbillonnent. Leurs visages se frôlent. La danseuse a volé deux pétales de rose pour en recouvrir ses lèvres qui touchent presque celles de son partenaire. Ils semblent figés dans le temps pour l’éternité.

Cet instant ne dure qu’une seconde, la guitare prend la place du violon langoureux. Elle sursaute, les rappelle à l’ordre. La danseuse n’attend qu’un geste de son marionnettiste pour lui obéir.



Mais le train de tes injures roule sur le rail de mon indifférence. Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.
- George Abitbol

(c) black pumpkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 412
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Fév - 19:53
Il la tire à ses bras. Brusquement, tandis que le bandonéon s'agite. Le piano frappe l'air d'une note grave. Tiberius enfonce son regard dans ses yeux et emmène sa danseuse promener dans le parc de lumière. Ils tournent et à bout de bras, il la jette d'une pirouette fugace. Puis la ramène, les mains qui cherchent à tous les prix le contact fébrile de sa peau. De ses bras et de ses hanches. Comme le fruit irrésistible de désirs inavoués. Leurs jambes s'épousent et se repoussent au rythme d'une musique qui s’accélère comme un battement de cœur frénétique. Tiberius regarde leurs échanges et suit le jeu semblable à un combat d'épée. Il recule, son regard est concentré. Elle mène la danse et Tiberius est à sa merci. Mais il suffit. Il enroule sa taille d'un bras conquérant et l'immobilise contre lui. Un regard s'échange. Nez à nez. Tiberius avance d'un pas, toujours corps contre corps. Un autre pas. Il la laisse se libérer mais la capture de nouveau. Cet oiseau volage.

Ils se cherchent et se jettent. S'embrassent du regard avant de se repousser avec fureur. La Grande Salle n'existe plus. Il n'y a que leur arène. Leur combat. D'un mouvement ample, Tiberius attrape la danseuse par les hanches. Il glisse ses doigts doucement pour provoquer sa colère. Et la renverse en arrière. Quand il attrape sa jambe nue sous un genou de velours, le temps se fige et ses doigts se faufilent avec audace. Leurs lèvres se touchent presque et Tiberius sourit de victoire. Sa poitrine se lève et se soulève profondément. Avec une difficulté douloureuse. Son corps se laisse hypnotiser par le crépuscule rougeoyant de ses lèvres mais une force invisible le repousse. Une colère au creux de son cœur, une passion qu'il ne réussit pas à satisfaire. Alors il recherche du bout des lèvres, dans cette éternelle seconde, la douceur du duvet de ses joues. Constate la pureté des formes de sa nuque.


TIBERIUS H.
AVERY
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 683
Ft : Ella Purnell

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Fév - 23:33
La musique les enivre. Ils n’existent que pour elle. Pour se plier à ses accords exigeants. Le violon coule dans leurs veines, le bandonéon occupe leur esprit et le rythme passionné du tango remplace les battements de leur cœur enfiévré. La mélodie ruisselle sur leur deux corps qui se tordent.
Leurs mouvements sont tantôt secs et rapides, tantôt aériens et lents. Elle se laisse capturer par l’étreinte de ses bras durs, puis s’en échappe, légère comme un papillon de nuit. Mais sa chaleur réconfortante la rappelle presque aussitôt à lui. Elle lui tourne autour, le caresse, l’agrippe.

Elle se perd dans son regard. Ses yeux sont deux ancres sombres au milieu de cet océan de lumière aveuglante. Elle devient un esquif pris dans la tourmente, une goélette victime des assauts répétés de la houle, malmenée par les flots sans lesquels elle n’aurait pas lieu d’exister. Mais son amarre tient bon. Elle s’y accroche. Une partie d’elle voudrait se noyer mais il ne la laisse pas sombrer. Ses mains la soutiennent comme une colonne vertébrale. La manipule à leur guise. Ses jambes vont là où il le veut. Par un port de tête, une pression des doigts, une poussée du bassin, il lui dessine un sentier qu’eux seuls peuvent percevoir.

Leur cœur bat à tout rompre et marque le rythme de la danse encore mieux qu’un métronome. Ils sont hanche contre hanche, ses mains vont et viennent et se perdent sur sa peau. Chacun de ces contacts lui fait l’effet d’une décharge électrique qui la traverse de part en part. Elle sent sont souffle s’accélérer sur sa nuque. Elle-même a chaud malgré la finesse aérienne de la mousseline de sa robe. Leurs joues se frôlent. Elle tourne la tête pour lui offrir ses lèvres. L’écrin velouté de sa bouche écarlate s’entrouvre sur une rangée de perles opaline. Elle s’approche avec lenteur, serrée contre lui. Et d’une voix onctueuse elle murmure :

- Tu es aussi beau que du pâté sur du pain de mie.


Mais le train de tes injures roule sur le rail de mon indifférence. Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.
- George Abitbol

(c) black pumpkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 412
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Fév - 21:09
Un creux douloureux se forme dans son sternum et un frisson se diffuse dans ses membres, son corps, lui hérisse les poil et arrache à sa gorge un murmure semblable à un long soupire affligé. La musique semble se taire et s'éloigner alors que ses doigts sentent la douceur satinée de sa peau. Un voile délicat s'empare de ses sens et un divin nectar se repend dans ses veines, jusque dans son cœur. Son bras attrape fermement les reins de sa partenaire, comme un cri muet. Le tabou éclate dans les regards échangés et les sourires équivoques. Des pétales de velours se glissent contre son visage et au creux de son oreille, une voix ou un enchantement se propage dans l'air et fait taire parfaitement le gémissement plaintif de la musique.

Une fièvre étrange envahit ses muscles et serre sa gorge. Ses doigts se referment sur ses jambes et l'attire d'avantage vers lui alors que les épaules de sa danseuse s'éloignent avec une drôle d'espièglerie. Tiberius redresse la tête. La regarde longuement et un hibou passe.

Littéralement. Il redresse la tête. Une chouette se pose sur une fenêtre qui laisse échapper le soupire du vent. Elle hulule. Et le jeune sorcier l'observe avec une curiosité fascinée. La lumière s'écroule. Bilile est toujours dans ses bras mais s'évapore lentement comme un spectre malin. Son corps, entre ses bras, s'amaigrit et ne devient plus qu'un gros ballon qui se tord. Il ne la voit plus mais la sent toujours. Les lumières éblouissantes de la Grande Salle se sont éteintes et l'ont plongé dans l'obscurité. Il s'éveille doucement. Son coussin entre les bras.

Tiberius reste un long moment dans son lit. Les yeux collés de fatigue. La bouche pâteuse. Une migraine monstrueuse. Il se remémore son rêve lentement pour se rendormir avec cette douce exaltation matinale. Il préfère ça à son actuelle gueule de bois. Cependant, alors qu'il revoit les mouvements fluides et aériens de sa partenaire, il se souvient du visage. Il a un sursaut fugace. Un spasme de terreur. Une aigreur. Il se redresse, main sur la tempe et confirme son état. Cette situation l'angoisse. Et penser à un autre visage est encore douloureux. Oublier ce rêve aussi. Il songe que cette fois-ci, confier son trouble à Billie serait bien moins aisé.

Tiberius observe autour de lui. Dans le dortoir, tout le monde est assoupi. Aux fenêtres, le lac est encore noir comme une marre d'encre. Encore fiévreux, Tiberius se traîne lentement aux toilettes pour consommer sa frustration, tentant avec beaucoup de peine de changer cette image incestueuse qui le hante.

Par avance, Tiberius sait que ça va être une belle journée de merde...


TIBERIUS H.
AVERY
Contenu sponsorisé
 
[CLÔTURÉ] Santiago's Dream • ft. Billie Persson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Haïti - Social : Rapatriement des haïtiens de Santiago à partir du 6 janvier
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Septembre 1998-
Sauter vers: