Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

[TERMINE] Studiosité effervescente [Libre aux Serdaigles]

Aller en bas 
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 438
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 14:21
3 octobre 1998

Elle ne pouvait pas non plus rester cachée toute sa vie. Margaret avait passé les trois derniers jours à préférer travailler seule dans son dortoir plutôt que dans la salle commune lorsqu’il s’agissait de faire ses devoirs. Ce qui aurait été perçu comme un grave manque de sociabilité chez des Poufsouffles était relativement courant chez les excentriques Serdaigles, et personne ne lui en avait fait le reproche, mais elle savait que son absence inhabituelle de la salle commune se remarquerait si elle se prolongeait. Trois jours, cependant, était-ce suffisant pour oublier l’humiliation de la Yellow Party ? Certes, il n’y avait pas eu beaucoup de Serdaigles sur place, et Billie lui avait assuré après la fête que son comportement n’avait pas été si grave que ça. Ca n’empêchait pas Meg de garder une honte cuisante à la pensée qu’elle avait vomi en public, pour une histoire d’alcool mal dosé. Elle, une Bride, se comporter ainsi !

Bon. Peut-être bien que des bruits sur la soirée avaient circulé, et peut-être bien que l’on se serait moquée d’elle, à juste titre sans doute, mais il ne fallait pas non plus qu’elle se montre présomptueuse. Elle n’avait jamais été de type « populaire », jamais la reine du gossip, et il n’y avait aucune raison pour qu’on se préoccupe excessivement d’elle aujourd’hui. Meg empila ses manuels, sur lesquels elle déposa une bouteille d’encre, quelques feuillets de parchemin et sa plume, avant d’empoigner le tout et de descendre résolument dans sa Salle commune. Les Serdaigles y tenaient presque tous les soirs un « club de devoirs » relativement informel. Le but n’était pas tant de potasser que de partager ses connaissances avec les autres. Certes, on y trouvait de l’aide pour ses dissertations, mais surtout, il y avait toujours une information intéressante à glâner, et de grandes conversations qui fleurissaient sur des sujets parfois obscurs. Ce bouillonnement intellectuel avait manqué à Meg, dans sa solitude auto-imposée. Elle prenait rarement la parole, mais elle aimait les écouter.

Comme elle n’avait pas besoin d’écrire tout de suite, elle ignora les tables, déjà bien remplies, et se dirigea plutôt vers la banquette aménagée sur le rebord de l’une des hautes fenêtres. S’y étant assise le dos droit malgré sa forte envie de se recroqueviller sur elle-même pour se protéger de quelque regard qu’elle espérait imaginaire, elle déposa ses affaires à côté d’elle et se saisit d’un premier manuel, sans toutefois l’ouvrir. Elle allait d’abord laisser ses oreilles traîner un peu. A sa gauche, des première année disséquaient avec animation la dernière énigme que leur avait donné l’aiglon gardant l’entrée de leurs quartiers. Leurs voix aigues et enthousiastes s’interrompaient constamment entre eux avec une insouciance qui lui fit chaud au cœur. L’année précédente ne les avaient touchés en rien, ou tout du moins, s’ils avaient vécu des choses difficiles, ils ne les associaient pas à l’école. Plus loin, une de ses camarades de dortoir déclamait de la poésie à un petit cercle de critiques et d’admirateurs, et la qualité inégale des vers arracha à Meg une moue amusée. Des huitièmes année étaient quant à eux penchés les uns vers les autres, chaises resserrées en cercle, et discutaient à voix basse de choses qui semblaient particulièrement sérieuses. Elle se laissa bercer par le bourdonnement qu’ils produisaient. Pas de doute, elle avait bien fait de descendre. Elle était étrangement à sa place dans ce bazar hétéroclite. Plus, sans doute, qu’elle ne l’avait été lors de la Yellow Party.


Dernière édition par Margaret C. Bride le Dim 13 Mai - 23:58, édité 2 fois
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 387
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 21:46
Aslinn avait vaguement entendu parler de la yellow quelques jours plus tôt. Jon avait essayé de l'inviter, toujours dans on idée de la décoincer mais elle avait refusé d'y aller. Elle n'en avait pas envie, pas en ce début d'année lorsque les esprits étaient encore trop échauffés par les événements de mai dernier et les "procès" de l'été. Elle s'était dit que c'était pour ne pas gacher l'ambiance des autres mais c'était surtout pour ne pas sentir les jugements sur elle. A croire qu'elle n'avait pas le droit de s'amuser... Mais cette interdiction elle se l'imposait visiblement elle même. Si elle en avait eut envie elle aurait put se rendre à cette fête, ne faire attention à aucun regard comme elle le faisait le reste de la journée. Mais en soirée elle avait envie de retrouver un peu d'elle même, pas la façade qu'elle offrait à tout le monde. Juste Aslinn.

Après un passage rapide par la bibliothèque où elle avait emprunté un bouquin d'anthropologie sur les créatures intelligentes à lire et étudier dans la salle commune de Serdaigle lle était remonté dans la tour. En chemin elle croisa Hippo, attendant devant la porte. De temps en temps il arrivait à trouver la réponse aux énigmes mais la plupart du temps il se contentait d'entrer en même temps que d'autres ou de s'éclipser chez les Serpentard. Aslinn n'avait pas toujours bien compris l'intérêt d'une énigme. De temps en temps c'était amusant, mais il lui était arrivé de ne pas avoir envie de trop réfléchir parfois. L'humeur ça va ça vient et devoir se tapper une énigme à chaque fois c'était juste chiant. Elle comprenait encore moins le tableau de Gryffondor et le Grosse Dame qui attendait un mot de passe alors qu'elle pouvait clairement voir la couleur et le blason sur les capes des sorciers.

- Salut Hippo !

Elle lui adressa un beau sourire pour le saluer. Il s'était toujours montré gentil avec elle, bienveillant même. De toute évidence il faisait parti des gens qu'elle appréciait. Ils avaient quelques amis en commun à Serpentard et partageaient quelques idées communes tout en évitant celles qui fachaient pas qu'ils avaient peur d'entendre l'avis de l'autre mais parce que la discussion risquait de tourner en rond et qu'ils trouvaient toujours plus intéressant à raconter.

Aslinn écouta l'énigme et entra. Il lui semblait l'avoir déjà lu dans un livre. Dans la salle elle remarqua Meg un peu plus loin. Sans demander son avis à Hippo et sans doute sans qu'il ne s'en rende compte, elle l'entraina jusqu'à elle.

- Salut Meg, enfin sortie de ta caverne ? Comment tu te sens aujourd'hui ?


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 180
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 13:40
Hippolyte avait été contraint d’abandonner ses amis de Serpentards qui devaient se rendre à leur cours d’Astronomie. Sa propre journée était terminée et c’était seul qu’il avait grimpé d’un pas las les étages le séparant de la tour des Serdaigles. Rester dans la salle commune des Serpentards avec les sixième années qui y traînaient ne l’enchantait pas particulièrement. Il préférait de loin jouer à l’auto-stop avec des escaliers qui n’en faisaient qu’à leur tête.
Son temps de trajet s’allongea de plusieurs minutes, les escaliers étant d’humeur particulièrement jouasses ce soir là. Il dû faire détour en apprenant que Peeves s’amusait à jeter des craies et des tableaux sur les élèves dans un des couloirs du cinquième étage, accompagné de quelques élèves de Gryffondor qui rejoignaient eux aussi leur dortoirs. L'ascension jusqu’au nid des Serdaigles se fit à un rythme tout aussi calme et tranquille. Ses jambes le lançaient, plainte sourde que toutes ces marches c’était bien trop pour elles. Un serdaigle bien plus jeune que lui le dépassa au pas de course. Hippolyte ne sut s’il était admiratif ou ennuyé. Après une journée entière à crapahuter dans tout le château il était impensable pour lui de réaliser un tel exploit.

Une fois devant la porte des Serdaigles il s’arrêta pour reprendre son souffle mais surtout pour contempler le heurtoir qui semblait le narguer. Le système de l’énigme le mettait hors de lui même s’il se gardait d’en faire la réflexion à qui que ce soit. Souvent les questions étaient alambiquées et demandaient des réponses complètement aléatoires et pseudo-philosophique. A plusieurs reprises des demi douzaine d’élèves s’étaient déjà retrouvés coincés devant la porte qui menait à leur salle commune. Hippolyte attendait avec impatience le jour où personne ne trouverait la réponse à une de ces énigmes idiote. Ça devait bien arriver de temps en temps.

La réflexion quant à la réelle intelligence de ce système de mot de passe fut coupé court lorsqu’il vit arriver Aslinn. Comme d’habitude sa préfète était impeccable, toujours bien ordonnée. Elle semblait représenter sans même se donner la peine de le vouloir à l’étudiante modèle. Hippolyte lui adressa un sourire lorsqu’elle le salua. Il se retint de lui rappeler qu’il ne portait pas vraiment ce sobriquet dans son coeur. Il tolérait à présent qu’elle le nomme comme ça. C’était bien une des rares Serdaigle à le pouvoir.
Sans aucune surprise Aslinn résolu l’énigme rapidement. Une petite moue se dessina sur le visage d’Hippolyte. Même énoncée la solution ne lui paraissait pas évidente. Il se garda bien d’exprimer son opinion à voix haute de peur qu’un Serdaigle un peu trop amouraché par ce système ne lui saute dessus pour lui expliquer pourquoi, par A plus B, c’était si formidable, pourquoi Rowena était une génie d’avoir ensorcelé ce heurtoir et méritait qu’on baise le sol qu’elle avait foulé. Quelques rares élèves de sa maison s’imaginaient encore pouvoir d’un coup d’un seul lui montrer le bonheur de stupides énigmes quotidiennes et l’ouvrir aux joies des casse-tête idiots.

Sans avoir le temps de se faufiler jusqu’à son dortoir Aslinn lui attrapa le bras pour le traîner à l’autre bout de la salle. Elle avait une force non négligeable pour une fille à l’apparence aussi frêle. On pouvait au moins lui trouver ce point commun avec son cousin. Hippolyte dégagea doucement son bras et leva le nez vers Margaret Bride, assise contre une fenêtre telle une princesse en peine. Il lui sourit gentiment, ne laissant rien paraître de l’agacement (certainement partagé) que c’était de devoir lui adresser la parole. “Bonjour Margaret. J’espère que tu vas mieux.” Comme presque tous les Serdaigles Hippolyte avait entendu parlé de la fin de cette fameuse soirée pour Margaret Bride et il avait savouré de ne plus l’avoir dans les pattes pendant trois jours. Elle et sa fausse bonté à deux sous. Hippolyte tripota machinalement la lanière de son sac en cuir et jeta un coup d’oeil vers leur préfète. “Au fait, Aslinn. J’aurais besoin de ton aide pour un devoir à rendre en Sortilège.” Un devoir qu’il avait terminé quelques jours plus tôt et qu’il n’avait pas retouché depuis. Quand il s’agissait de noircir des parchemins et broder des bêtises avec des jolis mots qui plaisaient aux professeurs, Hippolyte était très fort. C’était simplement une excuse pour s’éclipser et laisser la précieuse Maggie et sa honte en paix.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 248
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 18:55
Si on lui demandait son endroit préféré du château, Elizabeth aurait bien du mal à répondre. Il était bien difficile à ses yeux de départager la bibliothèque de la tour des Serdaigles. La première pour des raisons évidentes que son blason bleu et bronze suffisait presque à énoncer et la seconde pour l’atmosphère effervescente qu’elle trouvait de façon oxymore absolument relaxante. Elle aurait bien ajouté dans cet affrontement fictif l’endroit du Parc où Jon l’avait emmené en début d’année mais le froid qui commençait à poindre à l’aube de ce mois d’octobre lui faisait grandement dégringoler son petit classement. Beth n’avait pas de devoir à faire, ayant comme à son habitude pris de l’avance sur ceux qu’elle avait à rendre, aussi n’avait-elle pas réellement envie de se déplacer jusqu’à la bibliothèque sans but précis. Voilà pourquoi elle avait plutôt décidé de s’approprier un fauteuil au coin du feu où elle lisait presque paresseusement un manuel de runes avancé.

La jeune femme griffonna finalement sur un parchemin les doutes qu’elle avait quant à une traduction pour s’enquérir plus tard de l’avis d’Hermione sur le sujet avant de quitter le confort de sa place. Elle avait projeté de remonter dans son dortoir quand une vision familière lui fit changer d’avis. Beth n’avait pas vraiment eu l’occasion depuis la rentrée de se retrouver en la présence de Margaret bien que l’envie ne lui manquait pas de s’assurer de son bien-être. Implicitement, peut-être un peu trop d’ailleurs mais elle ne savait guère faire autrement, elle appréciait beaucoup la jeune fille et s’inquiétait pour elle. Si dans son propre cas elle était assez habituée aux moqueries sur ses allures princières et qu’elle avait appris à y répondre avec tout le mépris du monde, en témoigne ses accrochages beaucoup trop réguliers avec Baker, elle savait que la jolie blonde avait beaucoup plus de mal à ne pas prendre à cœur les mots de ses détracteurs. Beth se sentait comme responsable de rassurer et protéger Meg, elle ne voulait pas que la bleue et bronze emprunte le même chemin qu’elle pour un jeu qui n’en valait pas la chandelle. Le problème c’est qu’elle ne savait pas vraiment comment lui témoigner son amitié, elle n’était pas comme Jon et ses constantes démonstrations d’affections pour le monde entier.

C’est sans idée particulière en tête qu’elle se dirigea vers le rebord de fenêtre où s’était installée la Serdaigle, déjà rejointe par deux autres personnes. Meg semblait mal à l’aise d’une certaine manière ce qui déclencha rapidement la curiosité de Beth. Elle avait entendu parler de la fête organisée par Jonathan chez les jaunes et noirs, où elle ne s’était pas rendu pas vraiment d’humeur à faire la fête après les évènements du temple (quoiqu’elle se serait sans doute trouvée une autre excuse sans ceux-ci), mais elle n’était pas vraiment au courant de ce qui ci était passé et à vrai dire ça ne l’intéressait pas vraiment.

Meg, salua-t-elle la jeune fille d’un rare sourire en arrivant à son niveau. Elle savait que la jeune fille n’aimait pas vraiment être appelée par son prénom entier, tout comme elle-même se faisait rarement nommer par le sien. Goyle, Avery… ajouta-t-elle plus formellement à l'intention des deux autres. Elle avait un peu de mal à cerner ces deux-là, leurs fréquentations serpentardesques et puristes la faisant fatalement se méfier, d’autant plus que, pour le cadet de Tiberius, le mépris des nés-moldus comme elle n’était absolument pas dissimulé. En ce qui concernait Aslinn, Beth n’était pas certaine de pouvoir tirer les mêmes conclusions et la jeune femme l’intriguait beaucoup.

Tu ne te sentais pas bien ? Le questionnement des deux autres l’avait elle-même amené à interroger avec sollicitude la jeune fille. En y repensant, il était vrai qu’elle n’avait pas vu la Serdaigle dernièrement dans la Salle Commune.




She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 62
Ft : Colin Morgan

Feuille de personnage
Don: Occlumens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Mar - 0:08
Elzéar se trouvais, comme un peu tout le monde, dans la salle commune des Serdaigle. Même s'il était de nature solitaire, il n'aurait raté le club de devoirs pour rien au monde. C'était une belle occasion de discuter et d'entretenir les autres de sujets passionnants et cultivés. Pas que les autres maisons étaient exceptes de personnes capables de discourir, loin de là ! Toutefois, rien n'équivalait les siens. C'était, en tout les cas, ce que ressentais Elz à chaque fois qu'il mettais les pieds dans la salle commune des aigles. Pour sa part, il n'avait jamais eu de mal à y entrer, d'ailleurs. Sauf pour ce qui était de se coincer les pieds dans la petite marche en entrant. Mais, c'était une autre histoire.

Le jeune homme était assis dans un des fauteuils au velours bleus, écoutant les conversations qui l'entourait tout en parcourant machinalement quelques lignes d'un volume quelconque quand, non loin, il entendit un prénom qui le fit réagir. Meg. Il n'avait pas participé à la petite sauterie des Poufsouffle; même si Peter l'avait presque rendu sourd pour qu'il y participe; mais il avait entendu Cristal se moquer éperdument de Margaret avec quelques Serpentard. Apparemment, Margaret aurait vomi. Ha. Et après ? Ça arrivait ces choses là. Selon Peter, Marg aurait été un peu trop ivre. Bha ça, c'était de la faute à Seb, probablement. Il avait trop mit d'alcool dans le punch pour draguer les filles. Ou quelque chose du genre. On ne pouvait pas blâmer Margaret pour avoir un peu trop forcé sur le punch, non ? Elzéar aurait bien voulu le dire à son amie, mais celle-ci c'était cachée dans le dortoir des filles pendant trois jours entiers. Elle avait été beaucoup malade, dites-donc hey !

Protecteur, Elz portait son attention sur la scène. Il serait surprenant qu'un des Serdaigle disent quelque chose de déplacé à Margaret, mais on ne savait jamais. Aslinn pouvait parfois être surprenante. Juste à se rappeler comment elle avait traité le Professeur Moon pour savoir que, parfois, elle pouvait avoir une bulle d'air au cerveau ! Pour le moment, tout semblait sous contrôle, quoiqu'on ne pouvait pas affirmer que la meilleure chose à faire était de demander à Margaret comment elle allait. De l'avis de Elzéar, cela ne faisait que faire remonter le souvenir de la cuite. Mais bon. C'était quand même bienveillant de demander. Le jeune homme haussa les épaule avant de reporter son attention sur son livre. Ça ne servait à rien, non plus, d'épier ce qui se passait.


Elzéar; Réincarnation inconsciente de Merlin

LIFE IS NOT A FAIRYTALE AND
THERE ARE NO HAPPY ENDINGS
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 438
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Mar - 15:25
De la conversation des huitième année proches lui parvenaient des bribes de phrases qui ainsi sorties de leur contexte, n’avaient aucun sens. Certains termes techniques qu’ils employaient lui étaient familiers, d’autres devaient faire référence à des concepts dont elle ignorait encore l’existence. Ça n’avait pas vraiment d’importance.  Elle commençait à lentement se détendre, et s’apprêtait même à enfin ouvrir le manuel qu’elle tenait en main, quand sa tranquillité relative fut interrompue par l’arrivée d’Aslinn, trainant Hippolyte Avery derrière elle comme les enfants ces animaux à roulette les motivant pour l’apprentissage de la marche.

« Bonsoir Aslinn. Hippolyte. »

Elle se sentit rougir à leurs questions et dut faire un effort pour affronter le sourire qu’elle savait faussement gentil d’Hippolyte. A vrai dire, elle n’avait pas volé leurs remarques et savait qu’elle devait assumer sa honte méritée, mais la pilule restait amère. Leur sollicitude (ou du moins, celle d’Aslinn) était presque plus difficile à entendre que s’ils lui avaient fait des reproches. Les lettres de Billie dédramatisant la situation avaient fini par la convaincre qu’elle n’avait pas ruiné la soirée de ses amis, mais son propre amour-propre était encore marqué. Tout ce qu’elle pouvait faire était leur répondre de bonne grâce… et de manière suffisamment évasive pour ne pas en rajouter.

« Oui. Je me sens mieux, merci. »

Elle se creusait la tête sur la manière de faire rebondir la conversation de la manière la moins humiliante pour elle quand l’arrivée d’Elizabeth lui épargna cet effort.

« Oh, bonsoir, Beth ! »

Son enthousiasme était presque un poil forcé cette fois-ci, essayant de compenser sans trop de succès le froid entre ses deux amies. Meg se retrouvait souvent un peu écartelée entre ses camarades de maison, condisciples et amis naturels, et ses très nombreuses connaissances à Serpentard. Elle n’y pouvait pas grand-chose si de part son enfance, puis la présence de sa sœur là-bas, elle connaissait presque autant de Verts et Argent que de Bleus et Bronze. De la même manière qu’elle avait vite appris lors de son arrivée à Poudlard que les sorciers nés-moldus n’étaient pas différents des autres, elle ne voyait pas vraiment l’intérêt de snober une maison. C’était vrai, beaucoup de ses connaissances à Serpentard avaient désormais de la famille à Azkaban, mais des élèves mineurs ne pouvaient pas être responsables de ça, n’est-ce pas ? Ce n’était pas parce que certains Serpentards avaient des opinions détestables sur les Moldus et avaient un peu trop apprécié le règne des Carrow qu’elle comptait pour autant moins voir Catriona ou renoncer à son amitié avec Billie. En l’occurrence, As et Hippolyte étaient à Serdaigle, mais elle n’était pas ignorante des mauvaises langues qui avaient suggéré qu’à cause de leur nom de famille, ces deux-là auraient été plus à leur place relégués dans les sous-sols. Bien. Ses exploits à la Yellow Party auraient au moins l’avantage de détourner l’attention de tous de la légère tension ambiante. C’était une manière comme une autre d’expier.

« Oh non, rien de grave. Je me suis un peu laissée surprendre à la Yellow Party organisée par Jonathan Peterson le 29, c’est tout. »

Pourvu que Beth n’ait pas entendu ce qu’elle y avait vraiment fait ! Meg tenait à la bonne opinion que son aînée pouvait avoir d’elle. Probablement qu’Elizabeth serait encore intervenue pour arrêter les médisances à son sujet si elle en avait entendu, mais cette fois-ci, elle espérait franchement qu’elle n’entendrait plus. Elle n’était plus une première année sans défense, et s’était rendue ridicule toute seule. Le regard de Meg embrassa de nouveau l’ère circulaire de leur salle commune, et croisa brièvement celui d’Elzéar. Merlin merci, lui ne s’était pas joint au chœur des personnes venu lui demander de ses nouvelles. Elle lui lança un petit sourire de connivence reconnaissante avant de reporter son attention sur ses interlocuteurs, empilant ses affaires sur ses propres genoux pour leur faire de la place sur la banquette s’ils le souhaitaient.

« Alors, maintenant qu’on a eu quelques cours avec lui, qu’est-ce que vous pensez du professeur Granville ? Vous pensez qu’il va vraiment faire pratiquer les sortilèges impardonnables aux huitième année ? »

Ce n’était quand même pas parce qu’elle s’était terrée dans son dortoir ces trois derniers jours qu’elle avait pour autant séché les cours ! Elle était curieuse de savoir ce que les autres, qui n’étaient pas en cours avec elle, pensaient de leur nouveau Directeur de maison.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 387
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Mar - 16:27
Un bruit de fond persistait, des chuchottements un peu partout dans la salle. A croire que personne n'avait assisté à des fêtes d'étudiants. Une personne qui vomi ? Elle avait entendu un ami dire une fois qu'une fête n'était pas réussi si personne ne vomissait. Bon, peut-être devrait-elle changer d'amis après tout. Quoique... non. Vomir à une soirée c'était tout à fait naturel et plutôt fréquent.
Beth arriva bientôt à leur niveau. Elle était distante avec Aslinn, comme toujours. D'ailleurs elle préférait l'appeler par son nom de famille, comme n'importe quel prof, sans même la saluer. Non, citer son nom n'était pas la saluer.

- Bonjour Elizabeth.

Hippolyte essaya de se défiler avec un devoir. Aslinn savait qu'il n'appréciait pas spécialement Meg et elle n'allait donc pas le forcer à la fréquenter. Elle cru à son histoire de devoir, après tout pourquoi lui mentirait-il ? Elle préféra cela dit d'abord répondre à Meg.

- J'ai entendu dire que d'autres élèves sont allés un peu loin à cette soirée. J'ai entendu un gars de Poufsouffle se vanter qu'il ne se souvenait plus de la fin de la soirée.

Il n'y avait aucune raison de culpabiliser pour un simple surplus d'alcool. Elle allait enfin répondre à Hippo lorsqu'elle aborda finalement le sujet du nouveau directeur de Serdaigle et surtout de son projet de cours pour les huitièmes. Comme si l'ère Carrow et leur programme n'avait pas suffit...

- J'espère que c'est une mauvaise blague ou qu'il va surtout axer son cours autour des sorts pour qu'ils sachent comment s'en préserver, pas les pratiquer. Dans tous les cas ça reste de mauvais goût.

Elle se tourna finalement vers Hippolyte (enfin ! ), l'entrainant vers l'une des tables, encore libre.

- Viens, on va se poser tranquille à une table pour ce devoir. Tu as besoin de quoi ?


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 180
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Mar - 17:54
Meg semblait populaire ces derniers temps. Une nouvelle venue ne tarda pas à grossir le rang des curieux qui venaient prendre des nouvelles de l’aînée des Bride. Hippolyte se retint de rouler des yeux. Margaret était traité comme une petite chose fragile que la brise provoquée par les quelques on-dit soufflés à son sujet risquait de briser en éclat. Peut-être appréciait-elle cette attention particulière. Après tout elle était resté cachée plusieurs jours pour une affaire dont une bonne partie des élèves se fichait pas mal, si ce n’était pas pour faire parler les autres et inquiéter ses amis…
Elisabeth, avait accourut vers elle pour s’inquiéter de son état sans avoir oublié de jeter un regard puant le mépris à Aslinn et Hippolyte, qui restait planté à côté d’elle. Si le cadet du groupe eut la brusque envie de la gifler et lui expliquer que si leur présence la dérangeait tant que ça elle n’avait qu’à aller s’occuper de ses affaires ailleurs il n’en fit rien. Hippolyte battit deux fois des cils, un sourire timide mais avenant ce dessina sur son visage. Bonjour, Flitzduncan. Il insista sur le bonjour, soutenant son regard. Contrairement à Aslinn il n’avait pas l’intention de l’appeler par son prénom. Mais comme elle, il semblait enclin à lui offrir une leçon de politesse. Apparemment les Sang-de-Bourbes avaient oubliés toute notion de courtoisie, emballés par les récents événements qui allaient en leur faveur. La roue de la mode tournait doucement.

Aslinn ne semblait pas vraiment encline à le suivre pour étudier sa dissertation sur le dernier cours de sortilège. Elle écoutait d’une oreille attentive le radotage de Margaret, l’ignorant superbement. Hippolyte pinça un peu les lèvres. On aurait pu croire qu’il réagissait de façon trop rigide à cette histoire de Yellow Party et qu’il était de ces gens qui condamnait l’alcool et ce que sa consommation entraînait, ou qu’il était vexé de ne pas y avoir été invité. Hippolyte se fichait bien de l’intérêt que trouvait beaucoup d’adolescents à se mettre la tête à l’envers. Au contraire, grâce à Margaret ils avaient quelques sujets de conversation amusants. Quant à être invité à une soirée de blaireaux… Il n’était pas assez désespéré.
Il allait ouvrir la bouche pour exprimer à quel point, en effet, c’était malheureux cette histoire et presser Aslinn pour mettre fin à cette conversation des moins intéressantes mais une fois de plus Margaret le devança.

Hippolyte se demanda une seconde si elle le faisait exprès. Sa tentative d’échappatoire avait pourtant été claire. Pourquoi s’obstinait-elle à tirer la manche comme une enfant en manque d’attention. Et le sujet qu’elle abordait le laissa dans un profond malaise. Évidemment qu’elle le faisait exprès. Hippolyte préféra se muer dans un silence contrit. Il tira une nouvelle fois sur la lanière de son sac qui retombait sur son épaule, toussota brièvement pour indiquer à Aslinn qu’il s’impatientait. La préfète mit finalement (et brutalement) fin à la conversation qu’elle avait avec Margaret pour se souvenir de l’existence d’Hippolyte. Sa patience ayant été mise à mal il suivit Aslinn jusqu’à la table libre la plus proche avec une petite moue crispée. Hippolyte lança un petit coup d’oeil à Margaret et Elizabeth. Simplement d’une relecture. C’est sur le sortilège de Disparition. Il dégagea d’un geste de la main des chocogrenouilles qu’un voisin de table tentait d’ensorceler pour qu’elles ne se limitent pas à un bond et sortit diverses feuilles de son sac, cherchant ses notes. Il finit par lui tendre ses parchemins.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 248
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Mar - 18:22
D'un point de vue extérieur les liens qui unissaient les élèves portant le bleu et le bronze sur leurs uniformes devaient être les moins évidents. Les Serdaigles étaient moins propices aux grandes démonstrations que certains de leurs comparses et plus enclin à l'utilisation de la langue et de l'esprit que de faits réels. Tout cela convenait très bien à Elizabeth qui appréciait cette retenue familière bien que parfois elle avait l'impression de retomber dans ces échanges hypocrites qui avaient constitués en grande partie son éducation. Il lui était compliqué de conserver ses manières impeccables quand il s'agissait de s'adresser à quelqu'un dont la sincérité la faisait douter. Peut être avait-elle tort dans son jugement hâtif lorsqu'il concernait Aslinn et Hippolyte. Le comportement de la préfète lui avait toujours donné du grain à moudre dans sa vision en noir et blanc, l'emmenant même parfois depuis le début de l'année sur les rives de la compassion. Pour ce qui était du cadet Avery, elle n'était plus sûre non plus de pouvoir le ranger dans une des cases de son esprit compartimenté alors qu'elle s'était ô combien fourvoyer en ce qui concernait sur son aîné que son orgueil soit en mesure de l'admettre ou non. C'est donc par un sourire mi-coupable mi-sincère qu'elle répondit à leurs salutations à son égard. Si elle comptait garder ses distances, elle n'avait pas de raisons d'être impolie là où il n'affichaient pas ouvertement de dédain à son égard.

Le sourire de circonstance de Beth se fit réellement amusé à l'entente de ce qui semblait embêter Meg. Elle n'était pas adepte elle-même de la consommation de substances alcoolisées, bien trop effrayée par l'emprise que cela pourrait avoir son comportement, mais elle se doutait que les agissement de sa condisciple n'avaient pas dû être très graves d'autant plus qu'elle faisait étonnamment confiance à Jon pour que rien de trop fâcheux n'arrive aux participants d'une fête dont il était responsable. Elle était assez curieuse cependant de connaître les limites outrepassées par la si sage Margaret. Elle n'insista pas cependant, consciente de la gêne de sa cadette et se contenta hocher la tête en accord aux paroles rassurantes d'Aslinn : ce n'était pas si grave.

Elizabeth pris élégamment place sur la partie du rebord de fenêtre libérée par la jolie blonde alors que la conversation déviait sur un tout autre sujet et qu'Hippolyte semblait vouloir prendre congé en compagnie d'Aslinn, prétextant un devoir, mais cherchant vraisemblablement une excuse pour se défaire de leur présence. Si elle fut surprise de la réponse particulièrement tranchée de la préfète quand aux rumeurs sur le programme de cours de leur nouveau directeur de maison, elle n'en montra rien.

Je suis d'accord pour dire qu'il serait parfaitement détestable de faire pratiquer ces sortilèges interdits à des élèves qui y ont pour la plupart été confronter... C'est une très mauvaise idée si la rumeur est fondée. Beth dans sa passion pour la magie en admirait toutes les formes, persuadée qu'il n'y avait pas de mauvaise magie, seulement des utilisateurs mal intentionnés. Pourtant, elle avait ses limites et ne voyait absolument pas de quelle manière il pouvait être éducatif d'apprendre à lancer les Impardonnables. A part ça il semble qu'il soit un excellent duelliste, je pense qu'il peut avoir beaucoup de choses à nous apprendre outrepassant la théorie...


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 438
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Mar - 12:37
Bien que sa tentative de diversion ait plus ou moins marché, la tension entre ses divers camarades (en parfaite honnêteté, Meg n’aurait pu appliquer le terme d’« ami » qu’à Aslinn) continuait à se faire sentir. Hippolyte avait fait exprès de mal prononcer le nom de famille d’Elizabeth, elle en était certaine. Quant à la tête qu’il lui lançait désormais, lèvres pincées dans une parfaite imitation de sa propre expression la plupart du temps, le message qu’il souhaitait faire passer était clair. Or, pour toute sa honte, elle refusait de se faire juger par le cadet des Avery. Il fallait bien placer la limite quelque part, et il lui restait encore assez d’amour propre pour ça. Elle lui adressa un regard indiquant clairement qu’elle n’était pas dupe, avant de reporter son attention sur Aslinn.

Meg, elle, n’aurait que trop voulu avoir tout oublié de son état de fin de soirée. Cela dit, les blackouts étaient probablement dangereux, et elle n’avait pas non plus été irresponsable à ce point. Il n’y avait pas de quoi être fière, mais c’était toujours mieux que rien. Cependant, elle ne pouvait pas non plus dire que sa soirée était parfaitement claire. Sa mémoire était un peu floue sur les bords, particulièrement à la fin. Elle était presque certaine d’avoir dit des paroles qu’elle aurait dû regretter, juste avant d’être malade, mais lorsqu’elle creusait sa cervelle à leur recherche, tout ce qu’elle trouvait étaient les paroles d’une chanson pop moldue. Si elle avait été chanceuse, la musique aurait sans doute couvert ses idioties. Billie n’y avait fait aucune allusion dans sa lettre, c’était plutôt bon signe, non ? Dans tous les cas, Beth, pour le peu qu’elle avait entendu de l’histoire, semblait plus amusée que choquée, et Margaret en fut reconnaissante. Elle n’avait aucune envie d’être en disgrâce auprès de cette aînée qu’elle admirait tant, et dont le comportement, lui, était toujours irréprochable.

Entendre Aslinn critiquer aussi nettement le programme du professeur Granville emplit Meg de soulagement, comme si sans l’approbation de sa préfète, son malaise n’avait pas réellement été légitime. Elle acquiesça avec ferveur. L’attitude sans détour et pleine de bon sens d’Aslinn était l’une de ses plus grandes qualités, d’après la petite Bride, et la raison pour laquelle leurs conversations étaient toujours si intéressantes. C’était simple : son amie avait toujours une solution pratique au moindre problème, et si elle avait des moments de doute, elle les cachait bien. Meg, qui se sentait si perdue depuis la rentrée sous ses dehors rangés, était particulièrement sensible à cette solidité intellectuelle perçue. Pour cette raison, elle fut déçue de voir Hippolyte réussir à l’entraîner loin d’elle. Elle n’était pas vraiment dupe : quand elle discutait dans la salle commune avec As, il venait systématiquement les interrompre. Pour quelqu’un traité en fils unique depuis des années, il avait de sérieux problèmes de partage. Elle lui jeta donc un regard froid, qui contredisait son sourire génériquement aimable. Au moins, ça avait l’avantage de la laisser en compagnie d’Elizabeth, qui venait de s’asseoir à côté d’elle. Meg en fut ravie. Elle admirait son aînée de loin depuis longtemps, mais elles avaient au fond eu peu d’opportunités d’échanger.

« Ce ne sont pas des rumeurs, c’est ce qui est inscrit sur son programme de cours. » Elle désigna du menton le panneau d’affichage, à l’autre bout de la pièce. « Est-il vrai que le professeur Maugrey les avait enseignés aussi, l’année du Tournoi des Trois Sorciers ? » Elle avait été en première année, alors. Même quelqu’un d’aussi dérangé que « Fol-Œil » n’aurait pas abordé le sujet avec des élèves de onze ans. « Un duelliste, vraiment ? Peut-être qu’il va rouvrir le club, dans ce cas. Ce serait sans doute utile… même si je préférerais pouvoir simplement me ré-inscrire à la chorale. Le professeur Flitwick va me manquer. »


If a cat had a dowry, she would often be kissed.
©crack in time
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 387
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Mar - 2:45
Aslinn s'installa à côté de lui, pour avoir les feuilles dans le même sens. Lorsqu'il lui tendit ses notes elle y jeta un coup d'oeil.

- Et tu ne comprends pas quoi ?

Elle se doutait un peu que c'était principalement une excuse pour s'éloigner des deux autres filles, elle même en aurait peut-être cherché une si Elizabeth avait continué à se montrer froide envers elle. Ca avait d'ailleurs été un peu le cas lorsqu'elle l'avait ignoré, préférant discuter avec Meg comme si Aslinn n'était pas la. Tant mieux !
Quand à Hippolyte... Et bien, quitte à trouver une excuse autant qu'il l'assume jusqu'au bout. Elle allait prendre la chose au sérieux et le faire réellement réviser le sort. Dans tous les cas ça ne pouvait faire de mal à personne.

Aslinn posa les feuilles à plat, entre eux deux. A son tour de lui montrer les passages qui restaient encore obscures à ses yeux. Peut-être qu'une fois qu'il lui aurait avoué ne rien en avoir à faire de ce sort ils pourraient continuer leur projet de potion. Ils avaient encore des choses à améliorer et à comprendre. Leur réussite au "cours" de potion n'était pas une excuse pour se reposer.


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 180
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 11:39
Une petite détonation retentit non loin de la table qu’Hippolyte et Aslinn avait choisi pour s’installer, mais le Serdaigle ne réagit pas. Il avait levé les yeux vers Margaret et répondit à son regard froid d’une même expression dur et fermée. Leur dédain mutuel était à peine dissimulé sous les couches de banalités polis et de circonstance qu’ils devaient s’échanger. L’un comme l’autre avait trop de retenu (et de maturité, Hippolyte en était persuadé) pour créer des scandals au milieu de leurs camarades. C’était réservé à l’aîné des Avery.

Hippolyte baissa les yeux sur sa copie poussée vers Aslinn. Il avança un peu sa chaise pour s’assoir droit. Son visage avait retrouvé une expression plus douce, presque timide. Je pense avoir tout compris. Ta relecture permettrait de me confirmer que c’est bien le cas. Alors que la préfète était penchée sur sa rédaction à l’écriture particulièrement soignée pour un brouillon, Hippolyte leva de nouveau les yeux vers les deux demoiselles qui discutaient paisiblement. Il ne s’attarda pas plus de quelques secondes sur leur cas, revenant très vite à Aslinn et lui.

Par acquis de conscience Hippolyte sorti son plumier de son sac et l’installa devant lui sur la table. Il tapota un peu la pointe de sa plume sur la table avant de montrer un passage du texte. Il avait développé l’intérêt de l’utilisation du sortilège de disparition dans des moments de la vie courante, particulièrement à Poudlard. Ça n’avait pas été bien difficile.
En revanche malgré des heures d’entraînements il était toujours aussi incapable de lancer ce sortilège d’une difficulté épouvantable. Si Hippolyte savait qu’il avait encore le temps de s’entraîner avant les BUSE et que ses camarades de promotion avaient les même difficultés que lui, il n’en restait pas moins frustré de ses échecs. Il se garda de le dire à Aslinn, peu désireux de devoir s’entraîner et s’humilier au beau milieu de la salle commune.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 248
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 16:51
En la seule présence de Meg, Elizabeth se sentait tout de suite plus détendue. Elle ne savait pas quelle attitude adopter face à Aslinn qui n’avait jamais particulièrement été hostile à son égard, mais dont le nom de famille suffisait à faire remonter de mauvais souvenirs. Elle se savait un peu injuste de penser ainsi alors qu’elle la connaissait si peu, mais les horreurs de la guerre étaient trop proches pour qu’elle n’arrive bien à dissocier la préfète des autres membres de son arbre généalogique. Pour ce qui était d’Hippolyte, elle n’avait même pas envie de se hasarder à essayer de comprendre la façon de penser d’un autre Avery au cas où elle s’y perdrait comme pour son aîné. Cependant, que même la pourtant si douce Meg ne s’adresse à lui que d’une manière aussi froide ne jouait pas en sa faveur aux yeux de Beth.

J’avoue ne pas avoir pris connaissance du programme dans sa totalité… Ce n’était pas très Serdaigle comme comportement, mais elle n’avait regardé que la partie du tableau d’affichage qui concernait son année. Elle était éberluée d’apprendre que la Directrice ait autorisé le Professeur à leur apprendre les Impardonnables ou même ne serait-ce que les leur faire étudier alors même qu’ils avaient tous de près ou de loin été confrontés à leur horreur.

C’est vrai, mais j’espère que le Professeur Granville ne sera pas aussi dérangé qu’il ne l’était.
Beth se souvenait très bien de ses cours de DCFM de troisième année. Sa classe avait eu le droit aux démonstrations de Maugrey et elle avait été pour la première fois confrontée au sortilège de mort en direct… Même si ça n’avait été à l’époque que sur un insecte, c’était quelque chose qu’on oublie pas. Je ne comprends pas comment le Professeur McGonagall peut autoriser ça, surtout après l’année passée…

Elle esquissa un petit sourire à la dernière remarque de Meg, elle aussi aimait bien leur ancien directeur de maison même si elle ne pratiquait pas les mêmes activités extrascolaires que sa cadette. Elle la trouvait touchante d’une certaine manière dans ses regrets un peu insignifiants.

Tu pourrais peut-être remonter la chorale de toi-même en demandant l’aval de la Directrice ? Peut-être qu’un Professeur accepterait de reprendre le flambeau ?
Sa proposition avait peut-être déjà été considérée par la jeune fille, mais Beth n’était pas certaine qu’elle soit prête à se lancer dans ce genre de projet surtout l’années de ses B.U.S.E..  Tu n’es sans doute pas la seule à qui ça manque et puis je suis certaine que ça ferait du bien à beaucoup de monde de retrouver des activités pour se changer les idées en dehors des salles de classe…


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 438
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 22:59
Meg haussa un peu les sourcils, surprise que Beth admette avoir négliger de lire tout le programme. Les Serdaigles pouvaient s’avérer fantasques. Beaucoup étaient excentriques, et nombreux étaient ceux si immergés dans leurs mondes intérieurs créatifs ou leurs recherches personnelles, qu’il n’aurait pas été étonnant qu’ils aient négligé de vulgaires choses matérielles telles qu’un stupide programme scolaire. Mais Elizabeth n’était pas de ce bois-là. Meg la savait occupée à passer la majorité de son temps libre en heures studieuses à la bibliothèque, et une telle négligence de sa part semblait inhabituelle. Ceci dit, sa cadette n’aurait pas été en mesure de donner des leçons de négligence à qui que ce soit, après la Yellow Party, et elle s’abstint de tout commentaire.

« Peut-être qu’elle l’a juste autorisé à en parler ? Ca m’étonne aussi un peu d’elle, mais si le professeur Dumbledore avait bien voulu que le professeur Maugrey le fasse, c’est qu’il y a peut-être une bonne raison à tout ça. »

Et elle n’était pas assez mûre et intelligente pour percevoir ladite raison, c’était la seule explication possible. Parce que de là où elle était, les circonstances étaient très différences d’avec 1994. Une guerre avait eu lieu entre temps : il ne s’agissait plus de se préparer à la violence, mais d’en guérir, et elle peinait à percevoir en quoi les sortilèges impardonnables les y aideraient.

« Moi, monter un club ? » L’idée était aussi plaisante qu’incongrue. Qui laisserait la petite Meg Bride en position de leader dans quoi que ce soit ? Qu’Elizabeth puisse faire la suggestion sérieusement était flatteur, et s’imaginer en position de pouvoir (aussi relatif soit-il) étonnamment séduisant, mais devoir se mettre autant en avant était moins attrayant. « Je ne crois pas que j’aurais les compétences. Je sais jouer du clavecin et du piano, pas arranger des morceaux pour quatre voix de chœur. Je ne vois pas quel nouveau professeur pourrait reprendre le club. Et toi, tu fais de la musique aussi, non ? »

Elle fit mentalement défiler ses enseignants dans sa tête. La simple idée que le professeur Mora puisse chanter avait quelque chose de terrifiant. Personne ne se serait changé les idées dans sa chorale à lui, et elle se serait vite retrouvée avec un solo. Le professeur Smith se serait probablement vite fait débordé par le nombre de chanteurs. Miss Liu, la nouvelle bibliothécaire, passait tant de temps à réclamer le silence qu’il était impossible de se la représenter leur demandant soudainement des vocalises. Rafael Vidal était charmant, mais Meg aurait été prête à parier qu’il chantait faux. Restait… Stuart Laveau, le surveillant ? Elle pouffa, et releva brusquement la tête devant Beth, qui devait se demander d’où sortait son rire.

« Je suis désolée, je ne suis pas très concentrée ce soir. Peut-être que j’aurais dû rester dans le calme du dortoir pour lire. Je pense que je ne vais pas tarder à remonter. Mais ça me fait plaisir de te voir. »


If a cat had a dowry, she would often be kissed.
©crack in time
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 387
Ft : Saoirse Ronan

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 1:10
Aslinn regarda la feuille plus en détail. Elle lu et relu l'écriture d'Hippolyte pour en comprendre tout le sens et vérifier les informations. Tout lui semblait pour le moins correct. C'était même plutôt bien. Elle releva la tête et lui adressa un sourire.

- Je pense que tu t'en sortiras très bien avec ça.

Elle ne lui posa pas de question sur la pratique, se disant qu'il devait surement avoir aussi compris cet aspect la ou, s'il en ressentait le besoin, qu'il viendrait la voir pour lui demander son aide. Ce n'était pas un enfant et il était loin d'être le genre d'élève qu'on devait tenir par la main du début à la fin. Il savait parler et était donc tout à fait capable de poser des questions ou de venir parler à la préfète s'il en avait besoin. Elle lui faisait confiance la dessus.

- Tu avais d'autres questions ou tu penses que ça va aller ?

Si tout allait bien ils pourraient arrêter de faire semblant de bosser. Hippolyte avait surement d'autres choses à faire que de trainer avec elle dans la salle commune de Serdaigle pendant la pause devoirs. Il y avait bien plus amusant comme activité. Peut-être paraient-ils même avancer encore un peu sur leurs expériences en potion.


avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 248
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Mai - 23:00
Beth nota la rapide réaction de surprise de Meg à sa négligence mais fut heureuse qu’elle ne relève pas. Ce n’était effectivement pas son genre de faire les choses à moitié, mais elle devait avouer que ce début d’année sur les chapeaux de roue qui avait fait suite à un été particulièrement compliqué, lui avait un peu fait perdre ses repères. Ses nuits n’étaient plus aussi reposantes que ce qu’elles avaient pu être avant la guerre et au manque de sommeil s’ajoutait cette désagréable sensation que les actions qu’elle entreprenait avaient perdu de leur sens. Elizabeth se doutait que sa cadette devait sans doute vouloir retrouver des habitudes d’avant-guerre pour ne serait-ce qu’un peu effacer la folie de l’année précédente qu’on avait beau essayer de taire, mais qu’on croisait à chaque coin de couloir dans les regards hantés de ceux qui l’avaient subie. Reprendre la chorale lui semblait personnellement être une bonne idée et elle était certaine que Margaret avait les épaules pour ça qu’elle en ait conscience ou non.

L’aînée des demoiselles Bride était quelqu’un à qui il n’était pas sainement possible de vouloir du mal et la brunette ne comprenait pas comment certains avaient pu la moquer durant ses premières années entre les murs du château. Là où Beth gâtait son élégance d’arrogance, Meg la sublimait d’innocence. Elle était de celles qu’on aurait aimé garder à l’abri de tout ce que le monde avait d’hideux à offrir, mais qui en des temps compliqués n’avaient pas hésiter à quitter leur position de jolies statues de cristal. Elizabeth savait que la jolie blonde avait aidé l’AD sous le règne des Carrow et des rumeurs glaçantes selon lesquelles la pureté de son sang n’aurait pas suffi à la protéger des Doloris lui étaient même parvenues. Elle n’aimait pas trop y penser, persuadée qu’elle aurait dû savoir l’en protéger comme elle l’avait fait quand il s’était agi de simples blagues piquantes sur ses révérencieuses manières.

« Pourquoi pas ? Quelqu’un à Poudlard doit bien avoir les compétences nécessaires pour couvrir tes quelques lacunes… » Elle effaça d’un geste amusé la remarque suivante de son interlocutrice quant à ses propres capacités. « Je n’ai pas du tout la fibre artistique et si je connais mon solfège, ce serait une terrible erreur que de vouloir me recruter, ou pire de vouloir me faire chanter… »

Le rire de Meg, bien qu’incongrue et inexpliqué pour quiconque n’était pas legiliment, amena un sourire sur les lèvres d’Elizabeth. Sourire qui ne se fana pas aux explications de la jeune fille, bien au contraire.

« Ne t’excuse pas… Il faut que j’aille me chercher un livre à la bibliothèque pour le prochain cours du Professeur Mora de toute manière, alors je te laisse retrouver ta tranquillité. »
Elle se releva avant de se pencher vers Meg pour déposer une bise mondaine quoiqu’affectueuse sur sa joue de porcelaine. « Repose-toi bien… Ça m’a fait plaisir de te voir aussi, de toute façon, tu sais où me trouver ! » Un dernier sourire et elle avait tourné les talons vers l’entrée de la tour, passant devant Aslinn et Hippolyte pris dans leur conversation.


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
Contenu sponsorisé
 
[TERMINE] Studiosité effervescente [Libre aux Serdaigles]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Septième Étage :: Tour des Serdaigles-
Sauter vers: