Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

[Termine] Réflexion dans les méandres de ses pensées feat Libre

Aller en bas 
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Dim 11 Mar - 19:37

16 Octobre 1998

Les jours passaient mais ne se ressemblaient pas trop aux yeux de Sandrine. En même temps, c’était sa première semaine à Poudlard. Pour l’instant, tout s’était bien passé. Pas trop d’ennuie si ce n’était peut-être sa manière pas très délicate avec le beau Tibérius … Euh le con plutôt ! Mais un con plutôt mignon n’empêche ! Rha, elle ne savait toujours pas quoi pensé de lui. C’était une énigme pour elle. En attendant le prochain cours, elle resta un moment dans le grand hall, l’esprit ailleurs. Elle avait repensé à la commémoration et tout ce qui avait été dit. L’école était un peu divisée par toutes ces mentalités différentes en plus d’avoir des élèves envoyés dans un système de maison. Les Gryffondor et les Serpentard qui semblaient être en perpétuelle rivalité de ce qu’elle a pu comprendre et puis, la mentalité de certains élèves qui étaient pro-sang pur comme son cousin Jeff. Avant d’unir tous les élèves, il fallait déjà changer les mentalités.
En Belgique, il n’y avait pas déjà ce système de maison, le racisme envers les Nés-moldus n’était pas trop tolérés (le nombre de fois que son cousin s’était pris des punitions et des retenues pour insulte envers un autre élève lié à son statut de sang). Si dans le côté moldu, la devise de la Belgique n’était plus à la mode, elle l’était cependant du côté sorcier malgré le fait que certaines familles comme les Caudron restaient connues pour être anti-moldus. Fort heureusement, elles étaient moins nombreuses qu’en Angleterre.
La jeune fille pensa qu’il fallait un truc pour réunifier tout le monde et qu’ils pensent moins que l’une ou l’autre maison était mieux que les autres. Elle avait entendu des élèves dans la salle commune parler d’une ancienne association d’élèves appelée l’A.D qui avait réuni trois des quatre maisons. Peut-être que c’était une bonne idée de créer un groupe qui rassemble plusieurs élèves de chaque maison mais au lieu de trois, ça serait les quatre. Un peu comme l’ordre des chevaliers de la table ronde. Ils venaient tous de royaumes différents et à la fin, c’était comme ça qu’Arthur avait réunifiait l’Angleterre. Il fallait faire la même chose ici, à Poudlard. Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard sous la même bannière et non chacun sous sa propre bannière. Un peu comme elle avait fait avec son meilleur ami et le reste de son ancienne classe. C’était décidé. Sandrine allait créer son propre Ordre de la table ronde. Pour l’instant, ce n’était qu’une idée mais l’adolescente garda l’idée.


Dernière édition par Sandrine Caudron le Mar 17 Avr - 20:04, édité 1 fois
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 371
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Mar - 15:42
Adossé conte le petit muret qui longeait l’entrée du château, Hippolyte observait d’un oeil inintéressé le réseau d’élèves qui circulait sans perdre son rythme. Les groupes étaient plus ou moins grands, les étudiants venaient des quatre maisons confondus et la plupart étaient plongés dans de grandes discussions. D’autres jeunes, dans le même cas qu’Hippolyte et sa poignée d’amis, avaient accourut sous les arches de l’entrée quand la pluie leur était tombée brusquement dessus. Ses cheveux encore mouillés lui collaient aux tempes et au front.

Le petit groupe de Sangs-Purs avait préféré fuir l’étude du vendredi après-midi pour profiter du parc. Ils avaient bien vite changé d’avis et s’étaient réfugiés à l’abris des arches lorsque l’orage avait éclaté au dessus de leur tête. Le ciel s’était assombri d’un coup.

La conversation tournait autours des nouveaux professeurs et des programmes scolaires, de la commémoration qui avait eu lieux quelques jours plus tôt. Les mêmes sujets de conversation qu’on retrouvait dans tous les groupes. De temps en temps ils s’arrêtaient pour faire des commentaires en messe-basses sur un ou une élève à l’apparence peu flatteuse ou l’attitude un peu étrange. Hippolyte se garda bien de faire observer à Delvini et Hervey qu’ils n’étaient pas en mesure de dire quoi que ce soit vu leur faciès, lui-même s’amusant de leurs commentaires.

Leur attention finit par se porter sur une petite blonde au visage de poupée sortie d’une série américaine. Elle était plantée au milieu du passage, l’esprit clairement à des kilomètres de là. Les élèves la contournaient, comme un rocher dans un cour d’eau, en lâchant quelques commentaires ou regards agacés. Le groupe d’Hippolyte n’était pas le seul à l’avoir remarqué. Plusieurs regards étaient posés sur elle. Un groupe de filles pouffait le plus silencieusement possible. Après quelques moqueries chuchotées, Hippolyte finit par se porter volontaire pour aller secourir la pauvre demoiselle qui devait être un peu perdue. Il arrangea d’un geste de la main ses cheveux encore un peu humides, reajusta la lanière de son sac sur son épaule et traversa les quelques mètres qui le séparait de la jeune fille. Son uniforme lui indiquait que c’était une Gryffondor. Il se demanda si elle était complètement allumée et avait manqué sa répartition à Serdaigle ou si c’était une nouvelle élève. Ces derniers étaient très rares, que ce soit en milieu de cursus ou d’année, mais pas impossible.

Hippolyte agita une main devant le visage de l'adolescente, un sourire sympathique dont on ne sentait pas qu’il était forcé sur les lèvres. “Hey oh. Tu t’es faites stupéfiée? Tu devrais éviter de rester comme ça dans le chemin.


Dernière édition par Hippolyte O. Avery le Ven 23 Mar - 23:54, édité 1 fois
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Lun 12 Mar - 19:45

16 Octobre 1998

Sandrine ne rendait pas compte qu’elle était en plein milieu du chemin. Pendant qu’elle réfléchissait, elle s’était avancée, ce qui lui arrivait souvent. Toujours perdue dans ses pensées, les yeux tournés sur les tableaux du mur conduisant à la grande salle, elle ne fit donc pas attention aux élèves qui tentaient de l’éviter. Ce fut une voix juvénile qui la fit sortir de ses réflexions :
“Hey oh. Tu t’es faites stupéfiée? Tu devrais éviter de rester comme ça dans le chemin.”
Elle baissa la tête et vite un jeune garçon. En regardant autour d’elle, elle vit en effet qu’elle gênait le passage.
- Oh, désolée !
Elle se déplaça pour se retrouver dos au mur. Au moins, là, elle ne devait gêner personne. Elle avait encore son sac de cours sur son épaule. A la voir, on pourrait penser qu’elle était une née-moldue vu son sac à dos typiquement moldu. Ses parents voulaient lui offrir un nouveau sac pour sa nouvelle école mais son ancien sac était encore en bon état et elle préférait garder ses vieilles habitudes plutôt que de les changer pour bien se faire voir. S’il y avait des nés-moldus dans son ancienne école, il devait en avoir dans la nouvelle et ils auraient sans doute presque le même genre de matériel scolaire comme elle. D’ailleurs, elle se demandait qui allait la prendre pour une née-moldue si certains ne connaissaient pas son histoire familiale et jusqu’ici, elle n’avait eu aucun écho sur le passé de sa famille paternelle. Une bonne chose. Cela voulait dire qu’elle devait se faire accepter pour ce qu’elle était en tant que personne et non en tant que membre d’une famille au passé louche. Et puis, elle se fichait pas de savoir qui était sang-pur. Sa grand-mère lui avait dit de trainer avec des sang pur et la jeune fille lui avait fait un vague « J’essaierai ! » mais en fait, elle n’en avait aucune envie de faire copine-copine avec des élèves uniquement parce qu’ils étaient sang pur ou même pro sang pur. Elle préférait aller au feeling et ça avait toujours bien marché. La preuve, elle avait connu Jérémie. D’ailleurs, elle se demanda s’il avait reçu son hibou.
Quant au gamin qui lui avait signalé qu’elle gênait les autres, elle n’y prêta plus attention. En même temps, vu la manière dont il lui avait parlé. Il lui avait donné une mauvaise impression. « Hey ho tu t’es faite stupéfiée ? ». Jamais elle n’aurait dit ça à quelqu’un, qu’il soit nouveau ou ancien dans l’école ! En plus, vu son sourire, on aurait dit qu’il était forcé.



Dernière édition par Sandrine Caudron le Lun 9 Avr - 10:40, édité 1 fois
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 371
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Mar - 12:48
La jeune fille retrouva vite ses esprits après que Hippolyte lui ait adressé la parole et s’éloigna après avoir marmonné quelques excuses. Il la regarda se coller contre le mur et y rester, immobile et à regarder droit devant elle. Elle semblait de nouveau déconnectée. Hippolyte resta impassible quelques secondes, ayant prit sa place dans le flot d’élèves. Ce n’était pas si étonnant que ça qu’elle n’ait pas d’amis si elle se comportait de façon aussi odieuse avec les autres. Peut-être avait-elle un soucis plus important, quelque chose qui la troublait plus que nécessaire mais Hippolyte, du haut de ses quatorze ans, était loin d’être un fin psychologue et se contenta d’être particulièrement vexé de la façon dont elle l’avait éloigné. Comme une vulgaire mouche qui vient voleté un peu trop près d'un visage en été. Il s'extirpa à son tour du passage, suivant la petite blondinette aux grands yeux de biche.

Le Serdaigle resta debout devant elle, les yeux plongés dans les siens. Il eut l’impression d’entrer dans un bain dont la température était trop froide, de flotter et de dissocier sa conscience de son corps. Hippolyte n’excellait pas dans la pratique de la legilimencie et il mit les difficultés qu’il éprouva à lire l’esprit de la jeune fille sur sur le compte de son manque de compétence. Les sentiments et les sensations étaient brouillons et confus, s’entortillaient pour se relâcher dans une danse qui aurait pu sembler agréable à Hippolyte. Mais le sentiment d’antipathie et de froideur à son égard surplombait le tout comme un voile léger qui permettait de voir au travers.

Hippolyte offrit un sourire doucereux à la Gryffondor. Rien ne permettait de savoir qu’il venait d’essayer d’érafler son esprit. Pour la jeune fille, il venait tout juste de se planter devant elle. L’échange avait été de la brièveté d’un battement de cil. Il n’avait pas vraiment apprécié le peu qu’il y avait lu. Cette petite dinde se permettait de le mépriser sans aucune raison. L’hostilité gratuite qu’il avait lu à son égard lui laissait un goût amer dans la bouche.

Tu es étrangère, non? Tu as un accent. J’imagine que c’est pour ça que tu es toute seule.” Hippolyte tendit une main vers Sandrine et attrapa la sienne sans lui laisser le temps de réagir. Il la serra rapidement. “Par chez nous c’est de coutume de saluer les personnes. Surtout quand elles te viennent en aide. Je m’appelle Hippolyte Avery, tu es?” Ses mains retrouvèrent bien vite le chemin vers la lanière de son sac. Il ne s’était pas départit de son sourire.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Jeu 15 Mar - 15:22

16 Octobre 1998

Si Sandrine avait capté Hippolyte en train de lire dans sa tête, nulle doute qu’elle lui aurait dit sa façon de penser. Ce n’était pas des manières de faire. Il parait que son arrière-grand-père paternel était un grand légilimen mais c’était le seul de sa famille à avoir eu ce don. La petite belge l’avait envié mais elle s’était toujours dit que ce serait mieux de fermer son esprit aux autres. Les pensées, c’était privé. Malheureusement, elle n’avait jamais pu apprendre l’occlumencie. Cela lui aurait été pratique à l’instant même. Aussi, elle fut étonnée de le voir à nouveau planté devant elle, sans savoir ce qu’il avait réellement fait.
“Tu es étrangère, non? Tu as un accent. J’imagine que c’est pour ça que tu es toute seule.”
La Gryffondor fronça légèrement les sourcils. Elle avait cette sale impression qu’il venait lui parler pour la mépriser ou un truc dans le genre. Ah non, ça n’allait pas recommencer comme à Beauxbâtons.
Elle allait répliquer mais elle fut surprise par le geste qu’il eut envers elle en lui prenant soudainement la main pour la serrer rapidement avant de la lâcher.
“Par chez nous c’est de coutume de saluer les personnes. Surtout quand elles te viennent en aide. Je m’appelle Hippolyte Avery, tu es?”
- Vous avez de drôles coutumes, vous les anglais. Chez moi, quand on salue quelqu’un, c’est juste pour le saluer en fait.
Elle devait reconnaître qu’il était plus grand qu’elle mais plus jeune également. Il semblait tenir à garder le sourire. Elle lui donc un sourire un peu embarrassée car elle ne savait pas trop comment se comporter avec lui. C’est vrai, elle était nouvelle et peut-être que ce garçon avait du mal de se faire des amis. Cela ne faisait qu’une semaine qu’elle était là. On ne trouvait pas des potes en une semaine. Bon, avec Jérémie, c’était exceptionnel car elle le connaissait depuis l’école maternelle. Cela avait une surprise agréable de le retrouver à l’école de Mauglis.
- Je m’appelle Sandrine Caudron ! Je suis arrivée Vendredi passé au soir. Et pour répondre à ton accent, non je ne viens pas de France mais de Belgique.
Cela devenait une habitude depuis son arrivée que l’on demande sans cesse si elle était française. Quoi, tout le monde pensait qu’il n’y avait qu’en France qu’on parlait français ? Puis, le nom d’Avery lui disait vaguement quelque chose.
- Tu ne serais pas parenté avec un gars de ma classe, Tibérius ? Par contre, t'as une manière assez spéciale pour parler aux gens. A t'entendre, on dirait que c'est grave d'être étranger.



Dernière édition par Sandrine Caudron le Lun 9 Avr - 10:40, édité 1 fois
En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 371
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Mar - 18:17
Enfin elle eut une réaction et ne replongea pas immédiatement dans des pensées qui avaient l’air bien plus intéressantes que tout son entourage. Hippolyte en fut soulagé, la nouvelle venue n’était peut être pas aussi bizarre qu’elle laissait paraître et juste profondément malpolie. Quoi qu'il ne savait pas ce qui était pire. Mais il avait sont lot de bizzareries à Serdaigle.

Il perdit son sourire courtois lorsqu’elle ouvrit la bouche pour enfin faire une phrase complète, puis inclina légèrement la tête sur le côté (une habitude qu’il avait adopté sans s’en rendre compte, quand il avait réalisé que cette mimique attendrissait sa mère). Cette fille était une étrangère qui venait juste de débarquer et se permettait de tout critiquer avec des regards hautains. Si la Grande-Bretagne ne lui plaisait pas qu’elle retourne dans le village de paysans d’où elle venait. Vu ses manières elle devait certainement venir d'un village de paysans... Et vu son mauvais goût en sac.
Hippolyte n’eut pas le temps de répondre qu’elle reprit la parole pour déverser sur lui un flot de parole. Son expression pincée en devint étonnée. Il fronça légèrement les sourcils pour se concentrer sur ce qu’elle racontait. Hippolyte comprit à peine son nom et il se perdit bien rapidement dans la suite de sa phrase. La blondinette parlait très vite et n’articulait pas assez au goût de l’anglais. Il réussit à comprendre le mot France et se dit qu’elle venait de là. De toute façon ça ne l’intéressait pas et c’était exactement pour cette raison qu’il ne lui avait pas posé la question. Il balaya l'information d'un haussement d'épaules.

Le Serdaigle ouvrit de nouveau la bouche avec la ferme intention de répondre, ayant retrouvé son calme et son sourire. Il la referma bien vite lorsque la Gryffondor reprit la parole. Par Merlin. Soit elle se montrait moins causante qu’une tombe ou on ne pouvait plus l’arrêter. Il n’y avait pas de juste milieu. Hippolyte perdit bien vite son sourire et souffla un peu du nez. Il remit sa mèche en place en l’écoutant baragouiner dans un anglais encore timide. L’adolescent attendit quelques secondes pour être sûr qu’elle ait terminé avant de cette fois réussir à prendre la parole. Il fit attention de bien articuler de façon exagérée.

Non, absolument pas. Avery est un nom particulièrement courant par ici. Puis le mien s'orthographie -ie. Le sourire qu’il lui offrit confirma que sa remarque puait le sarcasme. C’était finalement pour ça qu’elle lui avait adressé la parole, parce qu’il était le frère de Saint Tiberius? Ecoute, Caudron. Je pense que tu es mal placé pour reprocher à qui que ce soit leur manière de s’adresser aux gens. Il fronça doucement les sourcils, la jaugeant en silence. Est-ce que tu fais parti de ce genre de personnes à se faire passer pour des victimes? Je n’ai rien contre les étrangers et je ne comprends même pas pourquoi tu abordes ce sujet. Par contre les personnes odieuses ça ne plaît pas à grand monde. Tu devrais faire attention. Le ton était d’une bienfaisance exagérée. Hippolyte se hâta de rajouter, ayant comprit que son interlocutrice aussi choupette qu’elle l’était sous cette couche de cheveux blonds était quelque peu susceptible Ce ne sont pas des menaces, rentre les crocs. Juste des conseils amicaux pour que ton intégration à Poudlard se passe au mieux.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Ven 23 Mar - 19:16

16 Octobre 1998

Alors qu’elle se présentait, elle avait une horrible sensation que le gamin devant elle ne l’écoutait pas. Peut-être se faisait-elle un film mais en le voyant perdre son sourire et incliner la tête, on aurait dit qu’il préférait plus l’observer avec détail plutôt que de l’écouter. Cependant, le Serdaigle retrouva le sourire avant de le reperdre à nouveau. En l’entendant souffler du nez, la jeune fille comprit vite qu’elle l’ennuyait ou l’agaçait. Ben alors, fallait pas venir lui parler ! Il reprit enfin la parole pendant que Sandrine l’observait tout en l’écoutant.
- Ecoute, Caudron. Je pense que tu es mal placé pour reprocher à qui que ce soit leur manière de s’adresser aux gens.
Au moins, il fut un des rares à bien prononcer son nom, ce qui n’était pas encore le cas de tout le monde et même de certains professeurs. Mais l’adolescent fronça doucement les sourcils avant de continuer.
- Est-ce que tu fais parti de ce genre de personnes à se faire passer pour des victimes? Je n’ai rien contre les étrangers et je ne comprends même pas pourquoi tu abordes ce sujet. Par contre les personnes odieuses ça ne plaît pas à grand monde. Tu devrais faire attention.
La Gryffondor fronça plus sévèrement les sourcils. Il voulait dire quoi par-là ? Qu’elle se montrait odieuse avec lui ? Elle ne savait pas comment elle devait le prendre. Pourtant, elle ne l’avait pas interrompu une seule fois, ayant appris que c’était mal d’interrompre les gens qui parlaient. Du coup, elle l’avait écouté jusqu’au bout, attendant qu’il ait terminé mais apparemment, ce n’était pas le cas vu qu’il rajouta :
- Ce ne sont pas des menaces, rentre les crocs. Juste des conseils amicaux pour que ton intégration à Poudlard se passe au mieux.
Là, il devait avoir terminé.
- Alors déjà … Enfin quelqu’un qui prononce mon nom correctement ! Je commençais à me dire que personne ne ferait l’effet de prononcer un nom français … en français.
Elle essaya de faire des petites pauses entre chaque phrase, ne voulant pas reproduire avec lui l’impression de parler de trop comme avec l’autre fille lors de son premier jour. Pourtant, elle avait l’intuition que ce garçon pouvait se montrer désagréable tout en restant poli. Un peu comme sa tante !
- Ensuite, si je t’ai demandé au sujet de ton frère, c’est parce que je l’ai dans ma classe et j’aime bien savoir qui est qui. Je ne connais personne ici, alors j’essaie de me renseigner pour mieux m’intégrer.
En tout cas, si Hippolyte était le petit frère de Tibérius, ils ne se ressemblaient pas niveau façon de parler aux gens. Autant l’aîné était intriguant quoiqu’un peu con mais sans faux-semblant d’après ses dernières observations, le cadet, lui, paraissait un peu faux mais prétentieux également. Non, il y avait c’est le plus jeune une manière de parler qui la gênait et un petit quelque chose qui donnait l’impression qu’il méprisait les gens. A moins que ce soit elle qu’il méprisait sans vouloir l’avouer réellement.
- Mais merci pour tes cousins, j’en prends note !
Elle ne le connaissait pas encore assez bien pour le juger complétement malgré cette désagréable sensation qu’il lui donnait. Il valait mieux remplir son verre à moitié vide qu’à moitié plein. Ou alors, c’était l’inverse. Ce n’était pas pour ça qu’elle souriait et puis, de toute façon, si elle avait vu juste, elle finira par l’envoyer bouler ! Pour l’instant, elle préféra mordre sur sa chique !




Code by Sybline


Dernière édition par Sandrine Caudron le Lun 9 Avr - 10:41, édité 1 fois
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 271
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Mar - 1:08
Samgar Prewett, élève de quatrième année à Serpentard, était retourné rapidement chercher quelque chose dans sa salle commune. Il n'avait cours que dans une ou deux heure et avait donc le temps de trainer. Il savait qu'Hippolyte était dans la même situation que lui, libre.

Vêtu de son uniforme sans le moindre pli, le jeune garçon débarqua dans le Grand Hall après avoir remonté les escaliers des cachots. Il esquissa un petit sourire joyeux en voyant plus loin son ami et un sourire un peu moins fort lorsqu'il le vit discuter avec une fille dôté d'un sac bizarre. Il aurait pourtant juré qu'il n'y avait que les premières années nés-moldus pour venir à Poudlard avec de telles choses. C'était un nid à bactéries, Sam en était persuadé. Ce sac devait être aussi vieux que son grand-père, il avait peut-être appartenu à un dinosaure avant ça.
Il s'approcha d'eux. Puisqu'on parlait de sac, le sien était des plus classiques, en cuir foncé. Un sac en bandouillère pas plus épais qu'un classeur mais qui devait en contenir plusieurs et quelques livres, le tout bien rangé avec l'aide d'un sort de diminution. Lorsqu'il sortait quelque chose de son sac l'objet reprenait aussitôt sa taille normale, ainsi il évitait de porter quelque chose de trop lourd.

Il débarqua dans le dos de la demoiselle avant d'en faire le tour, la détaillant rapidement du regard. C'était elle la nouvelle venu d'il ne savait plus précisément quel pays. Il l'avait déjà vu de loin et avait entendu parler d'elle. Mimi Geignarde était une vraie piplette à propos de beaucoup de sujets.

- C'est toi la nouvelle d'Outre Manche ? On dit conseils, pas cousins. Répète. Con-seils.

Il sépara bien les syllabes et articula parfaitement pour qu'elle puisse saisir toutes les nuances de l'anglais. L'anglais n'était visiblement pas sa langue maternelle. Si elle remerciait Hippolyte pour des conseils c'était sans doute qu'elle était ouverte à la critique.
Sam arriva à hauteur d'Hippolyte. Il lui sourit pour le saluer et posa son coude sur son épaule avant de reporter son attention sur Sandrine. Il se détâcha rapidement d'Hippo pour lui tendre la main.

- Moi c'est Samgar Prewett. Tu t'appelle comment déjà ?


Admin



En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 371
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 20:39
Les yeux d’Hippolyte s’agrandirent sous la réflexion de la jolie blondinette. Il étouffa un hoquet de surprise en se demandant si elle aussi se fichait complètement de lui ou si elle était tout bonnement également étrangère aux bonnes manières. Lui-même avait prononcé le nom de famille de la jeune fille sans faire d’effort particulier sur la prononciation. Il ne parlait pas un mot de français et n’avait nullement l’intention de changer ça. Ni de se préoccuper de l’intégration correcte d’une demoiselle aussi grossière.

Alors déjà tu n’es pas en France. Je pense que peu d’élèves ici ont des notions de français. Si ça ne te plais pas tu peux tout à fait retourner à Beauxbâtons. Un sourire doucereux apparut sur son visage. Regarde moi, je ne râle pas parce que tu peines à t’exprimer en anglais. L’anglais de Caudron n’était pas si mauvais que ça pour une française (elle allait le rester dans son esprit en tout cas) aussi fraîchement arrivé. Sa prononciation était encore à revoir mais nul doute qu’elle s’améliorerait avec le temps. Ce n’était pas une raison pour la laisser tenir des propos qu’Hippolyte trouvait particulière racistes et irrespectueux.

Un rire moqueur s’échappa des lèvres d’Hippolyte et il plaça poliment une main devant sa bouche. Cette excuse pour parler de Tiberius. C’était impressionnant le nombre de filles qui lui tournaient autour. Il attirait les éphémères comme une veilleuse. Retirant sa main de son visage, Hippolyte pointa un doigt accusateur vers elle. Du peu d’estime qu’il avait pour elle, elle venait de tout perdre. Peut-être que tu devrais aller lui parler directement si tu souhaites faire connaissance avec. Pour apprendre à connaître des personnes de ta classe l’idéal serait d’aller les voir. Ça me semble plutôt évident. Bien qu’il ne l’ait pas touché il s’essuya tout de même rapidement la main sur sa robe de sorcier dans un geste exagérément dédaigneux.

Hippolyte allait enchaîner mais il s’interrompit de lui-même en voyant Sam jauger la demoiselle en silence, bien que son attitude en disait long. L’expression du Serdaigle retrouva de sa neutralité, perdant son air condescendant alors que le nouveau venu s’appuyait contre lui. Il n’était pas friand de contact physique mais Sam était un des rares autorisés à se permettre se genre de familiarités. Si sa réflexion pour aider la jolie blonde à améliorer son anglais l’amusa grandement, Hippolyte n’afficha qu’un sourire poli.

Caudron. Il avait dit son nom sans faire le moindre effort de prononciation ce qui le rendait difficilement reconnaissable au vu des sons qui n’existaient pas dans leur langue. Avant qu’elle n’ait eut le temps de le corriger il reprit: Tu arrives au bon moment. Je lui donne des conseils pour socialiser. Elle est encore très maladroite. Il avait toujours le même sourire courtois sur les lèvres C’est très important de ne pas stalker les gens, Caudron. Parce que c’est un comportement inquiétant. Se sentant obligé de se justifier pour ne pas laisser Sam dans le flou il lui expliqua, l’air grave et artificiel Alors qu’on ne s’est jamais vu auparavant elle m’a posé des questions sur Tiberius en sachant que c’était mon frère. Je trouve ça très préoccupant.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Mar 3 Avr - 22:41

16 Octobre 1998

Sandrine avait toujours été une fille maladroite dans sa façon de parler aux gens, quoiqu’un peu trop directe aussi mais elle était comme ça. En Belgique, on avait fini par l’accepter ainsi mais ici, à Poudlard, c’était plus compliqué car elle n’avait aucun repaire, aucun ami, personne à qui faire confiance et elle n’avait pas le même niveau d’anglais que ses camarades d’école. De plus, le garçon en face d’elle devenait un peu vexant même si son ton était calme. Et évidemment, il la prenait pour une française alors qu’elle lui avait dit qu’elle n’était pas française. Donc, en gros, il ne l’avait pas du tout écouter de tout ce qu’elle lui avait dit.
- Regarde moi, je ne râle pas parce que tu peines à t’exprimer en anglais. Fit Hippolyte.
Non, tu ne râles pas gamin mais tu n’as pas pris la peine de bien l’écouter, ce n’était pas mieux !
- Peut-être que tu devrais aller lui parler directement si tu souhaites faire connaissance avec. Pour apprendre à connaître des personnes de ta classe l’idéal serait d’aller les voir. Ça me semble plutôt évident.
Là-dessus, il n’avait pas tout à fait tort mais ce n’était pas une raison de la pointer ainsi du doigt.
Comme si ça ne suffisait pas, un autre élève, tout aussi plus jeune que Sandrine, vint à son tour. Sans doute un ami du Serdaigle bien que le nouveau venu était de Serpentard, la maison qu’elle avait souhaité rejoindre, celle de Merlin. Il l’avait contournée avant de prendre la parole :
- C'est toi la nouvelle d'Outre Manche ? On dit conseils, pas cousins. Répète. Con-seils.
La jeune fille ne comprit pas quand il lui parla de cousins mais se connaissant, elle avait dû en effet dire cousin au lieu de conseil. Cela lui arrivait parfois de penser un mot et dire un autre à sa place.
- Ok. Pourtant, j’aurai juré avoir dit conseil au lieu de cousin mais ça m’arrive parfois de penser un mot et dire un autre.
Bon, pour l’instant, le second garçon ne semblait pas la juger ni la mépriser ou quoi ce soit. Ce n’était pas l’impression qu’il lui disait. Il avait même l’air plus sympathique que son copain. Le voyant lui tendre la main tout en se présentant avant de demander son nom, elle la lui serra même si l’autre garçon avait répondu à sa place Elle commençait un peu à se détendre et ça se voyait sur son visage. Ses sourcils ne fronçaient plus et ses traits moins tirés. Ce fut hélas de courte durée quand le bleu reprit la parole, empêchant la jeune fille de se présenter comme elle aurait voulu.
- Tu arrives au bon moment. Je lui donne des conseils pour socialiser. Elle est encore très maladroite.fit le Serdaigle.
Une moue déçue et vexée s’afficha sur le visage de Sandrine. Comme ce garçon était vraiment vexant. Le savait-il ? Elle en était persuadée que oui. Si elle voulait se socialiser, avec lui, c’était mal barré.
- Je sais me socialiser mais merci de tes conseils, Hippolyte. Cependant, si je t’ai vexé, je m’en excuse, ce n’était pas dans mes intentions. Comme tu l’as dit, je suis un peu maladroite dans ma façon de parler aux gens et parfois, ils peuvent le prendre très mal.
Mais elle continua d’afficher une mine déçue. Cela allait être difficile vraiment pour elle de s’intégrer si tout le monde prenait mal tout ce qu’elle disait malgré qu’elle gardait un ton poli. Elle n’était pas le genre de fille à jouer sur les apparences pour bien se faire. L’hypocrisie n’était pas son truc mais la franchise et l’honnêteté, oui.
- Mais je suis vexée que tu ne m’aies pas écoutée quand je t’ai dit que je n’étais pas française. Pour info, je viens de Belgique, c’est juste à côté de la France et on parle aussi français.
Son ton restait calme et poli mais elle n’a plus trop envie de rester en leur compagnie, visiblement vexée. Elle avait déjà eu un prof qui semblait la prendre pour une idiote dès son premier jour. Alors, si les élèves de classe en dessous d’elle s’y mettaient, elle allait finir par croire qu’elle avait une tête qui ne leur plaisait pas ou qu’ils prenaient pour une blonde sans cervelle. Elle avait été tout de même première de classe lorsqu’elle avait obtenu ses BUSES deux ans plus tôt.
- Sinon, enchantée Samgar.




Code by Sybline


Dernière édition par Sandrine Caudron le Lun 9 Avr - 10:42, édité 1 fois
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 271
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 23:24
Sam serra finalement la main de Sandrine, avant de discrètement se l'essuyer contre sa robe. Il n'avait rien contre elle mais elle ne semblait pas tout à fait à l'aise et il lui semblait avoir senti sa main moite. Ca en plus du fait qu'il n'appréciait pas trop les "microbes".
Sam écouta son ami lui détailler rapidement la conversation. Tiberius ? Encore ? Mais qu'est-ce que les filles lui trouvaient ? En plus d'être con il était loin d'être mignon avec ses poches sous les yeux, ses dents jaunies par la cigarette et l'haleine qui allait avec.

- Oooh... Ca m'étonnais aussi qu'une fille vienne te parler, à toi.

Petit sourire Made in DeRien dirigé vers Hippolyte et il se concentra de nouveau sur la nouvelle. Elle avait vexé Hippo ? Il ne semblait pas trop traumatisé, ça allait.

- La Belgique donc ? Mais si tu parles français tu es française non ? Pas de nationalité mais de langue. En français on dit.... francophone si je ne me trompe pas. C'est bien ça ? Le seul équivalent chez nous c'est french-speaker. C'est un peu long parfois. Après tout je suis sur que tu parles des anglais de Poudlard quand tu discutes de nous, non ?

Il lui adressa un grand sourire, formant de petites fossettes sur ses joues. L'une de ses boucles lui barrait le front, comme toujours. Il avait renoncé il y a bien longtemps à la dompter. A côté de lui les cheveux lisses d'Hippo et Sandrine dénotaient. Sa chevelure lui donnait quelques centimètres de plus et pourtant il était déjà le plus grand des trois.

- Enchanté aussi Caudron. Ou est-ce que tu as une prénom ? Oh ! Pardon si c'est ton prénom.

Il fit un petit air surpris et gêné en songeant que peut-être il pourrait vexer la jolie blondinette en prenant son prénom pour un nom de famille. Après tout beaucoup de gens donnaient des prénoms étranges à leurs enfants. La Belgique ne devait pas faire exception.


Admin



En ligne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 371
Ft : Jaeden Lieberher

Feuille de personnage
Don: Legilimens
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 12:28
Hippolyte grimaça plus ouvertement devant les familiarités que se permettait la Gryffondor pour lui parler. Ou se croyait-elle? Dans une foire de paysans ? Les bonnes manières n’étaient pas la priorité des valeurs à inculquer aux étudiants outre-Manche. L’attitude de victime blessée que se donnait Caudron arracha au Serdaigle un roulement d’yeux. Elle retournait sa veste avec une rapidité impressionnante. Peut-être était-ce dû à la présence de Sam.

Ce dernier était toujours aussi bavard et Hippolyte écouta à peine son petit monologue sur la francophonie. Il marquait un point mais il jugea inutile de le soulever. En revanche il se devait de corriger Sandrine. Toujours avec son sourire courtois sur les lèvres il reprit la parole: Je t’ai très bien écouté, Caudron. Mais je n’ai pas compris un mot de ce que tu me racontais et je n’ai pas voulu t’enfoncer sur tes difficultés à te faire comprendre en anglais. Promis, la prochaine fois je te ferais répéter jusqu’à ce que tu sois compréhensible. Hippolyte marqua une pause pour être sûr que la Gryffondor ait bien compris ce qu’il disait avant d’ajouter: Et pour info ça ne m’intéresse pas, d’accord? Il se garda de dire qu’elle ne l’intéressait pas. La jeune fille devait bien l’avoir compris toute seule. Hippolyte n’avait aucune sympathie pour elle et il était clair qu’elle n’en avait aucune pour lui ou pour la politesse. Sa façon de parler et son comportement était bien plus que maladroit.

Apparemment Sam, lui, était intéressé par le petit moulin des Gryffondor. La patience d’Hippolyte venait à bout et il n’avait aucune envie de continuer à faire la discussion. Il lança un regard à leurs amis qui étaient toujours un peu en retrait et semblaient beaucoup supposer sur la conversation qu’ils pouvaient bien tenir. Se retournant vers Caudron, Hippolyte ajusta la lanière de son sac. Je vais te laisser vaquer à tes… occupations. Qui consistaient à rester planter dans des endroits improbables et se montrer désagréable avec autrui il semblait. J’ai du travail à faire. Hippolyte tourna cette fois les yeux vers Sam, l’interrogeant silencieusement. S’il comptait rester avec elle, il n’allait pas l’en empêcher.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Sam 7 Avr - 18:22

16 Octobre 1998

Sandrine ne se formalisa pas sur le fait que Sam avait essayé la main après lui avoir serré la sienne. Elle transpirait un peu tellement que le camarade de ce dernier la mettait un peu sur les nerfs à sa façon de lui parler. Mais elle écouta le Serpentard sans l’interrompe par politesse.
- Oui, on dit bien ça, francophone. Mais merci pour l’info, je ne connaissais pas l’équivalent anglais.
Pendant quelques secondes, elle eut un petit mal à comprendre ce que Sam voulait dire par sa dernière phrase, non pas niveau prononciation mais plutôt le sens de la phrase. La jeune fille lui adressa à son tour un sourire. Il était vraiment plus sympathique ou peut-être un peu plus sociable que le cadet des Avery.
- Non, Caudron est bien mon nom de famille. Mon prénom, c’est Sandrine. Mais j’ai pas trop l’habitude d’être appelée par mon nom par d’autres élèves vous savez. Les profs, oui mais pas entre élèves.
Mais le Serdaigle reprit la parole, toujours son sourire courtois. Mais pourquoi il lui donnait l’impression de ne pas être sincère ? Elle n’arrêtait pas d’avoir ce ressenti avec lui. Peut-être se faisait-elle un film mais vu la réplique que celui-ci fit, il lui était clair qu’il ne la portait pas dans son cœur et ça ne changera pas. Elle s’était pourtant excusée si elle l’avait vexé. Si ça ne l’intéressait pas ce qu’elle lui disait, pourquoi il était venu l’aborder alors ? Ce garçon était vraiment étrange. Aborder les gens et ne pas les écouter, c’était quoi ça ? Mais bon, il était plus jeune qu’elle. Ce n’était pas un drame s’il ne l’aimait pas en plus de ne pas accepter des excuses pour la vexation causée à l’égard du jeune garçon. On ne pouvait pas plaire à tout le monde. Il avait du travail ? Ah ben, elle ne le retenait pas. Si ce qu’elle racontait ne l’intéressait pas du tout, il était préférable qu’il vague à ses occupations à lui.





Code by Sybline
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 271
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 19:04
Ah ! Enfin elle se présentait elle même, ou du moins elle lui fournissait un détail supplémentaire et pas des moindres : son prénom. Sandrine donc ? Il n'était pas sur d'arriver à le prononcer correctement, surtout qu'elle le prononçait avec un accent français. Non, Sam n'y arrivera pas. Bah de toute façon il n'avait pas une si bonne mémoire des noms, pas quand ça ne l'intéressait pas. En général pour les personnes qui lui étaient indifférentes, s'il ne se concentrait pas il leur donnait de nouveau prénom plus ou moins proche du vrai. Maxence par exemple était vite devenu Maxime. Pour Sandrine.... Il fallait attendre de voir dans quelle catégorie il allait la placer.

- Tu vas vite voir. Ici beaucoup s'appellent par leur nom de famille. Une habitude qu'on a prise. En général c'est surtout nos potes qu'on appele par leur prénom.

Tout le monde disait Potter en dehors de ses amis qui l'appelaient Harry. C'était une façon de marquer une certaine distance, une sorte de faux vouvoiement.

Sam fit une petite mine boudeuse lorsqu'Hippolye évoqua le souhait de s'éloigner. Il l'aurait bien suivi mais il commençait tout juste à s'amuser en discutant avec la nouvelle. Il ne voulait pas l'abandonner si vite. Il n'était pas au courant qu'Hippo était venu simplement pour aider la demoiselle au départ, il pensait qu'ils avaient vraiment cherché à discuter ensemble même si ça paraissait très étrange pour Samgar qu'Hippo souhaite parler à la première venue. Il hésita un moment mais préféra finalement rester la.

- Bon travail. On se retrouve plus tard !

Il se concentra à nouveau sur Sandrine, la détaillant rapidement du regard. Elle était vraiment petite, ce fut sa première réflexion. Elle était en quelle année déjà ? Plus âgée que lui, il lui semblait avoir entendu quelque chose la dessus. Oh ! Sixième mais elle avait un an de plus. Elle avait redoublé ?

- Tu es en sixième c'est ça ? T'as du redoubler à cause de la différence de programmes ? C'est pourtant pas si dur que ça ici.


Admin



avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Lun 9 Avr - 11:04

16 Octobre 1998

- Tu vas vite voir. Ici beaucoup s'appellent par leur nom de famille. Une habitude qu'on a prise. En général c'est surtout nos potes qu'on appele par leur prénom.
Sandrine n’était pas trop sûre de savoir s’adapter à cette habitude-là, appeler uniquement ses amis par leur prénom et non le reste de ses camarades d’école. Elle se dit qu’elle verra bien, si ça gênait à certains qu’elle les appelle par leur prénom, elle les appellera alors par leur nom de famille.
Finalement, Hippolyte partit rejoindre ses amis qui l’attendaient mais Sandrine resta en compagnie de Sam. Il y avait une différence entre les deux quatrièmes années. Si le Serdaigle ne lui avait pas donné une bonne impression malgré des excuses pour l’avoir probablement vexé, le Serpentard était plus amical et plus ouvert à la discussion. En même temps, chacun n’avait pas eu la même éducation. La jeune fille changea un peu, s’adaptant à son nouvel interlocuteur.
- Tu es en sixième c'est ça ? T'as du redoubler à cause de la différence de programmes ? C'est pourtant pas si dur que ça ici.
- Oui, c’est ça ! Normalement, en Belgique, j’étais une dernière année mais à cause de la différence de système scolaire, il était préférable que je redouble une année mais pour moi, ça ne change pas grand-chose. J’étais déjà en sixième. J’avais eu la même chose lors de ma première année à Beauxbâtons.
Elle se détendait un peu plus. Là, elle n’avait pas de mauvais ressentis concernant Sam. Il avait l’air sympathique et elle commençait à se dire que cette histoire de « les Serpentard, c’est le mal absolu » n’était qu’une façon de mettre un groupe d’élèves mis dans le même sac sans prendre la peine d’essayer à les connaître à cause de la réputation d’une maison. Il ne faut jamais se fier aux apparences mais ce n’était pas une raison pour mettre tout le monde dans le même sac donc.
- Euh dis, ça te dérange si je t’appelle par ton prénom ou tu préfères que je t’appelle par ton nom de famille maintenant que je sais un peu pour vos habitudes à tous concernant les prénoms et les noms de camarade. Même si perso, j’ai un peu de mal à l’idée d’appeler un camarade d’école par son nom de famille.
Au moins, elle pouvait le tutoyer sans problème, c'était déjà ça!





Code by Sybline
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 271
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 22:57
Samgar ne comprenait pas. Donc elle avait doublé deux fois ? Et cette histoire de système... Il lui semblait pourtant qu'à Beauxbâtons c'était exactement le même système d'années que chez eux. Bon, il ne lui en tiendrait pas rigueur, elle n'avait peut-être pas de très bonnes notes en arithmancie, il ne pouvait pas lui en vouloir.

Elle le prenait pour un camarade d'école ? Ils ne se connaissaient pas plus que ça pourtant... Si ça se trouve elle était du genre à se lier un peu trop facilement d'amitié avec les autres. Mais alors pourquoi elle avait agit comme ça face à Hippolyte ? C'était pourtant un jeune garçon adorable, réfléchi et tout ce qui va avec, en tout cas du point de vu de Samgar qui le connaissait plus que la moyenne. Etrangement les deux garçons aux caractères opposés s'étaient très vite entendu. Sam laissait encore à Sandrine le bénéfice du doute sur Hippolyte. C'est vrai que de premier abord, lorsqu'on ne cherchait pas plus que ça à le connaitre il pouvait vraiment avoir l'air d'un petit con prétentieux. Sam se disait souvent qu'heureusement, Hip pour compenser ça restait mignon. Un mignon petit connard, c'était sans doute la recette de sa réussite auprès de certains adultes.

- Oh Samgar c'est très bien. Tu débarques à peine, pas besoin de te rajouter en plus le stress de devoir retenir noms et prénoms. En plus mon nom de famille n'est pas pratique pour une française.

Il avait conscience qu'entre son R et son W les francophones avaient bien du mal à le prononcer correctement alors que Samgar était presque un jeu d'enfant.

- Je peux te demander pourquoi tu as changé d'école si tard ?

Autant pour l'africain qui avait suivi des cours à domicile avant de venir ici et qui avait clairement de la famille il pouvait comprendre, autant pour elle il ne voyait pas encore pourquoi elle était ici plutôt qu'à son ancienne école. Avait-elle été martyrisée par ses anciens camarades ? Elle en avait plus ou moins le profil, malheureusement.


Admin



avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Mar 17 Avr - 17:23

16 Octobre 1998

L’explication qu’avait donnée Sandrine sur la différence de système scolaire entre l’Angleterre et la Belgique. Déjà en français, c’était une chose mais l’expliquer dans une langue étrangère en était une autre. Mais bon, la jeune fille eut la chance que le garçon ne lui tenait rigueur. Par contre, ce qui était certain, c’était qu’elle devait apprendre à s’adapter à ses camarades et non l’inverse même si c’était un peu difficile pour elle. Tous n’avaient pas la même façon de voir les choses, bien que c’était déjà le cas en Belgique.
- Oh Samgar c'est très bien. Tu débarques à peine, pas besoin de te rajouter en plus le stress de devoir retenir noms et prénoms. En plus mon nom de famille n'est pas pratique pour une française.
Là-dessus, il n’avait pas tort car l’adolescente hésitait à prononcer « Privette » ou « Prévette » ou même avec « wette » à la fin. Au moins, appeler le Serpentard par son prénom était bien plus simple pour elle et d’une certaine manière, cela lui permettait de garder un peu ses vieilles habitudes mais de façon exceptionnelle dirait-on. Le jeune garçon lui demanda alors pourquoi avait-elle changer d’école aussi tardivement. Celle-là, elle l’entendait un peu plus, ayant par la même occasion appris qu’elle n’était pas la seule élève étrangère cette année. Et dans la même maison en plus ! Elle n’avait pas encore parlé à Damien, l’autre élève étranger, mais il lui semblait bien être sympathique. Du moins, en premier abord.
- Ben, mes parents avaient reçu une mutation pour Londres et j’avais déjà commencé ma nouvelle année en Septembre. Au début, ils avaient pensé que je reste en Belgique pour mes études mais je m’étais dit que ça pourrait être l’occasion d’améliorer mon anglais en même temps.
Elle prit une petite pause avant de reprendre la suite, expliquant qu’ils n’avaient pas eu beaucoup de temps pour tout organiser, se trouver une habitation et l’inscrire à Poudlard. Voilà pourquoi elle était arrivée plus tard. S’ils avaient eu plus de temps, elle serait certainement arrivée le 1er septembre.






Code by Sybline
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 271
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 19:40
Samgar l'écouta lui expliquer tout ça, ou du moins au début. Il décrocha bien vite, surtout lorsqu'elle commença à lui raconter sa vie. En quoi ça pouvait l'intéresser ? Est-ce qu'ils avaient l'air d'être potes tous les deux ?

Samgar lança quelques coups d'oeil vers ses potes. Ils n'étaient pas encore trop loin, il aurait encore le temps de les rattraper. Il reporta son attention sur Sandrine qui terminait enfin de parler. Il la toisa rapidement, se demandant si tous les moldus étaient aussi bavards qu'elle et s'il ne risquait pas de choper une maladie comme le suggérait Nereus. Il parait qu'on peut attraper des sales trucs si on se fait postillonner dessus par un moldu ou même un né-moldu.

- Oui oui... Bon, je dois y aller. On se reverra une autre fois peut-être. Bonne journée Séverine !

Il afficha un grand sourire, toujours autant de façade - il était impossible de dire s'il s'agissait d'un vrai sourire ou d'un sourire de sarcasme avec Samgar - et il s'en alla, lui faisant un petit signe de la main pour lui dire au revoir. Une fois le dos tourné il laissa échapper un petit soupire et rejoigna bien vite son groupe de potes.


[RP Terminé, je te laisse poster un dernier message si tu veux^^]


Admin



avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Mar 17 Avr - 20:03

16 Octobre 1998

Il lui avait semblé que Samgar l’écoutait puisqu’elle répondait à sa question sur le pourquoi elle était arrivée tardivement à Poudlard mais elle eut ensuite l’impression qu’il ne l’écoutait déjà plus. Une impression ou c’était réellement le cas ? De plus, il lançait des regards vers une direction avant de reporter son attention vers elle. Pourtant, elle avait bien pris une pause afin de ne pas trop lui chauffer le cerveau avec toutes les informations d’un seul coup.
- Oui oui... Bon, je dois y aller. On se reverra une autre fois peut-être. Bonne journée Séverine !
Sandrine eut l’effet comme si elle venait de se prendre une claque en pleine figure. Séverine ! Il l’avait appelé Séverine ! Pourtant, elle avait bien dit qu’elle s’appelait Sandrine. Dans la prononciation, Séverine était pourtant bien différent de Sandrine. Bon, au moins, le garçon était quand même poli car il lui avait dit au revoir.
- Euh ouais, à une prochaine fois. Répondit-elle mais il était déjà parti rejoindre ses potes.
Non, c’était une évidence pour la jeune belge. Elle allait vraiment galérer pour s’adapter non seulement à ce nouveau système scolaire (et je ne parlais pas que de cette histoire de système de points de maison) mais aussi s’adapter à la mentalité des élèves de cette école. La jeune fille se dit qu’il était peut-être temps d’aller à son prochain cours ou elle allait encore se retrouver avec une heure de colle. C’est que ça ne rigolait pas ici, même pour les petits nouveaux. Sandrine espérait que l’année qu’elle avait vécu à Beauxbâtons n’allait pas se reproduire d’une autre façon à Poudlard. En attendant, elle se dirigea vers les escaliers et monta à l’étage où elle avait le prochain cours.



Code by Sybline
Contenu sponsorisé
 
[Termine] Réflexion dans les méandres de ses pensées feat Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'avenir s'enracine toujours dans les méandres du passé.| PV Nuage du Crépuscule |
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis - Casey et Robert
» contre et dans la tempète... Que de plaisir... [PV Drake et libre ]
» [TERMINE] Un truc dans l'air...
» [TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Archives :: Archives RP :: Octobre 1998-
Sauter vers: