Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

[CLOS]Brûlure de "guerre" [Sophie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Mar - 22:02
Au cours de potion sur les furoncles Damien s'était comporté... comme un parfait Damien. Il avait tenté de s'adapter à la situation peut importe le danger que ça impliquait. Casse-cou ? Non, juste con. Il avait suivit la recette de la potion en utilisant sa magie sans baguette et donc sans canalyseur. Résultat : surdonne de magie et explosion brûlante. Il s'était ramassé une grande partie du liquide mais était parvenu à calmer la brûlure, à l'exception de sa main droite qui avait le plus morflée.
Sa main s'était alors mise à réagir à cette agression. Elle avait changé de couleur et surtout de texture, passant de tissus humains à des écailles et tout autre texture vivante moins sensible à la chaleur mais rien n'y fit, la brûlure étai toujours la. Meg l'avait alors accompagné jusqu'à l'infirmerie, le lieu le plus adapté à ce genre de situation. Elle serait surement restée toute la journée avec lui s'il ne lui avait pas dit de retourner en cours, pour le peu de temps qu'il restait. Le temps qu'elle arrive jusqu'aux cachots la fin de l'heure aurait sonné, elle aurait surement juste le temps d'attraper ses affaires avant son prochain cours ou sa pause. Ainsi il ne la mettait pas en retard. De toute façon il était arrivé, sa présence n'était plus indispensable. Il serait entre de bonnes mains, du moins il le pensait.

- Bonjour, il y a quelqu'un ?

La main encore légèrement tremblante il chercha du regard la trace d'un adulte. Il la trouva. Elle était métisse et comme à chaque fois qu'il en croisait ici à Poudlard, son visage s'illuminait un peu plus. Sans doute se rappelait-il ses années à Uagadou ou à trainer avec les enfants des sorciers de la région. Qu'elle ait étudié à Uagadou pour terminer à Poudlard l'étonnait un peu.

- Je... J'ai mal.

Il allait au plus simple tandis qu'une grimace lui déforma le visage. Il espérait qu'elle sache vite quoi faire. Se rendant compte de la couleur verdâtre et de la texture trop solide de sa peau il rajouta, pour préciser.

- Brûlure.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Mar - 23:34
Il était plus que temps de faire l’inventaire des potions qui leur restaient, si jamais elle voulait pouvoir passer commande de celles qui manquaient au professeur Moon. Sophie avait été surprise de revoir là cette ancienne collègue de Sainte-Mangouste, et n’avait toujours pas décidé de si elle devait s’en réjouir ou non. D’un côté, Opaline avait toujours été professionnelle et sympathique à son égard. De l’autre, elle était venue ici pour fuir en partie son passé récent, et n’était pas du tout amuse à l’idée de se faire rattraper par lui. Quoi qu’il en fût, il fallait bien que les deux jeunes femmes ne se côtoient un minimum pour mener à bien leurs tâches respectives. Le placard grand ouvert devant elle, et un parchemin clipsé à une tablette de bois en main, Sophie était donc en train de profiter du peu d’affluence à l’infirmerie pour noter méticuleusement le nom de chaque potion disponible, ainsi que le nombre de doses en réverse pour chacune, quand une voix l’interrompit. Posant la tablette sur son bureau, elle referma le placard, s’assurant que les sortilèges de protection dessus étaient bien en place. Madame Pomfresh elle-même avait facilité les vols de certains remèdes, l’année précédente, pour contrer comme elle pouvait l’influence des Mangemorts qui avaient occupé Poudlard, mais il était hors de question désormais que les étudiants continuent dans cette voie. L’ordre était revenu, et certaines décoctions étaient extrêmement dangereuses. S’étant assurée de la sécurisation du bureau, Sophie sortit donc rejoindre le dortoir d’où on l’avait appelée, offrant un grand sourire à l’élève de Gryffondor devant elle.

« Je suis là. Je suis Miss Goodkin, et vous êtes ? »

Sa voix chaleureuse résonna dans la grande pièce aux hautes voutes. L’intonation de sa phrase retombait un peu sur la fin, bien que ce fut une question, seul indice léger de son enfance passée à Birmingham. L’adolescent en face d’elle avait une expression crispée qui dénotait une douleur certaine, ce qu’il lui confirma d’ailleurs verbalement. Il était aussi étrangement trempé, comme s’il venait de faire un plongeon dans le Lac. Il allait attraper la mort, s’il restait comme ça. Toutefois, il semblait plus rose vif que pâle. Le visage de Sophie afficha une expression de sollicitude, et sa baguette se tendit machinalement vers la table de chevet la plus proche. Un Aguamenti et un Accio informulés plus tard, et elle tendait un verre d’eau au garçon. S’il s’était brûlé, le réhydrater était toujours un bon début. Vu sa voix, il n’avait pas l’air d’avoir bu la tasse.

« Buvez ça lentement. Ça va aller, maintenant. »

Rangeant sa baguette dans la poche de son tablier, elle saisit avec délicatesse le poignet tremblant de son patient. Il fallait reconnaître que c’était très laid, vert et écailleux. Cependant, ça ne semblait pas pour autant très étendu, et elle pouvait se montrer rassurante en toute honnêteté.

« Ça, c’est une brûlure ? Une brûlure chimique, vous voulez dire ? Qu’est-ce que vous avez renversé dessus ? Racontez-moi ce qui vous est arrivé, pour que je puisse vous aider. »

Tout en parlant, elle l’avait entraîné vers un lit, et lui fit signe de s’asseoir, tandis qu’elle sortait un pyjama de la table de chevet. Il fallait le sécher, mais pas avant qu’elle ne se soit assurée que la substance qui avait endommagé sa main ne se trouvait pas également sur ses vêtements, risquant de le blesser quand il les retirerait.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 0:48
Damien ne l'avait pas entendu se présenter. Il n'était pas vraiment en état, trop concentré alors sur sa main. Il avait fait mine que tout allait bien devant Meg mais à présent qu'elle n'était plus la il pouvait laisser aller toute la crispation accumulée.

Il attrapa le verre d'eau avec son autre main et entreprit de boire doucement puisque c'était ce qu'elle lui conseillait. Contre les insolations c'était ce qu'on faisait, sans doute était-ce pareil avec les brûlures. Aussi étrange que ça puisse paraitre pour un garçon qui avait vécu ce qu'il avait vécu, il ne s'était jamais fait brûler par quelque créature que ce soit, pas aussi fort en tout cas. Il avait toujours été vigilant et avait toujours porté la tenue adéquat lorsque son père le mettait à bonne distance des dragons.

Il entreprit de lui expliquer la situation, mêlant les gestes à la parole et renversant la moitié de l'eau qu'il restait dans le verre.

- J'étais au cours de potion mais j'avais oublié ma baguette du coup j'ai fait la potion contre les furoncles sans baguette puis BOUM ! Ca a explosé parce que j'ai pas bien dosé la magie. Il y en avait partout et ça m'a aspergé. J'ai créé un nuage au dessus de moi pour faire couler de l'eau et stopper la brûlure mais je pense que c'était pas suffisant pour ma main. Du coup j'ai super mal...

Assis sur le lit il lui montra sa main qui commençait à nouveau à changer de couleur, sous les tremblements du garçon. En voyant l'expression de l'infirmière il jugea bon de clarifier les choses, se rappelant soudainement que non, une main qui change de couleur et de texture ce n'est normal qu'avec son père.

- Ca c'est... normal. Je pense que ma main essaye de s'adapter pour calmer la douleur. Vous pouvez faire quelque chose ? Pour la brûlure je veux dire.... Promis, la prochaine fois je n'oublierais plus ma baguette... Ou alors j'utiliserais moins de magie. Mais c'est pas ma faute si vos potions sont bizarres ici.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 18:24
Le Gryffondor, apparemment trop préoccupé pour lui donner son identité, buvait au moins docilement son verre d’eau, et Sophie se surpris à remercier le Seigneur intérieurement. C’était fou le nombre d’adolescents de 16 ou 17 ans qui se comportaient soudain comme des enfants de 2 ans lorsqu’on leur demandait d’avaler une potion ou de se reposer, et elle était soulagée que celui-ci obéisse sans discuter. Elle haussa un peu les sourcils quand il renversa son verre sur lui, mais ne dit rien. Trempé comme il était, ça ne ferait pas grande différence. Son récit suscita un éclat de rire chez elle.

« Le cours de Potion, hein ? Excellent réflexe, cette pluie pour empêcher de plus graves brûlures. Cinq points pour Gryffondor. J’ai toujours pensé qu’on devrait enseigner les premiers secours avant d’autoriser quiconque à faire ce cours. Je faisais le désespoir du professeur Rogue, à votre âge. Je suppose que je n’aurais pas beaucoup de potion anti-furoncles à mettre dans mes réserves, alors, non ? »

Tout en parlant de manière distrayante, elle avait imbibé un tampon de gaze de solution saline et avait commencé à nettoyer la main du garçon. Il fallait que la plaie étrange soit propre si elle voulait pouvoir y appliquer un onguent cicatrisant ensuite. Elle était un peu surprise qu’un élève aussi âgé que lui avait fait une bête potion anti-furoncles en cours, mais après tout, elle ne connaissait pas les méthodes pédagogiques d’Opaline Moon. Celle-ci avait été très compétente lorsqu’elles s’étaient connues à Sainte-Mangouste, et elle n’avait aucune raison d’imaginer qu’il n’en allait pas de même dans ce nouveau poste.

« Normal ? Vous avez souvent ce genre de réaction ? Je vous donnerais quelque chose pour la douleur quand je serai sûre de ce que vous avez exactement. Encore un tout petit peu de patience. »

Décidément, cet Gryffondor était intriguant. Sa main à elle seule était un phénomène, et sa mention de magie sans baguette avait piqué sa curiosité au vif. Toutefois, ce n’était pas le moment de lui poser des questions sur le sujet. Sophie passa mentalement en revue la liste des ingrédients de la potion anti-furoncles. Il y avait bien longtemps qu’elle n’en avait pas préparé, mais elle s’en servait suffisamment régulièrement pour s’y connaître encore. Une potion mal préparée pouvait réagir de manière imprévisible, et dans ce cas précis, provoquer des furoncles supplémentaires, mais pas, à sa connaissance, d’écailles vertes. Elle se leva et alla chercher une bassine d’eau à température ambiante, qu’elle posa sur les genoux du Gryffondor et dans laquelle elle plongea la main blessée. Elle ne voulait pas risquer un sortilège dessus, et donc un possible choc thermique, avec aussi peu de visibilité.

« Je pense qu’il s’agit d’une simple brûlure thermique… Mais la réaction de votre main m’inquiète. Essayons de la refroidir un peu avant d’appliquer quoi que ce soit dessus. Vous ne m’avez toujours pas donné votre nom, d’ailleurs. »




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 21:04
Pourquoi tout le monde parlait de cette satané potion anti-furoncle ? Est-ce que tout le monde ici en attrapait comme on attrapait un baillement ? Damien fit non de la tête, pour lui signifier que non, elle n'aurait pas beaucoup de potion de retour de la salle de cours. En même temps la plupart s'étaient senti un peu humilié à devoir recommencer une potion de première année et en avaient donc profités pour faire tout autre chose. De toute évidence la prof n'avait pas trop surveillé, sinon personne n'aurait put se détourner de ce qu'ils avaient prévus de faire.

Damien avait mal et commençait à avoir vraiment froid tout trempé comme il était. Il se mit à éternuer, se tournant de l'autre côté pour ne pas contaminer l'infirmière. Quelle catastrophe !

- Je... Pardon. Damien Carmichael. Et ma main va bien, en dehors de la brûlure. Je vous l'assure, c'est rien d'grave.

Il tenta un petit sourire rassurant mais donnait plutôt l'air de grimacer.

- Je... Je suis métamorpho- atchou! -mage.

Il changea la couleur et la texture de sa main valide histoire d'illustrer ses propos.

- Je peux essayer de la stabiliser s'il faut, mais un anti-douleur avant ne serait pas de trop. La elle se défend juste, si elle est un peu endormie ça ira déjà mieux.

Il ne savait pas trop comment ça fonctionnait en vrai mais lorsqu'il avait la main engourdie en général elle avait tendance à moins changer d'elle même. Il l'avait déjà fait suite à une piqûre d'abaille, mais entre une piqûre et une brûlure il ne savait pas trop jusqu'où pouvait aller la similitude.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 22:20
Sophie haussa un peu les épaules, souriant joyeusement. Tant pis, ils n’auraient pas beaucoup de potion anti-furoncles. Au pire du pire, Miss Moon leur en referait en cas de besoins. C’était fou, le nombre de sortilèges ratés, maléfices de bas étage et substances hasardeuses qui pouvaient poser ce genre de problème de peau... et tous étaient largement à la portée de sorciers débutants. Sans en utiliser des tonnes, l’infirmerie de Poudlard écoulait son stock avec une régularité certaine.

Sophie s’essuya les mains sur son tablier, et sortit un mouchoir propre de sa poche, encore repassé, qu’elle tendit à son jeune patient.

« Métamorphomage ? Il fallait le dire tout de suite, Monsieur Carmichael ! En ce cas, partons du principe qu’il s’agit d’une brûlure normale. Je vais vous faire disparaître ça très vite. »

Elle se leva, emportant la bassine, et ne tarda pas à revenir à petits pas rapides, cette fois-ci munie d’une serviette et d’un pot de verre opaque aux reflets iridescents. Tout le long du trajet, elle s’était maudite intérieurement de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il fallait dire que les métamorphomages ne couraient pas les rues. Elle n’en avait croisé que deux lors de ses études puis de ses années à Sainte-Mangouste. Peut-être y en avait-il plus, en réalité, mais dans ce cas, cela n’avait jamais interféré avec ses soins, et elle ne l’avait pas su.

« Ne vous embêtez pas, cet onguent va vous faire du bien. Vous devriez ressentir une sensation de froid, puis un engourdissement. »

Elle essuya la main avec précaution, tamponnant le plus doucement possible, puis commença à appliquer la pommade cicatrisante pour les brûlures contenue dans le pot. Celle-ci avait une texture qui tenait plus de la gelée que de la crème, et une couleur qui oscillait du bleu violacé au vert pistache selon l’angle de vue. Pour une fois, l’odeur n’en était pas désagréable, plutôt mentholée, mais était si forte que Sophie n’était pas loin d’éternuer à son tour. L’infirmière s’essuya les mains sur la serviette, le bout des doigts la picotant déjà, rendus froids par le produit. Elle guetta l’expression de son jeune patient. C’était un jeune intriguant. Métamorphomage, faisant de la magie sans baguette…

« Est-ce que ça va mieux ? Si oui, je vais bander votre main et comme ça, vous pourrez vous changer, Monsieur Carmichael. »




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 12:19
Rafael ouvrit les portes de l’infirmerie en les claquants bruyamment alors qu’il roulait des yeux paniqués et cherchait des yeux la tête brune de son filleul dans l’immense salle de soins de l’école.

Quel heureux hasard qu’il soit tombée sur cette gentille élève blonde un peu essoufflée alors qu’il se dirigeait vers la grande-salle pour grignoter quelque chose… En réalité il en sortait d’ailleurs, il avait oublié que l’immense pièce servait de salle d’étude en dehors des repas et qu’il n’y avait donc rien a s’y mettre sous la dents à l’heure actuelle. Il était donc reparti dans le sens inverse dans l’idée de trouver les cuisines du château. Il se souvenait vaguement qu’on lui ait parlé d’une poire dans un tableau mais ses souvenirs restaient flous à ce sujet, il ne savait même plus qui lui en avait parlé et dans quelles circonstances. Mais d’un pas un peu traînant il avait commencé à arpenter les couloirs en s’arrêtant devant chaque tableau pour voir d’il contenait le fameux fruit, sans prêter attention aux regards méfiants et aux remarques acerbes des habitants des peintures qui ne comprenaient pas pourquoi un homme tordu et mal rasé scrutait leur environnement avec autant d’insistance.

Rafael en était à son septième tableau lorsqu’une petite voix derrière lui, l’appelant par son nom l’avait interrompu dans sa quête. Il s’était retourné pour faire face à une adolescente blonde aux joues un peu rouges qui lui expliqua rapidement quelque chose mais tout ce que Rafael retint furent les mots « Damien », « infirmerie », « brûlure » et « potion ». Le magizoologue n’en eut pas besoin de plus pour s’élancer dans les couloirs de l’école à la recherche de l’infirmerie. Après s’être trompé deux fois d’étage il regretta d’être parti trop vite pour demander son chemin à la gentille demoiselle qui l’avait prévenu de la condition de Damien mais heureusement la troisième fois fut la bonne, il reconnut les odeurs de pimentine et autre potions de soins si particulière aux infirmeries et hôpitaux dès qu’il mit la patte dans le couloir (quand il avait constaté que ses sens pauvres d’humain ne lui étaient d’aucune aide pour retrouver son chemin, il s’était changé en xolo mais s’était retransformé bien vite une fois arrivé à destination car les chiens ne sont pas bien équipés pour ouvrir les portes).

- Damien ! s’était-il donc exclamé en poussant les portes comme une brute.

Il repéra vite le garçon assit sur un lit dans un coin de la pièce en compagnie d’une dame en costume d’infirmière, et qui devait donc être l’infirmière mais qui surtout ne voyait pas cette entrée fracassante d’un très bon œil. Réalisant soudain que son attitude n’était pas très appropriée (s’il avait été en train d’apporter des soins à un malagrif tacheté il n’aurait pas non plus aimé qu’on se mette à gesticuler autour de lui) il joignit les mains en signe d’excuse envers la demoiselle penchée sur le garçon et s’approcha du lit pour à son tour regarder sa main de plus près.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 22:02
Damien avait mal mais essayait de garder une certaine contenance devant l'infirmière, si bien qu'il détourna légèrement la tête pour grimacer quand elle lui appliqua la pommade sur la main. Elle était froide. Sa main eut le reflexe de se changer une fois de plus, une sorte de peau de phoque cette fois. Il essaya de se concentrer dessus, pour lui faire reprendre sa véritabe forme. Miracle ! Ca marchait. Sa main redevint celle d'un jeune homme, avec quelques petites marques de griffures à peine visibles.

- Ou... Oui, merci.

Il était encore trempé par son propre nuage. A cette allure il allait attraper un rhume. Déà qu'il ne faisait pas très chaud par ici...

La porte s'ouvrit brusquement, Damien crut bien qu'elle allait s'envoler et éclater à l'autre bout de la pièce. Rafael se présenta à eux, l'air inquiet, presque affolé. Le jeune garçon qui était parvenu jusqu'à présent à retenir ses larmes explosa en voyant son parrain. Il avait mal et même si la douleur était à présent un peu plus appaisé par les soins de l'infirmière, les larmes qu'il avait tenté de bloquer tout ce temps étaient encore présentes. Elles se déversaient à présent le long de ses joues. Le jeune garçon se leva dans une petite plainte et alla se planter droit dans les bras de son parrain. On aurait dit un petit garçon, mais même les plus grands aventuriers restent des enfants.

- Rafaeeel...

Il se recula légèrement et essuya ses larmes sur le dos de son poigné, évitant de justesse l'endoit où se trouvait la pommade. Un peu de pommade dans l'oeil n'était pas une bonne idée, autant éviter une nouvelle catastrophe.

- Je..... potion furoncles... pas baguette. Boum !

Il lui montra ensuite sa main dans ce sketch d'imitation.

- Je me suis fait mal....


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 22:37
Sophie était concentrée sur la main dans les siennes. C’était vraiment déstabilisant de travailler sur un membre aussi changeant. Elle n’était pas formée pour être vétérinaire ! Ce mécanisme de défense était sans doute une bonne chose, mais elle n’était pas certaine que son baume soit aussi efficace sur cette… Peau de poisson ? Elle n’y connaissait rien, elle ! Aussi fut-elle soulagée de voir la blessure reprendre une allure normale après quelques minutes. Elle sortit un rouleau de gaze de sa poche de tablier, et commença à bander la main pour protéger la plaie le temps que l’onguent fasse son effet.

« Essayez de garder votre main normale, ce sera plus efficace, je pense. Voilà, vous allez pouvoir vous changer avec ce pyjama se… »

Elle n’eut ni le temps de finir sa phrase, ni celui de coincer l’extrémité de la bande. La porte de l’infirmerie venait de s’ouvrir avec fracas et avant que le battant n’ait fini de rebondir contre le mur de pierre, Sophie était debout, et sur le pied de guerre. La seule raison de débarquer ainsi et de troubler le calme de son sanctuaire était une urgence médicale grave. Elle resta debout, figée quelques secondes, examinant l’homme qui venait d’entrer rapidement. Ce fut seulement lorsqu’elle se fut assuré qu’il allait bien (mais la manière dont il avait ouvert la porte dénotait une excellente force vitale) qu’elle s’intéressa à son visage et reconnu le professeur Vidal.

« Qu’est-ce que… ?! »

Mais il ne semblait amener aucun élève blessé par une créature quelconque ni annoncer une situation urgente sur le terrain, ne s’intéressant qu’à Monsieur Carmichael, qui venait de lui tomber dans les bras. Les yeux ronds, Sophie contempla ce grand garçon fondre en larme et livrer sa pantomime. Avait-elle sous-estimé sa douleur ? Ou bien craquait-il simplement nerveusement à la vue de celui qui était manifestement un proche ? C’était un phénomène courant. Avec la dextérité de ses années de Poursuiveuse, elle attrapa Damien alors qu’il reculait, empoigna fermement sa main blessée, et entreprit de finir son bandage. Beaucoup mieux. Elle l’entraîna de rechef vers le lit et l’y abandonna en tirant vivement le rideau devant elle.

« Séchez-vous et changez-vous, Monsieur Carmichael. »

Ceci fait, elle se tourna vers le professeur Vidal, intriguée mais rassurante, souriant d’un air avenant, maintenant qu’il se contenait. Elle ne le connaissait pas vraiment très bien. Tout au plus s’étaient-ils croisés lors des repas pris en commun dans la Grande Salle. Il lui avait donné l’impression d’être jovial. Aucun élève n’était encore venu la voir à la suite de son cours, grignoté par un hypogriffe ou empalé par une licorne, il devait donc être compétent, mais elle n’aurait pas vraiment su en dire plus.

« Damien s’est simplement brûlé en cours de potion, Professeur. Je compte le garder deux heures, pour vérifier que sa guérison progresse normalement, et il devrait être tout à fait remis d’ici demain. Il semble que vous vous connaissiez bien ? »

Ce duo était des plus intéressant. Maintenant que l’urgence médicale était passée, Sophie mourrait d’envie d’en savoir plus sur cette histoire de magie sans baguette.




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 5:12
Rafael avait à peine fait trois pas vers son filleul que le garçon lui tomba littéralement dans les bras. Le magizoologue ne s’étonna pas de voir ce grand gaillard pleurer, à vrai dire il ne s’étonnait pas de grand-chose, il connaissait Damien depuis que ce dernier était tout bébé, et ce n’était pas la première crise de larme qu’il avait calmé. Et bien que l’adolescent le dépassait à présent même si ce n’était que de quelques centimètres, il s’adressait maintenant à lui comme au bambin qu’il avait été.

- Vale, vale, dit-il doucement comme si ce qui se passait était la chose la plus naturelle du monde, qué pasa niño ?

Le gryffondor se retira de lui-même de l’étreinte de son parrain et commença à baragouiner des explications auxquelles Rafael ne comprit pas grand-chose mais répondit tout de même à coup de froncements de sourcils concentrés comme si cela pouvait traduire les mots décousus du jeune homme en une phrase plus compréhensible. Mais au moins, s’il arrivait à gesticuler, c’est qu’il n’était pas si mal en point. Il était sur le point de jeter un coup d’œil à sa main lorsqu’il la vit partir en arrière, et tout le reste du corps avec.  Il ne réagit pas autrement qu'en regardant son filleul disparaître derrière un rideau avec de grands yeux stupéfaits ; stupéfaits qu’une telle agression puisse arriver dans un lieu supposément de repos et surtout de la part de la petite demoiselle au visage avenant qui se trouvait maintenant devant lui. Il pencha la tête sur le côté alors qu’elle commençait à lui parler tout en jetant de temps en temps quelques coups d’oeils sur les rideaux derrière elle comme s’il avait peur de ne jamais en voir ressortir le jeune homme. Mais l’attitude tranquille et amène de l’infirmière finit par avoir raison de lui et il se détendit au rythme des inflexions de sa voix.

- Ah ! Oui oui, depuis tout bébé, répondit-il à la question de la nurse en retrouvant le sourire, je viens les voir souvent quand ils étaient en Afrique, son père c’est mon meilleur ami.

Il prit soudain un air un peu songeur, se grattant la barbe avec des ongles dont la propreté laissait un peu à désirer.

- Hé, son père aussi est un… metamorfomago. Il m’a dit... il m’a apprit « Revelaforma » vous connaissez ?

Sortant enfin des méandres de ses pensées, il reporta son attention sur l’infirmière en face de lui en souriant de toutes ses dents.

- Ca le stabilise un peu, pour guérir plus vite. Je peux vous montrer !

S’il avait pris garde de modérer sa voix en début de conversation, il semblait à présent avoir oublié toute retenue, visiblement excité à l’idée de pouvoir montrer un peu magie à cette jeune femme qui semblait si encline à l’écouter. Il recommençait à s’agiter et les gestes qui illustraient toujours ses paroles avaient commencés pondérés pour évoluer vers leur grandiloquence habituelle.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 18:27
Damien essayait d'expliquer sa désastreuse aventure à Rafael mais il fut tiré en arrière par une Sophie plutôt convaincante. Il se retrouva bien vite derrière le rideau. Il resta un instant figé, essayant de comprendre ce qu'il venait de se passer.

- Mais...

Il jeta un coup d'oeil derrière lui, sur le lit. Une serviette et une tenue y étaient posés. Il jeta un coup d'oeil à sa propre tenue, encore trempée. Oui, il était temps de se changer. Il se déshabilla rapidement, s'enroula dans la serviette pour ne pas attraper froid et se sècha le plus vite possible, oubliant ses cheveux. Il enfila tout aussi vite le pyjama qu'elle lui avait fourni. Il était laid et pas forcément à sa taille. Un peu trop court au niveau des manches et des jambes mais trop large au niveau du ventre. Une fois le tout enfilé, par chance, le pyjama se mit automatiquement à sa taille. Il tira ensuite le rideau, secouant nerveusement la tête pour faire partir l'eau encore contenue dans ses cheveux, éclaboussant au passage les alentours. Il éternua une nouvelle fois dans sa nouvelle manche.

- Je... je peux retourner en cours ?

En pyjama... c'était une excellente idée !


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Avr - 1:05
Sophie ne cachait nullement qu’elle était en train d’observer le professeur Vidal. Pour la première fois peut-être, elle était un peu honteuse de ne pas mieux connaître ses collègues. Certes, elle n’avait aucune raison particulière de traînasser en salle des professeurs, puisqu’elle régnait sur son propre petit univers parallèle qu’était l’infirmerie, et elle avait presque toujours une bonne excuse lorsqu’elle séchait les repas pris en commun dans la grande salle, mais elle aurait pu faire plus d’efforts, si elle avait voulu. Quoique… Pour l’instant, elle n’en avait pas vraiment envie. Nous étions début septembre et elle avait encore tout le temps, pensait-elle, pour prendre ses marques. Rentrer de nouveau dans la société des adultes petit à petit. Etant donné que c’était mathématiquement l’un de ses collaborateurs de travail à Sainte-Mangouste qui l’avait dénoncée à la Commission d’Enregistrement des Nés-Moldus, elle avait de bonnes raisons d’être méfiante avec ses collègues.

Toutefois, il était difficile de ne pas se sentir à l’aise en la présence du professeur Vidal. Son accent chantant, et sa manière de parler dans ce qu’elle devinait être de l’espagnol étaient… ensoleillés. Certes, il n’était pas très propre sur lui, et cela faisait un peu tâche dans l’infirmerie immaculée, mais c’était le genre de saleté que Sophie était capable d’apprécier (même si surtout dehors) : pas celle qui venait d’un manque d’hygiène corporelle, comme chez certains adolescents peu scrupuleux, mais celle qui venait d’un contact avec la nature un peu trop prononcé. Enfin, elle trouvait son sourire particulièrement franc, communicatif même, et décida donc de lui donner une chance. Le fait qu’il se montre aussi attentionné envers Mr. Carmichael était de toute manière un bon point pour elle. C’était bien que le Gryffondor ait quelqu’un sur qui compter.

« Métamorphomage, oui. » Elle connaissait Homomorpheus, le sortilège qui permettait de rendre leur forme humaine aux Animagus, quoi qu’elle n’ait jamais eu l’opportunité de le mettre en pratique, mais pas… « Revelaforma ? Non, je ne connaissais pas. Je n’ai pas eu très souvent l’occasion de travailler avec des Métamorphomages, c’est un don rare. »

Et d’ailleurs, devait-elle vraiment laisser ce quasi-inconnu effectuer un sort dont elle ignorait l’existence quelques minutes plutôt sur son patient, comme s’il s’était s’agit d’un vulgaire rat de laboratoire ? Elle présumait de la compétence du professeur Vidal, et clairement, il n’avait pas l’intention de nuire à Damien, mais sa conscience professionnelle la titillait, surtout quand elle voyait l’état d’agitation apparent de l’homme en face d’elle. Elle jaugea la tête de Damien, qui venait de réapparaître, désormais séché et … ah non, pas entièrement. Sophie agita sa baguette en levant légèrement les eux au ciel, envoyant un souffle d’air chaux sécher les cheveux de l’adolescent, le laissant sec et particulièrement ébouriffé. Il avait l’air de faire confiance à Vidal, et elle se retourna vers celui-ci, sa décision prise :

« D’accord, montrez-moi. Mais calmement. »

Parfois, lorsqu’elle était dans un contexte professionnel, Sophie se montrait beaucoup plus franche que dans le privé, et sortait même des choses qu’elle aurait trouvées impolies dites à un autre moment. Elle espérait qu’il ne s’offusquerait pas, mais elle avait vraiment besoin qu’il se maîtrise, s’il commençait à expérimenter sur son patient. Son enthousiasme le rendait profondément sympathique… et potentiellement dangereux.

« Pas tout de suite, Monsieur Carmichael. Vous êtes excusé de votre prochaine heure de cours, au moins, le temps que je m’assure que votre main guérit normalement. Et… je vous donnerais bien de la pimentine pour vos éternuements, mais elle pourrait avoir un effet aggravant sur votre brûlure, donc je vais vous garder au chaud en attendant, sinon, vous tomberez malade. »

Elle se recula d’un pas, indiquant d’un geste de la main au professeur Vidal qu’il pouvait procéder à sa démonstration.

« Dites-moi, comment faisiez vous pour agiter votre potion sans baguette en premier lieu, d’ailleurs ? »

Puisqu’on en était au stade du partage des connaissances magiques, elle avait enfin le droit de poser la question qui lui brûlait les lèvres, non ?




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Avr - 21:32

Rafael fut tout content quand l’infirmière lui donna son aval pour lui montrer le sort dont il venait de parler même s’il ne l’avait pas vraiment attendue pour sortir sa baguette d’une des nombreuses poches de son grand manteau crasseux. C’était d’ailleurs presque un mystère qu’il sache aussi bien où il dispersait toutes ses affaires. Et à la façon dont il enfonçait parfois son bras jusqu’au coude dans les poches intérieures ou extérieures du vêtement laissait grandement supposer qu’elles étaient enchantée pour lui permettre d’y stocker plus d’objets aussi saugrenus les uns que les autres.
Damien apparu à point nommé alors qu’il se raclait la gorge pour s’éclaircir la voix. Il laissa patiemment la jeune femme finir de lui sécher les cheveux sans vraiment écouter ce qu’elle racontait, tout absorbé qu’il était dans sa formule et fit signe à son filleul de s’approcher.

- Viens niño, montre-moi ta main.

Il fit un geste tourbillonnant avec sa baguette et la main enrubannée de bandages sembla vibrer quelques secondes puis se stabilisa et redevint immobile.

- Oh j’ai réussi ! Ca guérira plus vite maintenant.

C’est son meilleur ami, Wallace Carmichael qui était l’inventeur de ce sort. En tant que métamorphomage ET magizoologue les blessures n’étaient pas rares et fort peu pratiques à soigner à cause de leur métabolisme de caméléon. Il l’avait apprit à Rafael lors de ses nombreuses visites en Afrique au cas où une de leurs expéditions à deux rencontreraient quelques problèmes et Wallace ne serait pas capable de jeter le sort lui-même. Maintenant que Damien étudiait dans la même école que son parrain il lui avait d’ailleurs rappelé de ne pas hésiter à l’utiliser en cas de problème avec son fils. Le garçon pouvait être un peu turbulent, ce n’était un secret pour personne dans la famille.

Tout joyeux de sa réussite Rafael ébouriffa les cheveux du gryffondor, déjà en bataille après avoir été séchés par l’infirmière.

- Oh tu as fait de la magie sans la baguette pendant les potions ?

Lui-même avait quelques notions de la magie sans baguette mais elles restaient très basiques comparées au savoir de Damien. Qu’il se soit brûlé en réalisant un sort l’étonna donc un peu.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Avr - 23:53
Damien se prit un vent par Sophie, littéralement. Un vent d'air chaud pour lui sécher les cheveux de la façon la plus rapide et efficace possible. Il s'approcha finalement lorsque son parrain le lui demanda. Il lui tendit son bras et le laissa faire. Il sentit ses tissus se rebeller durant le sort mais il était habitué à cette sensation, c'était tout à fait normal et ça prouvait bien que le sort fonctionnait. Sa main vibrait pour finalement arrêter. Sa peau avait sa couleur normale et restait à présent immobile sous le bandage de l'infirmière. En effet, la guérison risquait d'aller beaucoup plus vite comme ça.
Raf passa sa main dans les cheveux de Damien, les ébouriffant un peu plus ou les remettant un peu en place, c'était difficile à dire.

Le garçon se demanda combien de temps l'infirmière comptait le garder ici pour qu'il ne s'enrhume pas plus. Quelques heures tout au plus non ? Ou est-ce qu'elle comptait lui faire passer la nuit ici ? Non, ce serait stupide. Il lui suffisait de rester au chaud dans son propre lit cette nuit. Il n'avait pas encore de fièvre de toute façon et maintenant qu'il était sec il espérait que son éternuement se calme un peu.

Damien s'apprêtait à répondre à Sophie lorsque Raf lui demanda s'il avait fait de la magie sans baguette.

- Oui, sur une potion que je ne connaissais pas trop et avec une recette bizarre. J'ai pas bien dosé la magie du coup il y avait trop de puissance et ça a explosé au lieu de juste tourner. Je pensais que ça marcherait mais non... Tant pis.

Il haussa les épaules, comme si au final il n'y avait rien de grave à tout ça, sauf que... il s'était retrouvé à l'infirmerie.
Il se tourna vers l'infirmière, histoire de lui fournir un peu plus d'explication. La pauvre ne devait pas comprendre grand chose.

- A Uagadou on n'utilisait pas de baguette du coup j'ai pas encore l'habitude.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Avr - 11:19
Se reculant d’un pas, Sophie fixa Rafael effectuer son sort d’un air concentré, murmurant la formule sans s’en rendre compte, regrettant un peu que le professeur de SACM l’exécute de manière informulée pour ce qui était censé être une démonstration. Sa propre baguette rangée dans la poche de son tablier, elle tenta d’imiter dans le vide le mouvement du poignet de Rafael, s’efforçant de graver dans sa tête la série de quarts et de demis tours fluides. La main de Damien vibra quelques instants, et l’infirmière scruta les traits du jeune homme pour détecter un quelconque inconfort, mais non, tout semblait en ordre. C’était dommage que le bandage gâche sa vue : elle aurait voulu pouvoir constater le résultat du sortilège par elle-même, mais elle allait devoir prendre son mal en patience. Bien, c’était une bonne chose de faite.

« Voudriez-vous du thé, professeur Vidal ? Monsieur Carmichael ? »

Maintenant que la conversation devenait intéressante, elle voulait retenir le professeur Vidal un petit peu, et son offre de rafraîchissements était donc un tantinet intéressée. Les yeux brillants, elle écouta Damien raconter son histoire. Ainsi donc, à Uagadou, l’école de magie africaine, on n’utilisait pas de baguette, et il y avait une question de maîtrise de dosages de puissance, chose que clairement, son patient avait raté aujourd’hui. Mais alors…

« C’est donc vraiment possible de faire de la magie sans baguette ? » C’était son tour d’avoir pris malgré elle un ton excité. « Je veux dire, de la magie contrôlée, pas comme les enfants avant de rentrer à Poudlard ? » Elle se rapprocha d’un pas. « Mais comment ? Comment est-ce que vous arrivez à canaliser votre énergie ? »

Il lui semblait qu’un monde de possibilités s‘ouvrait à elle et que son enthousiasme d’antan revenait en trombe après un an d’absence. Elle empoigna sa propre baguette d’un geste machinal. Elle l’avait toujours crue indispensable à la pratique de la magie consciente. A quoi auraient bien pu ressembler ses pouvoirs sans la médiation de la baguette, sans sa personnalité propre ? Aurait-elle été la même sans cette branche de poirier doré au creux de sa main ? Si seulement elle avait su ça six mois plus tôt, elle aurait pu… Aurait pu… Elle serra le poing sur sa baguette, une expression un peu douloureuse sur le visage. Aurait-elle pu maintenir un Patronus pendant cinq semaines, entourée de Détraqueurs de toute part ? S’enfuir de la forteresse d’Azkaban, réputée imprenable ? Probablement pas, et ça ne servirait à rien de réécrire l’histoire.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Mai - 3:10



Rafael hochait doucement la tête sur un rythme connu de lui seul alors sue son filleul lui racontait ses déboires en potions. Cela l'étonnant peu finalement. Il avait beau ne connaître que quelques bases de la magie sans baguette, il savait déjà que c'était un art complexe et ardu. Il avait toujours admiré les étudiants de Uagadou qui semblait le pratiquer les doigts dans le nez alors que lui réussissait à rater son alohomora trois fois sur quatre. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'avait pas spécialement cherché à approfondir ses connaissances pratiques dans le domaine une fois qu'il n'en avait plus eu la nécessité. Il était de toute façon bien trop attaché à sa nouvelle baguette.

Il haussa les épaules en parfaite unisson avec le garçon. Il considérait lui aussi l'incident comme clôs. L'incident n'était pas si grave finalement, Damien s'en remettrait très vite. Les accidents de chaudron n'était pas rare, le magizoologue en avait d'ailleurs subit bien trop pour pouvoir les compter.

La voix de la jeune infirmière le ramena sur terre et son habituel sourire radieux fendit de nouveau son visage. Son hochement de tête se fit soudain plus rapide et plus vif ! Du thé ? Quel plaisir ! Et s'il avait de la chance il y aurait peut-être même des petits gâteaux.

- Oh ! Oui oui, du thé ! s'exclama-t-il en regardant tout autour de lui comme s'il s'attendait à voir sa tasse fondre sur lui tel un avion de chasse.




"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 0:09
Damien se remettait doucement de ses émotions. Le calme revenait et sa blessure, si elle lui faisait encore mal, ne lui arrachait plus de grimace. Le bandage n'était pas trop serré, la pommade sur sa main n'était pas trop poisseuse et il arrivait à se concentrer sur autre chose, en loccurence la conversation avec l'infirmière.

- Je veux bien un thé aussi.

Ca aura le mérite de l'occuper encore un peu.

Lorsqu'elle lui demanda comment il canalisait son énergie, Damien regarda ses mains. Comment ? Il n'en avait aucune idée, c'était compliqué à expliquer. Il savait le faire, c'est tout. Il avait appri à le faire de cette façon la. C'était comme demander à un enfant qui a toujours su nager comment il pouvait le faire.

- Je.... je sais pas trop, ça vient naturellement. C'est plus une question de feeling. Ca se sent.

S'il mettait trop d'énergie il sentait des picotements dans ses doigts. Il pouvait sentir le flux d'énergie traverser ses mains pour sortir par ses doigts et faire ce que la magie avait à faire. Expliquer plus en détail le processus était pour lui totalement impossible.

- Je trouve ça plus compliqué d'utiliser une baguette. On ne ressent rien avec un bout de bois en main, les vibrations sont beaucoup plus faibles mais je suppose que la baguette canalise elle même l'énergie, c'est une étape en moins à faire.

Damien avait cela dit encore un peu de mal avec la sienne. Il soupçonnait son coeur d'y être pour quelque chose. Il avait apprit que la plume de focifère était surtout connu pour augmenter les sorts de confusion. Elle avait effectivement le don de rendre parfois Damien confus.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juin - 11:44
Sophie hocha la tête, ravie que sa petite « manipulation » ait réussi, si l’on pouvait appeler ainsi le fait d’offrir du thé à ses hôtes dans le pur but de faire durer une conversation intéressante. Elle agita sa baguette en direction du bureau, et un plateau de thé, prêt à être dégainé lors de la pause des infirmières, s’envola en sa direction. Voyons voir… Le chariot à linge fut prestement métamorphosé en table, et Sophie acheva de créer son petit salon en ajoutant des coussins sur les chaises de chevet un peu raides dont ils devraient se contenter. C’était presque parfait s’il ne manquait… Oui ! Un dernier coup de baguette vers le bureau fit flotter jusqu’à eux une haute boite en fer, qui contenait un gâteau moelleux à la noix de coco. Un mouvement du poignet enclencha la chauffe de l’eau et elle s’installa en attendant qu’elle bout, se faisant une fête de ce goûter improvisé. Ce n’était pas exactement conforme au règlement de l’infirmerie mais puisqu’ils y étaient seuls et ne faisaient de mal à personne, pourquoi se priver ?

« Je vous sers du gâteau ? »

Tout en tranchant des parts et en les déposant sur des serviettes en papier (le luxe de ce pique-nique en intérieur avait ses limites), elle écouta attentivement les explications de M. Carmichael. Une question de feeling, vraiment ? Elle fronça un peu les sourcils, concentrée. Voilà une information qui ne l’aidait pas beaucoup, et elle devinait déjà qu’elle allait passer la soirée à lancer des sortilèges basiques dans sa chambres, pour essayer de détecter cette fameuse sensation dont le Gryffondor parlait. Il lui semblait qu’elle en serait capable. C’était peut-être ça, qu’elle avait réellement ressenti, quand elle avait récupéré sa baguette.

« Ça peut s’apprendre, vous croyez ? »

Etre capable de faire de la magie sans baguette serait la preuve ultime qu’elle n’avait volé ni ses pouvoirs, ni sa baguette à personne, et ce serait là sa plus belle revanche sur tous ses ennemis de l’année précédente. La magie était en elle, avec ou sans accessoires, et faisait partie intégrante de son identité. Elle était une sorcière, et personne ne pourrait jamais lui enlever ça.




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Juin - 1:46
Rafael trépignait comme un petit enfant alors que la table se mettait toute seule pour un pique-nique improvisé et fut le premier assis sur sa chaise dès que le coussin eut atterri dessus. Obnubilé par la nourriture qui lui faisait de l’œil sur le plateau, il n’écoutait déjà plus la conversation entre l’infirmière et son filleul que d’une oreille distraite. Elle n’eut pas à lui demander deux fois s’il voulait du gâteau, il hocha vivement la tête en réponse et regardait sa part avec des yeux qui la dévorait déjà. A peine posée sur la serviette qui lui servait d’assiette il posa ses pattes aux ongles terreux dessus pour la porter à sa bouche et en prendre une première bouchée. Il poussa un « hmmmm ! » approbateur juste avant d’avaler. Il loucha vers la bouilloire, il espérait que le thé serait bientôt prêt, il irait bien avec le gâteau. Il était cependant incapable d’attendre et en reprit goulûment une bonne bouchée.  

La question de la jeune femme attira cependant son attention. Voulant bien faire il s’exlama la bouche pleine, envoyant des postillons pleins de miettes tout autour de lui.

- Chimoua hai affri, foubouvé aupffi !

Persuadé qu’il avait été clairement compréhensible pour la petite assemblée, il ne prit pas la peine de répéter, même après avoir enfin avalé sa bouchée gourmande. Il posa sa part entamée sur la serviette avec une attention presque comique et commença à joindre le bout des doigts de ses deux mains collantes et plein de petits copeaux de coco ensemble en marmonnant dans sa barbe soupoudrée de miettes de gâteau. Il dirigea ensuite ses doigts dans une position légèrement courbée vers la tasse la plus proche qui se mit à léviter tranquillement.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Juin - 21:45
Le plateau arriva et Damien ne se fit pas plus prier que son parrain pour s'emparer de gâteaux. Il commença à en manger un autre et, arrivé à la moitié, en enfourna déjà un autre. Il était incapable d'attendre, surement parce qu'ils avaient pour tradition avec son frère de se battre pour manger le plus de gâteaux. Face à Sophie il était cela dit plus calme, essayait de manger proprement sans laisser trop de miettes. Il engouffrait deux gâteaux à la fois mais ça s'arrêtait la. Rafael cela dit donnait l'impression d'être constamment sous sa forme de chien. Il mangeait de façon très animale. Damien en avait l'habitude, lorsqu'il allait parfois chez son parrain l'heure des repas était un moment où tout était permis. Si Rafael mangeait toujours, ou presque, avec les doigts sales (en même temps il faut bien faire son immunité), Damien lui optait souvent pour une langue de lézard avec laquelle il attrapait sa nourriture de la façon la plus fainéante possible.

Damien approuva d'un signe de tête la réponse de son parrain. En relevant les yeux vers Sophie il réalisa qu'il devait peut-être un peu plus expliquer.

- Ch'est accessible. Suffit de s'entrainer souvent et ça finit par devenir une habitude.

Il parlait naturellement la bouche pleine mais pas autant que celle de Raf. Il arrivait encore à contenir la nourriture dans ses joues gonflées lorsqu'il parlait. Il avala sa nourriture préalabrement broyée avant de reprendre la parole, la bouche cette fois vide.

- C'est aussi difficile qu'apprendre à utiliser une baguette, sauf que la magie avec les doigts c'plus naturel que de faire avec un bout de bois. Vu qu'on naît avec des doigts mais pas avec une baguette.

Tout ça pour dire qu'une fois le truc compris, ça allait tout seul.

- Vous devriez essayer.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Juin - 23:59
Sophie surveillait la bouilloire du coin de l’œil. L’eau n’allait pas tarder à bouillir et ce serait tant mieux, car les deux hommes à ses côtés engloutissaient leur gâteau à une vitesse folle. Le professeur Vidal mangeait comme un enfant, en mettant presque autant dans s abouche qu’autour, se servant de toute sa main pour acheminer la pâtisserie jusqu’à son gosier. Elle jeta un regard désapprobateur aux miettes qui voltigeaient et atterrissaient sur le sol de son infirmerie immaculée. Jeter un sort de nettoyage là, tout de suite, la démangeait, mais ça aurait été terriblement impoli. Eyes on the prize. Elle voulait en savoir plus sur cette histoire de magie sans baguette, et s’abrita derrière la bouilloire, qui sifflait enfin, pour retrouver une contenance.

Il lui fallut bien le temps de remplir les tasses pour que son cerveau tourne et retourne ce que venait d’éructer Rafael afin d’y donner du sens. Heureusement, elle n’était pas trop mauvaise à l’exercice. C’était fou, le nombre de poisons qui paralysait la bouche de leurs buveurs imprudents. Elle avait donc acquis des capacités toutes professionnelles en déchiffrage de borborygmes. Un talent indispensable, d’ailleurs, pour comprendre d’autres de ses collègues, Stuart par exemple.

« Je vous laisse vous servir en lait et en sucre à votre convenance. »

Elle-même s’apprêtait à goûter enfin sa propre part de gâteau, quand celle-ci resta suspendue en l’air à mi-chemin de sa bouche, qui resta grand ouvert. Fascinée, elle était observa Rafael faire sa petite démonstration, les yeux ronds comme des soucoupes, et il lui fallut trente bonnes secondes pour se reprendre et porter enfin son gâteau à sa bouche. Elle mâcha et avala en méditant consciencieusement sur le petit miracle auquel elle venait d’assister. Ce genre de spectacle lui redonnait les sensations qu’elle avait eu, enfant, quand elle était allée pour la première fois sur le Chemin de Traverse avec sa mère et découvert tous ces objets qui bougeaient tous seuls. De l’émerveillement pur, et une joie intense à l’idée qu’un jour, elle aussi pourrait faire ça.

Elle acquiesça sérieusement aux explications de Damien. Oui, elle possédait bien des doigts. Elle devrait donc pouvoir le faire aussi. Elle reposa sa part de gâteau sur sa serviette et prit une expression concentrée alors qu’elle essayait de reproduire les gestes effectués par Rafael. Ce devait être un simple Wingardium Leviosa, non ? Avec baguette, elle était capable de faire sans de manière informulée dans son sommeil. C’était facile. C’était un sort de première année. Mais sans baguette… Elle courba les doigts de la manière la plus fidèle possible, les fixant de manière si intense qu’elle en louchait presque, mais avec une conscience aigue de sa baguette posée sur la table, à côté d’elle. Rien ne se passa. Elle décrispa les mains, essayant un peu vainement d’y déceler des sensations nouvelles.

« Vous voudriez bien m’aider à démarrer ? Me montrer comment s’entraîner, au moins au début, s’il vous plaît ? Pouvoir faire de la magie sans baguette, je trouve cette idée absolument merveilleuse. Moi qui pensais que sans baguette, on me privait de magie ! »


Cette indépendance formidable valait bien quelques miettes sur son dallage.




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Juin - 22:39
Si Rafael avait levé la tête il aurait pu voir le visage émerveillé de son son hôte mais il était bien trop occupé à rire tout seul de son petit tour de passe-passe. A vrai dire il était lui-même surprit d'être encore capable de se souvenir des quelques sorts qu'il avait apprit en Afrique (enfin de celui-là en tout cas, il faudrait voir pour les autres). Il faut dire qu'il ne les avait pas tant utilisé que cela une fois qu'il avait obtenu sa nouvelle baguette, il n'en avait pas ressenti le besoin à part les quelques rare cas où il avait égaré son précieux bout de bois. Mais alors qu'il égarait toujours tout ce qu'il avait en sa possession, il était anormalement soigneux avec sa baguette magique. Le souvenir de sa première baguette brisée lui avait visiblement servi de leçon. Il avait apprit la magie sans baguette par nécessité mais était bien plus à l'aise et moins maladroit (c'est pour dire) avec.

Mais Sophie les invitait à se servir en thé et Rafael en oublia immédiatement son petit jeu et la tasse retomba sur le plateau avec fracas, heureusement sans casse. Tout comme avec la part de gâteau il ne le se fit pas prier deux fois et se servit sans retenu de thé, lait et sucre (à un point que l'inventeur du Coca-Cola en aurait grimacé l'écoeurement), puis il sortit une flasque d'une des poches de son grand manteau avec le contenu de laquelle il remplit me dernier cinquième de la tasse avec un claquement de langue satisfait. Il attrapa sa part de gâteau à demi entamée et la trempa joyeusement dans sa mixture avant de la mettre en bouche. Un peu de thé lui coulait à la commissure des lèvres. Rafael regarda avec des yeux intéressée la tentative vaine de Goodkin de l'imiter tout en machouillant le mélange spongieux qu'il avait en bouche à grand renfort de bruits de mastication.

- Ah faut le sentir, dit-il après avoir avalé sa bouchée avec un "gloups" cartoonesque, tes doigts c'est la baguette c'est tout. Quand tu jettes un sort tu bouges la baguette, alors tu bouge tes doigts, c'est pareil, hé !

Ce n'était probablement pas une bonne idée de compter sur le magizoologue pour expliquer quoi que ce soit à ce sujet. Tout ce que le professeur avait pu apprendre dans sa vie, il l'avait fait à l'instinct où par l'expérience. Et comment expliquer l'instinct ? Impossible cela se ressentait. Le rationnel et la logique n'avaient pas vraiment leur place dans le cerveau de cet original.  


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot


Dernière édition par Rafael Sedeño Vidal le Jeu 14 Juin - 0:27, édité 2 fois
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 516
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Juin - 23:45
Sa main le grattait mais il devait se retenir. S'il commençait à frotter ça n'irait pas. Il essayait de reporter son attention sur autre chose, tapotant des doigts de cette main en espérant faire partir les chatouilles qu'il ressentait.

Lorsque le thé fut prêt, il avança sa tasse avec hâte comme un petit enfant qui veut être servi en premier, impatient. Moi ! moi ! Au moins il ne serait pas oublié. Il ramena la tasse vers lui, y ajouta à peine du sucre et voulu boire directement. Naturellement, il se brûla la langue et recracha aussitôt ce qu'il venait d'essayer de boire, directement dans sa tasse tenue juste sous sa bouche. Ce n'était pas très poli, même pour lui. Il espérait que Sophie ne l'ai pas vu. Il savait que pour Raf, c'était un détail comme un autre. Son parrain farfelu ne relevait pas vraiment ce genre de choses.

- C'est difficile à montrer. Il faut se concentrer et essayer de sentir l'énerge traverser le bras. J'pense que pour quelqu'un qui a l'habitude de la baguette, 'suffit de faire comme si t'avais une baguette en main sauf qu'elle est vide. quand on a senti la première fois la magie nous traverser après c'plus simple.

Si elle avait eut son âge il se serait peut-être placé derrière elle pour lui montrer mais ça risquait d'être mal interprété. Il n'était pas un pseudo moniteur sur un terrain de golf et Sophie n'était pas la jeune fille à séduire de façon évidente. Beurk... ça aurait été bizarre.

Damien jeta un coup d'oeil vers l'un des gâteaux. Il portait la tasse de sa main valide, l'autre posée sur sa cuisse pour essayé de ne plus y penser. Il n'avait pas envie de reposer la tasse pour tendre le bras. Il jeta un rapide coup d'oeil à Sophie et, lorsqu'il pensa être hors de vu, sortit une langue de grenouille pour chopper directement le biscuit sans bouger autre chose que sa bouche. Blop ! Avalé d'un coup, comme si de rien n'était. Sa mère l'aurait tué.


Modérateur
"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 195
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Juin - 12:19
Sophie était tellement concentrée sur ses doigts qu’elle ne vit même pas Rafael corser son thé, ce qui était sans doute une bonne chose. Elle était prête à mettre sa maniaquerie en veilleuse le temps d’obtenir ce qu’elle voulait, mais pas de compromettre sa respectabilité professionnelle et un professeur en train de consommer de l’alcool en pleine journée, dans son infirmerie, et devant un élève aurait fait exactement ça. Fort heureusement, les manières bruyantes du professeur Vidal étaient suffisamment distrayante pour qu’elle n’ait en plus besoin de relever la tête. Elle devrait peut-être ressayer la manœuvre en imaginant qu’elle tenait sa baguette, au lieu de la sentir à la fois si proche et si hors de portée.

Elle releva la tête et tendit une serviette en papier supplémentaire à son collègue d’un air absent.

« Alors, les mouvements de doigts sont les même que les mouvements de baguette ? »

Elle avait presque envie de joindre les doigts, comme les enfants moldus figurant un pistolet dans la cour de récré, pour imiter sa baguette. Combiner ses deux mains ensemble allait pourtant forcément l’obliger à expérimenter de nouvelles positions. Les explications de Monsieur Carmichael ne l’avançaient pas beaucoup plus, et elle haussa un peu les sourcils quand il passa au tutoiement. C’était vrai que toute leur discussion, et ce goûter improvisé les sortaient un peu de la formalité du cadre scolaire. Bon. Ce n’était pas très gênant pour cette fois. En revanche, elle devait avouer être un peu déçue par son manque d’enthousiasme à lui expliquer comment s’entraîner. Peut-être que c’était elle qui devait garder la tête froide. Elle se sentait beaucoup trop excitée, et si ça ne marchait pas, elle serait très déçue. Ce n’était pas en apprenant à agiter ses mains qu’elle effacerait tout ce qui lui était arrivé l’année précédente. La jeune femme se força à inspirer un grand coup. Elle allait aller faire des recherches à la bibliothèque, elle s’entraînerait, et elle verrait bien où ça la menait.

Elle posa sa tasse à demi-bue devant elle et décida de recommencer, juste une fois pour voir. Est-ce que le bout de ses doigts la picotait parce qu’elle sentait enfin quelque chose ou parce qu’elle ne pensait qu’à éprouver quelque chose de spécial dans ses phalanges ? Quoi qu’il en était, elle était presque certaine que les petits cercles concentriques se propageant à la surface de son thé n’étaient pas l’effet du hasard. Elle avait dû envoyer une petite onde magique vers son breuvage. C’était un début, un vrai début ! Ravie, elle releva la tête, un immense sourire aux lèvres, pile au moment où Damien utilisait sa langue pour attraper un biscuit.

« Monsieur Carmichael, enfin ! Ce n’est pas du tout hygiénique ! »

Sans compter que c’était très malpoli. Les yeux ronds, elle regarda son élève, qui, décidément, avait un peu trop vite pris ses aises, avant de chercher du soutient du regard auprès de Rafael.




Away from the cold winds of self-scrutiny

(c)Miss Pie

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Juin - 1:52
Rafael était heureux comme un coq en pâte avec son thé et ses gâteaux. S'il avait été plutôt rond pendant son enfance et son adolescence, son train de vie d'aventurier mais surtout sa nature distraite qui le faisait régulièrement oublier de se nourrir l'avaient considérablement asséché. Il était difficile de deviner qu'il avait autrefois été un petit garçon rondouillet (mais il faut dire que lorsqu'on grandissait dans une famille mexicaine il y avait toujours une abuela ou une tia pour vous rappeler de manger) mais il ne manquait jamais d'enthousiasme lorsqu'on lui offrait de quoi se sustanter. Goodkin lui proposait un délicieux goûter mais il l'honorait comme S'il s'était agit d'un véritable banquet. 

Perdu dans son appréciation des saveurs il releva cependant les yeux aux paroles de l'infirmière et s'empressa de secouer la tête. Quelques miettes s'échappèrent de sa barbe et s'envolèrent  tout autour de lui.

- No pas exactement le même. C'est différent mais faut les apprendre comme avec la baguette. Montre lui ahijado, continua-t-il en s'adressant cette fois à Damien, tu connais mieux que moi.

Sur ces belles paroles il se désintéressa de la leçon pour croquer à belles dents dans sa part de gâteau à la noix de coco. A ce rythme-là Il l'aurait terminé en deux autres bouchées. Ce qu'il fit après avoir prit une autre gorgée se son  thé "amélioré". Mais il n'était pas rassasié pour autant et profita que la jeune femme soit occupée pour se resservir une autre part aussi grosse que la première.

Il avait la bouche encore pleine quand une langue grenouillesque jaillit de la bouche du jeune élève pour s'emparer avec gourmandise de quelque gâteau. Il avait plus que l'habitude de voir son filleul agir de la sorte (cela faisait sensation aux dîners) mais c'est le visage abasourdi de Miss. Goodkin qui retint son attention. Le magizoologue trouva la situation fort amusante et en rit tellement qu'il commença à s'étouffer avec le gâteau spongieux. Il avait avalé de travers et quelques copeaux de coco lui grattaient furieusement la gorge. Il se recroquevilla sur sa chaise alors qu'il était assailli d'une vilaine toux que ses habitudes de fumeur de pipe ne rendait que plus rauque et bruyante. Même en s'étouffant de la sorte il ne pouvait s'arrêter de s'esclaffer si bien que quelques larmes coulaient à présent sur ses joues brunes. 

 


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
Contenu sponsorisé
 
[CLOS]Brûlure de "guerre" [Sophie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Premier Étage :: Infirmerie-
Sauter vers: