Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Schindler's list (LIBRE)

Aller en bas 
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 280
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 15:43

29 octobre

Elizabeth avait trouvé la bibliothèque bondée lorsqu’elle avait voulu rejoindre son repère de prédilection pour poursuivre ses recherches sur la prophétie des Parques. À l’approche d’Halloween, l’ensemble du corps professoral avait apparemment décidé de noyer les élèves sous des devoirs à rendre ; ses camarades de classe avaient donc pour la plupart envahit sa pièce préférée du château la poussant à chercher l’accalmie ailleurs. Elle avait flâné pendant de longues minutes dans les couloirs et dans ses pensées avant de s’arrêter devant la porte d’une salle de classe inutilisée dans les sous-sols. En tournant la poignée rouillée, elle avait trouvé derrière le lourd panneau de bois sombre une pièce éclairée uniquement par cette espèce de lueur verdâtre propre aux abysses de Poudlard. Sa simple entrée avait déplacé un nuage de poussière qui la fit toussoter un instant. Un piano trônait près d’une fenêtre troublée comme presque unique mobilier de la pièce. Sans doute, était-il le vestige de l’époque ou le Professeur Flitwick dirigeait la chorale de l’école et n’avait-il plus servi depuis à l’image de cette salle.

Elle s’installa sur le long tabouret dont le coussin de velours rouge semblait lui aussi avoir souffert des affres du temps si l’on en croyait les différentes nuances du tissu, des vestiges d’un rouge profond à un carmin sanglant. Beth n’avait jamais été particulièrement douée dans la pratique des arts et l’apprentissage du solfège n’avait été qu’une corvée de plus dans son éducation, elle était loin d’être une virtuose et ne jouait en général que pour elle-même. Ses doigts s’exercèrent machinalement sur quelques comptines enfantines dont elle avait mémorisé les principaux accords distractifs. Rapidement, elle laissa ses mains rejouer la dernière partition dont elle se souvenait, aux accents beaucoup plus mélancoliques. Le thème musical de la liste de Schindler trouvait un écho particulièrement douloureux dans ses souvenirs d’une guerre beaucoup trop semblable à celle commémorée par Spielberg. Elle se reprenait à chaque note avortée, comme si finir le morceau lui permettrait d’expier quelque chose de plus grand, regrettant de ne pas avoir des mains assez grandes pour pouvoir saisir toutes les subtilités harmoniques et autres extensions d’accord du titre.


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 73
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 17:50
Stu avait une affreuse mémoire qui lui jouait très souvent des tours. Il était par exemple certain que de temps en temps Max le faisait parfois payer plusieurs fois pour la même commission tout comme il était certain que quelque part par là se trouvait les cuisines. C’était la deuxième fois qu’il souhaitait s’y rendre de son plein grès mais il avait toujours autant de difficulté à se retrouver. Chaque pierres et sculptures qu’il croisait se ressemblaient. En réalité dans une telle obscurité rien et tout se ressemblait à la fois. Stuart déjà rendu à moitié aveugle par les tâches opaques qui se répandaient dans ses iris n’y voyait pas bien clair en plein jour dans les jardins du château, alors sous terre dans des longs couloirs mal éclairés il avançait à petits pas.

Le grand adulescent tirait machinalement sur les manches de sa veste trop large sans faire attention aux lacets défaits de ses chaussures qui manquaient de le faire trébucher à chaque nouvelle enjambée. Il avait les yeux plissés comme pour s’aider à distinguer mieux les formes. Le visage des élèves qu’il croisait dans les couloirs n’apparaissait que lorsqu’il passait juste à côté d’eux, comme la couleur des uniformes qu’ils portaient.
Il se souvenait d’un tableau. Qui devait se trouver quelque part. Il fallait faire quelque chose avec un tableau. Mais Stu ne savait plus du tout quel tableau ni ce qu’il fallait faire. Son errance ayant bien porté ses fruits une première fois, il pouvait tout à fait continuer sur cette voie. Stuart avait toujours faim tout le temps. Sauf le ‘après avoir mangé jusqu’à s’en rendre malade’ qui était un moment surtout dédié au regret ainsi qu’à de simple maux de ventre dans le meilleur des cas.

Son envie de manger fut cependant vite oubliée lorsqu’il entendit les premières notes d’une musique qui ne lui semblait pas tout à fait inconnue. Sans parvenir à savoir où il l’avait entendu (il ne prit pas le temps de savoir s’il l’avait déjà entendu tout court) Stu se fia à son oreille pour trouver la source du bruit et en deux pas se retrouva nez à nez avec une épaisse porte qu’il poussa bien vite.

La pièce n’était pas beaucoup mieux éclairée que le couloir mais Stu distingua la silhouette d’un élève et celle du fameux piano. Il salua la forme d’un rapide “Wotcha, mate !” enthousiaste avant de la rejoindre sur le banc et constata que c’était une jeune élève. Stuart lui adressa un sourire, dévoilant une dentition catastrophique et un large trou entre deux incisives. “C’lèd si t’y jwé alors qu’l’est po koddé, t’sais.” Comme pour souligner un point il appuya sur une touche de façon répétitive. “T’wa? C’vilin !” Le mélange du cajun et du cockney qu'il baragouinait n'avait aucune sonorité très agréable à l'oreille.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 280
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Avr - 14:33
Concentrée sur l’air qu’elle essayait tant bien que mal de reproduire, Beth se laissa surprendre par le grincement de la porte suivi par le son d’une voix enjouée. Ses doigts glissèrent vers la fausse note, transformant son fa dièse en une charmante dissonance sous l’effet de l’étonnement, alors que l’étrange (à défaut d’autres mots puisqu’elle ne le connaissait pas assez pour arrêter son jugement pourtant usuellement pressé) nouveau surveillant venait s’installer à ses côtés. Elle répondit à son sourire de travers par un air qui ne devait pas refléter grand-chose de plus que l’ahurissement le plus total. Elle n’avait pas prévu que quelqu’un se fasse spectateur de son défaillant talent. Même si elle l’avait imaginé, elle aurait plutôt vu le désagréable Professeur Mora venir réprimander sa présence dans les sous-sols et agrémenter ses soirées d’une retenue supplémentaire ou un Serpentard agacé sorti de sa salle commune adjacente (enfin qu’elle imaginait se situer à proximité même si elle n’avait aucune idée de son emplacement exact) pour lui recommander ardemment de bien vouloir faire taire ses élans artistiques.

Beth tenta tant bien que mal de comprendre le jargon dans lequel il s’exprimait sans remporter un franc succès. Il lui semblait tantôt y reconnaître les intonations saccadées qu’elle avait déjà eu le loisir d’entendre dans la bouche d’un moldu de l’Est londonien qu’elle avait connu plus tôt dans son adolescence, puis le mot suivant elle croyait identifier du français, langue dont elle ne maîtrisait qu’à peine les fondamentaux. Ne voulant pas que son silence ne devienne vexant, la jeune femme chercha à marier ses gestes et ses paroles pour y en trouver un sens.

L’accorder ? Finit-elle par penser comprendre, même si son air restait franchement interrogatif. Je pense c'est plus de ma faute que celle du piano si le rendu est mauvais. Elle s’était cantonnée à l’anglais plutôt que de s’aventurer à essayer de baragouiner sa langue inconnue, mais avait pris soin de s’exprimer avec une lenteur presque exagérée, troquant la préciosité de ses expressions pour des mots simples. Et puis… je ne sais pas comment faire.

Elle était presque gênée de son ignorance alors qu’elle prononçait doucement cette dernière phrase. Elle n’était pas assez bonne musicienne pour pouvoir prétendre connaître parfaitement son instrument et avait été bien trop assistée dans son apprentissage pour savoir comment l’entretenir. Harmoniser les sons d’un piano n’était certainement pas le problème d’une petite fille fortunée qui n’avait qu’à profiter du travail des autres. Beth se rendait bien compte des lacunes que lui avait apportées une vie facilitée par l’argent, qu’il s’agisse d’accorder un piano ou d’avoir des relations sociales normales. Il était difficile d’entretenir le mensonge que tout s’achetait quand on se retrouvait face à soi-même.


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.


Dernière édition par Elizabeth Fitzduncan le Dim 10 Juin - 21:27, édité 1 fois
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 73
Ft : Noah Schnapp

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 0:06
Stu ne s’attarda pas très longtemps sur les yeux ronds d’Elizabeth qui était comme deux points ponctuant son air surpris gravé sur son joli visage de princesse. Il posa ses longs doigts aux ongles colorés de bleu, orange, rose et autres couleurs fantasques pour jouer quelques accords dissonants. Il releva la tête vers elle lorsqu’elle prit enfin la parole et acquiesça après qu’elle eut accouché de son premier mot. Stuart souriait toujours comme un idiot, on pouvait apercevoir quelques dents en or dans sa bouche. Il perdit son expression béate lorsque l’élève de la maison des bleus (Stuart n’avait pas encore prit la peine d’apprendre le nom des quatre maison de l’école) rejeta la faute de sa mélodie faussée sur elle plutôt que l’instrument. Stu ne s’offusqua pas de la façon qu’avait la jeune fille à découper ses mots par syllabes, parlant au ralenti et en articulant comme on parle à un enfant particulièrement lent d’esprit. C’était quelque chose dont il avait maintenant l’habitude et qu’il ne notait même plus.

Pour la seconde fois il entreprit de faire chanter l’instrument de musique mais celui-ci se contenta encore une fois d’un enchaînement de cri assez abominables, ce qui ne sembla pas déranger le pion qui s’improvisait musicien. C’est po accordé sans faire trop attention il singeait sa façon de parler bien qu’il fut incapable de se débarrasser du cockney qui enveloppait sa bouillie de mots. Si to joues mal enpu c’est sur qu’c’est encore plus lèd Stuart s’arrêta de torturer la pauvre bête en cèdre blessée et s’étira de tout son long, manquant de frapper l’élève à cause de son inattention et leur proximité. Son esprit sauta complètement l’incapacité de la jeune fille à accorder un piano, son subconscient ayant certainement deviné que le sujet le lasserait bien vite.

Une fois de plus le surveillant se tourna vers la demoiselle. Il n’était pas surpris ni gêné d’être aussi serré contre elle, fesse contre fesse sur le petit banc poussiéreux. Kofè toute seule isit ? To pas lami ? To trist ou quoi ? On lui avait longuement parlé des difficultés de certains élèves à reprendre une vie normale suite aux évènements (encore bien flous dans son petit esprit) de l’année précédente. Peut-être que celle-ci était aussi en pleine dépression.
Contenu sponsorisé
 
Schindler's list (LIBRE)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Rps abandonnés-
Sauter vers: