Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

[COURS] Soins aux Créatures Magiques - Le Grinchebourdon (3e, 4e et 5e années)

Aller en bas 
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Avr - 15:22
Lundi 19 Octobre 1998
Rafael était plutôt satisfait de la petite mise en place de son cours. Pour commencer il avait obtenu que la classe de Soins aux Créatures Magiques se tiennent en extérieur (en vérité le regard que lui avait lancé la directrice quand il lui en avait fait la requête lui avait fait se demander si ce n’était pas déjà le cas avec ses prédécesseurs, il aurait peut-être dû demander avant). Ce jour-là il ne pleuvait pas mais de gros nuages assombrissaient le ciel, et le magizoologue avait préféré étendre une immense tente au-dessus de ce qui allait être le sujet de son cours, juste par précaution. Il avait probablement plus peur de mouiller ses bestioles que ses élèves d’ailleurs.

Sous la toiture en toile épaisse beige se tenait une ruche immense, qui devait faire environ trois ou quatre mètres de haut. Elle ressemblait à un gigantesque panier renversé et son diamètre à la base devait bien faire dans les deux mètres. Elle était percée de milliers de petits trous par lesquels les insectes bourdonnants allaient et venaient allègrement. D’ailleurs, l’activité des abeilles était telle, et le bruit de leurs ailes si assourdissant qu’il fallait s’éloigner de la ruche de quelques pas afin de pouvoir s’entendre parler sans crier. C’est d’ailleurs ce qu’avait fait Rafael qui se tenait à une certaine distance de ce moteur constitué de milliard d’ailes. Il attendait ses élèves, habillé dans une combinaison étrange couleur jaune vif, dont la consistance n’était pas sans rappeler le caoutchouc. Il y avait d’ailleurs posé à côté de lui tout un tas de ces mêmes combinaisons et plein de casques de toutes les couleurs qui ressemblaient à des casques de moto dont la visière aurait été remplacée par une grille au maillage fin.

Le Professeur Vidal rassembla ses élèves autour de lui, et attendit encore quelques secondes que se pressent les retardataires qu’il voyaient arriver au loin.

- Bienvenu, bienvenue ! Vous m’entendez bien ? dit-il en parlant haut et fort de sa voix un peu éraillée, aujourd’hui nous allons apprendre à recueillir de la sécrétion de… de Grinchebourdon. C’est ça.

Il pointa du doigt le gros tas de caoutchouc jaunâtre et le tas multicolore de casques qui trainaient dans l’herbe telle une montagne d’œufs de Pâques géants.

- Mais d’abord il faut que vous enfiliez ça, chacun un. Et prenez un casque mais ne le mettez pas tout de suite sinon vous n’entendrez plus rien. Ah et mettez vos gants en peau de dragon. J’espère que vous avez pas oublié.

Il laissa les élèves se disperser, et leur laissa quelques minutes pour se changer en sifflotant gaîment. De temps en temps il allait aider un élève qui l’appelait parce que la fermeture de sa combinaison était coincée ou un autre momentanément privé du sens de la vue parce qu’il avait voulu essayer un casque et l’avait enfilé à l’envers, se coinçant la tête dedans par la même occasion.

Une fois tous ses élèves habillés et de nouveaux alignés devant lui dans leur belle combi et leur casque sous le bras, le magizoologue commença à leur donner les premières informations sur l’animal qu’ils allaient étudier ce jour-là.

- Alors les Grinchebourdons sont des petits insectes qui ressemblent beaucoup à des abeilles, est-ce que quelqu’un connaît comment les différencier hé ?

Il sourit à l’assemblée en attendant de voir si quelqu’un voulait bien répondre à sa question.

- Aujourd’hui nous allons récupérer leur sécrétion dans leur dard. C’est très utile est-ce que quelqu’un sait à quoi ça sert ?

Le cours commençait doucement par quelques questions pour les mettre dans le bain, mais Rafael avait hâte de passer aux travaux pratiques.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Avr - 16:49
Techniquement, Margaret n’avait rien à faire là. Les Soins aux Créatures Magiques n’étaient pas une option portée à son emploi du temps, et Merlin savait que si elle s’en tenait à son programme de BUSE, elle aurait déjà assez à faire. Cependant, elle n’avait pas de regret à avoir fait un peu de place dans son emploi du temps chargé lorsque Damien lui avait assuré que n’importe qui pouvait venir aux cours de son parrain. D’abord parce qu’elle était curieuse de voir à quoi ressemblait le cours du professeur Vidal. Elle l’avait rencontré pour la première fois chez les Carmichael, lors de son séjour estival, et avait trouvé le personnage aussi fantasque que sympathique. Ses anecdotes l’avaient intéressée à une matière à laquelle elle ne connaissait rien. Il fallait dire que dans le contexte, c’était beaucoup plus intéressant, les créatures qu’elle avait croisé en Afrique lui semblait beaucoup plus exotiques et rares que celles présentées à Poudlard.

La deuxième raison était moins joyeuse. Elle savait que sa sœur Catriona, et Hippolyte Avery avaient ce cours en commun, et elle tenait à les surveiller. Etrangement, Meg n’avait pas vraiment peur pour elle-même face au cadet Avery, alors même qu’ils partageaient la même salle commune, la même grande table et avaient énormément de cours en commun. Elle savait ce qu’il avait fait à Tiberius, et il savait qu’elle savait. Ce nouveau secret avait profondément changé leurs rapports, quoi qu’ils maintiennent en apparence la même politesse glaciale. Si jamais elle décidait de trahir la parole qu’elle avait donné à Tiberius, ou s’il l’en libérait, elle pouvait détruire son avenir d’un seul mot. Vu la violence de ses actes, nul doute qu’il aurait été renvoyé, et sans BUSE, sa baguette aurait peut-être été détruite, dans le pire des scénarios possibles. Face à un tel pouvoir potentiel, elle aurait dû avoir peur qu’il ne cherche à la faire taire définitivement, mais paradoxalement, c’était surtout pour Cat qu’elle s’inquiétait. Sa jeune sœur aimait beaucoup Hippolyte, elle le savait. Beaucoup trop. Ils passaient beaucoup de temps ensemble, et elle avait bien vu comment Catriona minaudait près de lui, essayant sans avoir trop l’air d’y toucher de lui demander de petits services. Les intentions de sa sœur étaient plus maladroites que mauvaises, et jusqu’à présent, Hippolyte semblait avoir eu son propre petit jeu à son égard, mais s’il se lassait soudain d’elle ? Si elle se mettait à l’irriter et qu’il perdait le contrôle face à elle ? L’image mentale qu’elle avait d’une telle scène était insupportable, et pas loin de la faire vomir.

Aujourd’hui, elle était donc venue pour chaperonnée sa sœur. Elle lui avait demandé de se tenir à distance, mais elle ne pouvait pas décemment lui donner d’explication sans trahir la promesse qu’elle avait faite à Tiberius et ses raisons étaient donc bancales. Cat s’était échauffée et rebellée face à ce qu’elle voyait comme une intrusion d’une aînée trop sermonneuse, et Meg ne savait plus sur quel pied danser pour la protéger sans se la mettre à dos définitivement ou pire, la pousser dans les bras d’Hippolyte par pur sens du défi. Sans lui demander son avis, elle aida sa sœur à enfiler sa combinaison, sa présence proche servant apparemment de repoussoir au Serdaigle. Parfait. Meg enfila également sa combinaison, trop préoccupée pour se sentir gênée du fait que celle-ci avait deux jambes. Elle n’avait pas grand-chose à faire des Grinchebourdons, malgré la voix si agréable du professeur Vidal, et ne chercha pas à répondre à la question, se contentant de repérer Hippolyte, et la couleur du casque qu’il tenait à la main, parmi la foule d’élèves, histoire d’être certaine qu’il ne viendrait pas vers elles.


avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 100
Ft : Louis Hofmann

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Avr - 20:09
Le soleil était bien caché par les nuages, et il menaçait de pleuvoir à tout moment. Aaron venait de passer son nez par la grande porte, il resta d’abord figé sur place, observant tout les alentours du vieux château, avant de se mettre en route pour son cour de soins aux créatures magiques. Le jeune homme ne mit pas longtemps avant d’apercevoir la grande tente qui avait été érigé pour l’occasion. Le prof était quelqu’un de lucide alors, il avait du prévoir le coup de la pluie. Il arriva enfin près du grand chapiteau et fut étonné de voir une énorme ruche qui occupait toute la place sous celui-ci. La grande tente n’était donc pas pour les élèves, mais qu’importe, la pluie ne l’inquiétait pas plus que ça. Le cours ne tarda pas à commencer, mais voilà que le prof demande d’enfiler de vielles combinaison jaune qui avaient de vieux relent de sueur. L’idée même de toucher ces vieux déchets fit frissonner.

Aaron en pris une au hasard et, non sans dégout, réussi à glisser un de ses pieds au bon emplacement. La deuxième jambe posa un peu plus problème. Sautillant sur un pied, il essayait de la faire passer mais rien n’y faisait. Le serpentard finit par glisser sur de l’herbe un peu humide et se retrouva en à peine quelques seconde la face dans la boue. Il s’essuya rapidement avec le revers de sa main, puis se releva dignement.

Une fois complètement équipé, son attention se riva sur une des petites bêtes qui s’était posé à ses pieds. Curieux, Aaron se pencha doucement vers ce, afin d’avoir un meilleur point de vue sur la créature. La bête n’avait soit pas peur du sorcier, soit elle ne l’avait pas vu, puisque très rapidement, le serpentard s’était retrouvé avec la bestiole entre les mains.
avatar
Invité
Invité
Lun 14 Mai - 10:33
Que faisait-il là, lui, qui avait déjà du mal à parfois sociabiliser avec ses semblables ? Aeron n’était pas sûr lui-même. Mais le mot « magiques » dans Soins aux créatures magiques, l’avait attiré comme une abeille devant une fleur pleine de pollen.
Cela faisait partie des cours qu’il avait choisis d’avoir, lorsque l’heure avait été à faire un choix. Ca, et surtout l’astronomie et l’arithmancie. Des cours plus logiques qui siait à son esprit peu créatif, qui avait besoin de réfléchir constamment, et de se remplir de connaissances toutes plus diverses les unes que les autres.

Aeron appréciait pourtant le cours de Soins. Peut-être parce que lui-même était une sorte de créature étrange qu’il fallait apprivoiser d’une certaine façon pour parvenir à créer une connexion. Enfin, il s’était largement amélioré de ce point de vue là depuis quelques années, mais… Il en restait qu’il avait toujours du mal.
Aeron observa les combinaisons, le professeur, les élèves, les sortes d’abeilles au fond, et il se douta de quoi ils allaient parler ce jour-là. A peu près. Il s’était renseigné déjà sur les créatures, via des livres, qu’ils soient ceux demandés par les professeurs, ou d’autres.
Et même si ce n’était pas le sujet qu’il retenait le mieux comparé à d’autres, il avait encore quelques connaissances restées ancrées dans son esprit.

Il alla prendre une combinaison quand ce fut le moment, et obéit quant au fait de ne pas essayer le casque. Précautionneux dans ses gestes, Aeron ne se pressa pas, fit attention, et parvint sans mal à fermer la combinaison. Mais son regard restait plongé dans celui des abeilles au loin. Enfin… Plutôt les Grinchebourdons

Le professeur en parla, et bien évidemment, posa des questions sur ces créatures. Aeron fit travailler sa mémoire.

- Je ne sais pas comment les différencier, mais je sais…Je sais que leur secrétion sert d’antidote contre l’hystérie.

Il lui semblait oublier un détail, et il détestait ce fait. Aeron n’aimait pas quand il oubliait quelque chose, et il se sentit mal, regrettant d’être dans une combinaison, ne pouvant plus atteindre la bille qui parvenait à le détendre pour sa brillance. A la place il se concentra sur tout ce qui pouvait être brillant aux alentours… Et autant dire qu’un essaim de Grinchebourdon qui agitait des ailes, avait quelque chose de légèrement brillant.
Cela le détendit. Ca, et le balancement qu’il fit sans s’en rendre compte.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 2:56



Rafael observait tranquillement le petit groupe d'élèves en tenues caoutchouteuses bigarées qui se tenait devant lui. Il attendait patiemment qu'on lui offre quelques réponses à ses questions mais apparement les jeunes gens jouaient les timides aujourd'hui et les participation furent plus que rares. En vérité un seul élève osa prendre la parole. Mais le magizoologue était loin d'être désarçonné par le silence timide de ses élèves et était tout au contraire bien content de la participation du jeune Serdaigle. Son habituel sourire aux lèvres il hochait joyeusement la tête en écoutant ce qu'il avait à dire.

- Oui, oui c'est bien ça ! C'est vrai que la mélasse qu'il sécrètent rend melancólico et c'est un bon remède contre l'hystérie bien ! C'est 2 points pour Serdaigle !

Ses yeux arpentère de nouveau le petit groupe et il remarqua un autre élève penché sur un des insectes qu'ils allaient justement étudier. Il l'observe faire, alors qu'il prenait le grinchebourdons dans les mains sans frémir. Rafael s'approcha de lui sans bruit et dit d'une voix douce pour ne pas effrayer l'animal :

- Les animaux t'aiment bien on dirait. Tu veux bien t'approcher un peu pour montrer le grinchebourdon aux autres ?

Tout heureux d'avoir trouvé un élève qui semblait apprécier la nature autant que lui il entreprit de se lancer dans quelques explications sur les particularités physiques de l'insecte.

- Vous voyez le grinchebourdon est un peu plus gros que les abeilles et il est entièrement gris. Du coup quand ils envahissent les ruches on ne s'en rend pas tout de suite compte si on ne fait pas attention et ça fait des problèmes. Les grinchebourdons chassent les abeilles de leurs nids qui ne peuvent plus produire leur lien et ça n'arrange pas les apiculteurs. Du coup aujourd'hui je vais vous montrer comment débarrasser une ruche des grinchebourdons et ensuite récupérer leur sécrétion pour soigner l'hystérie si vous le faites bien il y aura une surprise pour tout le monde !

En ayant fini avec l'introduction de son cours il se tourna vers le jeune garçon qui tenait le grinchebourdon dans les mains.

- Un point pour serpentard pour la présentation. Et n'oubliez pas de mettre vos gants s'il te pique tu deviendras triste.

Il fit ensuite signe a tous ses élèves de se rapprocher. Les explications sérieuses allaient commencer.

- Vous allez devoir repérer les grinchebourdons dans la ruche et leur lancer un immobilus et vous les mettrez dans les boîtes, il désigna les fameuses petites boîtes posées en tas sur un établi en retrait, une chacun hé ! Quand vous en aurez récupéré une petite dizaine on passera à la suite du cours.

Il passa rapidement en revu ses pupilles pour voir s'il y avait des questions puis leur dit de mettre leur casque et leurs gants pour ensuite prendre la tête du groupe et les mener vers la gigantesque ruche.
Citation :

RÈGLES :

Pour cette phase du cours je vous demande d'aller lancer un dé sortilège dans le sujet prévu a cet effet -->ICI
Vous répondrez ensuite au sujet en prenant compte de votre résultat (réussi ou raté, n'oubliez pas que vous avez le droit de relancer si vous tombez sur le "essaie encore" ).
- Si vous réussissez le sort du premier coup il vous sera ajouté dans votre inventaire.
- Si vous ratez il y aura un tour de rattrapage!
- Si vous possédez déjà le sort IMMOBILUS vous n'êtes pas obligés de lancer le dé et vous pouvez considérer que votre personnage réussi son sort d'office.




"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 8:36
Meg suivait du coin de l’œil le début du cours. C’était difficile de maintenir une apparence calme quand elle ne cessait en réalité de se retourner pour jeter des coups d’œil nerveux autour d’elle. Face au regard mauvais que lui jetait sa sœur, elle se força à rester immobile, consciente de la présente d’Hippolyte dans leur dos. Il ne s’approcherait pas, et elle devait cesser de se donner en spectacle, où elle trahirait la promesse qu’elle avait faite à Tiberius.

Il valait mieux qu’elle se concentre sur le cours. Affublée de sa combinaison, elle ne pouvait évidemment pas prendre de notes, mais c’était sans importance, puisqu’elle ne passerait jamais un examen sur les Grinchebourdons. Toutefois, elle regrettait l’absence de ses habituels plume et parchemin. Le rituel, l’odeur de l’encre auraient eu un effet apaisant sur elle, elle en était certaine.

Un antidote contre l’hystérie ? Meg regarda Aeron en songeant qu’elle devrait peut-être se laisser piquer volontairement, si ça sortait les frères Avery de son esprit. Quoique… Elle n’avait pas besoin de se retrouver toute déprimée par dessus le marché. Il allait falloir qu’elle arrête de se ronger les sangs pour sa sœur toute seule. Cherchant à se distraire, elle adressa un sourire chaleureux à son camarade venant de rapporter deux points à leur maison, et ce simple geste la fit se sentir un peu mieux. C’était étrange de penser qu’Aeron, qui avait toujours été dans son année, était désormais dans la classe du dessous. Il était gentil, quoi qu’un peu étrange. Meg aimait sa manière de considérer la magie comme quelque chose de tangible et fini, et s’amusait toujours quand c’était à elle qu’il demandait des précisions sur le monde moldu. Elle avait essayé de lui expliquer cent fois qu’elle n’était pas compétente dans ce domaine, avant de se prendre au jeu. C’était comme dans le jeu de rôle de Billie, Muggle Reanimated. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était se glisser quelques minutes dans la peau d’un moldu et prétendre qu’elle savait de quoi elle parlait. De toute manière, Aeron semblait se satisfaire de ses explications, et une grande partie de ses questions concernaient plus les interactions sociales en général que la culture moldue alors quel mal y avait-il à ça ? Meg n’ayant jamais réellement vécu dans le monde moldu, elle ne pouvait pas se rendre compte des différences immenses de paradigmes sociaux entre les deux cultures qui faisaient que certaines réactions appropriées dans le monde sorcier (par exemple, éclater de rire lorsqu’un enfant se défenestrait accidentellement, ou la banalité des mariages arrangés) ne l’étaient pas là où la magie n’existait pas. Toutefois, ses réponses à Aeron avaient toujours été de bonne foi.

Enfin quelque chose à faire ! La Serdaigle était heureuse d’avoir quelque chose sur lequel se concentrer, même si le quelque chose était ramasser des Grinchebourdons, une tâche qui ne l’attirait pas particulièrement. Elle enfila docilement son casque, qu’elle ne trouva pas très agréable à porter (on aurait dit un corset pour la tête) et laissa passer devant elle les élèves plus jeunes le temps d’aller chercher deux boîtes, avant de s’approcher à son tour de la ruche, talonnant une Catriona qui boudait toujours. Elle tendit une boîte à Cat avec un sourire d’excuse… mais avec le casque, la communication non-verbale était mal-aisée.

« Immobilus ! »


Au moins, les petites bestioles bourdonnantes se figèrent devant elle de manière fort satisfaisante. Elle prit le temps d’examiner attentivement la poignée d’insectes suspendus dans les airs à la hauteur de son nez, le temps d’identifier l’intrus. Avec un mélange de délicatesse respectueuse et de dégoût, elle saisit le Grinchebourdon découvert et le déposa dans sa boîte.


avatar
Invité
Invité
Sam 26 Mai - 2:24
Hau avait eu du mal à trouver l'emplacement du cour. Bien que la tente prônait plutôt en évidence au dehors il s'était quand même demandé si c'était bien ici. On lui avait raconté que c'était un cour en plein air, alors lui s'attendait à un vrai cour en plein air. Il tira un peu la moue quand il constata vite fait qu'il n'y avait pas l'ombre d'un uniforme dehors, il en conclu vite que les autres devaient être à l'intérieur.
Entrouvrant l'entrée, le polynésien jeta un œil à l'intérieur histoire balayer la pièce du regard et de voir à qui il avait affaire exactement. Il avait eu de la chance de débarquer au moment où les derniers élèves peinaient à enfiler leur combinaisons dont la couleur jaune vive et la silhouette globale n'était pas sans rappeler Lala des teletubbies, il comprit de lui même ce qu'il y avait à faire. Le spectacle d'adolescents sautillants sur un pied en tentant de revêtir les vêtements de protection était plutôt comique mais le jeune gryffondor ne pouvait pas s'attarder dessus bien qu'il aurait aimé, il se contenta de sourire sans rien dire. D'un geste il attrapa l'attirail ainsi qu'un casque bleu, sa couleur préférée, puis préféra ne pas rester trop en retrait histoire de suivre distraitement tandis qu'il se préparait tranquillement.

Le professeur avait l'air plutôt sympa à première vue, bien que son accent chantant rendait la compréhension un peu plus difficile pour le polynésien. Il était en train de présenter un des sujets du jour aux côté d'un blond dont il était difficile de déterminer la maison auquel il appartenait à cause des tenues que tout le monde portait. C'était un genre de grosse abeille grise dont Hau avait déjà eu l'occasion de voir des illustration dans un livre d'école qu'il tenait dans les mains ça faisait moins peur en vrai qu'en dessin. Faute d'avoir été attentif ce jour là il ne se souvenait pas tout à fait du nom mais il se doutait bien que ça allait être répété durant l'heure.
Sitôt les consignes de l'exercice avaient été données que le petit gryffondor s'exécuta, quoi qu'il avait déjà été surpassé par quelqu'un d'autre qui fit une démonstration parfaite. Il prit une des boîtes puis tira sa baguette. Il n'avait jamais lancé le sors demandé, il préféra cependant viser l'autre côté de la ruche grouillonante qui n'avait pas été touché par le précédent sort, histoire de montrer que lui aussi pouvait l'faire.

A sa grande surprise le sort fit mouche et les pauvres insectes touchés furent comme gelés sur place.  Imitant le candidat précédent, il chercha les intrus parmi les insectes puis les extirpa pour les ranger dans sa boîte.

- Eh monsieur t'as vu ce que j'ai fais ? C'est bien comme ça?

avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 100
Ft : Louis Hofmann

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Mai - 13:19
Son attention complètement centrée sur la petite bestiole qui se promenait sur la paume de sa main, le jeune serpentard n'avais pas suivi ne serait-ce qu'une seule seconde le cours de SAMM, c'est pourquoi il n'avait pas du tout fait attention à la question posée ou encore à l'approche furtive de son professeur. Il frémit donc très légèrement lorsque monsieur Vidal lui adressa la parole. Soulagé d'apprendre qu'il ne s'agissait pas d'une réprimande, il s'exécuta bien volontier, montrant sa découverte à qui voulait bien voir. Ses joues avaient abordé une petite teinte rouge très discrète alors qu'il écoutait cette fois avec attention les moindres paroles du professeur. Aaron aimait de plus en plus cet étrange personnage dont la bonne humeur était contaminante. Une fois la présentation finie, il laissa la créature s'envoler et l'observa quelques temps s'éloigner, s'assurant au passage qu'aucun élève maladroit ne lui fasse du mal. Un énorme sourire franc sur le visage, il se dirigea d'un pas satisfait vers les boites désignées par le grand bonhomme. Même si la progression n'était pas très importante, le jeune préfet était quand même bien content d'avoir réussi à gagner des points à sa maison. En plus, serpentard était premier de beaucoup en ce moment, après une remontée fulgurante depuis la dernière place. Cette année allait être une bonne année.

Une fois au niveau de l'établi, il aperçut un visage familier sur le point d'enfiler son casque. Meg ? Il attrapa rapidement ses deux boites avant de se positionner un peu à l'écart du grand groupe qui s'amassait autour de la table, sans pour autant la quitter du regard. Elle n'a rien à faire ici, elle n'est même pas inscrite à ce cours. La serdaigle devait avoir quelque chose derrière la tête, mais quoi ? Le jeune préfet se rappela alors que la plus jeune des Bride participait, elle, légalement au cours. Un bon nombre de théories fusèrent dans la tête du sorcier, et celle qui faisait le plus de sens par rapport à la situation était l'hypothèse que Meg ait peur pour la sécurité de Catriona. Aaron attendit donc que son amie finisse sa prestation magique avant de s'approcher discrètement. Malgré le fait qu'il ne s'agissait pas de sa matière, elle appliquait les instructions de Vidal méticuleusement, toujours avec son sérieux habituel. Une fois à son niveau, il lui adressa la parole tout en évitant de parler trop fort pour pas que sa couverture ne soit grillée.  

Qu'est-ce qui se passe ? Je ne t'ai jamais vu dans ce cours auparavant, il y a un problème ? Tu sais, Cat n'as rien à craindre, Monsieur Vidal sait ce qu'il fait, et au pire, si tu veux, je peux garder un œil sur elle si ça te rassure.

Pendant qu'il parlait, il s'était tourné vers l'essaim pour lui-même lancer immobilius. Le sortilège réalisé avec la perfection, il ramassa les Grinchebourdon figées avant de se retourner vers la serdaigle, attendant la réponse.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 220
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 2:08
Samgar avait passé l'année précédente à se demander pourquoi il avait opté pour cette matière la dans son agenda. Par défaut ? Parce que ses potes l'y avaient poussés ? Parce qu'il avait entendu dire qu'Hagrid était un prof tellement bon que des élèves se retrouvaient régulièrement à l'infirmerie ? Un peu de tout ça sans doute. Mais l'an passé Hagrid n'avait pas donné cours. Quel dommage... Il n'avait donc pas put voir ce lourdaud de prof leur présenter des créatures de plus en plus dangereuse dans un semblant de cours peu organisé. Ca aurait pourtant été génial, découvrir des créatures comme les hippogriffes ou pourquoi pas des dragons. Oui, il était persuadé qu'en dernière année Hagrid donnerait un cours sur les dragons. L'ancien professeur était d'ailleurs réputé pour l'amour qu'il leur portait. L'année avant son arrivée en première, il y avait eut le tournoi et visiblement des dragons. Samgar regrettait de ne pas avoir put y assister.

Il était arrivé au cours à l'heure, ni en avance ni en retard. Il avait pris son temps en marchant pour ne pas arriver trop tôt. Il ne pleuvait pas mais le temps n'était pas non plus des plus beaux. Un peu de pluie n'était pas totalement impossible. En arrivant au point de rendez-vous, c'est à dire la tente, il retrouva deux trois amis de son groupe le plus intime. Puis le professeur ne tarda pas à prendre la parole pour leur expliquer le cours de la journée.

Sam attrapa l'une des combinaisons, presque du bout des doigts. Il la renifla rapidement pour s'assurer qu'il n'y avait pas de signe de transpiration. Dans le doute il préféra tout de même lancer un rapide sort de nettoyage. Il fit pareil avec le casque, préférent éviter de se retrouver avec des poux ou un bouton de fièvre sorcier. Magie de la paranoïa. Après que le prof leur en ait donné la permission, il enfila le casque coloré et s'approcha, un peu timidement, vers les abeilles. Il fallait repérer un grinchebourdon et il ne tarda pas à en trouver un. Avec ses gants neufs dernier cri, il prit sa baguette et lança le sort demandé mais loupa sa cible qui bougea au dernier moment. Immobiliser du vent ce n'était pas très utile en fin de compte. Alors Sam se mit à faire une petite moue boudeuse. S'il n'arrivait pas à lancer le sort correctement ce n'était pas sa faute mais celle du cours. Ce cours était nul...


Modérateur



avatar
Invité
Invité
Lun 28 Mai - 3:26
En se dirigeant vers le cours de soins aux créatures magiques, Catriona ne sut ce qui était ici le plus irritant : la présence tout inquisitrice de sa sœur à une option qu’elle ne suivait pas, la façon dont Hippolyte l’évitait depuis plusieurs jours ou encore l’horrible tenue que leur proposait de revêtir le charmant et fantasque professeur Vidal.

Tandis que la leçon débutait, la blonde se laissa aller à un froncement de sourcils dépité, le tissu infâme entre ses doigts. « Mais professeur… c’est … c’est marron. » Ce n’était pas une couleur ça, il s’en rendait compte tout de même ? C’était un fruit d’automne à peine capable de rester sur son arbre.

(Elle avait bien lu dans les feuilles de thé que toute cette semaine serait aussi vilaine qu’une selkie irritée.)

Heureusement, l’annonce des créatures à venir eut l’heur de la distraire et elle eut un hoquet d’indignation immédiat en entendant parler des grinchebourdons. « Alors c’est parce qu’elles permettent de soigner quelque chose qu’on les tolère ? Malgré le fait que ce soit dangereux pour les abeilles et le miel ? Ça ne semble pas très juste pour les abeilles... »  C’était surtout au miel qu’elle pensait rêveusement en refermant l’horrible combinaison un peu trop grande, peu convaincue du bien fondé de l’existence des grinchebourdons.  « C’est un peu étrange non ? Que quelque chose de bénéfique et de jolie soit si nuisible pour autrui. » Elle eut un petit mouvement de tête inconséquent avant de se rapprocher de l’enseignant, prenant fortement garde à ne pas trop surveiller du coin de l’œil sa sœur et son ami. En vain. L’agacement perlait au bout des cils tandis que les minutes passaient. Tout les deux la jugeaient-ils sotte ? Meg n’avait donc pas confiance en ces capacités pour la coller à ce point-là ? Quant à Hippolyte, il lui était tout bonnement impossible de comprendre pourquoi il l’évitait ainsi.

Méchants. Tous.

« Flûte ! » Elle fronça le nez en voyant le nouveau gryffondor réussir si bien son sortilège alors qu’elle était encore en train de chercher ses gants. « Tu sais ce qu’ils méritent ? Que je me fasse piquer et que je me mette à pleurer. Et alors je dirais que c’est de leurs fautes à tous les deux ! » Sam n’était pas loin mais elle n’était pas certaine qu’il l’entende sous le lourd casque. Catriona jeta une œillade pleine de furibond ressentiment vers son élégante sœur, avant de chercher distraitement à lancer un sort qui hoqueta de manière fort pathétique entre les petites créatures ailées. La bouche se fit toute ronde sous la déception.

Décidément, rien ne se passait comme prévu.

Rajustant d'un mouvement discret le pantalon fadasse qui lui glissait à la taille, elle hocha la tête doctement, un froissement de lèvres tout léger en guise de plaisanterie. « Sam, les grinchebourdons de ce côté n'ont aucun savoir-vivre. Ils refusent de se laisser toucher. »

Ce n’était pas eux le problème, évidemment.

avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Mai - 14:56
Rafael faisait les cent pas autour de la ruche, slalomant entre les élèves en prodiguant conseils et instructions. Dans l'ensemble les élèves se debrouillaient bien et les insectes gris commençaient à s'accumuler dans les petites boîtes prévues à cet effet. Les abeilles figées en plein vol se faisaient également de plus en plus nombreuses mais Rafael ne se faisaient pas trop de soucis pour elles, peu à peu elles sortiraient de leur torpeur tranquille sans aucun souvenir de ce qui leur était arrivé. L'immobilus avait le bon goût de ne pas stresser ces petites ouvrières productrices de miel.

Alors qu'il passait auprès du jeune Hau, le garçon parti dans une grande exclamation de joie visiblement tout fier du sort qu'il venait d'exécuter à la perfection. Rafael hocha la tête avec un grand sourire encourageant.

- C'est bien Señor Arii, tu es doué pour les sorts, hé !

Le magizoologue appréciait sincèrement le jeune garçon et n'avait pas eu trop de mal à se rappeler son nom et sa bouille qui détonnait tout autant que lui dans la grisaille écossaise. La vie était simple avec Arii, les conversations étaient légères et les sourires nombreux. Il comprenait le jeune gryffondor plus que n'importe quel élève dans cette école et à vrai dire il avait parfois l'impression de voir en lui peu jeune garçon qu'il avait été autrefois, fraîchement débarqué à Ilvermorny qui lui avait parut bien morose après deux ans sous les tropiques de Castelobruxo. Rafael n'ignorait pas  que Hau venait tout droit des îles de Polynésie aux eaux des lagons bleues turquoise, maison de poissons multicolores et où faune, flore et humains vivaient encore relativement en paix. Cela avait été son dernier voyage avant de s'emmurer dans les pierres  grises et froides du château pluri-centenaire. Et bien qu'il n'aurait jamais regretté ce sacrifice qu'il avait fait pour sa fille, ce séjour avorté lui laissait une désagréable sensation d'inachevé que la bonne humeur rayonnante et la simplicité tranquille de Hau arrivait à calmer quelque peu.

Après un dernier pouce en l'air pour exprimer son contentement, il continua son petit tour de ruche. Il pu assister de quelques pas à la frustration d'un de ses jeunes élèves face à son sort raté. Il s'approcha de lui pour lui donner quelques conseil.

- Regarde, vous pouvez pas viser un seul grinchebourdon à la fois, ils vont trop vite, commença-t-il en hurlant comme un fou furieux pour se faire entendre malgré le casque qui couvrait le visage du garçon, visez large plutôt, la zone là où il vole !

Il leva sa baguette pour démontrer ses propos et gela dans l'air une petite poignée d'abeilles au milieu desquelles flottait à présent le gros insecte gris. Il le prit délicatement au milieu de ses paumes en prenant soin de ne pas lui froisser les ailes et lui dit rejoindre la boîte du jeune homme.

- Allez à vous !

Il lui tapota doucement le dos et s'éloigna pour rejoindre une demoiselle à deux pas de là qui n'en menait pas beaucoup plus large. Le ton de sa voix lui était familier malgré le fait qu'il lui provenait du casque de manière étouffée.

- C'est toi la copine des abeilles, hé ?

Il se plaça à côté d'elle pour lui remontrer le geste du sortilège Immobilus. Il avait bien fait de s'entraîner un peu la veille, il aurait probablement eu l'air bête s'il n'avait pas pu lancer le sort qu'il essayait d'apprendre à ses élèves...

- Vous voyez c'est le meilleur moyen de récupérer le grinchebourdon sans les blesser et sans stresser les abeilles. Sinon le miel sera moins bon, ha ha !

Fier de sa plaisanterie il parti dans un grand éclat de rire se souciant peu savoir si sa pupille le suivait ou pas dans son hilarité. De toute façon avec le casque qui couvrait son visage, son expression faciale était pratiquement indéchiffrable. Si Rafael avait enfilé la combinaison comme tous les autres (la sienne était d'un vert pomme autrefois ravissant mais qui n'était à présent plus de première jeunesse et avait blanchit avec les années, les seules endroits ayant conservé leur couleur originelle étaient les dessous de bras, la pliure des genoux et des coudes et autour des coutures) il n'avait en revanche pas mis de casque, car légèrement claustrophobe sur les bord. Cependant la présence de la myriade d'insectes bourdonnant tout autour de lui ne le perturbait pas le moins du monde et les abeilles le lui rendaient bien.  


Citation :
Samgar et Catriona peuvent aller relancer le dé.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juin - 15:33
Il fallait exercer juste la bonne quantité de pression pour saisir le Grinchebourdon sans l’écrabouiller, et en portant des gants de protection, ce n’était pas si aisé. En tous les cas, ça exigeait de la concentration, et Margaret était reconnaissante pour la distraction. Un peu plus loin, Catriona semblait se débattre avec l’exercice et nécessiter l’aide du prof. Elle était avec un camarade mais la couleur du casque de celui-ci indiquait qu’à tout le moins, il ne s’agissait pas d’Hippolyte. Bien. Elle n’en demandait pas plus. Elle n’avait nullement l’intention d’interdire toute vie sociale à sa sœur. Juste la compagnie de dangereux meurtriers en herbe. Et tant pis si elle devait recevoir des regards courroucés pour ça jusqu’aux prochaines vacances scolaires. Elle préférait une Cat exécrable (et Merlin savait que sa cadette était parfaitement capable de lui montrer son mécontentement !) et vivante à une Cat morte.

Elle venait d’immobilusser une troisième fournée d’abeilles et Grinchebourdons, triant consciencieusement, quand la voix d’Aaron s’éleva à ses côtés, la faisant sursauter. La Serdaigle pâlit sous son masque. Son camarade était étonnamment observateur, ses instincts beaucoup trop justes à son goût. Est-ce que ça se voyait donc tant que ça qu’elle couvait sa sœur ? Elle prit le temps de déglutir avant de répondre, heureuse que son casque lui permette de retrouver sa contenance en toute quiétude.

« Il n’y a pas de problème, merci, Aaron. Mon ami Damien, - un sixième année à Gryffondor, tu connais ? – m’a dis que l’on pouvait venir aux cours du professeur Vidal sans avoir besoin d’être inscrit, si on voulait. Je me suis dis que ça serait intéressant, pour une fois et… » Elle jeta un Grinchebourdon dans sa boîte dans un geste qui révélait tout sauf l’amour des créatures magiques, et retint un soupir. « Et oui, je voulais passer un peu de temps avec ma sœur. »

Devait-elle accepter sa proposition de garder un œil sur Cat ? Elle ne pouvait pas lui révéler la nature du problème (maudit soit Tiberius !), mais il y avait peut-être moyen d’obtenir tout de même son aide. Aaron n’était pas son meilleur ami, et elle avait toujours du mal à cerner où il se tenait exactement, d’un point de vue éthique, mais ils s’étaient tout de même rapprochés depuis un peu moins d’un an, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il était un excellent préfet.

« Ce serait très gentil de ta part, si tu voulais bien faire ça, à l’avenir. Cat peut parfois être un peu distraite, et ça ne me rassure pas trop, au milieu d’animaux sauvages… ou de petites commères. »

Elle pinça les lèvres sous son casque. Elle s’en voulait de devoir sous-entendre que la situation était causée par des défauts de sa sœur quand celle-ci n’avait absolument rien à se reprocher, mais elle ne voyait pas comment expliquer autrement. Il n’y avait qu’à espérer que le jour où Cat apprendrait toute l’histoire, si cela arrivait seulement, elle lui pardonnerait.


avatar
Invité
Invité
Lun 4 Juin - 11:51
- Vous voyez c'est le meilleur moyen de récupérer le grinchebourdon sans les blesser et sans stresser les abeilles. Sinon le miel sera moins bon, ha ha !

HUH ! HERESIE. Et le prof qui riait à cette possible catastrophe ! « C’est vrai ça ? mais c’est horrible ! » Catriona trépigna d’impatience tandis que Gabriela se mit à rire en la voyant faire. Ce n’était pas très gentil et à travers le casque épais, elles se tirèrent la langue à qui mieux pendant quelques minutes, le temps de se remettre à rire et de reprendre le fil du cours.

Le coin de l’œil dériva rapidement sur sa sœur pourtant tandis que plusieurs grinchebourdons voletèrent enfin à rapidité raisonnable devant elle. Meg et Aaron ? Il valait mieux le préfet que Tiberius c’était certain en tout cas. « J’entends rien avec ce casque… » murmura-t-elle d’un air bougon. Un petit signe à son amie et elle retira l’objet de protection, cherchant à se rapprocher des deux grands, l’oreille toute tendue et la baguette tournoyant élégamment en main. Que pouvaient-ils bien comploter eux deux hein ? Aaron en pinçait probablement pour sa sœur – ce qui serait la seule preuve de bon gout de sa part. « Immobulus ! » Le sortilège était distrait et n’eut que comme résultat celui d’agiter les petites abeilles fourmillantes dans l’air, tant et si bien que la cadette Bride poussa un soupir d’impatience, les balayant de la main en l’air.

La chose à ne pas faire.

Si les gants étaient toujours en place, le casque ne l’était plus et la première piqûre glissa toute vengeresse sur le cou de la jeune fille. « Mais…» Elle sursauta sans comprendre avant d’agir par pure instinct en retirant un de ses gants pour taper l’animal avec.

La chose à ne pas faire bis.

La seconde piqûre fut à la main. Piqué pour piqué ce n’était pas bien grave n’est-ce-pas ? Un sentiment de panique remonta le long de la poitrine : qu’avait dit déjà le professeur Vidal ? La boursouflure rougeâtre la laissa pantoise un bref instant, le temps que la mélancolie suave lui remonte le long des veines pour venir s’échouer en grosses larminouchettes au bord des yeux.

Quatre, trois, deux, un….Le soupir à se faire fendre les pierres et les âmes zébra toute la salle de classe.

Catriona voyait maintenant. Tout était en noir et en gris et c'était tellement pas des couleurs à la mode. Tout était si terrible si sujet au désespoir : les cheveux de Hau et Aaron qui reluquait probablement sa sœur, les casques immondes et Sam qui allait finir clodo sorcier parce qu’il n’y arrivait pas non plus à les arrêter ses petits monstres sanguinaires que monsieur Vidal avait mis sous leur nez, le fait que monsieur Vidal voulait leurs destructions sous ses dehors gentil, tout TOUT. « Et sniff ça m’a piqué sniff de nulle part mais sniff pourquoi monsieur Vidal veut qu’on fasse du mal aux grinchebourdons sniff pourquoi la vie snifff pourquoi la mort sniff pourquoi ces tenues moches … »

Non la seule chose convenable à faire devant le gouffre ténébreux de la vie et des petites abeilles c’était de s’asseoir par terre dans la lassitude existentielle et de se laisser mourir. Alors malgré le sol crasseux, c'est exactement ce que Catriona fit, la main et le cou légèrement gonflée là où on l'avait pourfendu d'énormes dards.

Finalement ce n’était pas si mal que sa sœur soit là.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 220
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Juin - 22:57
Le professeur ne tarda pas à le rejoindre en constatant son incapacité à lancer ce fameux sort. Ils n'étaient pas en cours de sortilège, pourquoi il devait lancer ce sort la ? Il n'avait pas franchement envie d'immobiliser les abeilles, même s'il lui disait que ça ne leur ferait rien.
Lorsque le prof lui fit la démonstration, comme si Sam était un petit enfant de trois ans, et qu'il lui donna le grinchebourdon en le déposant directement dans sa boîte ce fut le comble et Sam se changea à son tour en grinchebourdon. Il grimaça sous son masque, mécontent d'être mis en avant pour son incapacité.
C'était foutu, il ne prêtait déjà plus attention au cours. Il était déconcentré et ce surement jusqu'à la fin du cours. Il n'avait pas envie de travailler. Il fusilla du regard les personnes qui y arrivaient du premier coup et décida que non, il ne retenterait pas sa chance. Samgar préféra croiser les bras, sa baguette toujours à la main. Non non et non ! Il n'allait pas relancer ce sort, c'était nul de toute façon. Pourquoi il devait apprendre ça ? Ca lui servirait à quoi ? Il n'avait pas envie de faire de l'apiculture dans son jardin. S'il voulait du miel il irait se l'acheter comme tout le monde. Il le prenait pour quoi ? Un Weasley ?

Au bout de deux minutes Sam vit l'un de ses amis lancer le sort en question et le réussir. Nom d'un gobelin ! Il ne pouvait pas ne pas réussir son sort à son tour, de quoi il aurait l'air quand ils en parleraient entre eux ? En plus, lancer un immobilis ne devait pas être si compliqué. La preuve, un crétin de la maison Poufsouffle y parvenait bien. Il reprit sa baguette et retenta donc sa chance.

- Immobilus !

Sa baguette s'agita et des étincelles en sortirent. Le sort fusa en direction d'un groupe d'abeilles. Par malchance il avait visé le même endroit que Cat, si bien qu'il crû voir le filament de leurs baguettes se croiser et s'annuler, s'immobilisant peut-être l'un l'autre ? Il ne saurait dire. Le résultat était la : au lieu de s'immobiliser le groupe d'abeilles et grinchebourdons ne s'agita que d'avantage. Peut-être avaient-elles des fourmis dans les pattes  à cause d'eux, pour peu qu'il existe des fourmis assez petites pour pouvoir reporter cette expression aux abeilles.
Enervées elles foncèrent vers Cat. Peut-être voyaient-elle derrière son casque sa chevelure de miel. En Grand Chevalier Servant, Samgar agit de la meilleure façon possible. Il s'abaissa, plaquant ses bras en croix sur sa visière pour se protéger la tête qui l'était déjà par le casque. Il ne pensait pas que Cat réagirait différemment et encore moins qu'elle retire un gant pour provoquer les petites bestioles en duel. Oh non, elle allait avoir mal, vraiment mal. Piquée par un grinchebourdon elle commença à grincher et à bourdonner, ou juste à grincher même si ses petits mouvements d'épaules à chaque sanglots lui donnait l'impression qu'elle bourdonnait.

- Cat ?!

Il cria un peu plus fort pour qu'elle l'entende.

- CAT !!!! RESTE PAS LA, VIENS ON SORT DE LA TENTE.

Il accompagna ses paroles de mimes, la montrant elle puis lui pour finir par la sortie de la tente. Il essayait de la relever mais elle semblait bien ancrée au sol, absolument déterminée à rester sur place à se plaindre. Mais heu.... c'était son rôle à lui ça !


Modérateur



avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 170
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Juin - 2:43
Raf se mit à rire doucement avec Gabriela à la remarque de sa jeune élève. Il n’avait pas compris pourquoi la meilleure amie de sa fille avait lancé cette exclamation horrifiée, ni pourquoi sa petit Newt trouvait cela drôle mais si elle riait, et bien il riait aussi. Les petits moments complices avec la jeune serdaigle étaient rares et lui manquaient depuis qu’il avait pris le poste à Poudlard. Le moment était à présent passé et il laissa les deux amis tranquilles pour continuer l’inspection de sa petite troupe.

Erreur.

Le dos tourné il ne put pas voir que la jeune Bride avait retiré son casque, ni le tire entrecroisé de ses deux élève qui finit d’énerver abeilles comme grinchebourdons qui se précipitèrent sur cette cible à découvert. Ce fut les exclamations à la fois surprises et catastrophées qui le firent se retourner. Il trouva la petite demoiselle avachie sur le sol en train de pleurer pendant qu’un de ses camarades essayait vainement de la soulever.

- ¡chale!

Il les rejoint avec une rapidité que l’on aurait pu espérer de beaucoup de monde sauf de ce professeur nonchalant à la silhouette dégingandé. D’un geste rapide il lança à son tour un immobilus aux insectes qui tournaient toujours autour de leur victime et s’accroupit à ses côtés.

- C’est bon, je m’occupe d’elle, dit-il doucement à l’élève (fille ou garçon ? avec le casque difficile à dire) penché sur elle.

Il commença par regarder les parcelles de peau à découvert de la jeune fille pour trouver la vilaine piqûre, puis sorti un flacon de pommade d’une des multiples poches de son célèbre manteau et l’appliqua délicatement sur la rougeur tout en lui adressant des mots rassurants de sa voix chantante.

- Vale, vale… c’est pas si grave. Bientôt de sera fini, hé ! Je met ça d’abord c’est pour que la piqûre pique plus.

Une fois qu’il eut finit d’appliquer le baume, il sortit une toute petite fiole du fin fond d’une autre poche qui contenait un liquide ambré.

- Tiens, faut boire. C’est la goutte désopilante ça va enlever les effets de la piqûre.

Il lui mit le petit flacon dans la main et à gestes très doux, l’accompagna jusqu’à ses lèvres tout en l'observant avec la tête légèrement penchée sur le côté tel un chien attentif.

- Tu verras dans les 10 minutes tu reverras les couleurs, hé ! dit-il avec un sourire encourageant qui dévoilait ses petites dents et, il l’espérait, participerait à atténuer son gros chagrin.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 578
Ft : Jennifer Lawrence

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Juin - 22:12
Meg offrit un sourire en remerciement à Aaron, que son casque lui permette de le voir ou pas. Elle espérait que son camarade ne poserait pas trop de questions, car elle savait que ses explications étaient un peu bancales. Aaron n’était pas étranger aux petites magouilles qui arrangeaient ses propres affaires, et elle espérait donc qu’il n’essaierait pas de chercher plus ses raisons. Que n’aurait-elle pas fait pour les beaux yeux de sa sœur, hum ?

Parlant de sœur, où était-elle ? La Serdaigle se retourna et balaya brièvement la tente des yeux, cherchant le casque rose de sa cadette, et ne le trouvant nulle part. Il lui fallut quelques secondes de plissage des yeux pour découvrir Catriona effondrée sur le sol, une silhouette casquée déjà penchée sur elle.

Le sang de Meg se glaça dans ses veines. Pendant une seconde, elle eut à nouveau huit ans, ce printemps où au cours d’une promenade à Slea Head où elle avait délaissé sa sœur dans sa recherche éperdue de leprechauns, elle l’avait perdue de vue. Il lui avait fallu quinze minutes pour retrouver sa petite sœur de six ans, tâche de broderie anglaise blanche engloutie par la bruyère en fleurs. Cat était tombée et chouinait sans vrai raison apparente, vexée d’avoir été oubliée, assise sur les fesses dans la tourbe, sans aucune conscience du bord de la falaise deux mètres plus loin. Meg en avait eu des cauchemars par la suite, sa Catcat tombant tout droit dans la mer, son tablier gonflé par le vent comme un parachute inutile. La petite forme prostrée sur le sol lui évoquait aujourd’hui si vivement ce souvenir qu’elle avait presque à nouveau le souffle court.

Fourrant sans plus de cérémonie sa boîte entre les mains d’Aaron, elle se précipita à son tour, arrachant son propre casque en chemin.

« Cat ! »

Le professeur Vidal était déjà en train de s’occuper d’elle. Et voilà, on se moquait du danger que représentaient les bêtes sauvages et sa petite sœur chérie en était réellement victime ! Elle se contorsionna pour attraper un mouchoir malgré sa combinaison et entreprit d’essuyer délicatement les yeux de sa sœur pendant que le professeur lui appliquait de la pommade.

« Ca va aller, ma chérie, ne t’inquiète pas. Je suis là. Merci d’avoir été là, Samgar. »

Elle se recula le temps que le professeur lui fasse boire l’antidote au venin des Grinchebourdons, sans toutefois lui lâcher la main.

« Merci Professeur. Je peux sortir avec elle le temps que ça fasse effet, s’il vous plaît ? C’est ma sœur. »

La précision était probablement inutile en cet instant, tant son expression d’inquiétude était le parfait miroir du désarroi de sa cadette, larmes et morve en moins. Meg embrassa la joue de sa sœur, se fichant royalement de se donner en spectacle en public, puis essaya à son tour de l’inciter à sortir. Elle se sentait terriblement coupable. Elle s’était détournée cinq minutes et sa petite sœur s’était fait mal. Sa sœur était pourtant sa responsabilité. Bien sûr, elle l’avait déjà consolée pour ses chagrins d’enfant de nombreuses fois, mais voir ce désespoir artificiel était particulièrement angoissant. Il serait toujours temps de l’enguirlander parce qu’elle avait retiré ses protections plus tard.

Spoiler:
 


avatar
Invité
Invité
Mar 19 Juin - 12:50
Le monde était cendre.

Sam était gris, le professeur le plus choupinou du monde (mais il ne fallait pas le dire à Gabriela surtout) était en monochrome lui aussi et même sa sœur lui semblait terne. Les larminouchettes continuaient de grossir sous l’écueil de ses grands yeux et elle accrocha un regard perdu vers Sam tandis qu’il s’agitait.

- CAT !!!! RESTE PAS LA, VIENS ON SORT DE LA TENTE.

Catriona secoua son fin visage, les larmes roulant sur ses joues rebondies. Non, il n’y avait rien dehors d’intéressant et en plus Hyppolite était fâché : à quoi bon marcher du coup ? ou se lever ? ou faire quoi que ce soit ? « Non laisse-moi. Pourquoi tu as de beaux cheveux Sam ? C’est terrible. Tu seras chauve un jour et je serais si triste. » Une nouvelle vague de larmes zébra la frimousse tandis qu’elle se laissa retomber au sol malgré les efforts de Sam. « C’est parce que je suis grosse que tu n’arrives pas à me soulever bouhouhhhhh plus de patacitrouil bouhouhhhhh » La main ferme du professeur la ramena à plus de digilence et elle renifla bruyamment, des sanglots la faisant encore hoqueter une fois assise. « - Vale, vale… c’est pas si grave. Bientôt de sera fini, hé ! Je mets ça d’abord c’est pour que la piqûre pique plus. » Elle cligna des yeux avant de se calmer un peu. La voix du professeur agissait comme un baume, le même effet qu’un morceau de flûte enchanté. « Ça va aller, ma chérie, ne t’inquiète pas. Je suis là. Merci d’avoir été là, Samgar. » Elle hoqueta de plus belle en lançant un regard de bambi perdue à sa sœur. « Samgar a des bras en spaghettis. Il faut faire quelque chose. » Fit-elle en sentant son menton trembler sous l’horreur de cette situation. Comment Samgar allait-il faire ? Avec des bras en spaghettis ? Oh là là. L’idée lui scia la gorge et elle allait repleurer mais l’antidote commença son effet et une douceur réconfortante lui explosa dans le ventre avec la lenteur d’un soleil en constante ébullition.

Il fallait penser à des choses plus sereines et joyeuses mais à peine les bonnes idées se formaient-elle dans son esprit qu’elles tournaient immédiatement au désespoir le plus grand. « Nan ! » Le caprice jaillit de la gorge blonde et elle s’essuya la frimousse, le mouchoir tendu plein de désespoirs factices. « Nan toi aussi tu es méchante, tu me surveilles comme si je sortais d’Azkaban ! » Meg pensait-elle qu’elle n’avait pas remarqué ? Sa sœur la jugeait définitivement sotte. Tout le monde en fait. C’était eux les crétins.

Mais c’était tout de même fort triste aussi se posa-t-elle dos contre le professeur Vidal en lançant des regards ténébreux plein de mélancolie à ses deux camarades. « Vous êtes méchants, je veux rester à la table d’Hau. » Lui il était gentil. Pas eux.

La tristesse de la nouvelle l’accabla tant et si bien que les larmes jaillirent à nouveau une dernière fois.

Bientôt, la mortification serait total lorsque les derniers effets allaient se dissolver sous l’antidote puissant.


Contenu sponsorisé
 
[COURS] Soins aux Créatures Magiques - Le Grinchebourdon (3e, 4e et 5e années)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inscriptions aux cours de Soins aux créatures Magiques
» Cours de Soins Aux Créatures Magiques n°7 : Sortie !
» Cours de Soins Aux Créatures Magiques n°8 : Les animaux domestiques
» Soins aux créatures magiques, 1er cours
» Cours de Soins Aux Créatures Magiques n°2 : Les licornes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Les Éxtérieurs :: Le Parc :: Cours de SACM-
Sauter vers: