Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Derniers jours avant le sale temps [Libre]

Aller en bas 
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 250
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Avr - 1:04
20 octobre.

Samgar Prewett était bien couvert, le temps se rafraichissait de plus en plus. Il portait sous sa longue cape de sorcier un gros pull chaud et bien plus esthétique que ceux qu'essayait de lui faire sa tante. Son écharpe de serpentard nouée autour du cou lui protégeait la gorge et la bouche lorsqu'il décidait de la relever jusque la.

Il était accompagné de quelques amis à lui, principalement des serpentard mais également l'un ou l'autre poufsouffle ou serdaigle qui ne l'avaient pas lâché. Il profitaient d'un dernier rayon de soleil pour prendre un peu l'air. Dans peu de temps les températures allaient chuter considérablement et laisser de plus en plus place à la pluie et au temps pourri. Pour l'heure ils préféraient encore s'amuser. Trois des ses potes jouaient à se lancer un objet, sans doute piqué à un autre élève plus jeune, à l'aide de sorts. Sam lui discutait avec une fille, posés sur un banc. Ils parlaient potins de ce début d'année jusqu'à ce qu'elle voit d'autres amies à elle passer pas très loin de la et décide de les rejoindre, n'oubliant pas de dire au revoir à Sam d'un signe de la main accompagné d'un radieux sourire.


Admin



avatar
Invité
Invité
Lun 14 Mai - 13:12
Aeron ne se préoccupait pas du changement de météo. Ce n’était pas quelque chose qui lui faisait grand-chose, et s’il portait sur lui son écharpe aux couleurs de sa maison, ça n’allait pas plus loin. Les mains dans les poches, il avait la tête ailleurs, comme cela pouvait lui arriver.

Il repensait au dernier cours de sortilèges qu’il avait pu avoir, réfléchissant à ce qu’il avait pu apprendre, laissant ses pensées défiler dans son esprit, se parlant presque à lui-même, décortiquant le tout. Ce n’était pas qu’Aeron voulait être le meilleur dans toutes les matières, c’était juste qu’il se sentait mieux quand il réfléchissait assez à tout ça.

C’est là que lui, qui pourtant n’était pas maladroit, est tombé.
Mais il suffisait juste d’un simple obstacle, frôler une jeune fille qui partait voir ailleurs, par exemple, pour perdre l’équilibre, et tomber. Aeron revint sur Terre aussi brusquement que son postérieur ne croisa celle-ci.

Clignant des yeux il se demanda où il était donc, et quand il se tourna, il vit un garçon sur un banc non loin. Il l’observa, puis se redressant, il constata que ses vêtements étaient légèrement salis. Il n’aimais pas tant ça, alors il alla s’asseoir vers le garçon, ignorant qui il pouvait être, ne reconnaissant pas vraiment les visages, du fait qu’Aeron les regardait rarement.

Il s’assit finalement, et commença à essayer d’enlever la saleté de son pantalon

[HRP : S’il te faut plus pour relancer, n’hésite pas à me le dire =) ]
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 83
Ft : Ed Sheeran.

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Mai - 15:52
Ils avaient eut une pause dans la journée. Leur petit groupe s'était installé timidement dans les jardins, d'abord. Puis, petit à petit, ils furent rejoints par de nouveaux amis. Des têtes familières et des enfants de bonne famille. Entre eux. Le groupe devint assez imposant pour pouvoir refouler par d'odieuses réflexions ceux qui oseraient se poser trop près de leur territoire. Nereus était le premier à défendre leur petit carcan de terre par des réflexions et des insultes bien placées. Quelques confrontations faillirent exploser mais finalement, beaucoup jugèrent que les jardins étaient assez grands pour éviter les pugilats inutiles.

C'était ainsi qu'un des bébés de 2e année s'était approché avec un gros livre sous le nez. Ne voyant pas qu'elle allait s'asseoir à côté du groupe, ils décidèrent de la faire redescendre sur Terre. Ils lui prirent son livre, la détroussèrent et quand un adulte passa, ils lui rendirent toutes ses affaires en faisant semblant de s'excuser. L'adulte de les regardait que du coin de l’œil en passant mais ça avait suffit pour les calmer. Ou presque. Ils avaient gardé un petit butin qu'ils se lançaient mutuellement.

Samgar s'était isolé avec l'une des filles. Nereus se moqua gentiment des petits tourtereaux avant que ses camarades de jeu ne s'impatientent car c'était à son tour de leur envoyer la balle. Finalement, la conversation détourna très vite Nereus de Samgar et de son amie. Et quand cette dernière se leva, Nereus eut un geste enthousiaste pour la saluer de loin.

« Salut ! », « Aller, salut ! », « Bye bye ! », « A toute à l'heure ! », « A toute ! » BAM.

La jeune fille toisa le garçon et s'en alla fièrement comme si le jeune Serdaigle qui lui était rentré dedans avait volé un peu de sa dignité. Le reste du groupe de garçon restèrent médusés devant ce type qui tomba pitoyablement sur le sol. Nereus et quelques uns de ses amis pouffèrent si fort que certains ne purent s'empêcher de couiner de rire. Seul Hippolyte eut l'élégance et la délicatesse de se contenter de toiser le petit Serdaigle d'un haussement de sourcil délicat.

"Petit" était un bien grand mot. L'adolescent était plus âgé que la plupart des membres du groupe de sang-purs. Faisant parti des disparus de l'an dernier, Nereus avait espéré que ce sang-de-bourbe au cerveau en bulle ne revienne jamais. Et alors que certains de ses proches amis perdirent nombre de leurs parents, ce petit idiot était revenu comme si de rien n'était. Nereus rageait.

Beaucoup se moquaient du comportement un peu étrange de Linvingstone. Il n'avait jamais vraiment l'air stupide en cours, bien au contraire. Mais il semblait flotter dans un autre monde. Une autre planète. Nereus avait un peu de mal à vraiment se moquer ouvertement du garçon. Livingston lui faisait penser à son cousin Oseus. Oseus n'avait jamais été un proche ami car Nereus le trouvait inintéressant. Pas drôle, ne comprenant jamais leurs blagues et restant la plupart du temps dans son coin. Mais Nereus le lui avait aisément pardonné car lui avait-on expliqué les problèmes mentaux du garçon. Cela ne faisait pas d'Oseus un vrai sang-pur mais il restait de la famille. Finalement, Livingston avait ce même regard dans le vide. Se dégageait de lui une aura qu'il jurait familière. Néanmoins, Livingston était un pur produit moldu et en cela, Nereus ne lui accordait aucune pitié.

Se moquant de lui, il lança le manuel de la 2e année dans la tête de son camarade de maison. Puis se rapprocha. Il rit grassement.

« Oups, pardon ! J'ai mal visé ; Je voulais faire la passe à Samgar ! » Faussement bienveillant, il se rapprocha des garçons et tendit la main pour inviter Livingston à lui rendre « son manuel ».

Nereus ne s’intéressait que rarement de Livingston. En vérité, ils ne s'étaient jamais vraiment parlé et Nereus n'avait jamais trouvé intéressant de l'attaquer de front, se contentant de se moquer de lui avec ses amis. Mais l'effet de groupe aidant, cette fois-ci, il ne le rata pas.

(HRP : Excusez-moi ! Je m'incruste dans votre RP... Si je dérange ou quoi, n'hésitez surtout pas, je supprimerai mon post illico presto !)
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 250
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Mai - 20:33
Nereus était un petit con, mais ce n'était pas nouveau. Samgar l'appréciait malgré tout. Pourquoi ? Sans doute parce qu'il savait qu'entre eux les piques qu'il pouvait lui lancer et les moqueries n'étaient que plaisanteries. Par conséquent, lorsqu'il se moqua de lui et de la compagnie d'une fille sur le banc, il laissa passer. Il esquissa même un petit sourire, quoiqu'un peu crispé. Non, cette fille était gentille mais elle n'était pas tout à fait son genre. En plus... Elle avait de sales habitudes et possédait un chat. Samgar était un garçon un peu trop précieux et s'il faisait des efforts avec ses amis, il n'était pas prêt à faire toutes ces concessions pour une fille.

Samgar ne put retenir un éclat de rire en voyant le serdaigle, nouveau dans leur année, s'étaler au sol comme une bouse d'éruptif. Il détourna bien vite son regard, essayant de détourner son attention du souvenir de la chute. Le fameux serdaigle, star du jour malgré lui, vint s'asseoir pas trop loin du serpentard qui, constatent l'état de ses vêtements, recula légèrement. Un milimètre de plus entre eux n'était pas très utile mais suffisamment pour rassurer Sam.

Un livre ne tarda pas à se joindre au banc, ou plutôt à la tête d'Aeron. Outch ! Ca devait faire mal. Il ne s'agissait pas d'un petit journal intime mais d'un vrai livre de cours, assez épais pour le coup. Sam eut une petite grimace de compassion lorsque le livre entra en contact avec la tête de l'autre élève.

- Ca va ?

Samgar sortit sa baguette et en profita pour lancer un sort de nettoyage sur les vêtements du nouveau 4ème. Il n'y a pas de quoi.


Admin



avatar
Invité
Invité
Mer 16 Mai - 13:54
Aeron n’était pas sourd, ni stupide. Il entendit les rires qui fusèrent, mais il n’y fit pas attention. A vrai dire, s’il avait dû faire attention à chaque fois qu’on avait ri parce qu’il existait, il serait certainement devenu plus atteint qu’il ne l’était. Mais il était doué pour faire comme si de rien n’était, grâce à cette bulle qu’il n’avait jamais eu de cesse de former en lui, et ce, même s’il savait qu’il fallait la percer plus que la créer.

Cela ne l’empêcha pas d’aller s’installer sur le banc pour se reprendre, et commença à enlever la terre de son pantalon. Il se rappelait le nombre de fois, où, enfant, sa mère le disputait souvent parce qu’il s’asseyait au sol sans faire attention à ce qu’il avait pu faire, aux salissures du sol. Alors Aeron savait qu’il devait être un peu moins sale, donc enlever la terre.

Du moins, jusqu’à ce qu’un livre atterrisse dans sa tête, sans prévenir. Il ne sentit pas grand-chose. Depuis enfant, Aeron avait toujours ressenti un peu moins la douleur que le reste de sa famille.
Enfin, il n’était pas endurant au maximum non plus. Après tout, ce qu’il avait subi lorsqu’il était « un sale sang de bourbe » aux yeux de plus de la moitié de Poudlard, là, la douleur il l’avait senti.
Fronçant les sourcils, il entendit l’excuse du Serdaigle, et le cru.
Différencier le second degré était quelque chose qu’Aeron commençait à savoir faire sans difficulté, mais parfois il y avait des ratés, comme avec le sarcasme, ou les mensonges.

Aeron leva lentement la tête quand il entendit le Serpentard à côté de qui il s’était assis, lui adresser la parole. Il le vit aussi user de sa baguette pour enlever la saleté, et reconnu que ce n’était pas idiot. Mais l’asperger n’y avait pas pensé, et sans regarder le Serpentard, le regard fuyant, il répondit :

- Ca va.

Il n’était pas du genre à s’apitoyer sur lui-même.
Encore moins, depuis ce qu’il s’était passé à Poudlard l’an dernier.

Il lui tendit le livre, sans le donner au serdaigle.
Après tout, Nereus ne voulait-il pas faire la passe au Serpentard ?

- Tiens. Il a raté sa passe.

On pouvait croire qu’Aeron ignorait royalement Nereus, mais disons qu’il ne voyait pas quoi lui dire, et bien évidemment, le Serdaigle n’aimait pas regarder les gens dans les yeux, donc il ne tourna pas un seul instant son regard vers son camarade.
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 83
Ft : Ed Sheeran.

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Mai - 4:50
Pourquoi Diable Samgar semblait-il aussi bienveillant avec Aeron ? Bienveillant ? Plutôt bonne poire ! Nereus souleva d'une grande interrogation un sourcil face au sortilège lancé. Est-ce que Samgar voulait également lui essuyer les fesses et le talquer avant de dormir ? Au-delà de savoir que Aeron était né-moldu, il s'agissait d'une question de fierté.

Les deux garçons l'ignoraient. Nereus bouillit en dedans. Il se faisait ignorer par son propre ami qui refusait de porter un regard sur lui – autrement lui aurait-il fait signe que l'animal n'était pas des plus fréquentables – mais également par une sale larve stupide. Nereus eut envie de les laisser en tête à tête. Samgar-Le-Bon-Samaritain-des-Sang-de-Bourbe et Aeron, le plus stupide de toute la tour ouest.

Nereus tourna un regard vers un ami. Puis le baissa sur Prewett, décidément trop bon garçon. D'un geste protecteur – et très brutal – Nereus tapa sur le gros bouquin pour le faire tomber d'entre les mains bienveillantes et toutes timides de Livington.

« Pourquoi tu veux lui donner ce que tu as piqué à un 2e année ? » Reprocha-t-il soudainement en désignant le livre du menton. Il leva les yeux sur Samgar. L'idée que le pauvre n'en sache rien sur les origines douteuses d'Aeron lui avait traversé l'esprit. « Samgar. Tu savais que quand les moldus ont débarqué en Amérique, tous les indiens sont morts de maladie ? A ta place, je prendrai pas le livre... En plus, il l'a volé. »

D'un geste un peu vague de la main, il fit mine de s'en moquer.

« Joue avec qui tu veux. Mais, je serai toi, je ferai attention. » Il toisa d'un large regard en biais le pauvre Aeron.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 250
Ft : Matthew Lewis

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Mai - 0:28
Samgar fixa le livre comme s'il était porteur de la peste. Une grimace flagrante se dessina sur ses lèvres.

- Qu'est-ce que tu veux que je fasse avec... ça ?

Ce n'était pas son livre, ça se voyait pourtant non ? Non seulement c'était une matière qu'il avait déjà vu mais en plus l'état du livre ne correspondait en rien à l'état de ceux du jeune garçon. Certaines pages étaient cornées, il n'y avait aucun marque-page ou post-it qui dépassaient pour indiquer des passages importants et.... son nom n'y figurait pas.
Il fut soulagé lorsque Nereus mit fin à ses pensées en abattant le livre d'un coup de main, le faisant valser au sol. Sam releva ensuite des yeux incrédules vers son ami.

- Sérieux ?

Il se recula un peu sur le banc, mettant une plus grande distance entre Aeron et lui.

- Ils ne peuvent pas rester à leur place ? Personne ne leur a jamais rien demandé...

Il maugra presque pour lui même avant de porter son attention sur Aeron qui, le pauvre, se retrouvait mêlé à tout ça.

- Voler c'est mal. Tu peux aller en prison pour moins que ça. C'est pas pareil chez... vous ?

Il entendait par la "chez les moldus". Il préférait cela dit éviter le terme le plus possible. Le mot moldu lui avait toujours fait penser à moudu. Il se demandaient s'ils étaient mou du cerveau ou d'autre part. Non, ces choses la se reproduisaient par centaines, ce devait donc être du cerveau.


Admin



Contenu sponsorisé
 
Derniers jours avant le sale temps [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ~ Les derniers jours avant la pleine lune sont les plus difficiles ~
» ♪ J'veux prendre le temps avant que le temps m'prenne et m'emmène. ♪
» Un petit peu de temps libre [Privé Keris]
» Jouer pour passer le temps [Libre ]
» LES DERNIERS JOURS DE POMPEI (1984)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Rps abandonnés-
Sauter vers: