Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Cours 1 : prise de contact et savoir faire [années 5 à 8]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 13:27
31 octobre

Le professeur Quercus était arrivé il y a quelques jours à Poudlard. Il avait été nommé nouveau professeur de Botanique, reprenant ainsi le flambeau laissé par Madame Chourave.
Il avait opté pour la serre numéro 3 pour ce premier cours avec ses élèves. Il avait laissé un papier sur leurs tableaux d'affichage en plus d'une feuille postée sur la porte menant aux serres. Pas moyen de louper ce rendez-vous.

Il avait laissé la serre en l'état. Elle était tresr bien comme ça. Sur les bords étaient disposés des étalages de plantes diverses et au centre une longue tablée et des tabourets hauts. Lui était posté près de la porte d'entrée, où il avait disposé un tableau noir sur lequel figurait déjà son nom. Il attenant ses élèves, les bras croisés et une brindille posée sur son torse à la façon d'une broche. Il jeta un coup d'oeil à sa montre. Les élèves n'allaient pas tarder à arriver. Un peu las il abandonna finalement son poste pour se rendre dans la serre voisine, laissant la porte de la première ouverte, et trifouilla dans les affaires pour dénicher ce qu'il cherchait.


Consignes : chacun va poster un message pour dire ce qu'il fait en entrant dans la serre. Vous pouvez répondre plueurs fois, j'interviendrais quand ce sera le moment.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.


Dernière édition par Dimitri Quercus le Lun 23 Avr - 13:19, édité 1 fois
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Mer 18 Avr - 16:02
Décidée à prendre de meilleures habitudes pour arriver à l’heure à ses cours, Sandrine était la première à être arrivée pour le cours de botanique. Ce n’était pas sa matière préférée mais ça lui rappelait les temps où elle passait du temps dans la serre de sa grand-mère. C’était les seuls moments que la jeune fille adorait passer avec celle-ci. Agrippa avait beau être une sorcière assez portée sur la pureté du sang, il fallait avouer qu’elle était moins stricte avec ses petits-enfants … Enfin, seulement avec Jefferson et Sandrine, ne connaissant pas son autre petite-fille dont elle préférait éviter tout sujet.
Lorsqu’elle arriva donc dans la serre numéro 3, elle vit que la porte d’entrée était ouverte et elle pénétra alors dans la salle. Il y avait un tableau noir avec le nom du prof inscrit dessus. Elle avait entendu dire qu’un nouveau prof était arrivé presque en même temps qu’elle. Comment était-il ? Sympa ou aussi pire que le prof d’histoire ? Décidément, elle gardait un mauvais souvenir de sa rencontre avec le professeur Mora et ça risquait de ne pas changer du tout d’ici la fin de l’année scolaire. Profitant qu’il n’y avait qu’elle et les autres n’allaient certainement plus tarder, elle déposa son de cours à un tabouret qu’elle choisit comme sa place et elle alla observer un petit peu le coin. Elle reconnut certaines plantes pour les avoir étudiées dans son ancienne école ou même pour les avoir vue dans la serre de sa grand-mère. Comme il n’y avait encore personne, elle retourna vers sa place où elle s’assit et sortit son cahier de croquis pour dessiner la serre en attendant le début du cours.


Code by Sybline
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 520
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 20:18
Tiberius avait fini de se préparer. Il était un peu en retard. Un peu beaucoup, en vérité. Ses habitudes à l'infirmerie l'avaient enfermé dans un cycle oisif où le temps lui paraissait distordu et difficile à attraper. Des secondes paraissaient des heures et des heures lui semblaient passer en quelques secondes. Il n'avait plus vraiment la notion du temps et seules ses visites quotidiennes le rappelaient à son inexorable écoulement.

L'infirmière avait annoncé qu'il ne restait que quelques jours à Tiberius avait de pouvoir sortir. Lorsqu'elle l'annonça la semaine dernière, c'était en compagnie de Billie et Ian et Tiberius s'était presque jeté de joie sur ses amis. Billie, la veille, lui avait rappelé sans cesse à ses révisions et ses cours, touchant juste l'idée qu'il devrait faire attention à ne pas rater son année. Tiberius avait acquiescé et lui avait demandé de l'aider à réviser. De l'accompagner sur la semaine. Ian également bien que leurs révisions étaient toujours un peu plus distraites et qu'ils finissaient presque fatalement par parler de l'organisation de l'Académie. Avant de l’abandonner, Tiberius fut informé sur la salle du cours du lendemain. Botanique. Nouveau professeur. Cours introductif... Si Tiberius serait encore convalescent et devait se reposer et se ménager, il songea qu'il pourrait bien assister au-dit cours.

Tiberius avait retrouvé sa salle commune. Un peu morne, il s'était préparé dans un dortoir vide et entièrement à sa disposition. Néanmoins, le temps ne joua pas pour lui. Lorsqu'il fut enfin douché et débarrassé de la poisse qu'il avait eut l'impression d'emmagasiner dans cette infirmerie, il vérifia l'heure. Chopa son sac d'un geste vif et couru à son cours.

« Merde, merde... »

Une fine pluie battait sur son visage. Il croisa quelques tête qui le saluèrent de loin ou se mirent à comploter entre elles en le voyant sorti de l'infirmerie. Son retour n'était pas vraiment providentiel pour certains de ses camarades.

Il arriva pile à temps alors que la salle avait déjà été remplie. En s'enfonçant dans la salle, il s'arrêta pour souffler et posa sa main sur son genou. Tu parles d'un repos convalescent ! Il retournerait rapidement à l'infirmerie, à ce rythme ! Néanmoins, il fut ravi de sentir que ses poumons ne se décollaient plus avec la même douleur. Ses organes neufs n'avaient pas encore chopés ses habitudes de clopeur. Tiberius leva la main pour saluer le professeur, tanguant un peu, sentant une vague faiblesse l'envahir.

« Excusez... Moi... Pour mon ret... »

Il entendit qu'on l'appela dans la serre. Le cours n'avait pas commencé mais déjà certains semblèrent surpris de le revoir en classe. Le sourire de Tiberius s'élargit et sans faire d'avantage attention au professeur, il rejoignit de vieilles connaissances qu'il serra joyeusement dans ses bras. Ils s'exclamaient de joie et Tiberius ne pouvait pas s'empêcher de rire. Une exaltation puérile chatouillait le creux de son estomac. Il lâcha le petit groupe et pris certains de ses camarades dans les bras. Embrassa Maggie sur la joue en passant et se tourna vers Ian et Billie.

Tiberius les avait vu tous les jours. Ils n'avaient presque jamais manqué à l'appel. Pas un seul jour. Quelque part, il n'y avait rien d'incroyable et la veille, le petit trio s'étaient assurés cordialement qu'ils se retrouveraient. Pourtant, Tiberius eut un sentiment douloureux dans le ventre. Son nez le chatouillait et ses yeux devinrent vitreux. En vérité, les voir, debout, après les épreuves longues et difficiles que ça avait été, lui rappelait à quel point il tenait à eux. Alors, pour ne pas que ses amis ne remarquent la petite larmichette qui s'échappaient, il se jeta dans leur bras, se rappelant inconsciemment des moments de retrouvailles difficiles, des mois auparavant, riant joyeusement de pouvoir les serrer de lui même, bien solide sur ses deux gambettes.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 769
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Avr - 20:38
Décidément, cette année était celle des nouveautés. Leur professeur temporaire de botanique, qui remplaçait le professeur Chourave en attendant que son successeur puisse définitivement prendre son poste, était parti en même temps que sa partenaire de travaux pratiques de toujours, Méry Grigoriev, avait quitté l’école pour des raisons familiales. En entrant dans la serre numéro 3 ce matin-là, Margaret avait donc l’impression de pénétrer dans un lieu totalement nouveau, et elle n’avait aucune idée de à quoi s’attendre. Le crachin automnal s’était installé, barrant l’horizon d’une chappe de plomb qui n’était pas de très bon augure tandis qu’elle traversait le parc pour se rendre au parc.

Toutefois, une bonne surprise l’attendait. Apparemment encore sans partenaire attribué (allait-on seulement faire des travaux pratiques aujourd’hui ? A priori oui, puisque la serre n°3 servait à ça !), se trouvait Andromeda Bartleby. En deux mois, Meg avait peu eu l’occasion de discuter avec son amie. Elle l’avait pourtant entre-aperçue plusieurs fois relativement isolée, ce qui était contraire à ses habitudes, mais à cause d’une sorte de pudeur, n’avait pas osé l’aborder souvent. Et bien, aujourd’hui était l’occasion de corriger le tir. Elle se dirigea vers elle et lui offrit un grand sourire, sincèrement heureuse d’avoir un prétexte pour lui parler enfin.

« Bonjour Andy ! Tu veux bien qu’on soit partenaires aujourd’hui ? Comment tu vas ? »

Espérons qu’Andromeda soit d’humeur à papoter un peu avec elle ! Peut-être pourraient-elles devenir partenaires de manière permanente, si son amie n’avait pas déjà quelqu’un ?

Un mouvement derrière elle lui fit tourner la tête au moment où on lui claquait une bise sur la joue qui la prit de court.

« Tib… ! »

Son exclamation mourut alors qu’il était déjà reparti. Il était sorti ? Elle le suivit du regard un instant, constatant à quel point il avait l’air joyeux avec satisfaction. Elle l’avait visité tous les jours et savait à quel point il avait eut hâte de sortir de l’infirmerie. Si on l’avait autorisé à revenir en cours, c’était qu’il allait définitivement mieux, et ça lui mettait le cœur en joie. Elle lui adressa un signe enthousiaste de la main.


Dernière édition par Margaret C. Bride le Ven 20 Avr - 23:56, édité 1 fois
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 118
Ft : Emma Kenney

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Avr - 23:41
Andromeda se tortillait un peu sur son siège, mal à l'aise. Il y avait beaucoup trop de changement cette année à Poudlard et elle qui avait déjà du mal avec les cours en règle général ne s'y retrouvait plus du tout quand les matières passaient de main en main en cours d'année. Il y avait déjà eu les cours de potions, Andromeda n'avait pas bien compris pourquoi elle était partie mais il paraissait qu'elle s'était fait malmener par des serpentards. La pauvre. La jeune fille était malade le jour où elle avait "craqué" et ne saurait donc jamais avec certitudes si cela était vrai ou non. Elle savait bien qu'il ne fallait pas trop porter attention aux bruits de couloirs même s'il devait bien y avoir une raison pour lesquels ils existaient en premier lieu. Ensuite on leur avait annoncé que l'alchimie était devenu obligatoire et dès le premier cours qui avait eu lieu tard, ce début octobre, elle avait comprit qu'elle n'aurait jamais de bonnes notes dans cette matière. Tous ces symboles et éléments se mélangeaient encore dans sa tête. Et maintenant la botanique ! S'ils changeaient de professeur, cela voulait forcément dire changement de programme... Cela dit, il y avait au moins une chance pour que le ou la professeure soit plus sympathique que le remplaçant qui avait assuré les cours jusque-là. Il ne les avait même pas laissé choisir leurs partenaires de botanique et elle s'était retrouvée avec un garçon qui avait horreur de la saleté et avait donc dû s'occuper de tout le sale boulôt. Au moins, elle apprenait mais elle appréciait moins se faire rabrouer sans cesse parce qu'elle éclaboussait son partenaire de boue par mégarde.

En tout cas quand elle était entrée dans la serre les cheveux trempés par la pluie, le professeur n'était pas là et elle avait donc choisi la table la plus éloignée possible de son ancien partenaire. Elle avait sorti ses affaires de son sac en cuir et avait donc commencé à se dandiner sur son siège quand une voix féminine et très familière l'interrompit. Un sourire apparut sur son visage creusznt deux pomettes sur ses joues potelées alors qu'elle tournait la tête et reconnaissait son amie Meg.

- Oh ! Oui ! Je n'ai personne... Elle jeta tout de même quelques coups d'oeil nerveux en direction de son ancien partenaire mais il discutait avec ses amis et semblait n'en avoir rien à faire d'elle.Je vais bien et toi ?

Il lui semblait que cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas vu Meg mais elle ne comprenait pas encore pourquoi elles s'étaient éloignées. Elles étaient pratiquement inséparables en première année, et n'avaient pourtant jamais eu de grosse disputes mais l'années précédentes elle s'étaient juste... moins parlé. Mais les conditions étaient si extrême qu'il aurait bien été impossible de mettre la faute sur l'une ou l'autre. Mais ce qu'elle trouvait plutôt étrange était le fait qu'elles n'avaient pas particulièrement tenté de reprendre contact dès la rentrée. Oh, elle n'en voulait pas à Meg, Andromeda n'avait pas essayé de faire le premier pas non plus. A vrai dire, c'était Meg qui le faisait en ce moment-même. Un blanc s'installait que la Poufsouffle tenta de combler maladroitement.

- Oh récemment j'ai repris les entraînements de Quidditch, ça m'avait manq...oh...

Elle s'interrompit, prise de court par l'arrivée inopiné du serpentard. Meg le suivait à présent du regard et lui adressait de grands geste de la main. C'était bien Tiberius le garçon que Meg avait sauvé en l'emmenant à l'infirmerie, non? Pas étonnant qu'ils soient si heureux de se voir. Et puis tout le monde n'était pas un fanatique de Quidditch comme elle. Peut-être que Meg n'avait pas vraiment envie d'entendre ses anecdotes sur ce sport beaucoup trop violent.  
avatar
Invité
Invité
Lun 30 Avr - 19:38
On ne pouvait pas dire que j'avais envie d'aller en cours, que ça soit n'importe lequel, avec un nouveau professeur ou pas. Déjà dès ma première année à Poudlard, certains n'ont pas su me blairer rien qu'en croisant mon regard. C'était de ma faute, j'imagine, je n'étais pas la plus docile des personnes et ça devait se voir rien que dans le vert de mes orbes. Pourtant, je n'étais pas stupide et j'avais mes bons moments ─sauf que depuis les mangemorts, la bataille, mon regard n'avait pas changé. Je croisais ce même air dans le miroir, cet air qui donnait l'impression qu'il n'y avait presque plus rien à chercher. La fatigue. La peine. La haine. Une douleur sans nom. Je n'étais pas la plus calme, ni la plus sage, mais actuellement, mon calme pouvait faire peur. Mieux valait me voir active et faire des bêtises, que me voir assise à cogiter. C'était dans ces moments que j'avais les pires plans, dans tous les sens du termes, capables de me faire sévèrement punir, voire pire.

Apparemment, j'avais cours de botanique. Bizarrement, j'étais à l'heure ─enfin, plus ou moins, il y avait déjà des élèves présents mais pas trop non plus. Je n'allais pas devenir bonne élève du jour au lendemain, tout de même. Je m'installe sur un tabouret vite fait choisi avant de me rendre compte que je suis assise à côté d'une élève que je connais depuis des années, en réalité ; même année et même maison que moi, c'était évident que je la connaissais, même si récemment tout semblait m'échapper. J'arrive quand même à étirer un sourire sur mon visage et lui poser une question au hasard, passe-partout.

-Le prof n'est pas encore arrivé ? je demande à Sandrine, ignorant ce qui se passe autour de moi, ignorant même si elle faisait quelque chose de plus passionnant que me parler.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 769
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 10:48
La place à côté d’Andy était bien libre ! Meg rendit son sourire à son amie, avec l’impression fugitive qu’un rayon de soleil venait enfin de pénétrer dans les serres. Pourquoi est-ce qu’elle n’avait pas fait l’effort de se rapprocher d’Andromeda plus tôt ? Peut-être que c’était le spleen général mais caché qui avait régné sur tout le monde depuis la rentrée. A présent qu’elle faisait un effort de socialisation sincère, Meg se rendait cependant compte d’à quel point c’était idiot.  Si la simple perspective de faire des travaux pratiques avec son amie lui rendait un peu de sa bonne humeur, cela voulait dire que l’antidote avait été sous son nez tout ce temps et qu’elle n’avait rien vu !

« Ca va ! »

Bon. Entretenir une amitié était quand même du boulot, et Margaret, d’habitude si à l’aise quand il s’agissait de faire de la petite conversation sur rien, laissa un bref silence s’installer cependant qu’elle déballait ses affaires. Andy valait mieux qu’une remarque sur la météo, mais elle ne pouvait pas non plus retrouver en une minute leur complicité facile de naguère. Que la Poufsouffle commence la conversation l’arrangea donc bien. Si elle-même ne jouait pas au Quidditch, elle aimait bien voir les autres le faire, et quand les jaunes n’affrontaient pas les bleus, elle avait toujours encouragé son amie. Andy était si impressionnante, sur un balais !

« C’est super ! Quand est votre premier ma… ? »

Elles furent interrompues par l’irruption de Tiberius et pendant quelques instants, les pensées de Meg furent ailleurs. Voir le Serpentard sortit de l’infirmerie, c’était l’assurance pleine et définitive qu’il n’allait vraiment pas du tout mourir, et il lui sembla qu’un poids se détachait de son cœur. Evidemment, il était hors de danger depuis longtemps, mais sans doute ne l’avait-elle pas réalisé jusque-là, profondément marquée par le souvenir de l’avoir trouvé agonisant dans cette salle de classe vide, et d’avoir été recouverte de son sang. Instinctivement, elle essuya ses mains pourtant parfaitement sèches sur sa robe de sorcière pour se débarrasser d’hémoglobine imaginaire, et se retourna vers Andromeda.

« Excuse-moi. Je ne m’attendais pas à ce que Tiberius sorte de l’infirmerie aujourd’hui. Il m’a fait si peur… » La confidence avait glissé, naturelle, comme si l’année passée s’était évaporée le temps d’un instant. Embarrassée par ce soudain élan de familiarité après tant de mois de silence, Meg se racla la gorge en réalisant ce qu’elle était en train de dire. « Tu disais que tu avais recommencé à t’entraîner ? »


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika


Dernière édition par Margaret C. Bride le Ven 18 Mai - 18:19, édité 1 fois
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Mai - 0:47
Dimitri retourna dans la salle de classe lorsque la cloche indiquant le début du cours retentit. Il referma la porte derrière lui, signifiant par la que la classe allait enfin commence. Tant pis pour les retardataires. Il se planta près du tableau, observant rapidement ses élèves, attendant qu'ils se taisent ou du moins qu'une grande partie d'entre eux décident de se taire. Il remarqua une jeune fille de Gryffondor - d'après son uniforme - occupée à griffonner sur une feuille de papier.

- Bonjour à tous. Les plus observateurs d'entre vous l'ont certainement déjà remarqués et pour les autres je vais vous apprendre une grande nouvelle. Je suis votre nouveau professeur de botanique. Appelez-moi Monsieur Quercus ou Professeur et évitez les Maman, Papa ou autres familiarités qu'elles soient issues de lapsus ou non. Bon ! A présent que vous savez qui je suis, vous allez à votre tour vous présenter.

Il marqua une petite pause, cherchant du regard sa première victime. Il ne chercha pas longtemps avant de pointer Sandrine du doigt dans un mouvement lent et théâtrale.

- Miss dessin, on commence avec vous. Prénom et Nom, votre fleur préférée et dites-moi quel est le genre du chêne.

Il s'appuya sur la petite table derrière lui, croisant les bras et attendant de voir ce qu'elle allait lui répondre.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 495
Ft : Dove Cameron

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://theoldmagic.forumactif.com/
Mar 8 Mai - 22:42

Les autres élèves avaient fini par arriver après Sandrine. Une voix attira un bref instant son attention : Tibérius était enfin sorti de l’infirmerie. Ça, c’était une bonne nouvelle. Cela faisait plaisir à la jeune belge de le voir. Il semblait aller mieux. Il ne parut pas l’avoir vue mais c’était normal ! Les amis en premier, ceux qu’il connaissait depuis longtemps et on ne pouvait pas vraiment dire que lui et elle étaient amis. Ils s’étaient à peine parler depuis son arrivée. Mais elle avait pensé à lui deux jours plus tôt lors de l’annonce du bal d’Halloween. Elle se promit d’aller lui demander d’être son cavalier si ça l’intéressait. Même si elle s’attendait en vérité à un refus de la part du jeune homme.
Une élève assise à côté d’elle lui demanda si le prof était arrivé. La blonde la reconnut vu qu’elles étaient de la même maison.
- Je ne sais pas ! Je l’ai pas vu quand je suis arrivée ! Il y avait encore personne !
Elle se remit aussitôt à finir son dessin de la serre. Tout était bien reproduit, dans les moindres détails. Lorsqu’elle faisait un dessin, c’était avec sérieux. Tout à coup, la cloche se mit à sonner. Sandrine s’arrêta et rangea son carnet de dessin pendant que le prof venait de prendre la parole. Pas de bol pour la Gryffondor, le prof la pointa presque tout de suite.
- Miss dessin, on commence avec vous. Prénom et Nom, votre fleur préférée et dites-moi quel est le genre du chêne. Dit le prof.
Miss dessin ? Il l’avait vu dessiner ? ça expliquait pourquoi elle devait être la première à se présenter.
- Euh Je m’appelle Sandrine Caudron, ma fleur préférée est la rose, la rouge et pas la rose claire ou la blanche. Juste la rose pur rouge.
Elle tenait à préciser sur la couleur. Son grand-père maternel et sa grand-mère paternelle avaient chacun une rosière avec diverses couleurs.
- Euh il me semble que le chêne fait parti de la famille des arbustes mais je ne me souviens plus de son nom en latin.
Elle l’avait déjà vu une fois mais c’était il y a très longtemps. Même dans les livres de ses grands-parents.



Code by Sybline
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Mai - 23:20
Le professeur Quercus l'écouta. Rose rouge ? Un classique pour une jeune fille. Le terme pur lui arracha une légère grimace. Que voulait-elle dire par la ? Qu'il s'agissait d'un rouge pur ou que c'était LA rose pure ? A partir du moment où il y avait des croisements la fleur n'était effectivement plus pure mais la rose rouge n'était pas la seule à pouvoir être pure.

Il l'écouta ensuite répondre à la question qu'il lui avait posé, celle qui n'acceptait en vrai qu'une seule véritable réponse et pas un choix arbitraire.

- Très bien Miss... Caudron. Très bien, très bien. Cela dit il ne faut pas confondre genre et famille. Le chêne fait partie de la famille des fagaceae. Il ne fait donc pas partie de la famille des arbustes qui sont par définition de petits arbres. Pour faire simple les arbres ont un tronc et peuvent aller parfois jusqu'à 100 mètres de haut. Les arbustes eux n'ont pas de tronc mais des tiges et ne dépassent en général par les 6 mètres.

Il laissa échapper un petit soupire. Madame Chourave était une bonne prof pourtant. Est-ce qu'elle ne leur avait pas enseigné au moins la différence entre arbre et arbuste ? Ou était-ce le remplaçant qui leur avait lancé un sort d'amnésie sur le sujet ?
Il se rappela alors qu'il y avait une nouvelle élève dans l'école, une fille venant de Belgique. La directrice lui en avait parlé. En y repensant c'est vrai que la demoiselle avait un accent un peu trop prononcé. Ouf ! Ce n'était donc pas la faute de Madame Chourave ! Il semblerait que la botanique ne soit pas une option mise en avant en Belgique.

Il pointa alors le tableau du doigt.

- Allons... pour le genre vous aviez pourtant la réponse sous les yeux. Mais n'est jamais trop tard pour l'apprendre.

Il lui adressa un petit sourire encourageant. A présent qu'elle le savait il espérait qu'elle ne fasse plus d'erreur de ce genre.

- Vous m'apporterez votre dessin en fin de cours. Et j'en profite pour vous dire à tous que le moindre dessin fait dans cette classe restera dans cette classe, exposé au mur. N'oubliez donc pas de me les signer en souvenir.

Il s'adressait à toute la classe, lançant de petits regards vers un élève qu'il voyait griffoner sur une feuille.

- Bon, à présent qui peut me dire quel est la signification de la rose rouge ? Et les autres questions sont identiques. Prénom, Nom et plante favorite.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 372
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Mai - 0:42
Beth pianotait distraitement sur la table de bois face à elle, ses pensées tournées vers les évènements qui devaient prendre place ce soir-là. Le temps dehors semblait empirer de minute en minute et elle se félicitait d’être arrivée suffisamment en avance pour n’avoir eu le droit qu’à une légère bruine. Elle s’était installée un peu au hasard parmi le large choix de tabourets offert par sa ponctualité. Elle était curieuse de découvrir qui était leur nouveau professeur, énième tête inaccoutumée parmi le corps enseignant cette année. Il n’était pas encore là cependant et la Serdaigle eut tout le loisir d’observer les autres élèves prendre plus ou moins calmement place dans la serre. L’arrivée tapageuse de Tiberius eut le mérite d’attirer son attention un instant, elle avait vaguement eu vent de son long séjour à l’infirmerie même si elle ignorait tout du pourquoi du comment. Si l’idée lui avait peut-être brièvement traversé l’esprit de lui y octroyer elle-même un passage en versant une quelconque décoction dans son jus de citrouille suite à leur dernière « conversation », elle n’avait pas pu s’empêcher de frémir en entendant les rumeurs de son état.

Le professeur de botanique finit par retrouver son poste et accompagna sa présentation d’un trait d’humour. Il désigna rapidement Sandrine, qu’Elizabeth n’avait même pas remarqué auparavant et qui griffonnait dans un coin, comme la suivante à se présenter. La Gryffondor avait décidément le chic pour se faire remarquer par leurs enseignants dès les premières minutes. La vision du Professeur Quercus quant au fait que leurs plante préférée semblait être aussi importante dans leur présentation que leurs prénoms et nom était assez amusante, mais après tout ils étaient en botanique alors pourquoi pas… Elle leva la main, alors qu’il posait sa question suivante, attendant patiemment qu’il l’interroge pour y répondre.

« Les roses rouges symbolisent l’amour passionnel et éternel. » Elle eut presque envie de lever les yeux au ciel à la niaiserie de ses propres mots, mais s’en abstint toutefois. Elle ne put malgré tout pas se retenir de poursuivre avec un léger sourire ironique. « Mais elles peuvent aussi être les témoins d’une passion douloureuse et cruelle, puisqu’elles sont censées avoir été teintées par le sang d’Aphrodite s’écorchant les pieds sur leurs épines. » Des mythes et légendes un peu éloignés de la pureté que Sandrine prêtait plus tôt à leur symbolique. Elle épargna cependant à la petite blonde les contes orientaux qui attribuaient la couleur vermeille des roses perses à un rossignol qui s’y serait empalé le cœur. Il n'y avait pour elle rien d'innocent dans les fleurs épineuses, d'autant plus qu'elles entraient dans la composition de bon nombre de dangereux philtres d'amour.

Beth se rendit compte qu’elle avait omis de se présenter au silence insistant du professeur et s’empressa de rectifier le tir. «Elizabeth Fitzduncan en septième année à Serdaigle, débita-t-elle comme un vinyle rayé. Et ma plante préférée est la fleur de lys »


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Mai - 21:18
Il scruta la classe à la recherche d'une main levée. Deux ou trois mains ne tardèrent pas de se lever. Il décida d'interroger une fille de serdaigle en la désignant du doigt. Elle répondit à la question sur la symbolique de la fleur. Sa réponse était plus complète que ce à quoi il s'attendait. La demoiselle semblait bien connaître le sujet. Un peu trop ? Peut-être. Pourvu que ça n'empiète pas sur le reste des cours mais sa curiosité était malgré tout très appréciée par le professeur de botanique. Cela dit elle ne se présenta pas, pas de suite en tout cas. Il resta la, les bras croisés à attendre de voir si elle allait ajouter quelque chose. En effet, voila qu'un nom et un prénom firent leur apparition.

- Très bien Miss Fitzduncan en septième année à Serdaigle. Je n'attendais que deux ou trois mots comme réponse mais je suis content du résultat. Pour votre maîtrise du sujet j'accorde 3 points à Serdaigle.

Il lui accorda un petit sourire satisfait avant de reprendre.

- Un choix de fleur plutôt royal. La fleur de lys est un symbole divin, c'est pour signifier que son pouvoir lui vient de Dieu que le Roi de France l'a choisi.

Il tourna ensuite son attention vers le reste de la classe.

- Un autre volontaire ? Prénom, Nom, plante favorite et.... pourquoi pas me donner le nom d'une plante qui, mangée crue, permet de cicatriser les petites blessures ?

Il attendit un nouveau volontaire, espérant que Miss Fitzduncan ait bien donné l'exemple.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.


Dernière édition par Dimitri Quercus le Ven 18 Mai - 20:37, édité 1 fois
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 769
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Mai - 19:12
Meg aurait voulu pouvoir papoter plus longtemps avec Andromeda. Chaque seconde à bavarder, même sur un sujet aussi insignifiant que le Quidditch, lui donnait un peu plus l’impression de retrouver sa meilleure amie. Cependant, elles n’étaient pas là pour ça, et inévitablement, le cours finit par commencer avec l’arrivée du professeur Quercus pile au moment où la cloche sonnait. Le silence retomba alors entre les deux filles, mais c’était déjà un silence plus complice, et la Serdaigle avait déjà hâte que leur classe s’achève pour qu’elles puissent se remettre à discuter. Retrouver Andy la mettait de si bonne humeur que cela en effaçait presque la légère appréhension qu’elle avait eu à l’idée de découvrir un énième nouveau professeur.

Appeler ce jeune prof Papa ? Meg glissa un regard amusé à son amie. Ce genre de lapsus lui était peut-être arrivé une fois, petite, avec sa gouvernante, mais heureusement, jamais à Poudlard. Elle et sa sœur s’adressaient de toute manière à leurs parents en utilisant les équivalents gaéliques pour Père et Mère, Athair et Máthair. C’était trop formel et éloigné de l’anglais pour qu’un quelconque lapsus puisse se produire.

A l’annonce de devoir se présenter, elle baissa les yeux. Voilà un exercice qu’elle détesterait toujours, et l’une des raisons pour lesquelles elle n’aimait pas avoir de nouveaux professeurs. Heureusement, une élève de Gryffondor, prise en flagrant délit de gribouillage, fut désignée pour passer la première. Oups. Sous couvert d’humour, le nouveau prof avait l’air un peu sévère. C’était sans doute une bonne chose mais pour l’instant, ses demi-blagues la laissaient sans savoir sur quel pied danser, et c’était perturbant.

Deuxième regard amusé et petit sourire à sa voisine quand la dénommée Sandrine Caudron qualifia le chêne d’arbuste. Elle avait un accent bizarre, vaguement français. Ils avaient pourtant bien des forêts en France, non ? Est-ce qu’elle n’avait jamais vu de grand chêne ? Meg n’était pas du genre à se moquer, mais il fallait reconnaître que cette réponse était absurde. Est-ce que le professeur venait réellement de leur donner la définition d’un arbre, là, après cinq ans de cours de botanique ? Elle prit un air un peu dubitatif tout en commençant à prendre des notes tout de même. Pourvu que ça ne finisse pas comme avec le cours du professeur Moon, qui avait insisté pour leur faire faire une potion de première année, et avait généré des explosions en chaîne.

Est-ce qu’exposer son dessin était un honneur ou une punition ? Margaret était de plus en plus confuse, et releva la tête pour essayer de lire le langage corporel du prof, sans grand succès. Ce qui était certain, c’est qu’elle-même ne dessinerait jamais quoi que ce soit pendant ce cours. Elle aurait été ben trop mortifiée de se faire exposer ainsi. Beth fut l’élève suivante à être interrogée et sa cadette admira sa réponse précise qui venait de rapporter des points à leur maison. Le lys était une fleur qui allait parfaitement à l’allure noble de sa camarade. Inspirée par cet exemple, elle leva la main à son tour.

« Margaret Bride. » C’était fait, elle n’aurait plus à répéter son prénom complet à cet homme pour les trois ans à venir, s’il restait en poste. « S’il faut rester dans le langage des fleurs, ma préférée est la glycine. Quant à la plante cicatrisante, je pense qu’il s’agit du dictame ? »

Sa gouvernante la forçait à en avaler, petite, lorsqu’il lui arrivait de s’écorcher le genou en tombant, ou la fameuse fois où elle s’était ouvert la paume avec le coupe-papier du bureau de son père. Frais, ça avait un goût très désagréable, mais elle avait trouvé amusant, alors, de jouer avec les petites feuilles rondes si duveteuses.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Mai - 20:51
Dimitri nota son nom dans un coin de sa tête. Il n'était pas sur de se souvenir du nom de tous ses élèves, il lui faudra surement plusieurs jours ou semaines pour pouvoir correctement remettre les bons noms sur les bonnes têtes. Sans doute en retiendrait-il certains plus que d'autres, de façon positive ou négative.

- C'est tout à fait ça. 2 points pour Serdaigle.

Il était content de voir que certaines informations n'étaient pas passées dans l'oreille d'un sourd. Avec un peu de chance il parviendrait à leur faire obtenir leur BUSE ou ASPIC correctement. Il avait récupéré les notes de Madame Chourave quand au test mais il allait surement un peu adapter ça, vu les événements de l'année précédente. Ce qui était bien à Poudlard c'est qu'en botanique il n'y avait pas vraiment de programme prédéfinis. Il existait des livres de botaniques par niveau mais il n'était pas forcé de tous les leurs apprendre ni même dans cet ordre la.

- "A mon balcon cette glycine tend ses bras fleuris dans le soir avec le tendre désespoir d'une princesse de Racine."

Il récita cette phrase plus pour lui que pour les élèves. S'il associait la demoiselle à quelque chose qui lui parlait, peut-être se souviendrait-il mieux de son nom. Comment déjà ? Margaret Bride.

- Vous. Pourquoi faut-il manipuler le Bubobulb avec des gants ?  Nom Prénom, plante ... vous connaissez la chanson.

Il avait désigné un nouvel élève.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 520
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mai - 1:48
Par la bedaine d'Helga... Le sempiternel tour de table ! Tiberius s'en désintéressa d'avance. C'était amusant : Cette année, aucun des nouveaux professeurs ne s'y étaient adonnés. Il fallait donc bien commencer quelque part.

Tiberius s'était installé avec ses camarades de Serpentard. Chuchotant à bas-mot, ils parlaient des nouvelles qu'il avait raté, des ragots qu'il n'avait pas encore entendu. Certains désignèrent du menton un élève ou deux dans la classe, narrant avec brio comment l'un ou l'autre s'était amouraché d'untel ou s'était disputé avec un autre. Tiberius avait plus de ferveur à se mettre à jour concernant les rumeurs que pour ses cours – qu'il avait travaillé au strict minimum pour ceux qui ne représentaient pour lui qu'un intérêt scolaire. Quand Sandrine parla d'arbuste pour désigner un chêne, quelques uns pouffèrent. Tiberius qui discutait avec quelqu'un d'autre tourna brusquement la tête. Il se pencha en avant, sourire à demi et chercha de quoi il en retournait. « Quoi ? Elle a dit quoi...? » La suite des explications arriva très vite.

Les bavardages cessèrent. C'était le moment du jugement. Tiberius posa un coude sur la table et d'une manière pleine de préciosité, il posa son menton dans sa main pour fixer les interrogés avec un grand sourire.

Evidemment, la Duchesse des Sang-de-Bourbes s'était choisie la fleur de lys. Incroyable. Certains se tournèrent. Quelques commentaires. Un pantomime feignit un geste délicat avant que des grimaces plus vulgaires ne s'accordent avec les rires étouffés de quelques uns. Il s'agissait plus d'imiter ses aisances d'aristocrates que de réellement moquer sa réponse.

Puis vint le tour de Maggie qui s'était sentie le courage d'intervenir. Tiberius se contenta d'éviter de croiser son regard. Les moqueries étaient plus légères, cette fois et le jeune Avery s'était contenté de rire chichement à l'une ou l'autre remarque. Comme Meg ne donna guère de grain à moudre au petit tribunal, les sarcasmes filèrent très vite sur les précédentes interrogées. L'un d'eux constata que seules les filles osaient lever la main. Quelle honte ! La gente masculine se représentait très mal, pour ce premier cours avec le professeur Quercus.

Tiberius redressa un peu les yeux sur le professeur. Depuis ce début du cours, il le jugeait amusant quoiqu'un peu sec. Mais après avoir essuyé certains des cours de début d'année, le professeur de botanique promettait un peu de challenge et de quoi bien se marrer. Ce petit vers en prose acheva de titiller l'intérêt de Tiberius pour qui la botanique était un cours qu'il séchait une fois sur deux lorsque le temps promettait une affectation bien plus rentable de ses heures,

Brusquement, silence dans le groupe. L'hésitation plana. Lequel d'entre eux le professeur avait-il désigné ? Des regards se tournèrent vers Tiberius. Quand bien même le botaniste avait interrogé un autre élève, il semblait qu'il faille baptiser le jeune convalescent. Tiberius avait redressé la tête en haussant des sourcils, comme s'il ne comprenait pas ce qui lui était tombé dessus. Il observa ses amis puis roula des yeux. Soupira. Il maudissait les tours de table.

Se redressant parfaitement droit sur sa chaise, il leva les yeux en l'air, d'un air songeur. Il haussa les épaules. Il avait manipulé ces petits champignons en quatrième année. Si ça commençait à dater un peu, il se souvenait parfaitement qu'à 14 ans, il avait joué avec ses amis à faire gicler – précautionneusement quand même – le petit jus de ces plantes en éclatant leurs pustules, après les recommandations de Chourave. Il s'était retrouvé à moitié par terre, hilare, et s'était pris les sanctions appropriées.

Il haussa des épaules et eut un air d'indifférence avant de jeter sa réponse sans grande conviction.

« Parce que personne ne voudrait avoir les mains qui ressemblent au visage de Brookes... ? » Il regarda l’intéressé en souriant. « Tu devrais essayer le jus de bubobulb, d'ailleurs. Ça fait un excellent remède pour... » Il désigna son propre visage. Un peu penché en avant pour bien s'adresser à son camarade, Tiberius se redressa tout de suite après pour faire fièrement face au botaniste.

« Tiberius Avery, professeur. » Il sourit. Puis se donna un peu de temps pour répondre. « Et... Je dirais que j'aime bien le troène... » Mentit-il d'avantage pour faire passer un message que pour participer. Tiberius voyait mal quel intérêt le professeur aurait pu avoir à connaître leur plante préférée si ce n'était pour les instruire de façon ludique. Ouvrant la bouche pour prétendre une espèce d'hésitation timide, il finit par ajouter : « En revanche, je ne sais pas si c'est un arbre ou un arbuste. » D'un air désolé, il pencha légèrement la tête sur le côté.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mai - 2:18
Dimitri écouta le jeune garçon se moquer d'un autre élève. Il espérait qu'il s'agissait de son ami et qu'il ne le prendrait pas plus mal que ça. Certains élèves essayaient de retenir un petit rire. Il avait donc affaire au petit rigolo de la classe.

Tiberius Avery. Evidemment. La fameuse Terreur des profs, celui qui pouvait être pire qu'un démon. Pour le moment il avait juste l'air d'un ado comme un autre, rien d'alarmant. Les autres professeurs avaient peut-être tout simplement oubliés ce que ça pouvait faire d'être un ado. Il esquissa un petit sourire.

- Je suis désolé pour vous Monsieur Avery mais ce n'est pas la bonne réponse. Si votre camarade s'était pris du pus de bubobulb en pleine tête ce serait bien pire. Quand à votre visage... Et bien malheureusement aucun remède n'existe, même du jus de bubobulb ne peut rien pour vous. Le temps peut-être ?

Il lui adressa un petit sourire mesquin avant de reprendre, toujours sur un ton assez calme.

- Le troène donc ? Pour ses jolies petites fleurs ou pour la toxicité de ses feuilles et ses baies ? Non non, ne répondez pas. Vous allez être trop occupé à me mimer un arbre puis un arbuste.

Il lui fit signe de se lever pour leur faire une démonstration. Il attrapa un tabouret et s'installa lui aussi pour profiter du spectacle.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 520
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mai - 3:08
Tiberius grimaça d'abord. Puis à mesure que son professeur expliqua, son visage se décrispa et son sourire reprit sa place sur ses lèvres. Cette dernière pique l'acheva. Il éclata d'un rire franc. Très bien ! D'accord, aha ! Il le méritait, c'était complètement légitime ! Il applaudit silencieusement et inclina respectueusement la tête, comme s'il acceptait sa défaite, levant théâtralement les mains.

« Ça fait trois ans que j'attends... Je crois que même le temps ne peut rien faire pour mon cas. » D'un air de faux désespoir, il secoua la tête, résigné mais encore secoué de quelques rires qu'il étouffait dans sa gorge.

Mis en joie par l'humour du professeur, Tiberius croisa les bras sur sa table et sembla se pencher un peu plus en avant, comme pour offrir toute son attention au professeur. A sa « punition », Tiberius cligna des yeux. Quoi ? Mimer un... Il secoua la tête, perplexe. Avant d'enfin comprendre que le botaniste était bien sérieux lorsqu'il désigna l'estrade.

« Plaît-il... ? »

Par tout ce qui est magique, celle-là, il la devait à toutes les fois où il s'était donné en spectacle... Fallait-il croire que le karma faisait son œuvre, quelque part. Il balaya des yeux son entourages et vit des regards encourageants – et particulièrement moqueurs – le fusiller. Avec toute la plus fine ruse du monde, il aurait du mal à se défaire de ce genre de situation. Très bien. Son éternel sourire apparut brusquement de nouveau à l'égard du professeur. Le maudissant un peu. Si peu. Il posa ses mains sur le rebord de sa table. Déplia les coudes pour faire grincer sa chaise en arrière. Et se leva.

Il tenta d'inspirer discrètement. Les professeurs l'avaient habitué à beaucoup plus de sobriété et ça tournait bizarrement dans son estomac. Sur le chemin jusqu'à l'estrade – qui lui parut durer des heures – il enfonça les mains dans ses poches et grimpa d'un air de nonchalance. Il regarda autour de lui en laissant le silence s'installer. Puis regarda le tabouret du professeur. Approcha de lui et se planta juste à côté pour mieux le toiser. Quand une longue nouvelle seconde s'écoula il sortit une main de sa poche.

« Je peux ? » Demanda-t-il en désignant son tabouret. Lorsque le professeur se leva, il le lui prit et se mit à marcher vers la salle. Le regard encore perplexe qui semblait chercher quelque chose dans son environnement. Ses yeux toisaient le plafond. Il s'approcha de la longue table. Jugea de sa hauteur. Il souleva le tabouret pour le poser sur la table. Puis, à son tour, il s'assit sur le rebord de la table – posant son céans sur quelques feuilles « oups, pardon, excusez-moi ;D » - et pivota vers l'intérieur. Dans ce même mouvement, il récupéra, ni vu ni connu, une feuille de papier. Il se releva, prit le tabouret et une fois à côté d'Elizabeth, il grimpa encore plus haut, debout sur le tabouret. Quitte à jouer le jeu, il fallait faire ça bien !

Quand enfin, il eut la taille indiquée, il enfonça sa main libre dans sa poche. Leva la tête lorsqu'il trouva sa stabilité et sourit au professeur. « Pour répondre à votre question, c'est pour les jolies petites fleurs, évidemment... D'ailleurs... » Il froissa la feuille de papier en une longue tige et laissa un pan au bout qu'il écarta un peu avec ses doigts pour le rôle des pétales. « Puis-je te demander, Fitzduncan, de jouer l'arbuste, pour moi ? Nous ne sommes pas vraiment à la même hauteur... Et j'ai besoin d'un autre acteur aussi doué que toi dans ce genre de rôle pour faire le comparatif. » Il lui tendit sa petite fleur de papier puis se tourna innocemment vers le professeur : « Ça ne vous dérange pas, professeur ? » Il sourit.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mai - 21:17
L'élève, une fois la surprise passée, accepta de mimer. Il s'avança et lui demanda son tabouret. Dimitri le lui cèda bien volontier, impatient de voir ce qu'il allait bien pouvoir faire. Un numéro d'équilibriste de toute évidence. Tiberius grimpa sur le tabouret qui était lui même posé sur la table. De quoi donner des sueurs froides à n'importe quel adulte moldu. Par chance les sorciers avaient une meilleur constitution puis, en cas de chute, Dimitri stopperait la descente de l'élève avec un petit sort pour le maintenir en l'air. Il valait mieux éviter un coup du lapin dès le premier cours, pas sur que la directrice accepterait si facilement un "accident" de la sorte.

Monsieur Avery tendit une petite fleur en papier à Miss Fitzduncan. Dimitri lui fit signe de suivre l'énergumène.

- Allez-y Miss Fitzduncan. Monsieur Avery a besoin d'un joli petit arbuste fleuri. Sans vous il est perdu.

Il laissa donc la demoiselle faire. Elle n'était pas forcée de les suivre dans leur petit sketch mais le professeur tenait à voir jusqu'où Monsieur Avery irait. L'élève avait visiblement besoin de se défouler un peu avant d'être sérieux en cours, si du moins il était capable d'être un peu sérieux.

- Un peu de nerf, nous n'avons pas toute l'heure.


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 372
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Mai - 2:44
Elizabeth esquissa un léger sourire de satisfaction à l’entente des points de nouveau accordés à leur maison lorsque Meg répondit avec justesse à la question du botaniste. Elle espérait vraiment voir les bleus et bronzes gagner la coupe pour sa dernière année à Poudlard et elle se fichait bien des bien-pensants qui jugeait cette compétition qui entretenait les rivalités entre maisons toxique. Il était hors de question que les Poufsouffle continuent de les devancer encore longtemps et ne parlons pas des Serpentard dont elle commençait à soupçonner le directeur de venir renflouer le sablier d’émeraudes une fois la nuit tombée. Comment expliquer sinon qu’ils soient en tête avec parmi eux des élèves qui jugeaient que la plupart des cours n’étaient pas dignes de leur présence à temps-plein et dont le respect pour les quelques figures d’autorité qui les entouraient semblait avoir pris un congé sans solde dans une galaxie lointaine.

En parlant d’ersatz d’anarchiste, Tiberius semblait avoir une nouvelle fois décidé d’amuser la galerie par divers commentaires sur les quelques disgrâces du physique de Brookes. Très spirituel. Elle fut heureuse de constater que le Professeur Quercus n’en perdit pas le moins du monde son sang-froid, merci Merlin. Ils n’avaient pas besoin d’une nouvelle scène à la Miss Moon, elle avait quand même ses ASPIC à passer à la fin de l’année. L’enseignant préféra assigner à son élève une mission (punition ?) des plus ridicules, ce qui eut au moins le mérite de le rendre muet pendant au moins… dix secondes ? Comme la plupart des autres élèves présents, Beth était un peu incrédule face aux manières de faire de l’homme qu’avait rejoint sur l’estrade le Serpentard. Elle n’arrivait pas à le cerner vraiment, ses yeux cherchant quelque chose sur son visage, un pli à la commissure de ses lèvres ou de la froideur dans son regard, un indice simplement qui lui permettrait de déterminer où s’arrêtait son sens de l’humour et où commençait la sévère pédagogie. Concentrée dans son examen silencieux, elle se désintéressa des acrobaties de Tiberius jusqu’à ce qu’il ne vienne se positionner à son niveau pour grimper sur son tabouret dont l’équilibre lui apparut bien précaire. Par Morgane, s’il leur tombait dessus elle jurait qu’elle l’achèverait elle-même. Et puis ne lui manquait-il pas un peu de jugeote pour jouer ainsi les audacieux alors qu’il sortait tout juste de l’infirmerie ? Est-ce qu’il n’aurait pas pu se contenter d’une grotesque imitation sur l’estrade du professeur pour mettre fin rapidement à cette stupide mascarade ? Non, bien sûr que non.

Elle posa ses coudes sur la table, surveillant les oscillations éventuelles du perchoir du jeune homme jusqu’à ce que son patronyme prononcé ne lui fasse relever les yeux. Il ne venait pas vraiment de faire ça n’est-ce pas ? Il ne venait pas d’ouvertement la provoquer au beau milieu d’une salle de classe tout en l’entraînant dans sa pathétique mise en scène... Elle l’observa un instant, sa perplexité l’empêchant de refuser l’origami improvisé qu’il lui tendait. La réflexion du professeur ne fit qu’augmenter son incrédulité.  « Pardon ? » Est-ce qu’il s’attendait réellement à ce qu’elle se lance dans le mime de végétaux pour… aucune raison ? Oh et pourquoi pas effectuer quelques enchaînements gymnastiques sur la longueur de la table pendant qu’elle y était ? La Serdaigle se mordit la langue pour qu’aucunes répliques acerbes ne viennent entacher ses paroles avant de s’adresser à Tiberius détestant intérieurement le fait que sa position lui permette littéralement de la regarder de haut. « Je pense que tu devrais te trouver un autre partenaire Avery, je suis une bien piètre actrice comparée à toi… » Un sourire factice avait pris place sur ses lèvres alors qu’elle se protégeait d’une timidité feinte. « Et toi comme moi, savons que je n’ai pas la patience de jouer les plantes vertes.... Encore. » Sa voix s’était presque transformée en murmure sur cette dernière phrase qu’elle n’avait adressée qu’à lui. Elle lui tendit sa création de papier pour la lui rendre sans se défaire de sa petite moue hypocrite. Qu’il ne compte pas sur elle pour se donner en spectacle devant un prof. « Et puis, considérant ton état de santé récent, ne serait-il pas plus prudent que tu incarnes l'arbuste plutôt que l'arbre ? » Le miel de ses paroles concernées laissèrent un goût écœurant dans sa bouche alors même qu'elle terminait de les prononcer.


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 520
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Mai - 15:47
C'était si beau à voir. Elizabeth et ses manières de comtesse d'opale. Cet air supérieur dont elle ne se départait jamais. Tiberius s'était penché assez bas pour qu'elle puisse prendre sa petite fleur en papier, l'autre main tenant le rebord de son tabouret. Ma foi, il gardait un bon équilibre. C'était une bonne chose.

Quand le professeur invita Elizabeth à le rejoindre dans sa petite comédie amatrice, son sourire s'élargit et il tenta d'encourager sa camarade d'un regard de défi. Mais visiblement, notre amie de la haute noblesse était bien trop précieuse pour ce genre de scénette. C'était bien à prévoir, Elizabeth ne ferait sans doute rien pour se casser un ongle. Encore fallait-il que sa vie soit en danger. Alors, en un petit instant presque suspendu, Tiberius se demanda à quoi pouvait ressembler une Elizabeth vivante. Ce devait être quelque chose d'insolite à voir et le défi lui traversa l'esprit. Juste un instant. Une prochaine fois, peut-être. Il n'y croyait qu'à moitié mais l'idée était somme toute très amusante.

Ouh ! C'était qu'elle le détestait, dis donc. Les yeux qui le fusillaient, Tiberius sentit sur lui toute la hargne policée de la Serdaigle. Lorsqu'elle lui parla de jouer les plantes vertes, le Serpentard pencha la tête sur le côté, d'un air tout à fait désolé. Il lui répondit sur le même ton, quand bien même il se laissa écouter du reste de la classe.

« Quel dommage... Tu es si douée pour ce rôle, pourtant. » Sourire en sucre et voix emmiellée de délicatesse, Tiberius se redressa, sans récupérer la fleur, comme s'il n'avait pas remarqué le geste tendu.

De nouveau debout sur son tabouret – en se relevant, son siège tangua brusquement et Tiberius eut un mouvement soudain pour redresser la barre – il enfonça une main dans sa poche et adressa une mine déçue à son professeur.

« Si Fitzduncan ne peut pas faire l'arbuste, je crains que personne ne puisse convenir pour ce rôle. Pas même moi. » Il sourit. « Mais si vous voulez, je peux rester à faire l'arbre ici pendant le reste du cours. » D'un mouvement complètement inconscient face aux risques qu'il prenait, il se laissa tomber sur son tabouret pour s'asseoir. Croisa les jambes et posa les mains sur les genoux, fièrement. Il baissa les yeux sur Elizabeth, plein de provocation, très satisfait de l'avoir ainsi à ses pieds. Il se retourna vers ses amis pour leur faire signe de lui faire passer son stylo et ses notes.

Tiberius se doutait que le professeur refuserait. Mais il exaltait à l'idée que pour quelques secondes, Elizabeth paniquerait de le voir la narguer au-dessus de sa tête pendant quelques heures.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Mai - 22:56
Dimitri voulait voir jusqu'où Tiberius irait, et voila qu'il en avait le résultat sous les yeux. Un clown face à son public. C'en était presque désespérant. Quelques uns se mirent à rire aux remarques de leur comédien préféré, Dimitri lui attendait toujours les bras croisés.
Miss Fitzduncan refusait de rentrer dans le jeu du serpentard, c'était tout à son honneur. Et voila que l'élève s'amusait d'une nouvelle pique à l'égard d'une de ses camarades.

- Monsieur l'arbre, que diriez-vous de redescendre et de reprendre votre place avant que la sève ne vous monte ?

Il lui indiqua sa place, histoire de lui montrer la direction à prendre si par malheur la mémoire du jeune homme avait quelques défauts.

- Vous pouvez applaudir votre camarade pour sa prestation. Il nous a démontré la différence de taille entre l'arbre et l'arbuste ou, dans son cas, entre son ego et sa réalité. Merci Monsieur Avery, Serpentard gagne 1 point pour le courage dont vos camarades de maison doivent faire preuve au quotidien. Quand à vous...

Il planta son regard dans celui de Tiberius, devenant soudainement beaucoup plus sérieux et bien moins sarcastique.

- Vous resterez dans la serre quelques minutes de plus, nous allons un peu discuter.

Il était hors de question qu'il s'amuse à faire d'avantage de remarques désobligeantes sur ses camarades. Le professeur allait remettre les points sur les i avec le jeune homme, mais seul à seul. La classe n'avait pas à profiter plus longtemps de ce petit spectacle.

Monsieur Quercus reporta son attention sur le reste de la classe, devenant tout à coup à nouveau de bonne humeur. Il interrogea quelques élèves en plus puis décida de passer à la suite.

- Nous allons arrêter ici les présentations et nous concentrer sur le cours. Avant de commencer à travailler, avez-vous des questions ? Des requêtes quand aux sujets que vous aimeriez aborder en classe ?


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 520
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 1:12
Sur l'ordre du professeur, Tiberius haussa les épaules et leva les mains, d'un air de résignation. Les lèvres pincées, il arqua les sourcils, dans son attitude la plus princière. Il se leva doucement et récupéra son tabouret. Tandis que le professeur le taclait et parlait, le jeune Avery se contenta de se concentrer sur ses pas incertains, au-dessus de la tête de ses camarades. Pris dans le jeu – et parce que le professeur avait raison et que tout le monde le savait – le jeune Serpentard pouffa silencieusement à la mention de son ego surdimensionné. Il donna le tabouret à quelqu'un et réclama de l'aide pour le reposer. Un camarade lui tendit la main pour l'aider à descendre et Tiberius la refusa d'un geste courtois et bienveillant.

Nouvel éclat de rire lorsque Quercus offrit un point symbolique à Serpentard. Il ricana gentiment. Pour la peine, Tiberius n'avait pas grand chose à prouver et finalement, il savait que la grande majorité de ses camarades a Serpentard le détestaient. Parce qu'il faisait perdre des points à sa maison. Parce que les puristes connaissaient son passif houleux. Parce que Tiberius s'était souvent amusé à porter les couleurs des autres maisons, comme une injure à celle de Salazar, réputée la plus noble et la plus digne. Une honte, ma bonne dame !


En sautant, les deux pieds fermement ancrés au sol, il se tourna curieusement vers le professeur. Il lui semblait qu'il voulait s'adresser à lui particulièrement, non ? En calibrant son équilibre sur l'épaule de quelqu'un, il décala la personne en question pour planter son regard dans celui du botaniste.

Alors s'en était fini de la pédagogie de l'humour et du ludique ? Il avait déjà réussi à atteindre les limites du professeur ? Tiberius savait plus ou moins de quoi il était question. Il faisait perdre un temps monstrueux à la classe, n'était pas très agréable avec ses camarades et ce, à la barbe du professeur. Tiberius n'en eut cure. Les lèvres pincées, diverti et parfait dans son rôle de l'insolence, il cligna lentement des yeux et sourit au professeur en acquiesçant. « Parle toujours. »

« Bien sûr, professeur. »

Tiberius retourna à sa place avec la même décontraction dont il faisait toujours preuve. Il écouta à peine le reste des présentations et parlait de temps à autres en essayant de se faire un peu discret. La seule raison de la présence de Tiberius avait été de retrouver ses amis, découvrir le nouveau professeur après un demi-mois passé isolé avec une infirmière qu'il ne supportait pas. Il savait que par la suite, sa présence dans les serres se feraient de plus en plus rares, pour au final faire acte de la plus grande assiduité lorsque les examens approcheraient. Néanmoins, il tenta d'éviter de se faire remarquer de nouveau. Pas tant par égard pour le professeur mais d'avantage parce qu'il n'était pas déterminé pour une nouvelle confrontation qui, cette fois-ci, serait bien moins amusante à mettre en scène.


They said I couldn't. That's why I did.
(c) okinnel
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 118
Ft : Emma Kenney

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Juin - 0:51
Andromeda allait répondre à son amie quand le professeur sembla surgir de nulle part pour commencer son cours. La jeune poufsouffle avait automatiquement baissé la tête, reflexe qu’elle avait tendance à avoir lorsqu’elle se retrouvait face à une figure d’autorité, mais risqua quelques coups d’œil discret pour l’observer un peu. On pouvait dire qu’il n’avait pas grand-chose à voir avec Chourave, mais au moins ce n’était pas une Ombrage non plus. Andromeda n’était pas sûre de vouloir sourire à ses plaisanteries, après tout peut-être qu’on était pas censé en rire et elle ne voulait pas se faire remarquer pour disruption de la classe aussi pinça-t-elle les lèvres pour faire disparaître toute trace d’émotion sur son visage.

Puis, horreur, il désigna une élève pour qu’elle se présente devant toute la classe. Le cœur de la poufsouffle se mit à battre à toute vitesse et elle sentit le feu lui monter aux joues. Elle priait pour que ce ne soit qu’une forme de punition pour avoir dessiné en cours (quelle idée de se faire remarquer de cette manière) et qu’il n’infligerait pas ce supplice à toute la classe… Visiblement si, les questions pleuvaient et les élèves se dévouaient pour répondre mais Andromeda se recroquevillait de plus en plus dans son siège au cas le professeur lassé d’attendre que ses élèves se sacrifient se décider à aller pêcher lui-même ses victimes dans la masse d’élèves en face de lui. D’ailleurs Meg prenait la parole et son amie lui jetait des regards en coin (en prenant garde de bouger le moins possible) en se disant que la serdaigle était bien plus courageuse qu’elle. Les points pour les serdaigles pleuvaient (et avec raison) et Andromeda soupirait en son for intérieur en se disant qu’elle pourrait tout de même prendre exemple sur sa voisine et meilleure amie et soutenir sa maison… Malgré un départ en flèche en septembre les poufsouffles se faisaient à présent rattraper par les autres maisons. Il paraitrait même que tout cela était la faute du nouveau directeur des Serpentard qui faisait tout pour empêcher les poufsouffles de gagner des points. Andromeda voulait bien croire ces rumeurs, le professeur d’histoire la terrifiait tant qu’elle allait à ses cours avec des terribles maux de ventre (mais elle y allait tout de même car elle avait trop peur des répercussions si elle ne manquait même qu’un seul des cours de l’historien).

Elle n’eut heureusement pas à se dévouer (de toute manière plus elle réfléchissait à la question du professeur, plus son esprit devenait blanc), Tiberius offrit une belle diversion qui promettait de distraire leur professeur pendant les cinq prochaines minutes. La jeune fille ne savait pas vraiment ou se placer par rapport à ce garçon. Pour commencer leur différence d’âge faisait qu’ils n’étaient pas vraiment amenés à se fréquenter mais c’était un ami d’enfance de Meg. Ce qu’elle savait de lui, c’était Meg qui le lui racontait. Oui, il était souvent insolent en classe et elle savait que Meg trouvait cela agaçant au plus haut point. Du coup elle préférait garder pour elle que parfois, elle trouvait ses blagues assez amusantes. Mais elle n’aurait jamais osé en rire ouvertement, surtout que dès que ses yeux commençaient à lancer des éclairs, elle devait admettre à sa grande honte qu’il lui faisait un peu peur.

Mais en l’occurrence l’aîné Avery s’était lancé dans un numéro d’équilibriste sur sa table. Andromeda sorti de son immobilité pour se plaquer une main sur la bouche en ouvrant des yeux horrifié mais se ressaisit vite et reprit son expression neutre à grand renfort de mordillage de lèvre inférieur. Ses yeux allaient et venaient entre le professeur et le serpentard. Pourquoi le laissait-il faire, non, l’encourageait même. C’était dangereux ! Oh pas qu’une éventuelle chute de cette hauteur aurait pu amocher un sorcier en temps normal mais Tiberius sortait à peine de l’infirmerie… mais le professeur était nouveau, il ignorait sûrement ce dernier fait. Oserait-elle lever la main pour le lui faire remarquer ? Certainement pas, ce n’était pas ses affaire et on risquait de la prendre pour une sans-gêne qui se mêle de ce qui ne la regarde pas. D’ailleurs Tiberius aurait sûrement lui-même fait la remarque s’il avait voulu que Quercus le sache. Ou même Meg qui était plus proche de lui et dont l’intervention aurait été plus justifiée restait silencieuse.

En refermant les mains sur les plis de sa jupe elle senti sa baguette dans sa poche. Elle la sortit lentement pour ne pas se faire remarquer (quoi que c’était un peu prétentieux de sa part de croire que l’on ferait attention à elle alors que tous les yeux étaient rivés sur la chaise sur laquelle le serpentard était perché). S’il tombait aurait-elle le temps de lancer un Wingardium Leviosa avant qu’il ne s’écrase sur le sol ?... Ouf ! Elle n’en aurait pas besoin. Le professeur mettait un terme à ce jeu dangereux et Tiberius redescendait de son perchoir sans heurt. Comble de chance, il annonçait que le tour des présentations prenait fin. Quelle veine !

Ah, mais il demandait à présent s’ils avaient des questions… et elle en avait effectivement une qui lui trottait dans la tête… Mais peut-être vaudrait-il mieux la poster à la fin du cours pour ne pas avoir à prendre la parole devant tout le monde. Sauf que Quercus avait demandé à Tiberius de venir le voir donc si elle aussi restait soit elle gênerait soit elle passerait pour une fouineuse. Elle n’avait donc pas de choix que la poser maintenant. Elle décida de prendre exemple sur son ami et leva main tout en fixant ses genoux alors que ses jours devenaient aussi écarlates que les roses dont parlait la gryffondor un peu plus tôt. Quand le professeur lui donna la parole elle inspira un grand coup avant de demander d’une voix de petite souris :

- Le programme euh… il y aura une continuité avec ce qu’on a vu avec le remplaçant ? Parce que euh… on a les buses à la fin de l’année et euh…

Sa phrase mourut lentement sur ses lèvres. A vrai dire elle ne savait pas trop comment la terminer.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 189
Ft : Jonathan Young

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Juil - 0:10
Quercus ne savait pas si les élèves étaient impressionés, endormis ou absents de son cours. Il n'y en avait pas beaucoup qui osaient lever la main pour poser leurs questions. Peut-être leur avait-il fait peur avec la petite séance de théâtre ?
Ce fut un soulagement lorsqu'une poufsouffle leva finalement la main. Le Professeur Quercus l'autorisa à prendre la parole et l'écouta jusqu'au bout. Elle parlait doucement et il dû se concentrer pour tout comprendre mais il parvint à entendre les informations. C'était une bonne question, il esquissa un sourire pour marquer sa satisfaction.

- Remarque très pertinente, ce qui vaut 1 point pour Poufsouffle.

Il voulait encourager les questions et les interventions des élèves. Il s'adressa ensuite au reste de la classe. Tout le monde était concerné par cette réponse après tout.

- Ce que le remplaçant vous a enseigné est évidemment toujours utile. Je tiendrais compte des notes que vous avez pu avoir avec lui ainsi que de la matière vue. Ce sera bien évidemment toujours d'actualité pour les BUSEs et les ASPICs. Le remplaçant m'a donné ses notes, je sais donc ce que vous avez vu avec lui. Cela dit, si je remarque de trop grosses faiblesses sur ces sujets j'adapterais vos notes.

Il adressa un nouveau regard vers Andromeda, elle semblait concernée par cette conversation, elle était celle qui avait soulevé ce point la.

- On essayera le plus possible de faire des synthèses sur la matière vue en classe et dans la mesure du possible nous mettrons en pratique la théorie vue. Si ça peut vous rassurer, avant vos examens et grosses interro, j'ai prévu de consacrer du temps à la révision de la matière.

Le professeur observa l'ensemble de la classe, s'assurant que tous écoutaient ce qu'il disait. Tant pis pour les distraits.

- D'autres choses ?


Admin

Be prepared for botany - But thick as you are, pay attention My words are a matter of pride. It's clear from your vacant expressions The lights are not all on upstairs.
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 769
Ft : Jennifer Lawrence
Localisation : Explore le Londres moldu !

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Juil - 11:51
Meg afficha un sourire satisfait, et un peu fier, lorsque le professeur Quercus lui attribua deux points. Elle n’était pas vaniteuse mais elle était toujours heureuse de se montrer compétente, et de faire avancer sa maison, aussi humblement soit-il. De toute manière, il fallait s’appeler Potter pour rapporter 50 points d’un coup à sa maison. Les autres devaient rassembler leur éventuelle victoire point par point, mais ça ne la dérangeait pas vraiment. Ne pas avoir à affronter de mage noir l’arrangeait plutôt.

Elle commença à rosir légèrement lorsque le professeur Quercus se mit à réciter un poème sur la glycine, et fut soulagée de voir qu’il passait la parole à quelqu’un d’autre et qu’on ne lui porterait pas plus d’attention pour le moment. Tiberius était apparemment en très grande forme. Même elle qui n’aimait pas Brookes trouva sa remarque mesquine et déplacée. Il valait mieux que ça, et elle lui fit de grands yeux un peu réprobateurs, tout en sachant pertinemment qu’il l’ignorerait, comme d’habitude. Pourquoi fallait-il toujours qu’il se montre insolent en classe ? Avec le professeur Moon, peut-être bien qu’il avait eu des raisons de s’énerver, mais là, le professeur Quercus lui semblait tout à fait correct. Avec un effarement grandissant, elle regarda la joute entre professeur et aspirant comédien, en jetant des regards entendus à Andy. Celle-ci avait l’air plus effrayée qu’exaspérée.

« Ne t’inquiète pas pour lui, il a vu pire. » lui murmura-t-elle.

Un petit échafaudage comme le sien n’aurait pas égratigné un sorcier s’il en avait chuté. S’il avait survécu à… elle chassa les images rougies qui lui revenaient à l’esprit, s’il avait survécu à ça, il survivrait à tout. Mais pourquoi diable devait-il toujours se donner ainsi en spectacle ? Il était parfaitement ridicule dans cette position, et cela lui donnait presque envie de rire. Beth avait l’air encore plus irritée qu’elle à se retrouver embarquée dans cette histoire, et Meg lui adressa un sourire d’encouragement. Elle savait combien sa camarade de maison tenait à sa dignité. Si Tiberius tenait tant que ça à être en rébellion ouverte et constante, il aurait au moins pu le faire tout seul.

Fort heureusement, le calme sembla revenir grâce à la compétence du professeur Quercus, qui attribuait grassement un point à Serpentard. Toujours un prof que Tib ne pourrait pas accrocher à son tableau de chasse. Avait-elle une question ? Pas vraiment. Elle fut surprise de voir Andy oser lever la main, et lui adressa un sourire rayonnant quand elle fit une demande intéressante et récolta un point pour son labeur. Elle était heureuse d’apprendre qu’ils auraient des séances de révision. Elle-même avait pris un peu de retard dans son programme personnel, avec la lenteur de son rythme de début d’année.

Elle fit non de la tête lorsque le professeur demanda s’il y avait d’autres questions. Andy avait formulé ses interrogations plus clairement qu’elle ne l’aurait pu elle-même et elle était désormais prête à travailler.


The piano is not firewood yet
They try to remember but still they forget
That the heart beats in threes
Just like a waltz
And nothing can stop you from dancing

crédits : siren charms, visenya, eylika
Contenu sponsorisé
 
Cours 1 : prise de contact et savoir faire [années 5 à 8]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Premier cours d'anglais - Prise de contact (Junior/Senior)
» De nos jours, le faire-savoir dépasse le savoir-faire. ✗ 11/10 - 13h02
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Un cours d'Initiation au Quidditch pour toutes les années ?
» Premier cours d'Histoire de la Magie - Toutes années confondues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Les Éxtérieurs :: Les Serres :: Classe de Botanique-
Sauter vers: