Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Bal de Samain, Fermeture [Gagnant Seulement]

Aller en bas 
avatar
Administrateur
Messages : 1283
Ft : Livre
Localisation : Everywhere

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur http://callofmagic.forumactif.com
Mer 16 Mai - 13:34
Fermeture
Bal de Samain

Suite à l'apparition de cet homme inconnu bon nombre de sorciers, sorcières furent immobilisés durant une bonne poignée d'heure. Ceux qui ne le furent pas durent affronter des monstres inconnus au sein de Poudlard. Ceux et celles qui ont vaincu "leurs monstres" ont alors vu les barrières se briser en mille morceaux pour reprendre une forme plus simple, celle d'une plume noire, tout comme les objets qui ont subit le mauvais sort. Ceux qui ont perdu ont été transportés à l'infirmerie de l'école.
Le sort d'immobilisation fut brisé. Le groupe de musique s'excusa rapidement auprès d'une Minerva quelque peu inquiète et en colère qui fronça le nez devant certaines odeurs qui n'avaient rien de bien agréable. Elle fit le tour de la salle pour vérifier et pris entre ses doigts l'une des plumes, son regard sembla se perdre soudainement dans le vide, elle secoua la tête et serra la plume avec force.

AVERY ! Fit-elle si soudainement. Vous direz à Monsieur Avery Tiberius que je dois m'entretenir avec lui dès qu'il sera remis sur pied, c'est de la plus haute importance ! Fit la sorcière en posant son regard sur le/les Professeur(s) présent(s).

D'un pas précipité elle prit la direction de la grande salle tout en clamant par-ci par-là que tous les blessés devaient rejoindre l'infirmerie qu'elle attendrait le rapport de Pompom avec impatience.

Sur ces mots elle quitta la grande salle, son visage avait l'air inquiet, très inquiet.

©codage par anglycanne sur PRD; gifs et icone provenant de tumblr




Quelques règles pour le bon fonctionnement de l'Event !
▬ Vous pouvez poster à la suite sans restriction particulière.
▬ Les groupes perdants peuvent poster à l'infirmerie [le lien sera ajouté quand on aura un groupe perdant ^^ enfin "si" on a un groupe perdant bien sur]
▬ Le Membre Tiberius Avery va recevoir un MP de Mystérious Book car cet évent lui a permis de débloquer sa mission secrète. Bravo à lui.
▬ Quand tout les groupes auront terminé, un petit questionnaire sera mis à votre disposition dans les annonces du staff afin de recueillir vos avis et impression sur l'event. (non obligatoire)
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 574
Ft : Ella Purnell

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Mai - 12:56
Un hurlement de douleur jaillit de la bouche de Billie lorsque Tiberius l’empoigna pour la plaquer au sol, mais il fut rendu inaudible, recouvert par les déflagrations multiples des différents explosifs qui réduisirent le monstre à l’état de petite pluie de déjections puantes. Protégée par le corps de Tiberius qui recouvrait le sien, elle ne reçut qu’une partie infime des éclaboussures de crasse dans son chignon défait depuis longtemps. Non pas qu’elle se soucie vraiment de la saleté, elle avait allègrement pataugé dedans quelques secondes plus tôt en glissant sur le sol.

Son pied la lançait horriblement, il lui semblait tuméfié et sur le point d’éclater. Même une fois que son ami se fut relevé, elle n’osa abaisser son regard vers son membre meurtri de peur d’y voir quelques orteils difforme pendouillant mollement à un pied de la couleur et les dimensions d’un ballon de basket. Une fois debout à son tour elle cligna des yeux dans une expression d’effarement total.

- On a réussi…

Sa voix n’était qu’un murmure mais bientôt un sourire fendit son visage et un rire plus soulagé que joyeux franchit ses lèvres fines. Ses os brisés furent momentanément oubliés alors qu’elle empoignait Tiberius pour l’embrasser avec euphorie telle une grande gagnante de la roue de la fortune oubliant ses bonnes manières avec le présentateur sur le plateau. Elle le relâcha, et regarda autour d’elle plus longuement. Elle offrit son sourire le plus radieux à Harry, constata que Samgar allait bien et… son visage se figea un instant. D’un pas claudiquant mais déterminé, elle vint se planter devant son professeur de Défense contre les forces du mal en essayant de ne pas grimacer à cause de la douleur cuisante qui lui remontait de nouveau par vagues régulières le long de la jambe.

- Ne nous traitez plus jamais comme des gamins débiles, commença-t-elle d’une voix sourde mais où grondait l'orage sans lui laisser le temps de réagir, si vous me manquez encore de respect en cours je m’en dispenserai moi-même pour le reste de l’année. Je ne me fais pas trop de soucis pour les ASPICs je pense que nous avons tous prouvé ici que nous étions plus que capable de nous défendre contre les forces du mal.

Elle lui laissa quelques secondes pour peser ses paroles puis se détourna du professeur Smith, ses yeux lançant des éclairs. Elle refréna un frisson, consciente de son audace insolente. L’adrénaline qui coulait encore dans ses veines après ce combat acharné était pour beaucoup responsable de ce petit discours révolutionnaire. La Billie habituelle, si calme et si studieuse, véritable élève modèle, n’aurait probablement pas pu parler en ces termes à un enseignant (seule leur ancienne professeure de potion avait réussi, par ses injustice répétées, à la faire magistralement sortir de ses gonds mais cela avait été un cas isolé). Mais elle en avait assez de se faire écraser par le corps professoral sous prétexte qu’ils étaient des adultes et eux des enfants. C’était bien beau de leur demander du respect, quand eux ne les respectaient pas en retour. Peut-être finiraient-ils par comprendre que ce n’était pas une relation à sens unique.

Billie secoua la tête pour chasser l’amertume que lui laissait toujours dans la bouche ce sentiment d’injustice et qu’elle avait goûté que trop souvent en ce début d’année. Elle avait d’autres chats à fouetter. Les barrières étaient enfin tombées, elles avaient éclatés en des centaines de plumes noires qui dansaient à présent avec légèreté autour d’eux avant de se poser délicatement sur le sol. Elle aurait presque pu trouver ça joli et poétique si elle n’était pas aussi inquiète.

- IAN ! hurlait-elle en slalomant avec difficulté entre les élèves hébétés qui sortaient de leur coma ensorcelé.

Elle essayait de refouler les larmes qui commençaient déjà à l’aveugler et l’angoisse qui lui serrait la gorge. Elle trainait son pied derrière elle, la douleur lancinante occupait une bonne partie de son esprit et l’empêchait de complètement céder à la panique. Soudain, un kilt apparu au milieu de sa vision brouillée par l’eau salée qui lui montait aux yeux. C’est une Billie éclopée, sale, échevelée et parfumée à la poubelle qui se jeta dans les bras de Damien. La créature de rêve du début du bal était bien loin, même ses jolis bijoux de lumière magique semblaient s’être un peu ternis. Mais c’était le dernier des soucis de la jeune fille qui maintenant rassurée de constater que son cavalier de la soirée allait bien, ne pensais qu’à retrouver son frère.

- Damien je… tu vas bien ? On a été séparés et… il y avait un monstre…

Elle bredouillait comme une enfant alors qu'elle luttait difficilement contre la panique qui lui enserrait le cerveau, faisait s’emballer son cœur, lui nouait les boyaux et lui comprimait les poumons.

- Tu… tu sais où est mon frère ? finit-elle par sortir d’une toute petite voix.

Elle en était presque à regretter le monstre, au moins quand elle était occupée à l’affronter elle avait l’esprit clair et entièrement concentré sur cette tâche. Maintenant que le danger était éloignés, elle avait l’impression de se noyer dans les émotions qui l’assaillaient tel un torrent furieux, comme si l’adrénaline, en quittant son corps, avait ouvert une digue dans son cerveau.  


Mais le train de tes injures roule sur le rail de mon indifférence. Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.
- George Abitbol

(c) black pumpkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 330
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Mai - 13:40
L'explosion siffla dans ses oreilles en un horrible acouphène. Le visage fermé et la respiration forte, il attendit quelques secondes qu'une marre de gelée décomposée ne l'arrose sur tout le dos. Tiberius était rassuré : Aucun débris n'était venu lui péter la colonne. Seulement des shplof ! rythmés comme la salve finale d'un feu d'artifice.

Tiberius redressa la tête, un peu essouflé. Observa ses autres camarades. Ils allaient tous bien. Les Fondateurs soient loués, il soupira en laissant tomber sa tête. La voix de Billie résonna comme une fanfare victorieuse.

« Oui... » Rit-il d'un même ton épuisé.

Quand leurs lèvres se rencontrèrent – par tous les... - il rouvrit les yeux et se laissa complètement tirer, la nuque un peu pliée. Il leva une main, sans trop comprendre. Puis la baissa. Doucement. C'était pas le moment. C'était pas le moment. C'était pas... Elle le lâcha et se glissa pour s'échapper. Tiberius resta immobile de longues secondes, le regard un peu dans le vide, sans comprendre ce qu'il venait réellement de se passer. Il n'avait pas envie d'imaginer que ce n'était qu'une question d'euphorie. Vraiment ? Juste... Il redressa le visage. Billie était déjà passé à complètement autre chose et Tiberius se sentit stupide. Oublie.

Et il oublia vite quand il se redressa. Le pas boitillant de son amie l'inquiéta. Il fit quelques pas vers elle, interrogateur, alors qu'elle s'éloignait vers le professeur.

« Billie... ? » Il s'adressa à Harry quand il passa à côté de lui. Lui sourit en haussant un peu timidement des sourcils. « Elle n'écoute personne, c'est une vraie plaie... ! » Plaisanta-t-il en continuant son chemin vers son amie,.

Les barrières avaient disparu. Tiberius leva le nez autour de lui. Tout était fini. Son cœur bondissait de joie et de soulagement. La voix de Billie s'éleva brutalement et Tiberius tourna un regard vers elle, un peu indifférent.

En vérité, elle avait parfaitement raison. Tiberius aurait eut beaucoup à dire sur le professeur Smith et son incapacité dans... A peu près tous les domaines. Incapable de s'accorder avec son groupe pour absolument prouver qu'il était LE professeur, jouant ainsi en solitaire et devenant presque un fardeau pour l'équipe, forcée d'à défaut de composer avec ses bêtises, à composer sans un adulte viable. Si on ajoutait à cela les derniers cours durant lesquels il s'était montré particulièrement hystérique et complètement paranoïaque, Tiberius ne pouvait que donner raison à Billie qui avait été la victime des sautes d'humeur du professeur. Elle qui avait été de tout temps la plus disciplinée du trio, en cours. Elle faisait d'énormes efforts pour réussir ses examens et découvrir à quel point son professeur de DCFM était incompétent devait sans doute faire mal. Tiberius s'en était habitué. Le plus important, actuellement, ce n'était pas le professeur Smith. C'était elle. Sa jambe blessée. Ian. Maggie. Organiser les évacuations, recenser les blessés. Alors, Tiberius pris Billie par l'épaule.

« Laisse tomber, Billie... » Il toisa le professeur. Il n'en valait clairement pas la peine. « Allons chercher Ian. » Si Billie pouvait enguirlander le professeur, alors elle devait sans doute être d’aplomb pour retrouver leurs amis disparus. Il n'avait pas que Ian, évidemment et Tiberius songea à beaucoup d'autres qu'il avait croisé dans la soirée et qui traversaient son esprit

Tiberius tenta de la convaincre de s'appuyer sur lui, pour marcher mais elle semblait incapable de se poser. Il la regarda filer droit, soucieux. En la rejoignant au petit pas de course, il glissa le bras de Billie sur son épaule. « Attend, je vais t'aider. » Comme elle le repoussait, il n'insista pas et marcher juste derrière elle. Ensemble, ils tentèrent de retrouver leurs amis et Tiberius lança également les recherches. « Maggie ! Ian ! »

Sur le chemin, il rencontra quelques camarades à qui il indiqua qu'il avait vu telle ou telle personne ici ou là-bas. Chacun cherchait naturellement à se rapprocher de leurs amis. A se rassurer. Quand ils croisèrent Damien, Tiberius les laissa parler un peu, en regardant autour. Puis, posa une main sur l'épaule du Gryffondor sans le regarder.

« Occupe-toi d'elle... Elle est blessée. » Il regarda Damien. Sourit à Billie. « Je vais chercher Ian. Je suis sûr qu'il va bien, ne t'en fais pas. Dès que je l'ai trouvé, on s'occupera d'aider les blessés et les préfets. D'accord ? » Il l'interrogea du regard. Un vague silence. Il repensa au baiser. Regarda Damien avec qui Billie était très proche. Juste l'euphorie. Il s'éloigna. « On se retrouve tout à l'heure a l'infirmerie ! » D'un geste de la main et d'un pas bien plus rapide, il se mit à chercher ses amis et tenter de donner des consignes à qui lui demandait.

« Rassemblez-vous par maison. Si vous voyez des blessés ou que vous êtes blessés, essayez de prévenir un préfet ou un professeur. » Beaucoup d'élèves étaient dans un état complètement second. Tiberius n'avait pas la prétention de pouvoir prendre le rôle d'un adulte ou d'un préfet. Mais une voix assurée et ferme sortait parfois quelques élèves de leur stupeur. Quant à Ian, il commençait à paniquer et rallongeait fort son cou comme celui d'une girafe pour espérer apercevoir sa tête dépasser d'entre celles des plus petits.


TIBERIUS H.
AVERY
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 208
Ft : Seth Gabel
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Mai - 15:41
Le professeur était soulagé ? Non inquiet par contre oui, il ne savait pas d'où pouvait provenir cette magie et lorsqu'il regarda autour de lui et vit les dégâts son état ne fit que se prolonger... Merci à cette chance, il ne serait pas blesser et pourrait aller aider les autres...  Et si il avait agit de tel et tel manière ? Non ça n'aurait rien changer et de toute façon il avait autre chose à penser maintenant...

Puis tout à coup, une voix pleine de rage s'éleva tel un ouragan nommer Persson.. Et il était diriger vers lui...

Aiden fut plus que surpris, du moins sur son visage, un air presque abasourdi comme si la jeune femme venait de le gifler. Il cligna des yeux et se rendit compte que oui en effet il avait sûrement été maladroit dans ses propos ou dans sa façon de faire, de part le fait que la dernière fois l'une de ses élèves avait failli tué une autre dans la forêt et qu'il s'était retrouvé démuni n'avait sûrement pas aidé le mental de l'ancien auror. Peut-être avait-il été plus affecter par la guerre qu'il ne le pensait finalement, peut-être sous-estimait-il trop ses élèves et il en faisait les frais visiblement... Ou alors c'était justement cette scène dans la forêt qui l'avait poussé à les protéger plus que de raison qui sait ? Il la verrait certainement plus tard dans son bureau pour s'expliquer mais plus tard ce n'était guère le moment de toute façon...

Il n'avait pas besoin de répondre de toute manière cela ne servait à rien et Smith avait autre chose à faire que de lui répondre comme par exemple suivre le mouvement que monsieur Avery, il avait prit une superbe initiative et il remercia ce dernier par un mouvement de tête et un regard reconnaissant, genre un merci par exemple. Il rassembla tout le monde et aida les élèves de toutes les maisons à se repérer et trouver leurs préfets et leurs directeurs de maison, tout en envoyant les blessés à l'infirmerie... Le visage inquiet d'Aiden disparu pour faire place à un visage rassurant afin de sécuriser les élèves les plus apeurés....


- C'est fini, ne vous en faites pas, on va vous soigner

Dit-il avec un sourire rassurant à un élève qui n'était pas rassuré et qui était blesser.


avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 290
Ft : Nick Robinson

Feuille de personnage
Don: Métamorphomage
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Mai - 20:13
Damien avait attendu des renforts, l'intervention d'un auror ou d'un professeur hautement qualifié dans ce genre d'attaques. Rafael était un bon professeur mais sans doute n'avait-il jamais été confronté à ce genre de créature. Quand à l'infirmière... Et bien, outre le fait que dans l'esprit du jeune garçon elle se contentait de soigner les blessés, leurs rangs avaient de toute façon été trop faibles pour pouvoir affronter une créature qu'aucun d'entre eux ne connaissaient. Il ne pouvait en vouloir à aucun des adultes présents avec eux, surtout pas lorsque ces adultes avaient tout fait pour essayer de les protéger.

La citrouille, ironie du sort pour une tête enflammée, avait prit feu et avait finit par disparaitre, laissant derrière elle une odeur de citrouille trop cuite et de bois brûlé. Damien avait jeté un rapide coup d'oeil à ses coéquipiers, les comptant pour s'assurer qu'il n'en manquait pas lorsque la barrière disparu pour laisser une plume. Alors que juste avant, entouré par la barrière, il se serait cru dans une toute autre pièce, il constata qu'il était toujours dans la Grande Salle et que les autres participants au bal étaient encore la mais avaient l'air totalement inquiets et déboussolés. Damien lâcha vite les autres membres de son groupe et fonça dans la foule, cherchant une personne bien précise.

- SCOTTY !!!!

Il ne tarda pas à le retrouver, le serrant dans ses bras et manquant de l'étouffer. Lorsqu'il fut assuré que son frère n'avait rien, il lui conseilla de sortir de la Grande Salle avec un professeur, d'aller à l'infirmerie pour vérifier qu'il n'avait effectivement rien puis de se reposer. Il ne voulait pas l'inquiéter d'avantage, pas maintenant. Demain il lui raconterait sans doute dans les détails ce qu'il s'était passé. Pour l'heure... Il valait mieux que Scott dorme à poings fermés et oublie un peu l'intrusion à la soirée.

A peine eut-il lâché son frère qu'il sentit une masse lui arriver dessus. Que ? Quoi ? Une odeur épouvantable lui piqua le nez.

- J... Billie ? C'est quoi dans tes cheveux ?

Il était étonné et rassuré de découvrir que la personne avec qui il avait tenu une correspondance était Billie, un peu moins rassuré en découvrant qu'elle était couverte de diverses choses dont le mélange lui arrachait les narines. Il n'y avait pas que ses cheveux. Sa tenue blanche était à présent couverte d'une sorte de vase par endroit, laissant principalement une trainée comme si elle s'était amusée à descendre une pente raide.
Tiberius l'informa que Billie était blessée.

- Merci Tib. Billie ? T'es blessée où ? C'est grave ? T'as mal ?

Il remarqua la posture étrange qu'elle abordait. Son regard vu vite mené vers la jambe de la demoiselle.

- Tu veux que j'te porte sur le dos ? J'peux t'emmener à l'infirmerie comme ça si tu veux. Oh ! Miss Goodkin n'était pas loin. Si on la retrouve elle pourra peut-être regarder ça maintenant.

Il inspira profondément, histoire de se calmer.

- Pardon... Moi ça va, j'ai pas grand chose. Je suis content de te retrouver vivante.


"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités."
Nous avons la responsabilité d'être irresponsables.
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 113
Ft : Leonie Elliott
Localisation : Infirmerie

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Mai - 1:15
Malgré l’échec de sa stratégie explosive, Sophie pu cette fois encore compter sur l’inventivité des élèves auprès d’elle et même, c’était une première, sur l’efficacité de Peter Pennington. Baguette tendue devant elle, l’infirmière s’assura que le monstre était réellement chaos (ce qui fut confirmé par la fonte finale de son bâton) avant de s’autoriser à relâcher sa posture. Les barrières noirâtres autour d’eux venaient de disparaître dans une explosion de plumes. Qu’est-ce que c’était que ce bordel ? Elle ne releva même pas le juron qu’elle venait de prononcer en pensées. A circonstances exceptionnelles, vocabulaire exceptionnel. Ils étaient toujours dans la Grande Salle, et des scènes de chaos semblaient arriver à leur dénouement tout autour d’eux également. Sophie se retourna d’abord vers les élèves qu’elle avait eu à sa charge ces dernières minutes, et vers Peter plus particulièrement, dont elle saisit à son tour les mains :

« Tout le monde va bien ? Monsieur Pennington, vos mains… Ce n’est pas trop grave, mais ça doit vous faire mal. Allez à l’infirmerie, demandez un peu de Kryonguent. »

Le temps de faire ce simple examen, et le chaos autour d’eux avait déjà commencé à s’organiser. Sophie eut une pensée pour Poppy, pour qui la nuit serait longue, puis lâcha un bref soupir. Avec qui plaisantait-elle ? Sa propre nuit ne serait pas plus reposante ! Pour l’instant d’ailleurs, l’agitation ambiante était la bienvenue : cela l’arrangeait de ne pas avoir le temps de réfléchir à ce qui venait de se passer avant un petit moment. Comme d’habitude, son travail à elle était de soigner, pas de régler les brèches de sécurité ayant conduit à la catastrophe.

Minerva étant déjà en train d’organiser l’évacuation des blessés, elle entreprit de circuler entre les groupes, s’arrêtant par ci par là pour donner un conseil de transport, poser magiquement une attelle, rassurer, lancer un Epiksey. Fort heureusement, il n’y avait pas réellement besoin d’organiser un centre de triage des blessés directement dans la Grande Salle, la majorité des élèves semblant s’en être sortie relativement indemne. Outre quelques autres monstres, dont les étudiants discutaient déjà avec animation (apparemment, leur citrouille n’était pas le seul élément du décor qui avait pris vie ce soir), la majorité des invités du bal s’étaient simplement retrouvés figés. La soirée aurait pu réellement terminer en carnage et fort heureusement, ce n’était pas le cas, même s’il y avait quelques cas préoccupants. Elle dû notamment envelopper le pauvre Elzéar McKenzie de sortilèges de protection pour que l’on puisse le transporter à l’infirmerie. Les conséquences de sa chute sur les barrières noires n’étaient pas encore connues, mais il était faible et elle ne voulait pas prendre de risque.

La voix de la directrice attira son attention. Tiberius Avery ? Merlin ! Son patient star se serait-il de nouveau blessé, une journée à peine après sa sortie de l’infirmerie ? Non ! Elle ne voulait plus de lui chez elle, et plus prosaïquement, elle ne s’était pas battue pendant quinze jours avec ses collègues pour le ramener des protes de la mort pour qu’une vulgaire coloquinte dansante ou elle ne savait quoi ne ruine ses efforts. Retrouvant sa foulée vive de matrone, elle entreprit donc de fendre la foule pour retrouver le Serpentard, quand elle entendit son nom, ce qui l’arrêta momentanément. Monsieur Carmichael était juste sur sa gauche, en compagnie d’une jeune fille dégageant une odeur pestilentielle. Elle se rapprocha, malgré les effluves d’égoûts.

« Monsieur Carmichael ! Vous aviez besoin de moi ? »

Ce faisant, elle eu la bonne surprise de découvrir que la jeune fille n’était autre que Miss Persson, la jeune Serpentard qui avait rendu visite à Tiberius tous les jours ces deux dernières semaines.

« Miss Persson, je suis contente de vous voir ! La directrice vient de demander après votre ami Tiberius. Vous l’avez vu ? Je crains qu’il ne fasse une rechute, après les évènements de ce soir. »
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 145
Ft : Diego Luna

Feuille de personnage
Don: Animagi Xoloitzcuintle
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mai - 1:04
Quand Rafael jeta son sort rien ne se produit à part une petite pluie pathétique d’étincelles vertes et jaunes. Il lança un regard interloqué vers sa baguette. La formule était bonne… l’intonation aussi ainsi que… Il se tapa la main contre le front. Quel idiot, le geste qu’il avait dessiné avec son poignet était mauvais. Mais confringo et bombardia étaient tellement similaires aussi…

Toujours est-il qu’il n’était pas le seul à avoir compris pour le bâton car il le vit soudainement s’enflammer sous ses yeux sous l’effet d’un sort. Il put constater par ailleurs que son intuition était bonne. Une fois le bâton anéanti, le monstre disparut à son tour dans un grand tourbillon de plumes noires. Rafael se pencha pour en ramasser une et la fourrer dans la sacoche accrochée à sa hanche. A défaut de pouvoir étudier la bête il pourrait toujours essayer de tirer quelque chose d’une de ces plumes mystérieuses.

Il se rapprocha ensuite de son filleule et lui assena une claque amicale dans le dos. Il avait bien combattu, son père aurait été fier de lui. Il n’eut pas le temps de le féliciter, les barrières magiques qui les emprisonnaient disparurent subitement à leur tour… et encore ces plumes noire qui envahissaient tout l’espace.

- Newt… murmura-t-il doucement.

Fait rare, il ne souriait pas et son visage affichait même un air profondément inquiet alors qu’il partit au pas de course pour disparaître dans la foule grouillante d’élèves ankylosés qui semblait émerger d’un demi-sommeil mystérieux. Il mit un certain temps à la trouver, criant son nom à tue-tête, malheureusement il n’était pas le seul à s’être mis à la recherche d’un proche et la Grande Salle commençait à résonner de prénoms diverses et variés. Enfin il lui sembla qu’une petite voix lui répondit quelque part sur sa gauche et il changea de direction pour suivre le son de cette voix, n’hésitant pas à écarter sans ménagement quelques élèves qui se trouvaient sur son passage. Enfin le visage de sa fille chérie apparut, ses grands yeux bruns qui ressemblaient tant à ceux de son père affichaient la même expression angoissée. Il se jeta sur elle et la couvrit de baisers et elle se laissa faire sans broncher. Elle-même n’était pas en reste et lui agrippait le cou avec force comme si elle avait peur que le sol carrelé du réfectoire l’engloutisse subitement.

Leur embrassade dura longtemps mais ils finirent par se détacher l’un de l’autre et alors qu’il l’observait sous toutes ses coutures pour s’assurer qu’elle n’était pas blessée, Ella lui raconta qu’elle avait été figée pendant un temps qui lui avait paru interminable juste à côté d’une des étranges barrières noirâtres. De là où elle se tenait elle n’avait pas vu grand-chose si ce n’est peut-être la silhouette de la sœur aînée de sa meilleure amie, mais elle ne pouvait pas en être certaine.

Rafael insista pour l’emmener à l’infirmerie (leur étrange pétrification pouvait avoir des effets secondaires qui sait) et elle se laissa faire non sans une petite moue dubitative mais elle se dérida un peu alors qu’elle sortit fièrement de sa poche une des plumes qu’elle avait ramassé par terre et qui provenait de la barrière. Gabriela espérait lui faire subir quelques tests pour essayer de comprendre le phénomène. Rafael avait retrouvé le sourire alors qu’il plongeait à son tour son bras dans sa sacoche pour lui montrer la sienne.


"If having a soul means being able to feel love and loyalty and gratitude, then animals are better off than a lot of humans."
―James Herriot
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 237
Ft : Adelaide Kane
Localisation : Poudlard, sans doute à la bibliothèque

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Mai - 19:09
Le regard de Beth n’arrivait pas à se détacher du léger brasier résultant de la combustion du monstre d’Halloween, s’attendant presque à ce qu’il ne reprenne forme parmi les flammes. Était-ce vraiment terminé ? Comme une réponse à sa question silencieuse, les barrières quasi-opaques qui entouraient son petit groupe disparurent doucement ne laissant bientôt plus au sol qu’une plume noire. L’adrénaline du combat quittant son corps, la Serdaigle se sentit presque nauséeuse en observant les alentours. Paralysée, elle ne pouvait que constater les dégâts. La Grande Salle, plus tôt parée de ses atours de bal, ressemblait désormais à un véritable champ de bataille où les visages qu’elles croisaient du regard n’affichait plus que l’inquiétude, la peur et parfois la douleur. Il y avait des gens à terre, des personnes blessées, peut être pire. Ses bras s’enroulèrent autour de sa taille alors qu’elle cherchait à contrôler les tressautements de sa respiration. Son esprit ne comprenait pas ce que ses yeux voyaient observant Miss Goodkin se pencher sur le corps inanimé d’Elzéar qui formait un angle bizarre. Elle avait l’impression de se noyer et Merlin savait que ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait. La jeune femme ferma les yeux, s’isolant un instant du grabuge extérieur. Ce n’était pas le moment de perdre pied, elle allait bien, tout irait bien.

Se convaincant de son mensonge, elle sortit enfin de sa léthargie pour se tourner vers une fillette de première année qui pleurait ayant visiblement du mal à retrouver l’usage de ses membres inférieurs suite à sa paralysie. La petite Serpentard, épargnée de l’année de règne de Voldemort sur Poudlard, n’aurait jamais dû connaître ça. Ils étaient censés être en sécurité maintenant, ne plus craindre pour leur vie au détour d’un couloir. La voix de Beth se fit douce alors qu’elle adressait des paroles rassurantes à sa cadette quand en réalité elle était elle-même intérieurement terrifiée. Est-ce que tout ça avait un rapport avec la menace dont lui avait parlé les Parques ? Est-ce que la Directrice accepterait enfin de l’écouter suite aux évènements de la soirée ou continuerait-elle d’attribuer ses histoires aux mirages d’un choc traumatique ? Elle conduisit la jeune fille au soin des élèves de sa maison, croisant au passage le regard de Tiberius qui semblait chercher quelqu’un tout en empruntant un rôle d’autorité sans doute nécessaire vu la manière dont les enseignants présents semblaient débordés. Elle lui adressa un léger hochement de tête, avant d’elle-même tenter de retrouver les membres de sa maison, enjoignant les plus jeunes à se rapprocher de leurs préfets. Elle ne parvenait pas à trouver Aslinn dont les compétences pour se faire obéir avec patience auraient été bien utile. Elle espérait aussi la trouver auprès de Meg pour qui elle commençait à s’inquiéter sincèrement ayant constaté son absence auprès de sa sœur cadette qu’elle avait croisée quelques minutes plus tôt.

Ses pas la conduire non loin de Damien qui soutenait une Billie dont le teint aurait pu rivaliser avec celui de la Dame Grise tant elle semblait pâle. Où était donc son jumeau ? Beth tenta de chasser ces nouvelles inquiétudes, même si cela devenait compliquer au fur et à mesure qu’elle ne trouvait pas tel ou tel visage dans la foule. Lissant inutilement les plis imaginaires de sa robe ridicule, elle cachait ainsi le tremblement traître de ses mains. Qu’est-ce qu’elle était censée faire déjà ? Ah oui, rassembler les élèves de sa maison., pas céder à une crise de panique.


She's cold as ice, but in the right hands, she melts.
Contenu sponsorisé
 
Bal de Samain, Fermeture [Gagnant Seulement]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Hall d'Entrée :: La Grande Salle-
Sauter vers: