Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Walk in the sky • ft. Andromeda

Aller en bas 
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 352
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 3:34
Le vent s'infiltra entre les mailles de ses longues plumes. Sous l'impulsion de l'air qui caressait son ventre, l'oiseau redressa la barre d'un battement d'aile concentré. Son petit cœur tambourinait fort et très vite dans sa poitrine. Ses yeux voyaient à travers les ténèbres aussi sûrement qu'en plein jour. Une joie intense. Un mouvement hésitant. Une hilarité émue au fond du cœur. Sans trop savoir ce qu'il faisait, il pivota le gouvernail de sa queue mais bifurqua dans le mauvais sens.

La panique. Bat des ailes ! Non ! Redresse ! Attention à la branche ! Le rapace évita l'obstacle mais perdit toute son aspiration et fut incapable de retrouver son élan. Il roula sur quelques mètres au sol et resta dans l'herbe mouillée, les ailes déployées, les serres en l'air et ses grands yeux en Lune qui fixaient le ciel. Il lui apparaissait brusquement à portée. Ça en faisait, du territoire à explorer... Est-ce qu'il toucherait les étoiles, un jour ? C'était drôle. Tiberius avait toujours été naturellement doué sur un balais – mais le manque de travail avait fait disparaître sa souplesse pour le vol – mais ça ne lui était jamais apparu aussi grisant. Le vent qui pique les yeux. Les cheveux qui fouettent le visage. Il n'y avait guère cette sensation d'y être chez soi. A son aise. Il n'avait pas froid. Il ne manquait pas d'air. Ses yeux supportaient les bourrasques. Son corps était léger et ne menaçait pas de s'écraser aussi lourdement que sur un balais.

Difficilement, Tiberius reprit sa forme originelle. D'un geste brusque, comme si son humanité le rappelait à ses afflictions, il roula pour vomir un gerbe bruyante mais acide (le gout âpre du sang avait disparu). Il cracha précautionneusement avant de rire. En se redressant, il leva les yeux vers un tremplin. Tiberius n'était pas encore capable de décoller. Savait-il seulement planer. En battant correctement des ailes, s'aidant des bons courants, il pouvait garder une altitude correcte pendant de très longues minutes. Mais finissait fatalement par retrouver le sol. En levant le nez vers le ciel nocturne, il rêvait déjà à pouvoir virevolter librement. Il soupira et une épaisse volute blanche et humide s'échappa de ses narines. En regardant la fenêtre de l'infirmerie, il devait nécessairement apprendre à monter. Prendre de la hauteur.

BAM !

Le hululement paniqué d'un hibou suivit de l'écho d'un choc violent. Il battait fort des ailes. Il n'avait pas pris assez de hauteur et tentait de s'accrocher au rebord avec son bec. Il se hissa difficilement et finit par trouver appui avec ses serres. Glissant sur le rebord, il ébouriffa ses plumes emmêlées dans tous les sens afin qu'elles reprennent un sens plus confortable. Planant silencieusement à l'intérieur, Tiberius tenta de se concentrer. Le jeune animagus avait encore bien du mal à passer d'une forme à l'autre. Il craignait qu'il ne reste coincé en chouette, un de ces jours. C'était ridicule...

En observant les alentours, il remarqua que les rideaux de sa voisine étaient fermés. Il n'y avait guère d'autres patients. Il pouvait reprendre sa forme originale. Gardant son immobilité comme si le moindre clignement d’œil pouvait interférer avec la métamorphose, il se transforma. Son corps lourd. Douloureux. Mais si plein d'adrénaline qu'il en était hilare. Il se retenait difficilement de rire pendant qu'il tangua sur son lit.

Il se laissa tomber. Fut mué d'une violente douleur et se pencha sur la bassine à sa disposition. Il n'avait plus rien à vomir mais Tiberius avait pris la mauvaise habitude de laisser son estomac se vider, pourvu que ça puisse faire moins mal. Rien. Il força un peu. Toujours rien. Il fallait qu'il arrête ça... Il roula sur son lit en soupirant. Il devait être tard... Il commençait à sentir la fatigue. Il tourna la tête vers le bureau de garde. Goodkin était de repos et Pomfresh n'avait vraisemblablement pas entendu son tapage . Ou bien s'était-elle endormie. Il tourna la tête de l'autre côté car il lui semblait que le monde tout autour de lui tournait, tournait... Il avait encore la sensation de voler. Mais il ne volait pas. C'était à la fois agréable et inconfortable. Peut-être que...

Tiberius s'immobilisa. Face à lui, deux grands yeux le fixaient par l’interstice laissé ouvert d'un rideau. Son visage se figea dans une expression ahurie. Il ouvrit la bouche. Hésita. Puis lâcha un :

« Qu'est-ce que tu as vu ? » Comme si le doute était possible.

Il était grillé. Gros con.


TIBERIUS H.
AVERY
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 105
Ft : Emma Kenney

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Juin - 14:59
« Il ne faut faire qu’un avec le terrain de Quidditch »

Jon ne pourrait pas dit qu’Andromeda n’écoutait pas ses conseils. Elle avait suivi ses instructions à la lettre. Elle avait en réalité si bien suivit ses instruction qu’il avait été difficile de l’en extirper. Du terrain c’est-à-dire. A vrai dire sa rencontre à plus de 100 km/h. avec la tour de gradins des gryffondors n’avait pas vraiment été volontaire.

L’équipe des poufsouffle avait réservé le terrain pour le reste de l’après-midi pour s’entraîner et Andromeda faisait des merveilles sur son balai. Elle d’élançait, virevoltait, voltigeait, piquait sur les cognards qu’elle dégommait à coup de batte et les renvoyait sur les cibles que son capitaine avait dressé pour elle avec la puissance d’un boulet de canon. Les entraînements étaient ses seuls instants de pur bonheur. Elle n’était plus la petite Andromeda, la fille un peu gauche traumatisée par la guerre, tout son bagage elle l’avait laissé au sol. On volait mal avec des poids aux chevilles. Là-haut elle était légère, elle était libre, elle était puissante.

Et elle était tombée.

Un accident bête, vraiment. Jon avait donc lâché les cognards et avait dressé des cibles mouvantes pour ses batteurs afin qu’ils s’entraînent à viser quand ils renvoyaient les balles en fer d’un coup de batte. Andromeda était loin d’être mauvaise à cet exercice. Ses années de baseball étant une excellente introduction pour le travail de batteur au Quidditch. Elle avait déjà renvoyé ses cognards sur deux ou trois cibles puis avait piqué aussi vite que son éclair de feu le lui permettait sur une balle sur sa gauche en hurlant « J’AI ! » pour annoncer son mouvement à son partenaire. Le terrain autour d’elle s’était transformé en une farandole de taches de couleurs à cause de la vitesse, ses yeux étaient rivés sur le cognard et rien ni personne ne pourrait empêcher sa batte d’atteindre son but !

Sauf…

Ce n’est qu’au dernier moment qu’elle ne vit la forme jaune vif qui se précipitait dans sa direction en perpendiculaire de sa trajectoire. La collision serait phénoménale, monumentale, titanesque. Ils seraient tout deux éjectés de leur balai à la vitesse d’une voiture volante de course dans un amas emmêlé de bras et de jambes et tomberaient comme des pierres sur plusieurs dizaines de mètres avant de s’écraser sur le sol. Si elle ne virait pas. MAINTENANT !!

Elle changea de trajectoire à la dernière seconde vers la seule ouverture qui ne résulterait pas en un carambolage entre les deux joueurs. De justesse. Elle senti la cape de son binôme lui effleurer la joue comme si le temps venait soudain de ralentir. Malheureusement elle n’eut pas le loisir de s’interroger sur ce phénomène, quand elle percuta la tourelle aux couleurs des gryffondors de plein fouet le temps s’était douloureusement remis en vitesse normale. Elle passa de 150 km/h à zéro avec un bruit assourdissant qui ressemblait à un coup de fusil et se mit à dégringoler vers le sol percutant avec des bruits de craquement (mais elle n’était plus sûre si le bruit provenait des poutres ou de ses os brisés) ce qui lui parût comme une bonne centaine de poutrelles. Bien sûr elle s’était écrasée près du sommet, juste en dessous des gradins. Lorsqu’elle atterrit enfin sur les graviers, elle ne savait plus très bien si elle souffrait le martyr ou si elle ne ressentait plus rien. Elle ne s’était pas vraiment évanouie mais lorsque que ses coéquipiers l’avait extirpée de son piège de toile et de bois et l’avait traînée jusqu’à l’infirmerie elle était dans un état second, des abeilles vivaient dans sa tête, l’univers était un pot de pâte-à-modeler et le temps un accordéon désaccordé. Elle essaya à un moment d’articuler quelques mots mais les visages horrifiés des autres joueurs de son équipe finir de la convaincre de se taire.

C’est Pomfresh qui les accueillit dans son repère et Andromeda se laissa manipuler docilement par l’infirmière, sourde aux remontrances et à ses commentaires gonflés de reproche contre les élèves tête en l’air qui s’essayaient au Quidditch. Ce n’était pas sa faute, mais Andromeda n’essaya même pas d’ouvrir la bouche pour protester. Elle avait juste très envie de dormir maintenant que la potion que Pomfresh lui avait administrée faisait son effet.

Elle dormit d’un sommeil sans rêve pendant quelques heures puis fut réveillée en sursaut par… rien ? Elle regarda autour d’elle autant que le mouvement de ses yeux le lui permettait. Les souvenirs de sa chute et surtout la souffrance intense qui avait suivi étaient toujours bien là, pour l’instant elle se sentait bien et ne voulait pas risquer de tout gâcher par un mouvement maladroit. Les rideaux étaient tirés autour de son lit si bien qu’elle se trouvait dans une pénombre relative et un cocon de silence. Elle se demanda combien de temps elle avait pu dormir. Mais elle était encore si fatiguée… Ses paupières se mirent à battre doucement, ses yeux remontaient lentement quand un autre bruit l’arracha douloureusement à la torpeur qui l’avait envahie. Ces bruits, des petits claquements et des raclements de griffe sur le sol lui parvenaient de sa droite de façon étouffée. Ils n’avaient rien d’humain, c’est que qui finit de convaincre Andromeda de tourner la tête d’un mouvement très lent et précautionneux. Sa nuque était raide mais elle ne souffrait plus autant qu’avant.

Ce n’était qu’une chouette. Une simple petite chouette qui devait s’être perdue sur le chemin de la volière. La poufsouffle était rassurée de se trouver face à un oiseau plutôt qu’à un monstre horrible plein de griffes (il n’y avait pas de raison particulière de s’imaginer ce genre de scénario mais l’école avait quand même un passé chargé en bizarreries).  Elle s’apprêtait à repartir au pays des rêves quand l’animal se mit à… frissonner ? … Et à grandir ?

Ses yeux s’écarquillèrent d’effarement devant la scène dont elle était témoin. La petite chouette se transforma peu à peu en être humain. En jeune garçon, un élève, qui se mit à tituber vers son lit. Il avait l’air visiblement mal en point. Andromeda savait très bien ce qu’était un animagus mais quand le professeur McGonagall se transformait cela avait l’air aussi simple que de claquer des doigts. Elle se demanda pourquoi ce garçon avait l’air si malade. Il se rallongea sur son lit d’hôpital et la jeune fille put enfin discerner ses traits. Oh non… malgré son visage émacié et pâle, la poufsouffle d’eut aucun mal à reconnaître Tiberius Avery. Les circonstances étranges de son séjour prolongé à l’infirmerie avaient fait le tour de l’école. Il paraissait que quand on l’avait retrouvé, il ne restait plus que la tête et que Pomfresh avait réussi à faire repousser son corps en entier. D’autres disaient que ses blessures étaient dues à un duel avec le dernier mangemort qui vivait caché dans les murs de l’école… Meg aurait probablement pu dire à Andromeda ce qu’il en était vraiment mais les deux filles n’avaient pas vraiment eu l’occasion de se parler depuis le début de l’année.

La poufsouffle s’en fichait des rumeurs elle espérait juste qu’il ne la remarque pas. Elle prétendrait dormir et n’avoir rien vu et tout serait pour le mieux. Peut-être que si elle tournait très lentement la tête pour la détourner de cette fente entre les rideaux… Trop tard.

Grillée. Idiote.

Prise de court ses joues s’empourprèrent, ses yeux s’agrandirent tant qu’ils semblaient sur le point de sortir de leurs orbites et sa bouche se mit à s’ouvrir et se refermer comme si elle s’était subitement changée en carpe.

- Je… Rien du tout ! couina-t-elle d’une voix étranglée par la peur.

Son corps était parcouru de sueurs froides. Il ne la croirait pas une seule seconde, elle était la pire menteuse du monde sorcier et n’était même pas capable d’avoir l’air convaincant dans une phrase de trois petits mots de rien du tout. Mais que pouvait-elle dire d’autre ?
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 352
Ft : Dane DeHaan.
Localisation : Là où il ne le devrait pas.

Feuille de personnage
Don: Occlumens & Animagi
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Juin - 19:34
Tiberius redressa la tête et regarda autour. Le regard inquiet, il remarqua qu'ils étaient seuls dans l'infirmerie, pour le moment – oh, il y avait bien Joshua qui s'était pris un sortilège de sommeil dans le pif et n'allait se réveiller que dans trois jours. Alors, il n'y avait que lui, la jeune fille et le malaise profond de cette situation parfaitement grotesque. La réponse de la gamine – il ne la reconnaissait pas encore, dans l'obscurité de l'infirmerie, entre les rideaux bleus de sa petite alcôve – résonna avec un pathétique qui faillit élargir un sourire moqueur sur les lèvres du Serpentard. Elle avait peur, c'était très bien. Il pouvait toujours jouer là-dessus... Tiberius avait sa réputation et s'il pouvait l'utiliser, il ne s'en priverait pas.

« J'espère que tu sais garder un secret parce que si une seule rumeur circule dans l'école, je saurais où te trouver. » Petit moment de silence. « Tu es à Poufsouffle, c'est ça ? »

Tiberius fit semblant de très bien la reconnaître. En vérité, il devina Poufsouffle parce que les Serdaigle étaient beaucoup trop malins pour répondre quelque chose d'aussi pathétique et que les Serpentard et Gryffondor avaient une fierté assez grosse pour ne pas se laisser marcher dessus.

« Bien sûr que tu es à Poufsouffle. » Il ricana et lui fit alors signe de se retourner, comme pour oublier ce qu'il venait de se passer. « On va faire comme si rien ne s'était passé, ma puce. Mh ? » Grand sourire, il attendit qu'elle se retourne avant de lui tourner le dos à son tour.

Cinq minutes. Trente minutes. Une heure.

Le temps passa. Tiberius avait une vile anxiété au creux de l'estomac et une insomnie terrible qu'il n'arrivait pas à faire passer par de simples petites balades. Mine de rien, il avait fait monter tant d'enthousiasme en allant voler en dehors de l'infirmerie qu'il avait compromis son sommeil. Il ne pourrait pas s'endormir. Tiberius tournait beaucoup dans son lit. Il ne tenait une position que quelques minutes avant qu'elle lui paraisse atrocement lourde et inconfortable. La présence de la jeune fille d'à côté lui était presque insupportable parce qu'une pensée obsessive avait germé dans son esprit.

Il avait envie de fumer.

Max lui avait ramené de quoi faire. En quelques échanges de bon aloi et l'aide de Ian, il avait négocié son prix et avait caché son nécessaire de craft sous son lit. Il se disait qu'une fois détendu, il pourrait rester au lit plus sereinement. Mais la présence d'un témoin était compromettante. Il avait l'impression que l'impossibilité de pouvoir fumer accentuait son manque qui somatisait en une douleur psychologique dans un coin de son crâne.

Il soupira et tourna la tête vers la Poufsouffle. Il avait envie de discuter un peu pour faire disparaître l'herbe de son esprit. Mais il l'avait menacé... Dur de construire une conversation sympa avec une base de terreur et d'intimidation.

Bon. Il pouvait toujours essayer.

« Excuse-moi... » Sa voix s'éleva très douce et presque timide. « Tu dors... ? »


TIBERIUS H.
AVERY
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 105
Ft : Emma Kenney

Feuille de personnage
Don:
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 15:10
Bien sûr qu’il ne l’avait pas crue. Elle-même ne se serait pas crue à sortir des sottises pareilles. Sa voix se fit sifflante alors qu’il proférait des menaces en sa direction. En même temps bien fait pour elle, elle n’avait qu’à pas jouer les peeping-tom à travers les rideaux entrouverts de sa couchette.

« Tu es à Poufsouffle, c'est ça ? »

Andromeda émit un petit couinement de boursouflet effrayé, comment le savait-il ? Elle ne portait pas son uniforme de Quidditch aux couleurs de sa maison puisqu’il était plié au pied de son lit (une infirmière avait dû la déshabiller et la mettre en pyjama pendant qu’elle dormait). Mais elle n’eut pas le temps de s’interroger plus avant, l’autre continua en répondant à sa propre question rhétorique. Si le ton était mielleux, Andromeda n’était pas stupide au point d’ignorer les sous-entendus que le serpentard laissait flotter derrière ses paroles. Obéissant sagement à l’ordre déguisé, elle se retourna avec lenteur en serrant les dents pour s’empêcher de gémir de douleur. Elle entendit un bruissement signifiant que le garçon lui avait tourné le dos à son tour mais elle n’osait pourtant pas reprendre sa position initiale. Pourtant la douleur qui l’avait traversée lorsqu’elle s’était mise sur le côté continuait de la tourmenter comme si la moelle de ses os avait été remplacée par de la lave en fusion. Cela ne pouvait que signifier que ses os n’avait en réalité pas fini de se ressouder et qu’elle n’était pas censée bouger jusqu’à ce que la magie ai fini de reconstituer le puzzle qu’était maintenant son squelette.

Elle se mit à pleurer dans le silence le plus complet redoutant les foudres du garçon si elle se mettait à geindre comme un bébé fléreur. Elle se forçait à penser à autre chose pour oublier qu’elle avait mal comme : comment avait-il pu la reconnaitre, elle qu’on ne remarquait jamais nulle- part et don on oubliait toujours la présence. De longues minutes plus tard elle n’avait toujours pas la réponse à sa question silencieuse. En revanche son oreiller était à présent trempé de larmes salées et elle flottait dans un demi-sommeil mouvementé qui avait pour avantage de lui faire oublier un peu sa peine.

La voix l’en sorti en un sursaut et elle eut l’impression qu’on venait de la tirer violement en arrière. Dans sa somnolence elle avait repris sa position sur le dos et elle crut qu’Avery allait la rabrouer pour ça. Ses membres étaient encore gourds et elle ne pensait pas être capable de supporter une deuxième session de torture. En plus, si ça se trouve, ses os allaient se ressouder tout de travers si elle était mal positionnée. Mais non, il lui demanda simplement si elle dormait. Etait-ce une question piège ?

- Non, couina-t-elle en fixant le plafond de pierre au-dessus de sa tête.

Elle ne referait pas l’erreur de lorgner de façon indiscrète à travers la fente de son rideau bleu.
Contenu sponsorisé
 
Walk in the sky • ft. Andromeda
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Walk like an Egyptian [qui veut]
» Andromeda Black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Poudlard :: Premier Étage :: Infirmerie-
Sauter vers: