Forum Hp situé juste après la guerre contre Voldemort
 

Partagez | 
 

Vieille chouette et coquelet | ONE SHOT

Aller en bas 
avatar
Staff de Poudlard
Staff de Poudlard
Messages : 211
Ft : Andy Muschietti

Feuille de personnage
Don: Legilimens & Occluments
Sortilèges:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Juin - 16:43
Mai 1998

« Vous êtes au courant de quelque chose, Mora ? »

Le grand homme resta immobile. Ce n’était pas ce jeune coq qui allait l’impressionner. Murlowe était une toute nouvelle recrue dans les rangs mangemorts et faisait un peu trop de zèle pour plaire au Maître. Il avait le même don de legilimencie que le langue-de-plomb mais son talent était loin de valoir le sien. Non, il ne lui faisait absolument pas peur. Harris en revanche, il s’en méfiait. La vieille mage noire au visage buriné par le temps se tenait dans l’ombre dans le petit bureau humide des sous-sols du Ministère. Silencieuse, elle semblait presque dormir. Mais Perceval n’était pas si naïf, sous des extérieurs de petite grand-mère gâteuse se cachait une redoutable legilimens de naissance. Son don lui était aussi naturel que les inspirations qui soulevaient doucement sa poitrine avec la régularité d’un métronome. Il n’était même pas certain qu’il arriverait à résister longtemps à ses assauts mentaux si elle décider de l’attaquer.

- L’attaque sur le Metro de Londres n’était connue de quelques élus, pourtant quand ils sont arrivés sur place, l’endroit grouillait d’aurors ! s’énervait le plus jeune. Mulciber et Jugson se sont fait arrêter !

« Elus ». Il sortait les grands mots.

- Elus dont je ne faisais pas parti, répondit le gallois sur un ton calme.

- Tout le monde sait que vous êtes legilimens, Mora !

Il aboyait comme un roquet, ce qui amusait beaucoup le langue-de-plomb, mais il gardait son masque d’impassibilité.

- Tout le monde sait aussi que je suis incapable de lire les pensées de qui que ce soit sans les fixer dans les yeux. Et à aucun moment je ne me suis trouvé proche de l’un d’entre eux.

Il afficha une moue attristée qui semblait dire « comment pouvez-vous douter de moi ? » ce qui acheva de mettre Murlowe hors de lui. Le visage rougit par la haine il avait sorti sa baguette, prêt à s’élancer sur l’employé du Ministère. D’un geste instinctif Perceval avait posé sa main sur sa ceinture où se trouvait la sienne mais il ne voulait pas encore la sortir. S’il ne voulait pas se trouver en porte-à-faux avec la clique des mangemorts qui avait envahi le Ministère depuis quelques mois, il devait le laisser attaquer en premier. Mais il était prêt à dégainer.

Murlowe s’immobilisa brusquement, comme transformé en statue de sel en plein élan. Une petite toux s’était faite entendre. La vieille Harris était sorti de son immuabilité d’ancêtre et s’était rapprochée à petit pas discrets. Elle se racla une nouvelle fois la gorge pour s’assurer qu’elle avait leur attention à tous les deux.  Elle affichait un sourire aimable mais Perceval lui trouvait des airs de vieil oiseau déplumé.

- Personne ne doute de vous mon cher,  mais vous comprenez bien qu’il nous faut poser les questions à tout le monde. Dit-elle d’un ton affable. Rien de personnel, un simple contrôle de routine.

Sa voix chevrotante raisonnait aux oreilles de Perceval aussi agréablement qu’un violon désaccordé. Il lui rendit son sourire, mais ses yeux eux, ne souriaient pas.

- Et je comprends tout à fait que vous n’êtes qu’en train d’exécuter les ordres de Yaxley et je n’imposerai aucune résistance, je n’en avais jamais eu l’intention. Allez-y.

Elle savait très bien ce qu’il sous-entendait.

- Voilà qui est plus sage.

Il était prêt. Elle avait beau être bien meilleure légilimens que lui, il avait deux avantages. Premièrement elle ne connaissait pas véritablement l’étendue de son savoir de la legilimencie. Il avait toujours prit garde de paraître beaucoup plus faible qu’il ne l’était, même avant que les mangemorts ne prennent le pouvoir si bien que personne n’était au courant des prouesses qu’il pouvait accomplir avec son esprit. Son deuxième avantage était son don d’occlumencie. Il n’était peut-être pas aussi bon occlumens que legilimens mais s’il associait ces deux pratiques il avait une chance de préserver sa vie privée.

Elle lança son premier assaut mais Perceval avait déjà dressé un mur dans son esprit car si un non-occlumens n’aurait même pas remarqué une présence étrangère dans sa tête, il l’avait sentie dès l’instant où elle avait pénétré son antre mentale. Plutôt qu’un mur, il aurait plutôt fallut parler d’un trompe-l’œil. Une façade de brique sur laquelle on aurait peint une jolie porte avec tellement de réalisme qu’on ne pouvait s’empêcher de courir pour s’écraser la face dessus. Il fallait qu’elle croit qu’elle était passée, qu’elle avait accès aux moindres recoins de son cerveau ou se cachaient ses pensées douteuses. Il bâtit trois autres cloisons solides autour d’elle afin de réduire son champ d’activité et éviter de la perdre dans les limbes tortueuses de son esprit ce qui aurait des conséquences catastrophiques. C’est là que son don de legilimencie entrait en jeu. Harris devait croire qu’elle avait accès à toutes les informations qu’elle voulait et pour cela il devait aller chercher ces mêmes informations en infiltrant à son tour la tête du vieux rapace.

***

C’était épuisant. La tête du Langue-de-plomb et sa tête bourdonnait. Il sentait la migraine monter et quand elle se serait complètement installée il deviendrait aussi impuissant qu’un enfant en bas-âge et toutes ses défenses mentales s’écrouleraient. Il avait l’impression de devoir soutenir un mur de briques branlantes contre son dos, tout en attaquant un adversaire invisible d’un bras tandis que l’autre prenait tous les coups. Son esprit était sur trois fronts à la fois et il n’était pas sûr de pouvoir tenir beaucoup plus longtemps. Déjà, les jolies peintures s’écaillaient, les pierres de ses fortifications s’effritaient et ses fouilles étaient de plus en plus infructueuses. Il décida de sortir de la tête de la legilimens pour renforcer ses défenses. Tenir. Juste quelques minutes de plus.

Perceval n’avait plus conscience de ce qui se passait autour de lui, toute sa concentration était tournée vers l’interieur de lui-même. Il savait juste qu’il devait fixer Harris dans les yeux et que Murlowe devait l’observer avec attention à l’affut de la moindre mimique qui pourrait le trahir. Il ne lui ferait pas cette joie. Tenir. Perceval arrivait au bout de sa corde. Le sang lui battait dans les tempes. Et soudain, la présence disparut complètement.

Perceval ne fit pas immédiatement tomber ses défenses au contraire il profita de l’accalmie pour essayer de les renforcer. Il avait l’impression d’être un enfant en train d’essayer de reconstruire entre deux vagues son pauvre château de sable submergé. Il était fatigué. Il voulait s’assoir. Dormir pour tout le reste de l’après-midi jusqu’au lendemain. Mais il ne pouvait pas montrer sa faiblesse ou les deux hommes de main de Yaxley se douteraient immédiatement de quelque chose.

Ce fut Harris, la vieille Harris aux airs de chouette pelée qui brisa le silence la première.

- Je savais bien que vous étiez un homme loyal Mora. Hulula-t-elle.

Murlowe affichait un air horrifié. Il aurait bien aimé que ce soit lui le coupable, le traître. S’il savait. Le langue-de-plomb eut un petit rire sans joie.

- Etes-vous sûre de ne pas vouloir vérifier une deuxième fois ?

Le jeunot avait le visage déformé par la haine devant son culot.

- Inutile mon cher. Je peux me vanter de la minutie et la profondeur avec lesquelles j'execute mes petites vérifications de routine. Je dirais à Yaxley que vous êtes aussi innocent qu’un nourrisson.

Elle hulula de nouveau, plus fort, et son rire se transforma en une quinte de toux sèche. Elle était fière de sa petite plaisanterie.

- Merci Mrs. Harris. Dites aussi à Yaxley que j’attends avec impatience le jour où l’on m’apposera enfin la marque.

Cette fois Murlowe eut un gémissement étranglé, lui aussi désirait ardemment rejoindre le cercle des favoris du Maître.

- Je n’y manquerai pas. Après de tels coups durs nous avons plus que jamais besoin de fidèles de votre trempe. Bien, nous n’allons pas vous déranger plus longtemps.

Perceval regarda cette petite bonne femme toute recourbée qui faisait presque la moitié de sa taille passer devant lui suivit de près pas son petit roquet de garde. Il se tenait fier et droit comme un I. Dès que la porte se fut refermée derrière eux, il s’écroula.


i got nasty habits ; i take tea at 3
“He looked like the sort of person who would tell you that he did not have an umbrella to lend you when he actually had several and simply wanted to see you get soaked.”
 
Vieille chouette et coquelet | ONE SHOT
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une vieille pépette à la rue (92)
» La vieille sur son rocher.
» Petite Chouette
» Je vais finir vieille fille si ça continue XD
» Un chouette wagon scratchbuild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CallOfMagic :: Londres :: Le Ministère de la Magie :: Les autres Départements-
Sauter vers: